Hunter X Hunter Dreams Index du Forum
FAQ     Rechercher     Membres     Groupes     Profil     Se connecter pour vérifier ses messages privés     S’enregistrer
Connexion



HXHDREAMS, c'est notre histoire
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> Hunter X Hunter -> Fanfics
Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 26 Mai - 14:19 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 1 HXH DREAMS : La traque commence


Garnecia, Confrérie des hunters, le 3 décembre 2007 : 14h56


Kurapika arrive à la confrérie des hunters pour la réunion quelle a demandé avec les conseillers menant la confrérie en l’absence de Nétéro. Elle est accueillit froidement par les 5 conseillers, Suzuki Yamaha, Donald Ronald, M.Cook, Ice Krime et Clubber Lang. Ils s’assied autour d’une table ronde, les discussions commencent.

Clubber Lang : « Qu’on soit clair Mlle Kurapika, j’espère que vous ne nous avez pas réuni pour rien. Vous devez le savoir, nous sommes dans une situation très difficile et nous n’avons pas de temps à…… »
Kurapika : « Ecoutez moi bien le barbu, vous croyez vraiment que je suis venu pour vous demandez si vous avez 6 Génis à me prêtez ou pour vous donnez des nouvelles de mes ongles de pieds. »

Silence

Yamaha : « c’est pas con »
Kurapika : « La raison de ma venue est pour vous proposez mon aide dans la recherche de vos richesse qui vous ont été volé. »
Cook : « Eh bien dans ce cas vous pouvez rentrer chez vous, nous avons quand même les moyen de nous en occupez nous même de cette affaire »
Kurapika : « Arrêtez de faire vos têtes dur, ça prend pas avec moi, vous ne savez pas où chercher alors que moi si. »
Yamaha : « Vraiment !!! Et comment ça se fait que vous soyez si au courant. »
Kurapika : « Parce que c’est l’un des miens le fameux voleur, tout simplement. »
Ronald : « Tiens donc, c’est bizarre mais ne m’impressionne pas ! »
Cook : « Il s’agit de Kasue n’est-ce pas ? Il n’y a qu’elle qui serait capable d’une telle chose. Je pense que vous savez Mlle Kurapika que nous avons enquêté sur elle il n’y a pas longtemps. Mais…
Kurapika : «Ce n’est pas Kasue qui en est à l’origine.»
Clubber Lang : «Vraiment !!! Alors qui ?»
Kurapika : «C’est Killuavatar.»

Les conseillers sont surpris.

Clubber Lang : «Haha, l’avocat du diable serait à l’origine de ce larcin, vous vous moquez de nous. Ce type ne sait même pas se servir du nen et vous voulez nous faire avaler que…»
Yamaha : «Cessez ces enfantillage M.Lang, vous savez très bien que Killuavatar a de très bon contact et je suis sur qu’un de ses contacts serait capable de réaliser un tel vol.»
Kurapika : (pense) « Au moins un qui réfléchit un peu ici. »
Krime : « Impressionnant, mais avez-vous au moins des preuves de ce que vous avancez. »

Kurapika sort la lettre que Killuavatar avait laissée avant de disparaître. Les conseillers la lisent. Ils sont surpris par le contenu de la lettre.

Clubber Lang : « il veut carrément changement la face du monde, il est ambitieux l’avocat. »
Ronald : « Mlle Kurapika, êtes-vous vraiment sur que se soit Killuavatar qui est à l’origine du vol. C’est peut-être une… »
Kurapika : « Je connais bien Killuavatar, et croyez moi, il n’est vraiment pas le genre de type qui fait des lettres de ce genre et disparaître par la suite juste pour blaguer. En plus de cela, il a réussi à manipuler un de nos nouveau venu dans notre communauté, afin d’assurer sa protection. »
Yamaha : « Très bien, mais pourquoi voulez-vous absolument nous proposez votre aide ? »
Clubber Lang : « On n’a pas besoin de votre aide, merci pour l’info tout de même et maintenant au revoir. »
Kurapika : « Hé le barbu, si t’as envie de jouer les gros dur, va jouer au pokemon avec les CM2, OK. Mais tu me fous la paix ou sinon je te la fais bouffer ta barbe à la con. »
Krime : « Calmez-vous svp, Mlle Kurapika, expliquez-vous je vous pris. »
Kurapika : « Tout d’abord je voudrais qu’on soit clair sur une chose. Ne vous méprenez pas sur mon compte. L’aide que je vous propose n’est pas une sorte de partenariat entre nos deux organisations ou une sorte de conciliation. Je compte toujours autant vous écrasez et faire de ma communauté la plus puissante de ce monde.
En ce qui concerne cette affaire, je tiens à vous faire savoir que Killuavatar n’est pas qu’un simple membre de ma communauté pour moi, c’est aussi un bon ami. Je ne sais pas ce qui lui a pris et je compte bien lui redonner raison ainsi que de vous rendre vos biens. Je vous demande alors de me laisser me charger de Killuavatar, sans votre intervention, car je sais très bien de quoi vous êtes capable si vous vous en prenez à lui. Je vous ramène vos tunes, sans rien vous demandez en contrepartie, et puis basta, on en parle plus. »
Ronald : « Et si on refuse ? »
Kurapika : « ça m’est égal que vous refusez. Je continuerai tout de même à rechercher Killuavatar. Mais si je trouve l’un des votre en train de s’en prendre à ma communauté, je le tuerai et ensuite vous entendrez parlez de moi, et pas en bien croyez moi. »
Yamaha : « Très bien Mlle Kurapika. Moi et les autres membres du conseil allons nous réunir dans la salle voisine afin de réfléchir à votre proposition. Cela ne prendra que 5 minutes, alors veuillez patienter je vous pris. »

Les 5 conseillers partent dans la salle voisine afin de délibérer. Ceux-ci ayant laissé leur veste sur leurs chaises. Kurapika en profite pour leur piquer de l’argent dans leur porte monnaie. Encore mieux, Clubber Lang avait laissé dans une de ses poches une jolie chaîne en or et Kurapika ne rata pas l’occasion de le lui prendre.
Les 5 minutes sont passées, les 5 conseillers reviennent dans la salle où se trouve Kurapika.


Yamaha : « Mlle Kurapika, nous acceptons volontiers votre aides et nous vous promettons de ne pas agir dans la recherche de nos richesses. Mais nous vous laissons un délai d’un mois. Une fois ce délai passé, votre offre ne tiendra plus. Cela vous va ? »
Kurapika : « Un mois c’est amplement suffisant. Maintenant que ça, c’est fait, nous n’avons plus rien à nous dire »

Elle part sans dire au revoir et en claquant la porte.

Krime : « Dis donc, quelle femme cette Kurapika ! »
Ronald : « Pff, elle pense vraiment qu’on va la laisser agir sans rien faire, elle est naïve. »
Clubber Lang : « Heu dites les gars, vous n’aurez pas vu ma chaîne en or, je pensais l’avoir mise dans la poche de ma veste pourtant… »

Kimu, siège de la communauté HXHDreams, le 3 décembre 2007, 19h15

Nono : « Bon, la patronne ne vas pas tarder à rentrer. J’espère que le groupe qu’on va lui proposer va lui plaire. Ça a l’air d’être une bonne équipe pour cette mission non ?
Kasue : « Ouaip, c’est clair, et puis ça me ferait bien chier de devoir me retaper encore des heures de réflexion pour trouver la team idéale. Mais à coup sur il y a un truc qui va pas lui plaire là-dedans, je la connais trop bien, c’est une vraie chieuse la présidente. »
Nono : « Dis donc, pour quelqu’un censé être sa meilleure amie, tu la casse pas mal dans le dos toi ! »
Kasue : « Ok, c’est ma meilleure amie, il n’empêche que se soit quand même une chieuse »
Nono : « Pff, les gonzesses j’te jure. »
Kasue : « Eh oh, du calme le pingouin, on dirait entendre parler Deus. »
Nono : « Me compare pas à ce type là, compris. »

Kurapika pénètre dans le bureau (le sien) où se trouve Kasue et Nono.

Kurapika : « Bon vous deux, vous avez finis ce que je vous ais demandé ? »
Nono et Kasue : « Heu, bonsoir quand même ! »
Kurapika : « ……………………………………………………………………… »
Kasue : « ok, je vois… »
Nono : « Heu ouais, bah on a terminé. Compte tenu de l’effectif disponible immédiatement et des absences de certain, je pense notamment à Rekhyt et Zantetuken que tu as envoyé en mission avec le nouveau là… comment il s’appelle déjà… heu ouais Yahiko. En prenant compte aussi de l’environnement actuel autour de la communauté, je pense avoir fait, avec Kasue bien sur, le meilleur groupe qui soit. »
Kurapika : « Eh bien qu’est-ce t’attends, dis-moi ! »
Nono : « Bien. He bah d’abord, il y a nous trois hein, car comme tu l’as dis Kura-chan, on n’a pas le choix. Ensuite il y a notre grand cuisinier, Deus Kaliya, certes il va nous faire bien chier durant nos recherches mais si nous devons combattre, ce mec est une valeur sûre. Ensuite nous avons choisi Anghells, comme c’est un bon baratineur, il peut facilement nous trouver des infos et niveau baston il se débrouille pas mal. Kurai, ce mec est GPS ambulant, il connaît des milliers de lieux dans le monde entier, ce qui peut bien nous aidé, niveau baston je pense qu’il n’y a rien dire. Tchi-Tchi, dans le même registre qu’Anghells, elle peut nous trouver facilement des infos et au niveau combat, ses fouets peuvent être vachement utiles lors d’affrontement à plusieurs. Et pour finir, Yutomi, le choix va peut-être te surprendre, mais si elle n’est pas très douée au combat, sa capacité peut nous être salvatrice dans des situations extrêmes.
Voilà Voilà, alors, t’en pense quoi ? »
Kurapika : « En effet, c’est bien pensé »
Nono : (pense ) « Yes » Okay
Kurapika : « Mais pourquoi il n’y a pas Genzo et Horah, ils sont très bon eux aussi, non ? »
Nono : (pense) « Et merde » Sad
Kasue : (chuchote à Nono ) « J’te l’avais bien dis. »
Nono : En fait, en ce qui concerne Horah, je voulais l’intégrer aussi à l’équipe, mais il a refusé, il aurait apparemment quelque chose à faire. Quant à Genzo, je pense qu’il est préférable de le laisser à la tête de la communauté durant notre absence. Il avait très bien su gérer la communauté lors des événements de la mi-août, si t’en souviens Kura-Chan.
Kasue : « il a raison Kura, il a très bien gérer la maison à ce moment, il est digne de confiance. »
Kurapika : (pense) « Justement, je crois que c’est bien le contraire ma petite Kasue. » (Elle parle à Nono) « Nono, le groupe que t’as composé me plait bien, mais ajoutes y Genzo et Horah. Je les veux absolument dans cette équipe, compris. »
(Pense) « Il faut absolument que je ne lâche pas ces deux là des yeux. »
Nono : « Mais après on est trop dans l’équipe, ça sert à rien, de plus il faut absolument des personnes expérimenté pour veiller sur la communauté. »
Kurapika : (pense) « Pas con ! »
(Elle réfléchit quelques secondes, puis elle s’adresse a Nono) « Eh bien remplace les par Yutomi et Tchi-Tchi, elles feront très bien l’affaire pour s’occuper de la communauté. »
Kasue : « Il a dit des personnes expérimenté Kura-chan. »
Kurapika : « Je me chargerai de leur formation, ne vous inquiétez pas. Bon ça, c’est régler. Nous partirons dans 5 jours. Ça me laisse le temps d’apprendre le métier à Tchi-Tchi et Yutomi en vue des prochains examens d’hunter qu’elles devront diriger et toi Nono, profite-en pour trouver des infos sur Killuavatar et dis à Horah qu’il est obligé de venir, sinon il aura affaire à moi, compris. Bon… A plus tard »
(Elle sort de son bureau).
Nono : « Putain… Elle est vraiment emmerdante la présidente parfois. Je ne sais pas ce qu’elle a ces temps-ci mais va falloir qu’elle se calme. Allez, moi je vais me mettre les autres au courant pour le jour du départ. On se voit plus tard Kasue. »
(Il sort du bureau).
Kasue : (pense) « c’est vrai que Nono dit vrai, ces derniers temps elle est vraiment tendu Kurapika. C’est vrai que ces derniers mois ont été mouvementés, mais d’habitude elle reste toujours cool. Qu’es-ce qui la tracasse à ce point ? Et pourquoi elle en a toujours après Genzo et Horah ? Si c’est encore à cause des événements de la mi-août elle exagère quand même.
Bon c’est décidé, je vais mener ma petite enquête. »

L’un des éléments marquant de ces derniers mois était la sortie du 6eme album de Rekhyt au mois de septembre. Contrairement au précédent, celui-ci est un vrai succès. En effet sur cet album, Rekhyt l’a coproduit avec son ami Anghells. Ce qui apporte du sang neuf à cet album, des titres tels que « Il est venu le temps de tuer des méchants » (une reprise très rock du générique de l’île aux enfants), « putain de nen » (titre qui raconte les débuts difficiles de Rekhyt dans l’apprentissage de nen) ou encore « Mama, I need money » (titre qui raconte comment un enfant en vient à tuer sa mère parce qu’elle ne lui donne pas d’argent pour qu’il s’achète des jouets) sont des titres phares de l’album. Depuis le mois de septembre, son album est resté dans le top 20 des albums les plus vendu dans le monde, après être resté pendant 1 mois et demi en tête des ventes.
Ce grand succès, Rekhyt ne peut le célébrer maintenant car il a été envoyé en mission dans la Région de Lokosho, au sud du continent Terra. Il doit protéger la fille du roi Ramos avec l’aide de Yahiko, un nouveau venu dans la communauté HXHdreams et Zantetuken. Cette région étant devenu une zone de guerre entre l’armée du roi et des milices rebelles, le roi avait demandé l’aide de Kurapika pour assurer la protection de sa fille en contre partie d’une très grosse somme d’argent.


Lokosho, palais du roi Ramos, le 4 décembre 2007, 10h07.

Nous retrouvons Visual, qui, après s’être absenté assez longtemps, revient sur le devant de la scène avec la ferme intention de tuer notre Rekhyt. Celle-ci, après s’être fait humilier par Rekhyt, à bien l’intention de se venger. Après maintes tentatives, tous fructueuses, elle a décidé d’employé les grands moyens. Elle décide faire un pacte avec la mort, en faisant ce pacte, elle apprend par la mort elle-même que Rekhyt était en quelque sorte invincible car la mort ne veut de lui (elle le trouve tellement minable quelle ne veut pas salir faux pour lui), la mort décide de lever cette invincibilité à condition que son album fasse un flop total. C’est ce que Visual s’efforce à faire pour ainsi accomplir sa vengeance.

Rekhyt : « C’est pas vrai ça. Ça fait au moins le 10eme rebelle que je bute de la journée. C’est un vrai moulin ce palais. »
Zantetuken : « En plus, y a encore 3 gardes du roi qui sont mort aujourd’hui, si ça continue comme ça, on va avoir du mal à assurer la protection de la fille du roi. »
Yahiko : « Ouais, c’est clair, je pari que dehors elle serait plus en sécurité la princesse. »
Rekhyt : « Mais oui, c’est une bonne idée ça. »
Zantetuken et Yahiko : « De quoi ??? »
Rekhyt : « Puisque la princesse n’est plus en sécurité dans le palais du roi, on a qu’à la faire sortir de la région de Lokosho, voir du continent, on la met dans un hôtel luxueux et hop, voilà on en a fini et on peut rentrer chez nous. Bon plan non ? »
Yahiko : « Tu sais, quand je disais que dehors elle serait plus en sécurité, c’était pour blaguer. Fallait pas me prendre au sérieux. »
Zantetuken : « c’est vrai, c’est un vrai champ de bataille à l’extérieur, trop dangereux mon gars. »
Rekhyt : « Blablabla… Bande de mauviettes, aucun sens de l’initiative. Allez, c’est décidé, je vais en dire deux mots au roi, je suis sûr qu’il sera de mon avis. »
Yahiko : « Non mais attend… »
Rekhyt : « Na na na na na na… Ta bouche le nouveau, c’est moi le chef du groupe, donc c’est moi qui décide. »
Yahiko : « Quoi !!! »
Zantetuken : « Heu, depuis quand t’es le chef toi. »
Rekhyt : « C’est la présidente qui l’a dit, vous vous en souvenez plus, le jour où elle nous a missionnée. »
Zantetuken et Yahiko : « Ah bon ?? »
Rekhyt : « Bandes de sourd, allez, je vais voir le roi. »
Zantetuken : « putain, j’le sens mal ce coup là. »

En ce même temps, Visual les observe au loin.

Visual : (Elle parle seule dans son coin) « Alors comme ça monsieur Rekhyt veut sortir du palais avec la belle princesse à son bras. Tu devrais faire attention mon petit Rekhyt, c’est très dangereux dehors, elle risquerait de se faire tuer… et toi aussi pour le coup hé hé hé hé !!! Mais avant que tu meurs petit avorton, je vais enterrer ta carrière de rockeur talentueux une bonne fois pour toute. »
(Elle sort une photo de Rekhyt de sa poche) « Tu sais, je t’aimais Rekhyt, j’aimais tout de toi, ton cul bombé, tes cheveux noir comme du charbon, ton regard pervers, ta voix si sensuelle qui me donne envie de me … HUUUM, un vrai dieu. Mais… mais… AAAAARRRRRG, tu m’as humilié salaud, tu t’es bien foutu de ma gueule alors que j’étais prète à tout pour toi. Tu vas payer pour ça, ainsi que ta carrière. Il me faut juste des photos de toi avec le roi et la princesse et il en est fini de toi. J’ai un plan pour détruire ta carrière qui est imparable. Et ensuite… ensuite…je t’écraserai (elle chiffonne la photo) JE T’ECRASERAI HA HA HA HA HA HA !!! »

Dans la salle du roi, Rekhyt soumet son idée au roi. Sa fille, la princesse Natsuki, qui est présente à ce même moment, est d’accord avec l’idée de Rekhyt, mais le roi est hésitant. Visual de son côté prend des clichés de Rekhyt, du roi et de la princesse.

Rekhyt : « Allez M. Ramos, donnez moi l’autorisation d’emmener votre fille loin de cette région. Vous nous avez demandé de protéger votre fille, la sortir de là est surement la meilleure protection qui soit. »
Zantetuken : « Mais t’as vu comment tu parles à un roi toi. Un peu de respect quand même. »
Rekhyt : « Hoo toi ça va hein ! Allez M. Ramos, faites-moi confiance. »

Le roi hésite encore, mais sa fille insiste.

Natsuki : « Père, écouté ce jeune homme, il dit vrai. Notre beau palais n’est plus un endroit sûr pour ma sécurité, et pour la votre aussi mon père. J’aimerais que nous quittions cette endroits ensemble et vivre paisiblement or de toutes ces tensions. Mais votre statut fait que vous ne pouvez pas fuir de la sorte et je respecte tout à fait cela. Mais si vous voulez vraiment mon bien être, laissez-moi partir avec ces hommes. »
Zantetuken : (chuchote à Rekhyt) « Tu vois, c’est comme ça qu’on parle à un roi »

Le roi Ramos réfléchit quelques secondes, puis il se décide.

Roi Ramos : « Très bien, M. Rekhyt, moi confier à toi, ma petite fille. Soyez prudent, dehors, très méchant les hommes. Si méchant prendre ma fille, eux faire mal à ma fille, et moi pas content et pas donner argent. Compris. »
Rekhyt : « Ne vous en faites pas M. Ramos, avec moi elle est entre de bonne main. »
Yahiko : (murmure) « tu parles, elle est morte plutôt »

La princesse Natsuki s’approche de Rekhyt, elle lui tend la main et lui adresse la parole.

Natsuki : «Je remets ma vie entre vos mains maître Rekhyt, ne me décevez pas, ainsi que mon père. »

Rekhyt reste comme un imbécile devant la main tendu de la princesse.

Zantetuken : « Heu Rekhyt, tu dois lui baiser la main, c’est une marque de respect. »
Rekhyt : « Ha heu …ouais… » (il s’exécute)
(Pense ) « Putain, ces manies de la royauté là… C’est tendancieux… »
Yahiko : Bon, ne perdons pas de temps. Ça a l’air de s’être calmé dehors, nous devrions en profité pour partir maintenant.

Ils se dirigent alors vers la sortie de la salle du trône. La princesse Natsuki regarde son père une dernière fois, puis lui adresse ces paroles.

Natsuki : « Au fait père, pourquoi vous vous êtes mis à parler comme ça. »
Roi Ramos : Ah ça, c’est parce que vu que je suis roi d’un pays du continent Sud, la peau foncé, tu vois, je me suis dis que si je parlais de cette manière, ça mettrait plus lecteur dans l’ambiance quoi. T’as trouvé ça comment ? »
Natsuki : « C’était vraiment nul mon père »
Roi Ramos : « Ah… Bon d’accord »

Natsuki fait ses adieux à son père puis elle sort avec Rekhyt et les autres de la salle. Au même moment.

Visual : Haa… Voilà… encore deux ou trois clichés… Voilà. Mon petit Rekhyt adoré, ta carrière est brisé. Ces photos vont te mener à la mort mon jolie. L’heure de ma vengeance à sonné, les trompettes de l’apocalypse résonnent à présent, et la foudre de ma colère va s’abattre sur ton destin pitoyable Mwahahahahaha.

2 jours plus tard, Visual met son plan à exécution. Elle crée un montage audio dans lequel elle faire dire à Rekhyt que l’argent qu’il gagne avec son nouvel album pourra servir à financer la guerre que mène le roi Ramos face aux milices rebelles, à la condition que le roi lui offre sa fille Natsuki en mariage. Elle envoie se montage ainsi que les photos qu’elle a prise au magazine n°1 sur le rock dans le monde entier : « Rocker X Rocker ». Les rédacteurs du magazine tombent dans le panneau et fait des infos de Visual un numéro spécial sur Rekhyt. Le magazine se vend à des milliards d’exemplaires et les fans de Rekhyt tombent de haut. Ils n’auraient jamais pensé une telle chose de Rekhyt. Il jette leur album de Rekhyt à la poubelle, sa cote de popularité descend en flèche. Tous les médias se mettent sur cette affaire, les fans veulent même la mort de Rekhyt.
Visual à belle et bien réussi son coup, la carrière de rockeur de Rekhyt est terminée.


Marché de Lito, région de lokosho, 6 décembre 2007, 18h00.

Nous retrouvons Rekhyt, Natsuki, Zantetuken et Yahiko essayant d’éviter de se faire repérer par les milices rebelles qui patrouillent sur le marché.

Zantetuken : « Par là, par là, cachons-nous derrière le mur, on se repose 5 minutes et ensuite on se barre, compris. »
Rekhyt : « Mais merde, qu’est-ce qu’elles ont ces milices à la con. Ils sont aux taquets ces temps-ci. »
Yahiko : « Hé… Mais ces quoi ces conn… » (Yahiko ramasse un journal par terre)
Zantetuken : « Ben quoi, qu’est-ce qu’il y a ? »
Yahiko : (Il tend le journal à Rekhyt) «Dis donc monsieur le chef, tu peux nous expliquer ça ? »

Zantetuken, Rekhyt et Natsuki regarde ensemble le journal. En fait, le journal parle du fameux scandale sur Rekhyt qui fait la une de tous les médias. Les trois n’en reviennent pas.

Zantetuken : (il applaudit) « Alors là chapeau Rekhyt, j’te félicite… »
Rekhyt : « Mais c’est pas vrai !! C’est quoi ce ramassis de conneries, je n’ai jamais dis tout ça moi ! Putain, si je trouve celui qu’a fait ça, je lui…
Natsuki : « Hé mais… t’es le chanteur de rock là, Rekhyt !! Mais c’est trop cool, j’ai tous tes albums… »
Yahiko : (pense) « Et ce n’est que maintenant qu’elle le remarque. »
Rekhyt : « Ha… Heu oui c’est exact… et tu les as trouvé comment mes albums ? »
Natsuki : « Ils sont tous génial, surtout le dernier. T’es un vrai génie du rock. C’est pas juste quand même que les médias sont aussi durs avec toi. Sache que tu as tout mon soutien. »
Rekhyt : (l’air gêné) « Merci… c’est sympa de ta part et… »
Yahiko : « Bon excusez-moi vous deux, mais vous vous jetterez des fleurs plus tard, on a mieux à faire vous croyez pas ? »
Zantetuken : « Il a raison. En plus je crois que c’est à cause de cet article que les milices rebelles sont très actifs ces temps-ci. L’article précise même la date quand nous avons quitté le palais. Ils savent donc qu’on est dans les parages. Il faut qu’on sorte au plus de cette région. »
Rekhyt : « Ouais, excusez-moi… bon, continuons notre route ! »
Yahiko : (pense) « putain, ce Rekhyt il est grave quand même. Il nous embarque hors du palais alors que c’est l’endroit le moins sûr pour protéger cette satanée princesse, une princesse étant une de ces groupies, il se prend pour le chef et maintenant ça. Vivement la suite…bordel, mais qu’est-ce que je fous là moi. »
(Gamakichi) « Bah… des gaufres… ha ha ha ha ha ha . »
(Yahiko) « Ha non… pas toi. »

Kimu, siège de la communauté HXHDreams, le 8 décembre 2007, 9h11

Toute l’équipe que Nono a composé, avec les modifications que Kurapika y a apportée, est réuni près du jet privé de Kurapika.

Kurapika : « Bon, il me semble que tout le monde est là. »
Nono : « Ouais, il ne manque personne »
Kurapika : « Je fais un bref topo avant de décoller. Vous devez déjà le savoir, notre brave ami Killuavatar a subitement quitté la communauté et en passant, il s’est fait de l’argent de poche avec les sous de la confrérie des hunters. En temps normal, je n’aurai pas bougé le petit doigt pour la confrérie, mais dans ce cas ici présent, c’est le comportement de Killuavatar qui m’inquiète. Ce qui l’a mis dans ça lettre à l’air très sérieux et il a les moyens de le faire. Notre objectif est de le retrouvé et lui rendre la raison. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé ces derniers mois, mais je compte bien le savoir. »
(Elle se tourne vers Nono) « Nono, j’espère que tes recherches on aboutie à quelque chose car c’est avec ce que t’as trouvé que nous allons commencer nos recherches. »
Nono : « Kurapika ne vous en pas parler mais vous devez savoir que Killuavatar a avec un de nos nouveau membre, Sliv. Ne sous-estimer pas ce gars là. Je l’ai déjà vu à l’œuvre et il est vraiment puissant.
En ce qui concerne mes recherches, je ne sais pas exactement où se trouve Killuavatar, mais s’il y a un endroit pour commencer nos recherches, c’est bien York Shin City, la ville de naissance de Killuavatar. D’après moi, si Killuavatar veut réaliser ses projets, il a besoin d’une équipe pour l’aider et ses meilleurs contacts sont à York Shin City. »
Kasue : (pense) « ça tombe bien, j’ai justement besoin d’aller là-bas »
Kurapika : « Alors, des questions ? »
Deus Kaliya : « Ouais, moi j’en ai une !! »
Anghells : (murmure) « Je crains le pire. »
Deus Kaliya : « c’est qui qu’a composé ce groupe sérieux. Non mais là on frôle la catastrophe, vous avez vu la gueule du groupe, c’est pas crédible : on a une mégalo (pointe du doigt Kurapika), une cleptomane (pointe du doigt Kasue), un ancien proxénète (pointe du doigt Anghells), un DJ (pointe du doigt Kurai), un pingouin bigleux (pointe du doigt Nono), un croque-tétons (pointe du doigt Horah) et pour finir une gueule cassé (pointe du doigt Genzo, il fait référence au blessure que Genzo a sur lui). C’est pas fameux. »
Kasue : « Cleptomane ?? »
Anghells : « Hé hé hé »
Nono: « Raa… j’t’emmerde Deus ok. »
Deus Kaliya : « Alors c’est toi Nono… Pas étonnant. »
Kasue : « Comment ça cleptomane ?? »
Kurai : « Hé Deus, t’aurai pas oublié un cuisinier complètement naze dans lot. »
Anghells : « Ha ha ha »
Horah : (murmure à Genzo) « Il a un peu raison Deus, on peut vraiment y arriver une équipe pareille. »
Genzo : « laissons faire Kurapika comme elle le sent, nous on fait nos affaires de notre côté, compris. »
Kurapika : « Bon si personne n’a d’autres questions aussi débiles que celles de Deus, alors on peut y aller. »
Kasue : « Ouais, et je ne suis pas cleptomane, baltringue. »
Nono : « Et surtout on t’emmerde Deus. »
Kasue : « En effet, on t’emmerde »
Kurapika : « Je confirme, on t’emmerde »
Kurai : « Bah… tant qu’on y est, je t’emmerde aussi. »
Genzo et Horah : « Pareille pour nous. »
Anghells : « Bon, vu que tout le monde t’emmerde, je t’emmerde aussi Deus, sorry. »
Deus Kaliya : « Pff… »
Kurapika : (pense) « Quand je pense que ces gens sont mes meilleurs éléments, y a de quoi rire. On devrait appeler cette équipe K-SOS FOR LIFE. »

Fin de l’épisode 1 HXHDREAMS

_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Dernière édition par Deus Kaliya le Mer 3 Juin - 01:53 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut

Publicité






MessagePosté le: Mar 26 Mai - 14:19 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 31 Mai - 12:06 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

EPISODE 13 HXHDREAMS ORIGIN : l’avocat du diable

Banua, maison de Nono, 1 décembre 2007, 12h05.

Nous retrouvons Killuavatar, entré par effraction dans la maison de Nono, afin de trouvé des infos sur lui.

Killuavatar : « J’espère trouver ce qu’il me faut ici… »
(Il commence par fouiller le salon) « Il est la personne idéale pour que mes souhaits se réalisent, en le mettant à ma solde, j’aurai un très bon soldat à mes côtés… Hum… Il n’y a rien ici, allons à son bureau. »
(Il fouille le bureau) « Bon sang, impossible d’entré dans son PC, il le protège avec son nen le salaud. Je ne vois aucun document papier, pas de DVD ou même de cassettes sur son passé, comment es-ce possible ? »
(Il passe près d’une heure a fouillé la maison, mais il ne trouve toujours rien, il s’assoit dépité sur le lit de Nono) « Merde, comment se fait-il qu’il n’y est rien chez lui, il n’y a même pas une photo de lui quand il était gosse. Ce mec est un vrai mystère. Ça ne m’arrange pas, si j’ai rien sur ce gars, je pourrai rien faire contre lui. FAIS CHIER »
(Il s’énerve et balance l’oreiller de Nono contre un mur. Et il découvre que sous cet oreiller se trouvait un dossier de la NERV). « Tiens tiens, que nous cachais-tu là petit Nono… Le projet SLIVA… Hé mais je connais ce type là, il s’appelle Sliv je crois, il est entré dans la communauté il n’y a pas très longtemps, pourquoi Nono s’intéresse-t-il à lui ? Voyons voir… He ben, ce mec est une création de la NERV, une combinaison entre l’ADN d’un ange, d’une Kimera Ant et d’un humain, c’est un joli mélange… Continuons… Il s’est enfuis de la NERV après être devenu incontrôlable, possède une puissance hors du commun… Ha là ça m’intéresse… Voyons Voyons… Rapport de Nono sur Sliv… Confirmation des capacités de Sliv après une altercation avec Rekhyt… »
(Il repose le dossier) « Alors ce Sliv est si fort que ça, intéressant, je crois que mon choix va se porter sur Sliv au lieu de Nono. Mais le problème reste le même, comment vais-je pouvoir le mettre de mon côté. »
(Il reprend le dossier) « Alors quel est ton point faible petit Sliv… Hum… Voilà qui est intéressant… Le SLIVA GLOVE, un gant spécial relié par onde à la puce implanté en Sliv, ce gant permet un contrôle total sur Sliv. Objet non testé… Hé bien on va régler ça, allez, direction la NERV, on va passer commande pour un gant très spéciale. »

Tokyo 3, siège de la NERV, le 1er décembre 2007, 21h33.

Killuavatar arrive à la NERV, déterminé à prendre le contrôle de Sliv. Pour cela, il doit rouler Gendo Hikari, le grand patron de la NERV qui est le seul à pouvoir lui remettre en main propre le fameux SLIVA GLOVE. Il se trouve face à sa secrétaire.

La secrétaire : « Bonjour monsieur, puis-je vous renseigner. »
Killuavatar : « Pas la peine, je veux juste voir M. Gendo Hikari ! »
La secrétaire : « Vous avez pris rendez-vous ? »
Killuavatar : « J’ai pas que ça à foutre, laisse moi le voir… »
La secrétaire : « Si vous n’avez pas pris rendez-vous, je ne peux pas vous autoriser à voir M. Hikari, prenez un rendez pour la semaine et vous pourrez le voir. »
Killuavatar : « ……………………………………………… »
La secrétaire : « Heu… Si vous ne prenez pas de rendez vous, je ne peux rien pour vous, alors je vous prierai de par… »
Killuavatar : « écoute moi bien toi, es-ce que tu sais qui je suis ? »
La secrétaire : « Heu… non ??? »
Killuavatar : « Je suis Killuavatar, le grand avocat Killuavatar. »
La secrétaire : « ??????????????????? »
Killuavatar : « Killuavatar… L’avocat du Diable là… Celui qui débarrasse York Shin City de la pègre… Le Justicier sans nen… Vous ne me connaissez pas ? »
La secrétaire : « ??????????????????? »
Killuavatar : « Mais c’est quoi cette secrétaire à la con, vous ne sortez jamais de votre bureau ou quoi ? Le monde entier connaît mes exploits en matière de justice, et vous, vous êtes là comme une débile à me regarder comme un parfait inconnu ! »
La secrétaire : « Si vous n’avez pas pris de rendez-vous monsieur, Veuillez… »
Killuavatar : « Bon écoute blondasse, que tu me connais ou pas m’importe peu, alors tu vas arrêter de me balancer tes phrases à 0,63 Génis et tu vas me laisser papoter avec M. Hikari sinon…
(Il sort un CD sa poche) Tu vois ce CD, là dessus il y a tes formidables acrobaties sexuelles que tu réalise avec M. Hikari dans son bureau. Acrobaties qui doivent surement expliquer tes forts revenus salariaux avec un simple boulot de secrétaire. Alors répète encore une fois ta phrase là… Si vous n’avez pas de rendez-vous nya nya nya nya… D’une j’te gifle, ensuite j’me barre, j’balance les vidéos de ce CD sur tout les écrans de la NERV comme ça j’te fous la honte devant tout tes collègues, puis j’balance ces vidéos sur le net comme ça j’te fous la honte devant le monde entier. Ça va mettre dans la merde ton patron en même temps et il finira par te virer et fera en sorte que tu ne retrouve plus jamais de boulot. Et tout ça pourquoi, parce la miss n’a pas voulu me laisser parler à son boss. Ça serait dommage !
Alors si tu veux éviter ça à tout prix, tu ferme ton clapet ET TU ME LAISSE PARLER A TON PATRON, COMPRIS. »

10 secondes de silence.

La secrétaire : « … Mais heu… comment avez-vous eu ces vidéo ? En plus c’est du chantage ce que vous faites, vous n’avez pas le droit. »
Killuavatar : « Tu crois que j’suis avocat pourquoi, coupez des ananas ? Allez, laisse-moi voir ton patron. »
La secrétaire : « Ouais, ouais, allez-y ! »

Killuavatar entre dans le bureau de Gendo Hikari, celui-ci joue à la super Nintendo et il a l’air assez énervé.

Gendo Hikari : « HE MERDE, c’est vraiment pourri Super Mario Bros. » (il jette la manette par terre)
(Il se tourne vers Killuavatar) « Tiens, M. Killuavatar, que me vaut l’honneur de votre visite ? »
Killuavatar : « Je vais être direct, je viens de la part de Nono. Il m’a missionné pour venir chercher ici un certain objet. »
Gendo Hikari : « Nono !? D’habitude il vient par lui même, et de quel objet parlez-vous ? »
Killuavatar : « Nono m’a demandé de vous expliqué la situation. En fait, dans notre communauté, nous avons un nouveau venu du nom de Sliv. C’est un très bon élément mais il a tendance à s’emporter très vite, et il devient incontrôlable. Au début ça allait, mais ces derniers temps, il s’énerve tout le temps et il développe une puissance incroyable et on a de plus en plus de mal à le gérer. Nono m’a donc envoyé ici pour chercher un certain que vous possédez qui permettrai de contrôlé cette énergumène. »
Gendo Hikari : « Vraiment !! Mais il me semble quand même étonnant que Nono vous ait envoyé vous pour chercher ça. Comme je l’ai dis, il vient par lui-même. »
Killuavatar : « Nono n’ait pas venu lui-même car il a cru préférable de rester près de Sliv pour pouvoir le calmer en cas de nouvelle colère. En ce qui concerne l’objet en question, je ne sais même pas de quoi il s’agit, Nono m’a juste dit de venir vous en parler et que vous comprendrez. »
Gendo Hikari : « Huuum… »
(Il réfléchit quelques secondes. ) « Très bien, je vais vous chercher l’objet en question, je reviens dans 2 minutes. »
Killuavatar : (murmure) « hé hé, tu t’es fait rouler Gendo… »
Gendo Hikari : (il se retourne) « M. Killuavatar, que disiez-vous ? »
Killuavatar : « hein… Heu… Je disais juste que je ne devais pas oubliez d’acheter des pruneaux !!! Ha ha. »
Gendo Hikari : « …………………… »
Killuavatar : « Heu… Oubliez ça. »

Gendo Hikari part chercher le SLIVA GLOVE, Il revient deux minutes plus tard.

Gendo Hikari : (il donne le SLIVA GLOVE à Killuavatar) « Tenez, voici l’objet que veut Nono. J’ai mis aussi la notice d’utilisation de l’objet. D’un côté, cela m’arrange que Nono veuille utiliser cet objet car nous l’avons encore jamais testé. Dites à Nono que je l’appellerai dans deux jours pour savoir ce qu’il en est. »
Killuavatar : « Compter sur moi.»
Gendo Hikari : « Sur ce, je vais vous laissez car j’ai beaucoup de travail. Au revoir M. Killuavatar »
Killuavatar : « Ouais, au revoir »
Gendo Hikari : « Attendez une minute ? »
Killuavatar : (pense) « Merde qu’est-ce qu’il me veut encore ? »
« Heu… Oui, qu’il y a-t-il ? »
Gendo Hikari
: « Où es-ce que vous achetez vos pruneaux ? »
Killuavatar : « Ha… ça… bah je les achète sur un marché près de chez moi. Vous devriez y faire un tour, il y a une ambiance très sympa là-bas. »
Gendo Hikari : « J’y penserai. Allez, au revoir »
Killuavatar : (soupir) « Ouf… »

Kimu, siège de la HXHdreams, le 2 décembre 2007, 11h00.

Nous retrouvons Sliv et Tchi-Tchi en train de discuté dans le salon de thé (oui, car au siège de la communauté, il y a un salon de thé). Un postier pénètre dans la salle, il a une lettre recommandé pour Sliv.

Sliv : « Tiens, une lettre pour moi. Je me demande qui ça peut bien être ? »
Tchi-Tchi : « C’est peut-être ta mère, elle doit s’inquiéter depuis ton arrivée ici. »
Sliv : « Je ne pense pas vu que je suis une création et non un parfait humain, j’ai donc pas mère tu vois ! »
Tchi-Tchi : « Ha… En effet. »
Sliv : « Alors… C’est de la part de Killu-The Wicked… C’est qui ce mec là ? »
Tchi-Tchi : « The Wicked (« pervers » en anglais) en … (Elle fait un sourire malicieux) Hum hum… ça sent le hentaï tout ça. »
Sliv : (Il lit la lettre) « Alors… Bonjour Sliv, tout comme vous, je vis passion sans pareille avec les mangas hentaï… Mais qu’est-ce qu’il raconte celui-là ? »
Tchi-Tchi : « Qu’es-ce que je disais ! »
Sliv : (Il continu à lire) « Je travaille pour le magazine Hentai Forever, et j’espère que vous serez un de nos nouveau et fidèle client. Pour le devenir, je vous invite à venir aujourd’hui au marché de Glufila pour vous inscrire à notre magazine et aussi récupérer votre cadeau de bienvenue que nous vous offrons si vous vous présentez avec le coupon ci-dessous. »
Tchi-Tchi : « He ben dis donc… Ce magazine est bien sympa. Tu devrais y aller, je suis qu’il y a plein de pervers dans ton genre là-bas, Hé hé hé. »
Sliv : « Hin hin, très drôle. Mais t’as raison, je vais y aller, vu qu’il offre des cadeaux, j’vais pas me priver. »

Marché de Glufila, le 2 décembre 2007, 14h30

Nous sommes toujours avec Sliv qui cherche le stand du fameux Killu-The Wicked.

Sliv : « Mais merde il est où son stand… là c’est les fruits et légumes… ici les poissons, qui n’ont pas l’air frais d’ailleurs… Les sous-vêtements pour femmes, hé hé hé… Ha, le voilà son stand.

Il y a du monde devant le stand de hentaï, mais Killu-The Wicked aperçoit Sliv et lui demande d’approcher.

: « Haa, voici l’homme que j’attendais, ce cher Sliv. Je suis très content que vous ayez répondu à mon offre. J’espère que vous allez vous inscrire à notre magazine… »
Sliv : « Heu… en fait, je ne viens que pour le cadeau de bienvenue, pour l’inscription je verrais plus tard. »
: (pense) « Mais quel crevard !! »
« Cela ne fait rien, le simple fait que vous prenez votre cadeau est pour moi une marque d’adhésion à notre magazine. »
(Il sort un sac et le donne à Sliv) « Là-dedans, il y a les 5 tomes du mythique manga les femmes d’Anghells, la célèbre fiction sur la vie de proxénète d’Anghells. »
Sliv : « Waa, c’est extra, ce hentaï est super rare et son prix est aux alentours des 5 millions de Génis. C’est un putain de cadeau. Je crois que je vais m’inscrire maintenant à votre magazine. »
: « Très bien M. Sliv, hé hé hé ! »
Sliv : « Au fait, on s’est pas déjà vu quelque part. Votre tête me dit quelque chose. »
: « La votre aussi me dis quelque chose. »
Sliv : « Sérieux !»
: « Ouais, il me dit que tu es sous mon contrôle HA HA HA… »
Sliv : « Quoi ?? »

Killu-The Wicked portait en fait un déguisement dans le lequel se cachait Killuavatar. Celui-ci enfile le SLIVA GLOVE afin de pouvoir contrôler Sliv.

Killuavatar : (il cri) « MAINTENANT SLIV, MONTRE MOI L’ETENDU DE TON POUVOIR ET DETRUIS CE MARCHE AVEC LES PERSONNES QUI CI TROUVE MWA HA HA HA HA . »

10 secondes de silence dans le marché.

Sliv : « Mais tu fous quoi là Killuavatar ??? »
Killuavatar : « Bah heu… »

Soudain, les yeux de Sliv deviennent rouge et il se transforme en un monstre de près de 4 mètres de haut. Il commence à détruire tout sur son passage. Killuavatar s’éloigne pour éviter de d’être blessé.

Killuavatar : « MWA HA HA HA, enfin ha ha… enfin mon règne va pouvoir commencer. Avec ce joujou là, je suis imbattable, personne ne pourra m’approcher HA HA HA HA HA.
Mais ce n’est pas encore terminé, il me manque encore une personne avant de vraiment pouvoir me lancer. Dès que Sliv aura fini de raser ce marché à la con. Direction York Shin City. HA HA HA HA HA HA.

Kimu, siège de la communauté HXHdreams, le 2 décembre 2007, 15h10.

Dans le salon de thé de la communauté, les hunters se repose tranquillement, mais survient à la télé un flash info. Ce flash info parle de l’attaque de Sliv sur le marché de Glufila.

Anghells : « Waa, c’est chaud ce qui est arrivé là-bas, ils se sont carrément fait attaquer par un monstre. »
Yutomi : « Ouais, en plus c’est près d’ici, faut faire gaffe. »
(Elle remarque Nono qui passait par là) « Hé Nono, t’as vu ça ? »
Nono : « Qu’est-ce qui se passe ? »
Yutomi : « Y a un monstre qu’a attaqué le marché de Glufila. Ça a fait pas mal de mort de mort. »
Nono : « sérieux »
(Il regarde les infos et il semble reconnaître le monstre qui a été filmé par des civils) « Mais attends… Mais c’est… » (Il sort du salon de thé en courant)
Anghells : « Qu’est-ce qui lui prend à celui-là ? Pourquoi il court comme ça ? »
Yutomi : « Bah j’sais pas, il a peut-être peur que le monstre viennent ici, ou soit il a la diarrhée ? Hi hi hi.
Anghells : « Holà, on croirait entendre Deus parler ! »
Yutomi : « Hé ho, ne me compare pas à se mec là compris. »

Nono s’est retiré dans un coin tranquille où il ne pourra pas être entendu par qui que se soit. Il téléphone à Gendo Hikari.

Nono : « Allo, M. Hikari, c’est Nono. Je vous ap… »
Gendo Hikari : « Haa, c’est toi Nono, j’avais pourtant prévenu que je t’appellerai dans deux jours. »
Nono : « Comment ça ? »
Gendo Hikari : « Tu m’avais demandé le SLIVA GLOVE par l’intermédiaire de Killuavatar, et je lui avais dit de te dire que je t’appellerai dans 2 jours pour avoir les résultats que t’aurais obtenu avec le gant. »
Nono : « Mais je ne vous ais jamais rien demandé moi ? »
Gendo Hikari : « Bah si. C’est Killuavatar qui me l’a dit. »
Nono : « Mais merde, c’est pas vrai ! Pourtant vous savez très bien que je viens par moi-même pour vous demander des trucs. »
Gendo Hikari : « Killuavatar disait que tu étais occupé surveiller Sliv et que tu l’as donc missionné. Moi je l’ai cru. »
Nono : « Et il vous a demandé le SLIVA GLOVE ? »
Gendo Hikari : « Bah oui… »
Nono : « Non mais qu’es-ce que c’est ce boss en carton là. Vous lui donnez des objets si important comme ça. C’est pas encore noël à ce que je sache ? »
Gendo Hikari : « Mais qu’es-ce qu’il y a, c’est quoi ton problème ? »
Nono : (il s’énerve) « Raa… Rien laissé tomber. Allez faire des galipettes avec votre secrétaire. »
Gendo Hikari : « Si t’as des problèmes Nono je peux t’aider tu sais ! »
Nono : « Non, ça va là, vous en avez déjà trop fait. »
Gendo Hikari : « Au fait, il a acheté ses pruneaux ? »
Nono : « Quoi ??? »
Gendo Hikari : « Killuavatar m’a dit qu’il devait acheter des pruneaux ? »
Nono : « Allez, tais-toi… » (Il raccroche)
« N’importe quoi ce type là, il se fait voler le SLIVA GLOVE et il me parle de pruneaux. C’est vraiment un incompétent. Mais merde alors, la lettre de Killuavatar c’était vraiment du sérieux. Je ne sais pas comment il en a appris sur Sliv et le SLIVA GLOVE, mais s’il a une parfaite emprise sur Sliv, il devient presque intouchable et il pourrait vraiment mettre ses plans à exécution. Merde, il faut que j’en parle tout de suite à Kurapika. »

Nono court au bureau de Kurapika pour lui expliqué la situation.

Nono : « Kurapika, on a un très gros problème. »
Kurapika : (pense) « On a que ça de tout de toute façon. »
« Qu’es-ce qui ce passe Nono ? »
Nono : « C’est au sujet de Killuavatar. La lettre qu’il nous a laissé, c’est du sérieux. Je crois que tout ce qu’il a écrit est vrai. On doit le rechercher. »
Kurapika : « Heu… C’est une blague ? Comment veux-tu qu’un type comme lui fasse une chose pareille. »
Nono : « Pour le vol je ne sais pas, mais je pense qu’avec les nombreux contacts qu’il a, il a surement un type spécialisé dans le vol capable de faire ça. Et pour ce qui est de son délire mégalomane. Il a de quoi faire. »
Kurapika : « Que veux-tu dire par là »
Nono : « Tu connais le nouveau qui est venu au mois de juin dernier, il s’appelle Sliv ? »
Kurapika : « Ouais, j’ai vaguement entendu parler de ce gars là. On dit qu’il n’est pas totalement humain non ? »
Nono : « En effet. C’est une création de la NERV en fait… »
Kurapika : (Pense) « Une création de la NERV !! Putain mais c’est cet endroit la NERV, c’est des créateur de Pokémon ou quoi ? »
Nono : « Il a fuit la NERV après être devenu incontrôlable. Lorsqu’il est arrivé dans la communauté, la NERV voulait que je garde un œil sur lui. Au départ je ne voulais pas. Mais après une altercation avec Rekhyt, j’ai pu voir l’étendu de son pouvoir. Et je dois dire que la NERV a fait du bon boulot. J’ai galérer avant de pouvoir le calmer. »
Kurapika : « Il est si fort que ça ? »
Nono : « Absolument. Après ça, j’ai finalement décidé de garder un œil sur lui comme me l’avait demandé la NERV. Après mon premier rapport sur lui. La NERV à décidé de créer un objet spécial, le SLIVA GLOVE. C’est un gant qui permet de contrôler Sliv à distance dans un rayon de 500 mètres autour de lui. Ce gant, on devait l’utiliser en cas d’urgence si Sliv devenait ingérable, mais Killuavatar l’a volé. »
Kurapika : « Alors ça veut dire que… »
Nono : « Ouais, Killuavatar est en possession d’une arme qui lui est très utile pour arriver à ses fins. Tu as vu les infos qui passent à l’instant ?
Kurapika : « Oui, ce monstre qui a attaqué le marché de Glufila. »
Nono : « Hé bien je suis sûr et certain que c’est l’œuvre de Killuavatar et Sliv. »
Kurapika : « Quoi !? Ce monstre c’est Sliv !? »
Nono : « Oui, je m’en rappelle bien. »
Kurapika : (pense) « Merde, j’aurai jamais cru que Killuavatar disait vrai dans sa lettre. Mais qu’est-ce qui lui est passé par la tête ? Pourquoi il veut faire ça ? »
Nono : « Tu compte faire quoi alors ? »

Kurapika réfléchit quelques secondes.

Nono : « Moi je pense qu’on devrait se mettre à sa recherche. Je crois qu’il n’est pas encore trop tard pour le raisonner. »
Kurapika : « C’est ce que je pense aussi. »
(Elle se lève de son bureau) « Très bien, va prévenir Kasue. Tu lui explique la situation et ensemble, vous me constituer une équipe avec laquelle on va chercher Killuavatar. Vous avez jusqu’à demain. J’ai un rendez-vous très important et c’est loin d’ici. Je reviendrai demain. Je vais en profiter aussi pour expliquer tout ça à la confrérie des hunters. »
Nono : « Pourquoi tu veux leur en parler ? »
Kurapika : « Ces gars là ont perdu toutes leurs richesses. Ils ne vont attendre à ne rien faire et je pense que bientôt ils sauront que c’est Killuavatar qui est à l’origine de tout ça. S’ils le trouvent avant nous, il est mal. Je vais leur proposer notre aide et faire en sorte qu’ils nous laissent nous occuper de cette affaire. »
Nono : « Tu pense qu’ils seront d’accord ? »
Kurapika : « Je ne suis pas dupe Nono. Je sais que même s’ils acceptent ma proposition, ils mettront quand même des hommes à la recherche de Killuavatar. Je veux les mettre en garde, c’est tout »
Nono : « Mouais, fais comme tu le sens. J’vais aller prévenir Kasue. On se dit donc à demain. »
Kurapika : « …………………………… »
Nono : « Heu ouais… Bah… salut… » (Il sort du bureau)
Kurapika : (pense) « En fait cette situation m’arrange pas mal. Le fait que je sais qui est à l’origine du vol, et surtout que se soit Killuavatar, me donne une longueur d’avance sur la confrérie des Hunters. Si je leur propose mon aide, que je trouve Killuavatar et que je leur rends leur argent, ça leur fera une mauvaise pub. Le fait qu’il se rabaisse à accepter l’aide de mon organisation ne va pas plaire à tout le monde… et tant mieux. Ensuite, même si je leur demande rien en retour, ils me seront quand même redevable, et je ne sais pas comment, mais je compte très bien les déstabiliser.
Hin hin, Nétéro, dommage que tu ne sois pas là pour voir ta confrérie coulé. Bientôt elle ne sera plus qu’un mauvais souvenir et ce monde me mangera dans la main et je pourrai enfin obtenir ce que je désire le plus. »
« hu hu hu, hé hé hé, HA HA HA HA HA »

Les rires de Kurapika résonnent dans tout le couloir. Genzo qui passait par là entend ses rires.

Genzo : « c’est ça ma chère Kurapika, rit encore tant que tu le peux. Car quand je t’aurais mis hors-circuit. Ce sera mon tour de rire, et toi… tu n’auras plus que tes yeux pour pleurer, hé hé hé. »


Fin de l’épisode 13 origin
_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Dernière édition par Deus Kaliya le Dim 31 Mai - 22:42 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 31 Mai - 22:41 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 2 : Wanted


Aéroport Gaiden, York Shin City, le 8 décembre 2007, 17h23

Le groupe de Kurapika arrive enfin à York Shin City, Il descende du jet privé de Kurapika.

Kurai : « Franchement il est trop classe ton jet Kurapika, il y a moyen que tu me le prête lors de certaine de mes missions. »
Kurapika : « Tu sais Kurai, dieu nous doté d’une chose incroyable, ce sont les pieds. Alors… »
Kurai : « Ouais ça va, j’ai compris. »
Genzo : « C’est pas tout ça, mais on maintenant on va où ? »
Nono : « Pour l’instant, on va au centre de la ville. On va rechercher des infos auprès des habitants. »
Anghells : « Si ce n’est que ça ! »

Une limousine arrive, elle vient chercher le groupe de Kurapika

Kasue : « Dis donc Kura-chan, tu nous sort le grand jeu, c’est pas tout les jours. »
Kurai : (pense) « Voir jamais ! »
Kurapika : « Ouais, bah profitez-en bien, je ne vous referais une telle chose de si tôt. »
Deus Kaliya : « Pff, n’importe quoi. C’est inutile tout ça, moi j’y vais a pied, c’est plus rapide. Nono, Kurai… On fait une petite course jusqu’au centre de la ville, le dernier arrivé paye son resto à tout le groupe. OK »
Nono : « Moi ça marche, j’suis toujours présent pour ridiculiser Deus. On se rejoint devant l’hôtel Kuko. A tout à l’heure. »
Kurai : « Mouais… la limousine se sera pour une prochaine fois. Va pour la course. »

Les trois hommes partent à une vitesse fulgurante. Les autres prennent la limousine.

Kasue : « Ce sont vraiment des gamins quand même, faire la course… Faut grandir un peu. »
Horah : « Te plains pas, tu paiera pas le resto. En ce qui concerne cette mission Kurapika, si l’on se retrouve face à Killuavatar et qu’il engage le combat, on a ordre de le tuer si besoin est, ou… »
Kurapika : « Qu’on soit clair tout de suite, il est hors de question de le buter. Si on doit engager le combat, on le neutralise et rien de plus. Il faut à tout prix qu’on le raisonne et retrouver les richesses de la confrérie des hunters. Si l’un de vous à le malheur de lui faire la peau, je le torture jusqu’à la fin de sa vie. »

10 seconde de silence

Anghells : « Comme ça c’est clair… »
Kasue : (murmure)« On va bien se marrer. »

Hotel Kuko, York Shin City, le 8 décembre 2007, 17h40.

Deus Kaliya, Kurai et Nono arrivent enfin à l’hôtel Kuko. C’est Kurai qui est arrivé en dernier, celui-ci à l’air assez énervé.

Kurai : « Saleté de Deus, tu ne serais pas arrivé premier si t’aurais pas utilisé tes peaux de bananes de merde. »
Nono : « J’ai failli me crouter la gueule par deux fois à cause de tes conneries. C’est pas très sport tout ça. »
Deus Kaliya : « Non mais écoutez moi ces nems mal roulés. Vous vous plaignez pour de simples peaux de banane qui traînaient par terre. Ça sera quoi lorsque vous aurez pris des coups de la part du fameux Sliv, vous allez lui dire, arrêteuuu… Tu me fais mal… »
Kurai : « Tsss… »

La limousine de Kurapika vient d’arriver, le reste du groupe sort donc de la voiture

Anghells : « Alors, qui paye son restaurant ? »
Nono et Deus Kaliya : (pointent du doigt Kurai) « C’est lui. »
Anghells : (un grand sourire aux lèvres) « Hoo mec, ton porte-monnaie il va pas aimer crois moi hé hé hé. »
Kurai : (Dépité) « Enfoiré ! »
Kurapika : « Bien Nono, on s’en remet à toi, on fait quoi ? »
Nono : « Je sais pas si comme moi vous avez remarqué… »
Kasue : « Remarqué quoi ??? »
Genzo : « Tu parles des affiches des contrats sur la tête de Killuavatar c’est ça ? »
Nono : « Exactement, il y en a pas mal je trouve ! »
Deus Kaliya : (pense)« Alors qu’il faisait la course avec nous, il a quand même pu faire attention aux affiches parqué dans la ville. Il est vraiment balèze pour un pingouin bigleux. »
Kurai : « C’est pas étonnant, vu l’histoire qu’il a avec cette ville. Je peux comprendre que pas mal de personnes, entre autre certains mafieux, veulent lui faire la peau. »
Nono : « Bon, on se sépare chacun de notre côté et on cherche des infos sur Killuavatar. On se retrouve tous ici dans une heure. C’est parti ! »

Le groupe se sépare. Après une heure de recherche, le groupe se retrouve devant l’hôtel.

Kasue : « Alors, ça a donné quoi de votre côté ? »
Anghells : « Pas grand chose pour moi, mais… »
Nono : « Mais tu pense qu’on a tous une info en commun ? »
Kurapika : « La mafia est au courant pour Killuavatar, c’est ça !? »
Anghells : « Ouaip. »
Deus Kaliya : « C’est vrai. J’ai rencontré plusieurs hunters et ils me disaient tous que la mafia avait augmenté ses primes sur la tête de Killuvatar car ils savaient qu’il est à l’origine du vol des richesses de la Confrérie des hunters. »
Nono : « La mafia engage des hunters pour retrouver Killuavatar vivant ainsi que les richesses de la confrérie des hunters. Apparemment, ils seraient plus d’une centaine à sa recherche. »
Horah : « Mais comment peuvent-ils être déjà au courant ? »
Kasue : « Kura-chan, Nono m’avait dis que tu étais allée voir la Confrérie des Hunters pour leur expliquer la situation. Tu crois que… »
Kurapika : « C’est ce que je me suis dit aussi. Mais en y réfléchissant bien, je vois mal la confrérie des hunters demander de l’aide à la mafia. Ils savent très bien s’en occuper eux-mêmes. Ils ont peut-être perdu leurs tunes, mais pas leurs meilleurs hunters à ce que je sache. »
Genzo : « Et puis il faut se rendre compte de ce que peut entrainer une aide de la mafia. S’ils arrivent arrive à retrouver les richesses de la Confrérie des Hunter, la mafia voudra surement en prendre une bonne part, voir prendre une haute place dans la Confrérie. Je pense que la Confrérie n’est pas prête d’en arriver là. »
Kasue : « Alors il y a des chances que la fuite vienne de chez nous ! »
Horah : « En effet, il y a des chances… »
Genzo : « Soit il y a un espion de la mafia parmi la communauté. Soit… Il y a un traitre parmi nous. »

Le groupe se regarde en silence quelques secondes.

Kurai : « Genzo, je ne crois pas qu’il faut semer le trouble dans le groupe. On doit se concentrer sur notre mission pour l’instant. »
Nono : « Kurai a raison, les traitrises et compagnies ont verra plus tard. Pour l’instant on se concentre sur notre mission principale qu’est de retrouver notre Killuavatar. On va passer à la suite du plan… »
Deus Kaliya : « Ha, parce que notre recherche d’une heure faisait partie d’un plan… »
Nono : (Il s’énerve) « Et toi tu commence pas, OK !! »
Deus Kaliya : « Hoo ça va, ça va d’accord, je ne dis plus rien… »
Anghells : « ha ha ha »
Nono : (Pense) « Putain, il fais chier celui-là »
« Bon, en ce qui concerne mon plan… »

Soudain, le téléphone portable de Kasue sonne. C’est un message d’un certain Benimaru.

Kasue : « Excusez-moi, mais j’ai un rendez-vous très important, je dois vous laissez. Kura-chan, tu me tiens au courant. »
Kurapika : « OK. »
Kurai : « Bah alors Kasue, on nous abandonne pour retrouver en douce le vilain Hisoka. C’est Joss qui ne va pas être content. »
Kasue : « Qu’es-ce t’as toi ? T’es jaloux ? »
Kurai : « Ouais, je suis trop jaloux en effet. J’ai toujours eu envie de me taper une mocheté comme toi pour voir si je résisterai à l’envie de vomir durant l’acte ! »
Anghells : « Ha ha, le salaud. Moi j’aurai pas aimé… »

Kurapika attrape Kurai et elle lui met trente gifles avec son éventail

Kurapika : « Ecoute moi bien toi ! Reparle-lui encore de cette manière et cette fois ci je te coupe les olives et j’te bourre le cul avec… »
Deus Kaliya : (S’imagine la scène) « Woow »
Kurai : « Ouais… D’accord… D’accord… J’arrête… Tu peux me lâcher maintenant. »

Kurapika le jette au sol.

Kasue : « Merci Kura-chan. Bon, j’y vais, à plus.
Nono : « Bon Si tout le monde peut se concentrer. Pour ce qui est du plan, vous n’êtes pas sans savoir que dans cette ville réside quatre grandes organisations mafieuses. Il y a celle de M. Ahuri, ensuite celle de Tonton Carlzone, celle de Mme. Elona alias la Godmother et enfin celle de Tony le Gros. Ces 4 quatre organisations, d’après ce que j’ai pu entendre, on mis un paquet d’argent à gagné pour celui qui retrouverai Killuavatar ainsi que l’argent de la Confrérie des Hunters.
Nous allons nous nous diviser en quatre groupes de deux. Et chacun des groupes ira voir un de ces chef mafieux et tentent de lui soutirer des infos. Mais surtout ne menacé pas ces types compris. Il sont dangereux et ils pourraient s’en prendre à la communauté durant notre absence, alors faites attention. »
Anghells : « Mme. Elona… tiens donc, quelle coïncidence ! »
Kurapika : « Tu l’a connais ? »
Anghells : « Ouais, je la connais même très bien. »
Deus Kaliya : « Non mais c’est ça ton plan. Sérieux c’est minable, peut faire mieux. »
Nono
: (Il s’énerve) « Bon Kurapika, tu fais les groupe s’il te plait, j’ai un cuisinier à étriper. »
« DEUS VIENS LA ENFOIRE »
Deus Kaliya : « Hoo, M. Le Pingouin veut jouer au chat et à la souris. Comme c’est mignon. »
Nono : « TA GUEULE ! »

Tandis que Nono tente de faire la peau à Deus Kaliya, Kurapika s’occupe de faire les groupes.

Kurapika : « OK, Anghells vu que tu connais Mme. Elona, tu iras la voir avec Horah. Deus et Kurai vous irez voir M.Ahuri et Genzo et Nono vous irez voir Tonton Carlzone. Moi j’appellerai Kasue et on s’occupera de Tony le Gros, compris.
Allez, disparaissez de ma vue, on a du boulot. »

Les groupes se séparent donc, l’air déterminé (et con aussi)

Maison abandonnée, région de Lokosho, le 8 décembre 2007, 23h00.

Nous retrouvons Rekhyt, Natsuki, Zantetuken et Yahiko dans une vieille maison abandonnée. Ils décident de rester ici pour la nuit.

Rekhyt : « Bien, on pose nos fesses ici les gens, on a pas mal avancé aujourd’hui. Zantetuken tu vérifie la maison, moi je vais préparer à bouffer et toi Yahiko tu heu… »
Yahiko : « T…Tais-toi… Je ne te ferai pas sortir tu comprends ça… Tu vas foutre la merde… non on va se faire repérer avec tes conneries… »
Natsuki : « Il parle à qui là ?? »
Rekhyt : « Heu c’est rien. C’est juste Gamakichi qui fait des siennes. »
Natsuki : « Gamakichi ??? »
Rekhyt : « Laisse… je t’expliquerai plus tard. »
Zantetuken : « R-A-S dans la maison. On peut y passer tranquillement la nuit. »
Rekhyt : « Ok, dès minuit on se couche. On va fera des tours de gardes. Moi en premier, ensuite Yahiko puis toi Zantetuken. Mais es-ce que tu peux voir comment il va Yahiko. Il m’inquiète un peu ces derniers temps. »

Zantetuken va donc voir Yahiko. Natsuki quant à elle, a l’air assez inquiet. Elle viens voir Rekhyt.

Natsuki : « Dis Rekhyt, je peux te parler quelques secondes. »
Rekhyt : « Oui, qu’est-ce qu’il y a ? »
Natsuki : (Elle commence à trembler) « Tu sais… j’ai très peur. Durant notre fuite j’ai vu beaucoup de gens mourir. C’est nouveau tout ça pour moi. Et… J’ai peur de mourir… Et mon père, qui va avoir à faire à tous ces furieux dehors, il ne s’en sortira jamais… Rekhyt j’ai tellement peur… »
Yahiko : « MAIS TU VAS FERMER TA PUTAIN GUEULE !!! »
Natsuki : « Quoi ? »
Zantetuken : « Non non, t’inquiète, il parle à Gamakichi ! »
Rekhyt : (Il prend la main de Natsuki) « Ne t’en fais, je te promet que je sortirai d’ici sain et sauf. En ce qui concerne ton père, dès que je t’aurais mis en lieu sûr, j’irai m’occuper de sa sécurité. »
Natsuki : « C’est… C’est vrai »
Rekhyt : « Promis. »
Natsuki : « Ha t’es trop chou Rekhyt !! Merci ! » (Elle le sert contre sa poitrine)
Rekhyt : « Huf… huuuuf… Arrêffff… Arrêffff… Fu m’éfouufff avec… tes feins… »
Natsuki : « Ha, excuse-moi. Je suis vraiment confuse. »
Rekhyt : (éssouflé) « Ouais ouais, ça va. »
(Pense) « Faut dire que ce n’était pas désagréable non plus »

Pendant ce temps, Yahiko se parle à lui même, ou plutôt à Gamakichi

Yahiko : « Tu ne sortira pas de là crois, alors arrête, lâche moi la grappe abruti. »
(Gamakichi) « Mais allez mec, laisse moi sortir, je fracasse deux ou trois mec dehors après j’te fous la paix, en plus j’suis sûr que ça va te plaire. »
(Yahiko) « Non, on va se faire repérer avec tes connerie j’te dis. »
(Gamakichi) « Wesh, fais pas ta pute mec, soit sympa putain, j’vais tout déchirer ça va être trop marrant ! »
(Yahiko) « Arrête bon sang ! Et surveille ton langage, il y a des jeunes lecteur qui regarde. »
(Gamakichi) « Vas-y là, ils ont vu pire que ça wesh, fais pas ta victime, allez laisse moi sortir 5 min qu’on s’amuse un peu putain. »
(Yahiko) « Crève ! »
(Gamakichi) « Walou, sérieux t’es un crevard, putain de ta race, vas-y mec, j’te retiens, j’te retiens, bâtard va. »
(Yahiko) « Pfiou, il est enfin parti. »
Zantetuken : « Hé, Yahiko, ça va ? »
Yahiko : « Ouais t’inquiète, c’est bon je le gère. »
Zantetuken : (pense) « Tu parles, tu t’es pas vu en train de parler tout seul comme un pauvre con. Merde la situation ne s’arrange pas. Si son Gamakichi se ramène, il va foutre le bordel et on va se faire repérer. Faut absolument qu’on sorte de la région au plus vite sinon la mission est fichu. »

York Shin City, le 8 décembre 2007, 18h00

Nous retrouvons Nono et Genzo dans York Shin City, en direction de la villa de Tonton Carlzone.

Nono : (Pense) « Mince, ce Killuvatar. Comment a-t-il su tout ça sur Sliv. Pourtant j’avais bien cacher mon dossier Sliv (note de narrateur : Ouais, c’est clair, sous un coussin, super planque, bravo.). A mon avis, il a dû voir la confrontation avec Rekhyt de la dernière fois. Puis il a dû enquêter sur Sliv, ça l’a mené jusqu’à la NERV et donc au SLIVA GLOVE. Oui, c’est surement ça. Il est vraiment malin ce Killuavatar. »

Du côté de Kasue, elle vient de rejoindre son contact, le fameux Benimaru. Celui-ci est l’informateur personnel de Kasue. Il lui donne des infos sur des objets rares et de grandes valeur que Kasue pourrai voler. Mais surtout, il lui fourni des infos sur Hisoka, son ancien amour, allez savoir pourquoi.

Benimaru : « Hoo, ma belle Kasue, te revoir me fait chaud au cœur. Cela fait tellement de temps que nous nous sommes pas vu, je croyait que vous m’aviez chassé de votre esprit. » (il lui baise la main)
Kasue : « Hum… Toi t’es toujours aussi charmeur. »
Benimaru : « Il n’y a qu’avec de si jolie femme que je suis comme ça. Sinon ma belle, que veux-tu de moi. Des informations sur ton mystérieux Hisoka, ou bien… »
Kasue : « Non, cette fois-ci, je veux que tu me renseigne sur une autre personne. »
Benimaru : « Ho, Miss Kasue aurait elle laissé Hisoka pour un autre homme. »
Kasue : « Pas du tout. Là il s’agit d’une femme ! »
Benimaru Mon dieu, la belle Kasue a changé de bord. Comme je suis surpris… »
Kasue : « Mais non, dis pas n’importe quoi. La femme dont je parle, c’est Kurapika. »
Benimaru « hum hum… ta meilleur amie te ferait des infidélités. Non, sérieusement, tu sais mieux que son but ultime est d’écraser la Confrérie des Hunters et ainsi avoir en quelque sorte une main mise sur le monde. A part cela, que dire de plus. »
Kasue : « Je le sais bien, mais ces derniers temps elle a vraiment changé. Avant, elle voulait s’imposer face à la Confrérie de manière…disons loyal. L’organisation ayant le plus de succès gagne cette soi-disant guerre, tu vois. Mais là elle passe carrément à l’offensive, j’ai l’impression qu’elle veut utiliser tous les coups bas possible pour les faire plonger. Ça ne lui ressemble pas.
Benimaru « Ma chère Kasue, t’inquièterais-tu pour elle ou bien… »
Kasue : « Je me méfie plutôt. Tout ses agissements cache quelque chose, et je compte bien savoir ce que c’est. »

Fin de l’épisode 2 HXHDREAMS

_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 1 Juin - 18:57 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

HXHDREAMS Origin épisode 7 : Soupçons


Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 15 septembre 2007, 10h05

L’événement spécial de ce jour est la sortie du sixième album de Rekhyt, fait en collaboration avec Anghells. La diffusion quelques semaines auparavant du nouveau clip de Rekhyt annonçait déjà le succès de cet album. Mais Rekhyt et Anghells sont quand même stressés.

Rekhyt : (Il ne tient plus en place) « Ha la la, tout les magasins sont ouvert à cette heure ci. Je me demande s’ils se sont rués sur l’album. Merde, c’est la première fois que je suis autant stressé par la sortie de mon album. Les précédents ce n’étaient pas comme ça. »
Anghells : « C’est normale, là tu reviens de loin avec cette album. Avec tout ce qui t’es arrivé avant, t’as de quoi stresser. J’dois dire que moi aussi je stresse pas mal, c’est la première que je produis un album, c’est une première pour moi. J’espère autant que toi que cet album soit un succès. »
Rekhyt : « Si seulement je pouvais savoir ce qui se passe dans chaque magasins de ce monde pour savoir comment se porte les ventes de l’album. »
(Il soupir) « huuum… La maison de disque a dit qu’elle nous appellera à quelle heure pour nous donner les premiers chiffres ? »
Anghells : « Le patron de la maison de disque a dis qu’il nous met au courant dès 12h30. »
Rekhyt : (Il se met à prier) « Petit Jésus, je sais que dans mes chansons je ne fais que t’insulter mais là je t’en pris, oublie tout ce que j’ai pu te dire dans mes chansons et donne un petit coup de pouce à mon album… »
Anghells : Mais tu fous quoi là… »

Yutomi pénètre dans la salle ou se trouve Anghells et Rekhyt.

Yutomi : « Salut les mec, alors ça se présente comment pour l’album… »
(Elle voit Rekhyt en train de prier ) « Mais il fout quoi lui ? »
Anghells : « Il prit le bon Jésus pour qu’il donne un petit coup de pouce à l’album. »
Yutomi : « Ha ha, bah vu comment il l’insulte dans ses chansons, son coup de pouce il sait où il peut se le mettre… »
Rekhyt : « Merci, j’admire ton soutient Yutomi, tu me remonte le cœur, que ferais-je sans toi ?
(Murmure) « Connasse. »
Yutomi : « Mais de rien mon choux. Bon sinon les ventes, ça se passe comment ? »
Anghells : « On en sait rien, le patron de la maison de disque nous donnera les premiers chiffre dès 12h30. »
Yutomi : « Vous ne connaissez pas le site Potemkine ? »
Anghells et Rekhyt : « Non c’est quoi ? »
Yutomi : (Pense) « Bande d’inculte ! »
« C’est un site internet qui permet de voir les ventes d’album en lignes. »
Rekhyt : « Mais c’est cool ça, allons à la salle informatique pour voir. »

Le groupe se rend donc dans la salle informatique (oui la communauté HXHDREAMS possède aussi une salle informatique, haut de gamme bien sur).

Yutomi : Je vous explique comment ça marche. Vous tapez le nom de l’album, ensuite…là, vous voyez, ce sont les ventes en temps réelle de votre album dans tous les magasins du monde ainsi que sur le net et… WOW, putain Rekhyt t’as déjà dépassé les 70 milles album. C’est stupéfiant. »
Rekhyt : « T’es sérieuse là, c’est vrai… »
Yutomi : « Bah ouais, regarde là ! »

Rekhyt et Anghells regarde les chiffres de ventes et elle à bien raison, l’album s’est vendu à plus de 70 milles exemplaire en une matinée. Du jamais vu. Rekhyt et Anghells se sautent dans les bras, se câline, heureux de leurs réussites.

Rekhyt : « OUAIS, HA HA HA, ON VA DEVENIR RICHE MEC. ON EST RICHE !! »
Anghells : « YEEEEEES, HO MY GOOD ? I’M RICH MOTHER FUCKEEEEER »
Yutomi : « Alors vous faisiez tout ça pour l’argent. Et moi qui vous prenaient pour des passionné de musique.
Rekhyt : « Hé hé hé, et oui ma belle. Faire de la musique si ça rapporte pas de gros chèque, ça sert à rien. C’est ça le business. »
Yutomi : « Tsss, pauvre gland. Bon moi je vous laisse vous câlinez. Et bravo quand même pour votre album. » (Elle sort de la salle)
Rekhyt : « Haaa Anghells, je m’imagine déjà avec tout cette argent, et toute les conneries qu’on va faire avec. »
Anghells : « Ouais, on fera une grande fête pour arroser ça. On y invitera toute la communauté et on soudoiera avec cette tune la présidente pour qu’elle nous un super strip-tease. »
Rekhyt : « Hoo, je ne pense pas que t’ais besoin d’argent pour faire faire un strip-tease à Kurapika. Un peu d’alcool ça suffit ha ha. Moi je ferai construire un harem ici et toutes les femmes de la communauté seront mes servantes. Chaque matin elles devront me faire une danse du ventre pour me mettre de bonne humeur. »
Anghells : « Et Deus sera notre ton cuisinier attitré. »
Rekhyt : « Ouais, et il n’oubliera pas de faire la vaisselle aussi le petit salaud. »
Anghells : « Kurai sera ton DJ perso. Il mettra l’ambiance. »
Rekhyt : « Hé, tu te rappelle ce qu’on avaient fait à son studio, tapage de barre pas vrai ! »
Anghells : « Ouais j’men souviens, ha ha. Et nous dans tout ça on se la coulera douce, on se fera des câlins tout les jours et on … »
Rekhyt : « Houlà houlà, du calme mon vieux !! »
Anghells : « Heu… oui, pardon. Bon, allons fêter tout ça autour d’un bon champagne mon coco. »

Les deux hommes partent se chercher un champagne pour célébrer cela. Ils parcourent les couloirs du siège de la communauté en fredonnant des chansons de l’album. Tchi-Tchi qui cherche justement Rekhyt, le trouve enfin.

Tchi-Tchi : « Bah te voilà enfin. T’as l’air bien joyeux aujourd’hui, Anghells aussi, qu’est-ce qui se passe ? Vous venez de perdre votre virginité ou quoi ? Hi hi. »
Anghells : « Hoo mieux que ça ma belle, mieux que ça. »
Rekhyt : « Ne vois-tu pas derrière nous cette cascade de billet couler telle les chutes du Niagara… »
Tchi-Tchi : « Heu oui… D’accord »
(pense) « Ils ont fumés quoi encore ? »
« Bah Rekhyt, en ce qui te concerne, la présidente m’a envoyé te trouvé car elle veut te voir maintenant. C’est urgent d’après elle, tu devrais te grouiller. »
Rekhyt : « Anghells, tu pari combien que c’est pour me féliciter ? »
Anghells : « Hoo, tu sais, je ne préfère pas parier car avec elle on est sûr de rien.

Rekhyt se rend donc dans le bureau de Kurapika. Dans le bureau se trouve déjà Yahiko et Zantetuken.

Kurapika : « Venons en droit au but. J’ai une mission importante pour vous trois. »
Rekhyt : (Pense) « Hein ? »
Kurapika : « Le roi Ramos vient de m’appeler il y a quelques minutes. Il nous requiert une mission importante en contrepartie d’une grosse somme d’argent. La mission est de protéger sa fille, la princesse Natsuki. »
Zantetuken : « ça à l’air simple comme mission. »
Yahiko : « C’est vrai, faut vraiment qu’on y aille à trois ? »
Kurapika : « C’est une mission de rang B vous savez !? »
Rekhyt : (étonné) « Sérieux ! »
Kurapika : (Elle fait apparaître un tableau numérique tactile sur lequel est représenté la carte du monde) « Regardez là, c’est la région de Lokosho, sur le continent Terra. C’est ici que le roi et sa fille résident, le roi Ramos domine cette région. Mais cela fait des déjà quelques mois que des milices rebelles tentent de renversé le roi. Tous les jours son palais est attaqué par ces milices et le roi à peur pour la sécurité de sa fille. En raison de la dangerosité de la région, j’ai classé cette mission au rang B. ça permettra aussi à toi Yahiko de te rapprocher du titre d’Hunter. »
Yahiko : « Ouais c’est vrai ça. Cool ! »
Rekhyt : « Et combien de temps va durer cette mission. »
Kurapika : « Durée illimité mon petit. Jusqu’à ce que le roi décide qu’il n’est plus indispensable que sa fille soit protégée par nous, vous resterez là-bas. Vous partirez dans deux jours.»
(pense) « Après la grosse somme d’argent qu’il m’a promis, je lui doit bien ça. »
Zantetuken : « Donc tu veux dire qu’il y a des chances qu’on reste là-bas durant plusieurs années !? »
Kurapika : « Si on peut appeler ça de la chance… Oui. »
Yahiko : « Là c’est moins cool. »
Rekhyt : « Non non non non non. J’suis désolé mais là se sera sans moi. J’ai un album à promouvoir. Donc c’est sympa de ta part Kura-chan de penser à moi, mais je décline l’offre. »
Kurapika : « Jusqu’à preuve du contraire, je ne pense pas vous avoir laissé le choix. Donc que t’ais un album à promouvoir est le cadet de mes souci. »
Rekhyt : « Mais s’il te plaît Kura-chan, c’est vraiment important pour moi la promotion de cette album, c’est comme une renaissance pour moi. »
Kurapika : « Ai-je l’air de m’en soucier ? »
Rekhyt : « Bah heu… »
Kurapika : « NON, alors disparaissez de ma vue, j’ai du boulot. Merci bonne soirée. »
Zantetuken : « Aux dernières nouvelles, nous sommes le matin. »
Yahiko : « Ha ha ha ».
Kurapika : (Sur Zantetuken) :paf2: « Voilà ce qu’on récolte quand on se fout de ma gueule ! »
Zantetuken : « Aïe aïe… Ok, j’ai retenu la leçon. »

Ils sortent du bureau de Kurapika. Anghells qui attendait Rekhyt en dehors du bureau, voit Rekhyt assez énervé.

Anghells : « Bah alors qu’est-ce qui se passe ? »
Rekhyt : « Raah… C’est encore Kura-chan qui fait des siennes. Elle m’a envoyé en mission de rang B avec Zantetuken et Yahiko. En plus c’est loin d’ici, pfff. »
Anghells : « Mais tu ne lui as pas expliqué qu’on a un album à gérer là. T’as pas le temps de partir en mission. »
Rekhyt : « Bah bien sûr que je lui ai expliqué, mais elle n’en a rien à faire. J’suis obligé de partir. »
Anghells : « Mais allez, tu t’en fous, n’y vas pas à sa mission débile là. T’es un jeune rebelle non.
Rekhyt : « Ange !! » (Il le regarde du genre « réfléchit à ce que tu dis »)
Anghells : (Il comprend le regard de Rekhyt et il pense alors à tout ce que Kurapika serait capable de faire s’il refusait une mission ) « Ah heu…Ouais tu devrais mieux faire cette mission. On est des Hunter avant tout, hein !! »
Rekhyt : (Soupire) « Ouais… Tu devras assurer seul la promo de l’album. Désolé. »
Anghells : « T’en fait pas l’ami. L’avenir de ton album est entre de bonne main. »

Nous retrouvons Kurapika dans son bureau. Elle a l’air songeuse.

Kurapika : (pense) « Maintenant, je vais devoir m’occuper du cas de Genzo. Je suis sûr que ce qu’il a fait au mois d’août n’était pas anodin. Il a quelque chose derrière là tête et je compte bien savoir ce que c’est. Surtout que le congrès des Hunters de la Confrérie commence le 20 septembre et il ne faut que personne ne viennent contrecarrer mes plans.
Bien, je vais le surveiller et voir ce que je vais apprendre sur ce qu’il fait. »

Bureau de Kurapika, siège de la communauté HXHDREAMS, le 18 septembre 2007, 11h40

Après trois jours d’enquête, Kurapika n’a pas pu trouvé grand-chose sur Genzo. La seule chose qu’elle sait, c’est que ces derniers temps, Genzo passe beaucoup de temps avec Horah alors qu’auparavant, ils s’ignoraient totalement. Kurapika à donc fait appelle à Killuavatar pour l’aider à trouver des informations sur les deux hommes.

Killuavatar : « Tu voulais me voir Kurapika ? »
Kurapika : « J’ai un petit service à te demander ? Et autant te le dire tout de suite, hors de question que tu refuse. »
Killuavatar : « Heu… D’accord, et ça consiste à quoi ? »
Kurapika : « J’aimerai que tu me trouve des infos sur Genzo et Horah, un maximum d’infos, c’est tout. »
Killuavatar : « Et pourrai-je savoir pourquoi notre chère présidente veut jouer à la police des polices !? »
Kurapika : « Tu le sauras tôt ou tard, pour l’instant cherche tout ce que tu peux sur eux, compris. »
Killuavatar : « Ok ok, mais autant te le dire tout de suite, je suis avocat, pas Sherlock Holmes. Prochainement demande moi plutôt de plaider des affaires, c’est ça le boulot d’un avocat. »
Kurapika : «…………………………………………… »
Killuavatar : « Ouais ok, je vois… A plus tard. »
(Pense) « Elle est vraiment chiante parfois ! »

Killuavatar se met donc à enquêter sur Genzo et Horah.

Killuavatar : (Pense) « C’est vrai que le boulot qu’elle m’a donné m’emmerde pas mal. Mais en tout cas, c’est vraiment étrange ce qu’on peut découvrir sur certains dans la communauté. Et en ce qui concerne Genzo, il n’y a absolument rien. Pourtant à chaque fois qu’un Hunter est enregistré ici, on établit une fiche de compétence sur lui, avec les techniques de nen qu’il utilise, tout ça. Pourquoi lui il n’en a pas ? C’est bizarre. Il n’est répertorié dans aucune école, pas de blog parlant de lui, pas d’amis en notre connaissance. Je connais seulement sa date de naissance, son lieu de naissance, rien de plus. Vraiment étrange. Bon voyons pour Horah… au moins lui il a une fiche de compétence, voyons voir… Tiens tiens, Horah serait très bon dans l’art de l’espionnage, intéressant… »
(A part cela, il ne trouve rien de plus sur Horah) « Merde, il y a quasiment rien sur ces types, c’est vraiment bizarre. Ils sont comme coupé du monde, ils ne viennent pas de la ville de l’étoile filante pourtant. Haa ça m’agace, elle va être furieuse la présidente si je lui dis seulement que je ne sait rien sur Genzo et que Horah est fort dans l’art de l’espi… Attend voir… L’espionnage… Et si… »
(Killuavatar qui est un redoutable hacker, s’infiltre dans les dossiers de la Confrérie des Hunters) « Miiince, c’est bien ce que je pensais. Bon, il faut vite que j’en informe Kurapika. »

Killuavatar accours auprès du bureau de Kurapika.

Kurapika : « Je sais pas ce qui t’arrive, mais j’espère que tu m’amène de bonnes infos pour débouler dans mon bureau comme ça. »
Killuavatar : « Bah déjà, en ce qui concerne Genzo, désolé mais j’ai rien… »
Kurapika : « Tu commence mal. »
Killuavatar : « Mais par contre en ce qui concerne Horah, tu vas pas être déçu ! »
Kurapika : « Vas-y Killuavatar, impressionne moi ! »
Killuavatar : « Horah est en fait un espion pour le compte de la Confrérie des Hunters. Tiens regarde, j’ai imprimé son dossier sur lui à la Confrérie. »
Kurapika : (Pense) « Carrément!! Il a réussi à consulter les dossiers privé de la Confrérie, alors qu’ils sont surprotégé, il est vraiment balèze notre avocat. »
(Elle lit le dossier)« Merde, je n’aurais jamais cru que ce mec travaillerait pour la Confrérie. Il était chargé de me surveiller. Si c’est le cas, il l’a vraiment bien fait car je n’ais pas senti le moindre regarde sur moi depuis longtemps, et je suis sur mes gardes crois moi. »
Killuavatar : « En tout cas, je ne vois pas de liens quelconques qu’il pourrait avoir avec Genzo. »
Kurapika : « Moi non plus ! »
(Pense) « Mais tout ça ne m’arrange pas, surtout avant le congrès des Hunters. Si Horah est au courant de mes plans et qu’il les a rapporté à la confrérie, c’est fichu. Et pourquoi il est tout le temps Genzo, c’est louche tout ça, peut-être que Genzo fait aussi partie de la Confrérie… »
Killuavatar : « Hé Kurapika, c’est bien beau de réfléchir, mais dans le cas si présent, il faut agir au plus vite. Peut-être que l’avenir de la communauté en dépend. A mon tu devrais t’occuper du cas d’Horah, si on l’élimine pas au plus vite, on peut risquer gros. »
Kurapika : « Non, ce serait une erreur de l’éliminer. Je ne sais même pas ce qu’il rapporte sur moi à la Confrérie et je veux absolument savoir ce qu’il complote avec Genzo. On va laisser agir Horah, mais nous de notre côté, on va les espionner aussi. »
Killuavatar : « Holà, tu parles de complot là !? Tu pense sérieusement que Genzo, Horah complote contre la communauté… Ah d’accord, je vois… C’est à cause de ce qui s’est passé au mois d’août, c’est ça ? »
Kurapika : « Entre autre. »
Killuavatar : « Il a pourtant dit qu’il n’avait pas fait exprès. »
Kurapika : « Ben Voyons ! »
Killuavatar : « C’est vrai qu’en y repensant, cette histoire est assez louche. Quoi qu’il en soit, Je suis tout à ta disposition pour t’aider dans cette affaire. Je compte bien savoir ce qui se trame ici, ça peut compromettre la communauté. »
Kurapika : « Je te remercie de ton aide. Pour l’instant, on ne dit pas un mot de cette affaire à qui que se soit. Compris. Et on enquête sur Genzo et Horah, rien de plus. »
Killuavatar : « ça marche. C’est pas tout ça mais j’ai quand une autre affaire à aller plaider moi. Je reviens dans deux jours. Salut ! » (Il sort du bureau)
Kurapika : (Elle s’énerve et frappe sa table du poingt) « Raaa… Merde, pourquoi tout ça arrive juste à ce moment. J’ai vraiment pas besoin de tout ça en se moment. Genzo… Horah… Quoi que vous complotiez, vous ne m’aurez pas si facilement, croyez moi mes mignons. Personnes ne m’arrêtera, personnes ! »

Fin de l’épisode 7 HXHDREAMS ORIGIN

_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 01:18 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 3 HXHDREAMS


Villa de Mme.Elona, York Shin City, le 8 Décembre 2007, 18h05

Nous retrouvons Anghells et Horah devant la grande villa de la Godmother (Mme. Elona).

Anghells : « Je me demande si elle sera contente de me revoir ? »
Horah : « Tu l’as connu comment cette Elona ? »
Anghells : « C’est une de mes anciennes fille (Entendez par là prostitué). Elles faisaient partie de plus belle et c’était une des plus cher aussi. Elle était d’un caractère dominatrice et assez sévère. Mais elle faisait très bien son boulot, si tu vois ce que je veux dire. »
Horah : « Je t’envie parfois ! »
Anghells : « Je sais, je sais… »

Les deux hommes entrent dans la villa. A l’intérieur, il n’y a que des femmes, de très jolies femmes. En effet, la particularité de l’organisation de la Godmother est quelle est composé exclusivement de femmes.

Horah : (Pense) « Mince, la vache, il y a de ces femmes ici… et elles ont de ces poitrines… Mince mes médicaments contre mon… (il cherche dans ses poches mais il n’y a rien) Merde, je les ai laissé, j’espère que Genzo en a encore sur lui. Mais pour l’instant, faut que je trouve un moyen de ne pas… Ha j’ai trouvé. (il se couvre les yeux avec les mains) »
Anghells : « Mais qu’es-ce que tu fais ? »
Horah : « Crois-moi, il est préférable que je reste comme ça. »

Une femme vient les trouvés, un grand sourire aux lèvres.

La femme : « Bienvenue dans la somptueuse demeure notre maîtresse adorée Elona. Que puis-je faire pour vous messieurs »
Anghells : (Pense) « Somptueuse demeure… Maîtresse adorée… Dis donc Elona, tu les a bien dressé celles-là »
« Nous sommes venus voir votre maîtresse, nous avons des questions à lui poser. »
La femme : « Et c’est de la part de… »
Anghells : « Dites lui que c’est de la part de son vieille ami Anghells. »

Là, le beau sourire que la femme faisait en les accueillant laisse place à un regard froid. Les autres femmes présentent, qui avait aussi entendu Anghells, font le même regard.

Anghells : « Holà, on dirait que je ne vous suis pas inconnu !? »
La femme : « En effet, notre maîtresse nous a souvent parlée de vous, et pas en bien vous pouvez me croire. Certaines femmes ici sont de vos anciennes filles. Et je ne pense pas que vous serez content d’entendre ce qu’elles pensent de vous. Alors je vais laisser notre maîtresse parler pour elles. Veuillez me suivre. »
Horah : « Dis donc, quelle accueille ! ça risque d’être chaud ! »
Anghells : « ça tu l’as dis… »

La femme les accompagne donc dans la salle principale, où se trouve leur patronne, la fameuse Godmother Elona. Celle-ci est très étonnée de revoir Anghells.

Mme. Elona : « Anghells ! Quelle surprise de te voir ici. »
Anghells : « Et moi donc ! Qui aurait parié que ma Elona adorée serait devenue en quelques années, une des plus grande baronne de la mafia… »
La femme : Surveillez vos paroles M. Anghells, elle n’est pas votre Elona adorée. »
Mme. Elona : « Oui, maintenant c’est Mme. Elona. »
Anghells : (Il s’approche d’Elona) « Allons allons ma belle, pas de ça entre nous, depuis le temps qu’on se connaît… » (Il est stoppé par la femme, elle le retiens en plaçant un couteau sous sa gorge)
La femme : « Faites un pas de plus… »
Mme. Elona : « Et elle te tranche la gorge. Anghells, autant te le faire savoir tout de suite, tu n’es pas le bien venu ici. Alors demande moi de suite ce que tu me veux et tire toi de ma vue. »
Anghells : « Ha la la, on peut même plus parler tranquillement. Bon, tu dois le savoir, un de mes amis, Killuavatar, est très activement recherché. Vu que tu semble avoir mis une grosse prime sur sa tête, je me demandais si… par hasard… t’aurais pas quelques infos à me donné sur là où il est partit par exemple ? »
Mme. Elona : Alors tu viens pour ça hein… Killuavatar, le fameux voleur de la confrérie… Ok, ma réponse sera clair Anghells, même si je savais où il était, je te dirai que dalle. Allez, hors de ma vue. »
Anghells : « Allez quoi ! Sois sympa, pour moi, je te ferai un bisous sur la fesse gauche si tu veux. »
La femme : « Ne faites pas répéter notre maîtresse, allez-vous en maintenant ! »

Mme. Elona remarque qu’Horah se cache les yeux avec ses mains, cela l’intrigue.

Mme. Elona : « C’est qui ton pote là ? »
Anghells : « Ha lui ! C’est Horah, il m’accompagne dans ma recherche. »
Mme. Elona : « Et pourrais-je savoir pourquoi il se couvre les yeux ? »
Anghells : « Heu… Bonne question, bah tiens, si tu veux le savoir, va falloir nous donner une bonne infos en échange. »
Mme. Elona : « Tss, tu me prend vraiment pour une débile ! » (Elle claque des doigts et la femme à son service se jette sur Horah et le menace avec son couteau. )
« Bien, maintenant dis-moi pourquoi tu caches tes yeux minus ? »
Horah : « Heu… Bah… Pour être franc avec vous, il vaudrait mieux pas que j’ouvre les yeux. »
La femme : « Ne faites pas répéter notre maîtresse. »
Anghells : « Hé Horah, tu ferais mieux de répondre, ça risque de mal finir. »
Mme. Elona : « Alors, j’attend »
Horah : « Hé bien, si vous êtes telle que Anghells m’a décrit, il vaudrait mieux que je n’ouvre pas les yeux… »
Anghells : « Hein ?! »

Mme. Elona s’énerve, elle croit qu’Horah la trouve moche. Alors elle décide de lui sortir le grand jeu.

Mme. Elona : (Elle arrache sa robe et exhibe ses sous vêtements) « Avorton, regarde moi ça et ose dire que je suis laide. »
Anghells : « Mais pourquoi tu te mets sous-vêtement ? »
(Pense) « Wow, ses seins son plus gros qu’autrefois. »
Horah : (Pense) « Quoi !! Il a dit qu’elle est en sous-vêtement… Ho non… Je… Je peux pas résister……………… »
(Il enlève ses mains de ses yeux et voit la plantureuse Mme. Elona, ses formes quasi parfaite, ses lèvres pulpeuses, regard à faire chavirer un paquebot et surtout une paire de seins… Irrésistible )
Horah : (Il est impressionné) « Jésus Marie Joseph… Si dieu à créer une femme avec de tels seins, c’est pour que je puisse croquer dedans, tel Adam et Eve croquant dans la pomme. A L’ASSAUT !! » (Il bouscule la femme et fonce sur Mme.Elona)
Anghells : (Il tente de l’arrêter) « Mais où tu vas là, arrête. »

Comme un sauvage, Horah fonce, la bave aux lèvres, sur Mme. Elona. Il l’attrape et il commence…à lui mordiller les seins. A la surprise de tout le monde.

Horah : « Allez… laisse toi faire coquine… humm… Ce que je faire à tes lolos va te faire tellement de… Bien hu hu hu… Que tu vas en redemander… Humm… »
La femme : Shocked
Anghells :
Mme. Elona : (Elle crie) « HA NON, PAS LES SEINS… JE… HA… NON JE SUIS TROP SENSIBLE DES SEINS… ARR… ARRETE… HA… A L’AIDE HA… AU SECOURS, VENEZ M’AIDER HAAAAAA... »
Anghells : (Pense) « Mais c’est qu’elle aime ça en plus hé hé hé ! »

La femme sort un sifflet avec lequel elle appelle les autres femmes de la villa. Une horde de femme armées jusqu’aux seins (puisqu’on est dans les seins, autant y rester) débarque dans la salle. Anghells et Horah, ce dernier qui continu à mordiller la poitrine de Mme.Elona, se trouve dans une fâcheuse situation.

Anghells : (Pense) « Holà, on est dans de beaux draps. Et Nono qui voulait pas de problème, c’est raté. Bon, faut pas s’éterniser ici. Désolé Horah mais je vais devoir interrompre tes câlins mammaires, on doit sortir de ce guêpier. »

Anghells attrape Horah, le met sur ses épaules et tente de s’enfuir. Mais les femmes de mains de Mme. Elona se sont placer dans toute la salle et elles ne laissent aucune issue à Anghells.

Anghells : « Merde, on est coincé ! »
Mme. Elona : « RAAH… Bande de salaud, vous allez payer pour ce que vous m’avez fait ! Allez les filles, bousiller moi ces deux guimauves. »

Les femmes foncent droit sur Anghells et Horah. Anghells regarde au-dessus de lui et il remarque qu’il n’y a pas de plafond a proprement dit. Mais plutôt une immense vitre avec des fresques dessus.

Anghells : « C’est ma chance » (Il balance une petite boule de nen sur cette vitre et celle-ci vole en éclat au dessus de sa tête)

Les morceaux de verres tombant près d’Anghells contraignent les femmes de s’arrêter pour éviter d’être blessé. Anghells en profite donc pour s’échapper par le haut et pour éviter d’être blessé par les morceaux de verre. Il utilise le corps d’Horah comme bouclier, au plus grand mal de ce dernier.

Anghells : « Pfiou, on a réussi à échapper à ces furies. On a vraiment eu chaud. Sinon ça va Horah ? »
Horah : (Le dos en sang suite à son expérience en tant que bouclier humain) « Ta… Ta gueule…Aïe… »

Dans la villa de Mme. Elona.

La femme : « Que faisons-nous maîtresse, nous le poursuivons ? »
Mme. Elona : « Nan, laisse tomber ! Occupe plutôt de me réparer cette vitre au plus vite, compris. » (la femme s’exécute)
« Enfoiré d’Anghells, et cette saleté d’Horah, j’aurai votre peau croyez-moi… »

Manoir de Tonton Carlzone, York Shin City, le 8 décembre 2007, 18h20

Nous retrouvons Nono et Genzo, qui sortent bredouille du manoir de Tonton Carlzone. Celui-ci n’a rien voulu leur dire et leur rencontre, contrairement à d’autres, c’est passé sans encombre.

Genzo : « Bah dis donc, ce fut court. »
Nono : « Ouaip ! »

10 secondes de silence

Genzo : « T’es vraiment nul en négociation toi, t’aurais dû me laisser faire. Je l’aurais facilement fait parler ce type. »
Nono : « Ben voyons ! Et t’aurais fais comment mister Genzo ? »
Genzo : « Je l’aurais menacé, tout simplement. »
Nono : « Évidemment. Pourtant j’ai bien dit qu’il ne faut pas leur chercher de problèmes, sinon la communauté risque d’en pâtir… »
Genzo : « Mais quel trouillard ce mec là ! »
Nono : « Tss… »
(Il regarde les mystérieuses blessures qu’a Genzo sur son corps) « Tu parles de menace, mais toi tu tapes une sale tronche avec tes blessures. Qu’es-ce qui t’es arrivé ? Des petites racailles de six ans ton volé ton portefeuille, allez racontes ! »
Genzo : (Il lance un regard froid à Nono) « Cela ne te regarde pas Nono, tes blagues tu te les gardes, joue pas au plus malin avec moi compris. »
Nono : « Ouais ouais, j’arrête. »
(Pense) « Eh ben… il aime vraiment pas parler de lui ce gars là. »

Villa de M. Ahuri, York Shin City, le 8 décembre 2007, 17h21

Nous retrouvons Kurai et Deus Kaliya dans la villa de M. Ahuri.

M.Ahuri : « Eh bien, Kurai et Deus Kaliya qui me viennent me voir en personne. Que me vaut l’honneur d’une telle visite ? »
Deus Kaliya : « On vient pour… »
Kurai : « Non non non, tu me laisse parler. »
Deus Kaliya : « Pff »
Kurai : « Nous savons que vous avez mis une sacrée grosse prime sur Killuavatar. Killuavatar est notre ami et il a besoin de notre aide. Nous avons penser que vous auriez quelques infos à nous fournir sur lui. »
M.Ahuri : « Des infos !? HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI HI … »
Deus Kaliya et Kurai: « …………………………………………… »
M.Ahuri : « Vous êtes sérieux là ? Vous croyez vraiment que je vais vous filez des infos ? »
Kurai : « On sait jamais ! »
M.Ahuri : « Alors écoutez moi vous deux. Le jour où je donnerai des infos à un cuisinier en carton incapable de faire frire des frites et à un assassin de seconde zone reconverti en DJ pour les couches culottes de 12 à 16 ans, c’est quand les poules mangeront du poulet, HA HA HA HA ! »
Deus Kaliya et Kurai : (Ils se regardent) « …………………………………………… »

10 minutes plus tard, nous retrouvons Deus Kaliya et Kurai devant la villa de M. Ahuri… ou du moins ce qu’il en reste.

Deus Kaliya : « Bon, on a peut-être pas eu d’info sur Killuavatar, mais au moins je me suis bien défoulé. »
Kurai : « T’es vraiment con toi, pourquoi tu lui as bourré la bouche de nems, c’est pour ça qu’il ne pouvait pas parler. »
Deus Kaliya : « Hoo lui eh, tu parles mais t’as planté des kunai dans ses genoux. »
Kurai : « Mais ça c’est rien. Je lui ai pas tranché son mobilier avec de la pâte à pizza et j’ai ni piqué ses vêtements. »
Deus Kaliya : « Ah oui en effet, t’as juste détruit les murs de sa baraque, mais sinon rien de grave. »
Kurai : Mais allez pff, t’en a pété plus que moi. »
Deus Kaliya : « Oh le menteur, sale mito va ! »
Kurai : « Mais avoue Deus, avoue ! »
Deus Kaliya : « Que dalle, Kurdent en papier va ! »
Kurai : « Quoi !! »

Bon, on va les laisser se chamailler

Villa de Tony le Gros, York Shin City, le 8 décemdre 2007, 17h19

Nous retrouvons Kurapika, seule face à Tony le Gros, elle tente aussi de lui soutirer des informations sur Killuavatar, mais comme ses homologues, il refuse. Mais Kurapika insiste.

Kurapika : Écoute toi. J’ai pas de temps à perdre avec toi, je sais que t’as des infos sur Killuavatar, alors crache le morceau. »
Tony le Gros : « Franchement, t’as vraiment du culot de venir te présenter devant moi et me parler de la sorte. Tu devrais surveiller tes paroles, ça pourrait te jouer des tours. »
Kurapika : « C’est pas un gras du bide dans ton genre qui va me faire peur. Alors arrête de jouer les durs et file moi des infos sur killu… »
Tony le Gros : (il s’énerve) « Je t’ai dis de surveiller tes paroles. Écoute, si tu veux savoir, je connais pas mal de choses concernant cette affaire de vol, chère Kurapika. Notamment sur l’implication de Kasue dans tout ça, si tu vois ce que je veux dire. Hin hin hin. »
Kurapika : (Elle est surprise, elle pense) « Merde, comment ce fait-il qu’il soit au courant de ça ? Pourtant j’étais sur que… Fais chier, s’il raconte ça à d’autre personne elle est mal Kasue, et moi aussi d’ailleurs. Putain de mafioso, vous me faites vraiment… Bon allez, tant pis pour les infos sur Killuavatar, faut que je le tue, sinon je suis mal. »
Tony le Gros : « Que dirais-tu que je dise une telle info à la… »
Kurapika : « Ta gueule ! » (Elle matérialise un éventail tranchant et le jette sur Tony le Gros)
Tony le Gros : Ho ho, mademoiselle veut jouer à la bagarre. » (Une femme sort de nulle part, se place devant Tony le Gros et stoppe l’éventail de Kurapika.)
Kurapika : (Pense) « Merde, c’est qui encore celle-là ? »
Tony le Gros : « Alors, impressionné hein ! Je suis peut-être un gras du bide, mais je sais m’entourer, Mme. Kurapika. Et tu n’as pas encore tout vu. » (Il tape trois fois dans ses mains, une horde de gardes entre dans la salle, tous armés.)
« Alors Kurapika, t’es sûr que tu ne veux pas me parler plus correctement ?! »
Kurapika : « Pitoyable ! »
Tony le Gros : « Quoi ?!! »
Kurapika : « Chez moi, dans ma communauté, je fais des gains de productivité, en gros je produis plus avec moins de moyen. Je vais te faire une démo, tu vas être impressionné mon gros crois moi. »

Soudain une personne fait irruption dans la salle et elle tabasse plusieurs gardes de Tony le Gros.

Tony le Gros : « Mais c’est quoi ce bordel, t’es qui toi ? »
Kasue : « Ton pire cauchemar gros lard ! Désolé de mon retard Kura-chan, mais y avait des beaux gosses sur le chemin, j’ai pas pu m’empêcher de mater. »
Kurapika : « J’espère que tu t’es bien rincé l’œil, avec le gros qu’il y a là, tu risque de pleurer de dégoût. »
Tony le Gros : (Il s’énerve) « Arrêtez de vous foutre de ma gueule ! »
Kurapika et Kasue : « Pas de problème ! »

Tony le Gros ordonne à ses gardes de tuer les deux femmes. Mais c’est sans compter sur la technique de Kasue qui constitue à matérialiser des clones d’elle-même, elle se débarrasse des gardes sans aucun problème. Kurapika quant à elle, relance encore un éventail, mais cette fois-ci sur le mystérieuse femme qui a protégé Tony le Gros. Elle stoppe facilement l’éventail, mais celui-ci explose dans ses mains.
Une fois la fumée provoquée par l’explosion dissipée. La femme est toujours là et n’a subi aucuns dégâts. En effet, elle a pu se protéger à temps avec son ken. Mais pour Kurapika, ceci était une diversion pour pouvoir passer derrière Tony le Gros et le prendre en otage.


Kurapika : (Elle place un de ses éventail tranchant sous sa gorge) « Alors Tony, tu vois que ça marche les gains de productivité hein ! Dis donc ta femme mystère se débrouille pas mal mais sur ce coup là elle a pas été très vigilante, et toi qui disait bien t’entourer. Laisse-moi rire. »
Tony le Gros : « Et tu vas faire quoi maintenant hein ?! Me tuer c’est ça ?! »
Kurapika : (Pense) « C’est pas l’envie qui me démange, mais vu que Kasue est là. Vaut mieux s’en tenir à prendre des infos sur Killuavatar. Si je le tue, elle va trouver ça louche et surtout elle va me faire la morale et je hais ça. »
« Dis-moi tout ce que tu sais sur Killuavatar ou sinon… »
(Elle lui chuchote) « Et surtout ne dis pas un mot sur Kasue à qui que se soit. Tu connais ma réputation, tu sais ce que je serai capable de te faire. »
Tony le Gros : « D’accord d’accord, ta gagné. Je vais te dévoilé tout ce que je sais. Enfin, plutôt mon bras droit… »
(Il regarde la mystérieuse femme) « Medusa, emmène ces deux femmes hors de la villa et raconte leur tout ce que nous savons sur Killuavatar, compris. »
Medusa : « Bien Monsieur. »

Medusa les amène alors hors de la villa, elle leur explique ce qu’elle sait sur Killuavatar.

Medusa : « Killuavatar est venu à York Shin, mais il est déjà repartie. »
Kasue : « Raa… mince ! »
Kurapika : « Qu’est-il venu faire à York Shin City ? »
Medusa : « Il est venu chercher quelqu’un. Il s’agit de Pontelavicious.
Kasue : « T’es sérieuse là ! Le Pontelavicious que tout le monde connaît ! »
Kurapika : « C’est qui celui-là ?? »
Kasue : (Pense) « Evidemment elle, elle connaît celle-là, inculte va ! »
Medusa : « Pontelavicious est un vétéran des combats. Il a été plusieurs fois champions des plus gros tournois souterrain de York Shin City et il a gagné par 5 fois le tournoi de la Tour Céleste. C’est un redoutable guerrier. Mais il a un gros appétit pour l’argent et Killuavatar lui a promis des sommes astronomiques d’argent s’il venait l’aider dans ses affaires. »
Kurapika : (Pense) « Alors Nono avait raison, il est bien venu ici pour se constituer une équipe pour réaliser ses plans. Mais c’est bizarre, il n’a choisi qu’une personne, ça fait assez léger comme équipe !? »
Kasue : « Et tu sais où il est maintenant. »
Medusa : « Aux dernière nouvelles, il serait partis en direction du continent sud Terra, je ne sais rien de plus. »
Kasue : « T’inquiète, c’est largement suffisant ! »
Kurapika : « En effet. Mais au fait, comment es-tu au courant de tout ça ? »
Medusa : « Mon patron à beaucoup d’ennemis, alors je suis aussi espionne pour son compte. Je me renseigne sur tout ce que fait les autre organisation mafieuse, mais aussi votre communauté et la Confrérie. »
Kurapika : « Alors c’est surement grâce à elle qu’il sait pour Kasue. Intéressant. »
(Elle sort une carte de sa poche et la tend à Medusa) « Tiens, prends ceci ! »
Medusa : « C’est quoi ? »
Kurapika : « C’est une carte d’inscription pour les examens d’hunter de ma communauté. Je sais que d’habitude, les examens de ma communauté se passe au mois de septembre, mais tu dois le savoir, nous avons eux de nombreux ces derniers mois et nous avons dû repousser à ce mois-ci. »
Medusa : « Tu veux que j’entre dans ta communauté !? »
Kurapika : « Absolument. Certes, je ne connais pas grand-chose sur toi, mais a première vu. T’as de bonne capacité, tu pourrais apporté à notre communauté, c’est à toi de voir maintenant. En tout merci pour les infos. »
Kasue : « Ouaip, tchao »

Les deux femmes s’en vont retrouver les autres membres du groupe.

Hôtel Kuko, York Shin City, le 8 décembre 2007, 10h40

Tout le groupe est réuni, Kurapika explique la situation aux membres. Puis ils se racontent comment c’est passé leur entrevue avec les grands barons de la Mafia.

Nono : « Alors comme ça il aurait pris la direction du continent de Terra. Mais il va faire quoi là-bas ? »
Anghells : « Bah c’est ce qu’on va tenter de découvrir en y allant, n’est-ce pas Kura-chan. »
Kurapika : « Oui, on part après-demain, et en bateau ! »
Kurai : « En bateau, mais pourquoi, c’était bien le jet pourtant, et ça va plus vite en plus. »
Kurapika : « La zone aérienne du continent Terra n’est pas sécurisé, il y a des pirates de l’air qui trainent dans ses environs. Je ne veux pas risquer de me faire attaquer en pleine air. »
Deus Kaliya : « En tout cas, Killuavatar à pris avec lui le fameux Pontelavicious, ça promet de la baston, cool ! »
Kasue : « Eh au fait Deus, t’as vraiment bourré la bouche de M. Ahuri de nems ? »
Deus Kaliya : « Si t’aurais vu ça gueule… »
Kasue : « Ha ha ha ha, Hoo oui, j’imagine bien ! »
Nono : « Quel abruti, j’avais pourtant dis de ne pas vous fritter avec eux. En plus t’as bousillé sa villa.
Kasue : « Ha ha ha… »
Deus Kaliya : « Hé ho, j’étais pas seul dans le coup, pas vrai Kurai. »
Kurai : « Bah il nous avait insulté, on fait que répondre, c’est tout. »
Kurapika : (Pense) « En réduisant en cendre sa villa, originale comme réponse. »
Genzo : (Il a remarqué les blessure d’Horah au dos) « Eh ben, il arrivé quoi à ton dos Horah ? »
Horah : « Rien rien. J’ai juste dû servir de bouclier pour quelqu’un » (Il regarde Anghells)
Anghells : « Okay »
Horah : « Enfoiré ! »
Nono : « En parlant du continent de Terra, c’est pas là-bas que se trouve Rekhyt. Tu l’avais envoyé en mission là-bas Kura-chan. »
Kurapika : « J’ai voulu l’appeler le mettre en garde. Mais il ne répond pas. »
Nono : « Dommage ! »
Kurapika : « Bon, vous avez quartier libre jusqu’à après-demain à six heures du matin, compris. Allez, disparaissez. »

Le groupe profite donc de leur quartier pour aller s’amuser un peu, avant leur grand voyage vers le continent de Terra.

Fin de l’épisode 3 HXHDREAMS

_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 4 Juin - 11:54 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

EPISODE 12 HXHDREAMS ORIGIN : la lettre

Vieux hangar, route 64, le 29 novembre 2007, 23h04

Kasue est prisonnière des hommes de la Confrérie des Hunters. Il y a trois hunters dont un hunter spécialisé dans les pratiques de torture, Barbuda, tente de faire parler Kasue.

Barbuda : (Il gifle Kasue) « Tu ferai mieux de parler femme. A partir de maintenant je te giflerai plus, mais je t’électrocuterai avec ce joli taser. Alors dis-moi où tu as foutu tout l’or et les trésors de la Confrérie. »
Kasue : « Bah c’est évident non !? »
Barbuda : « Quoi ? Qu’es-ce qui est évident ? »
Kasue : « Bah ils sont dans cul. Je pensais qu’avec le gros derrière que t’as tu l’aurai remarqué mais… »
Barbuda : « RRR… Mauvaise réponse femme. Tu vas morfler. » (Il l’électrocute)
Kasue : (Elle résiste tant bien que mal à l’électrocution) « AAAARRRGH… ha… ha… Putain… ça fait peut-être mal… mais autant te le dire mec… ha… j’te dirai rien. »
Barbuda : « Tu crois ça ! »
(Il frappe Kasue au visage d’un coup de poingt, puis il l’étrangle) « Ecoute moi bien toi ! Je suis un gars pas très patient et comme tu l’as remarqué, je suis assez violent. Alors si tu veux pas que j’abîme un si joli visage, va falloir que tu parles, car là j’ai encore dans ma mallette une tonne d’objet de torture que je compte bien utilisé si tu t’obstines à ne rien dire… »
Kasue : « Eh bien vas-y te gêne, si ça te fait plaisir. »
Barbuda : (Il recommence à l’électrocuter) « Allez crache le morceau bordel ! Avoue que c’est toi qui a volé les richesse de la Confrérie durant le congrès des hunters et dis moi où tu caches tout ça ! »
Kasue : (Pense) « Merde, enfoiré j’te dirai rien. Mais ce qui est étrange c’est que je ne peux pas utiliser mon nen, comme quand ils m’ont capturé. Eux aussi n’ont pas utilisé leur nen pour me capturer. Ils doivent utiliser un truc qui leur permet de parasiter le nen. Si je peux trouver ce que c’est, je pourrai m’en sortir. »

Tandis que Kasue doit endurer les méthodes cruelles de Barbuda. A quelques mètres du hangar, Nono et Anghells ont été envoyés par Kurapika pour retrouver Kasue, sachant qu’elle se trouve dans ce vieux hangar, ils observent les environs pour voir comment ils pourront sortir Kasue de se mauvais pas.

Nono : « C’est endroit est gardé par seulement trois gardes, c’est assez short tu ne trouves pas ? »
Anghells : « ça n’en sera que plus facile alors. Mais je trouve quand même assez bizarre qu’on ait pu approcher si près de leur repère. Il n’utilise même pas leur En pour surveiller aux alentours. »
Nono : « En effet c’est étrange !? »
Anghells : (Pense) « Tiens tiens, ça me rappelle le jour où ils ont capturé Kasue. J’étais avec elle quand ils attaqué mais je ne pouvais pas utiliser mon nen. Peut-être que… »
« Dis Nono, es-ce que tu peux déployer ton nen ? »
Nono : « Pourquoi tu me demandes ça ? »
Anghells : « Discute pas, essaye ! »
Nono : « Bien… »
(Il essaye mais rien ne se passe, il force de plus en plus, mais toujours rien) « Merde, c’est louche, je peux pas le déployer, c’est quoi ces conneries !? »
Anghells : « J’en était sûr. Le jour où ils ont capturé Kasue, je ne pouvais pas non plus utiliser mon nen. Je crois qu’ils ont quelque chose qui permet de bloquer le nen. C’est peut-être pour ça qu’il n’utilise pas leur En. »
Nono : (Il murmure) « Un vase de Vega ! »
Anghells : « Un quoi !? »
Nono : « Ils utilisent un vase de Vega. A ma connaissance, c’est le seul objet qui permet de parasiter le nen. Ce vase était utilisé par la tribu Vega, une tribu pacifique. Quand ils étaient attaqués par d’autres tribus, ils demandaient de l'aide a leur tribu voisine, les Wufa, de les protéger. Et pour les aidés, les Vega leur donnaient un vase de Vega, un vase faites d’une terre mystérieuse qui avait la vertu de parasité le nen. De nos Jours il reste que de très rares exemplaires de ses fameux vases. »
Anghells : « Je savais que t’était un féru d’histoire toi. Et sinon on fait comment pour se débarrasser de se vase ? »
Nono : « Les briser ne suffit pas à arrêter l’effet. Il faut soit l’entourer de verre, ce qui contient les effets ou soit on l’emmène le plus loin d’ici. Cette objet fait effet sur cent mètres autour de lui. Et vu qu’on n’a pas de verre, on va devoir utiliser la deuxième option. Il y a plus qu’à espérer que ce vase soit à l’extérieur du hangar, sinon ça va être vraiment difficile. »
Anghells : « T’as un plan ? »
Nono : « Ouais ! Pour l’instant moi je vais faire discrètement le tour du hangar. Pendant ce temps toi tu bouges pas d’ici et tu réfléchis à un moyen de distraire les gardes. Si je trouve le vase, je l’emmènerai loin d’ici et je te biperai sur ton téléphone, à ce moment tu te débrouille pour distraire les gardes, j’entrerai discrètement dans le hangar et je m’occuperai de chercher Kasue. C’est compris ? »
Anghells : « C’est bien compris mec. Mais si tu ne trouve pas le vase, on fait quoi ? »
Nono : « Eh bien là on adopte le plan D. »
Anghells : « Le plan D ??? »
Nono : « Oui le plan D… D comme Deus, tu vois ce que je veux dire ? »
Anghells : « Ah ok… On fonce dans le tas comme des barbares quoi ! »
Nono : « En effet, c’est ça. »

Nono part donc à la recherche du fameux vase. Pendant ce temps, Anghells réfléchis à comment il va détourner l’attention des gardes. Après quelques minutes à tourner autour du hangar, Nono trouve enfin le fameux vase, par chance, les gardes l’avait placé à l’extérieur du hangar. Nono l’emmène donc au loin et il le détruit. Comme prévu, il bip le portable d’Anghells. Celui a trouvé comment il va s’occuper des gardes devant la porte. Il se déguise en femme et s’apprête à faire un numéro charme aux hommes posté devant la porte.

Anghells : (Il prend une voix de femme) « humm… Bonsoir messieurs… Désolé de vous déranger, mais la roue de ma voiture vient de crever. Et pour vous dire franchement, en mécanique je ne m’y connais pas trop. Rien que changer une roue ça me dépasse haha… »

Garde : (Il murmure aux autres« Hé hé, dis donc les mecs, vous voyez cette belle petite minette… »
Garde : « Tu m’étonne, après avoir changé sa roue, on va peut-être pouvoir s’amuser un peu avec elle. »
Garde : « Oh du calme les trouffions, je vous signale qu’on a une mission importante, si le chef apprend qu’on s’amuse, ça va barder… »
« Heu désolé mademoiselle mais nous sommes en service. Nous ne pouvons pas vous aidez. Alors je vous prirai de partir d’ici. »
Anghells : « Ooh, mais s’il vous plaît messieurs. Je n’y arriverai pas toute seule en plus il fait très froid en plus ce soir ; Vous n’allez pas laissé dans cet état une demoiselle en détresse quand même ? »
Garde : « Bah heu… »
Anghells : « Et puis vous savez… Je suis une femme très généreuse. Alors si vous m’aidez, je serai très bien vous récompense si vous voyez ce que je veux dire ! »
Garde : (Pense) « Haa la cochonne ! »
Garde : (Murmure) « Allez quoi ! ça va prendre cinq minutes seulement. En plus il y a une récompense à la clé, il n’y a pas de mal à se faire plaisir pas vrai !? »
Garde : « Huuum… c’est d’accord. Allez, accompagnez-nous jusqu’à votre voiture mademoiselle, on va se charger de tout ça en moins de deux. »
Anghells : « Hoo merci merci merci, que ferai-je sans vous… »

La porte du hangar n’étant plus sous surveillance, Nono peut donc entrer sans problème dans le hangar. Là, il découvre les trois autres personnes, dont un en train de torturer Kasue. Voyant la situation critique de Kasue, Nono décide d’agir vite, il utilise sa technique « Slide », technique qui permet au corps de Nono de glisser sur n’importe quelle surface. Nono glisse sur le ventre à une vitesse fulgurante et tacle un des hunters. Alors que ce dernier valdingue en l’air, Nono en profite pour l’attraper par la jambe et il le lance sur l’autre hunter. Cela fait déjà deux personnes en moins mais il reste Barbuda, celui-ci sort une arme à feu et s’apprête à tirer sur Nono qui ne le voit pas venir. Mais Kasue, qui a compris en voyant Nono faire sa technique Slide qu’elle peut utiliser son nen, malgré la douleur et la fatigue, trouve les ressources pour matérialiser un clone d’elle qui attrape la tête de Barbuda et lui brise la nuque en un éclair.

Kasue : « Bah dis donc c’était moins une. Ça fait quand même presque qu’un jour que je me faisais torturer par se malade. Qu’es-ce que vous foutiez ? »
Nono : (Il se précipite sur Kasue et lui enlève les liens qui retiennent kasue au mur) « Désolé on a pas pu faire plus vite, tu sais, la présidente question recherche… C’est pas encore ça ! »
Kasue : (Pense) « Ouais Kurapika, j’aurai deux mots à te dire à toi en rentrant. »
(Elle tente de tenir debout mais elle n’a quasiment plus de force et elle s’écroule) « J’suis désolé Nono, mais tu vas devoir me porter, j’suis tellement à plat que je ne sens plus mes jambes. »
Nono : « t’en fait pas, y a pas de souci. »

Du côté d’Anghells.

Garde : « Eh voilà, c’est terminé, votre voiture est prête à rouler. »
Anghells : « Merci, merci du fond du cœur. Bon, comme je suis une femme qui tiens parole, je vais comme je l’ai dis vous récompenser »

Mais alors qu’Anghells allait sortir son arme pour abattre les trois gardes. Ces derniers, dans une synchronisation totale, enlève leur ceinture, baisse leurs pantalons ainsi que leurs caleçon. Là, Anghells découvre trois petits soldats au garde à vous (leurs pénis pour ceux qu’aurait pas compris).

Anghells : (Surpris) « Non mais vous faites quoi là ? »
Les 3 gardes : « Eh bien on attend ta récompense vilaine ! »
Anghells : « Quoi !!? »
(Pense) « Mais merde, dans quoi j’me suis fourré encore ! »
Garde : « Allez, attrapons cette allumeuse, on va lui montrer c’est quoi des vrai hommes. » (les gardes s’approchent d’Anghells)
Anghells : « Hein !! Non mais ça va pas, attendez !! »

Mais trop tard, les gardes se jettent sur lui et tentent de le violer. Du côté de Nono et Kasue…

Nono : (Il tient Kasue dans ses bras) « Bon, mieux vaut ne pas trainer ici, on se tire… »
Kasue : « Au fait, tu m’as dit on a pas plus faire plus vite tout à l’heure. T’es pas venu seul ? »
Nono : « Ah oui, c’est vrai. Il y a Anghells qu’est venu avec moi, je l’avais complètement oublié celui-là. »
Kasue : « Bravo l’esprit d’équipe ! »

Soudain

Anghells : « HAAAAAAAAAAAAAAAA NOOOOOOOOOOOOOOOOOON !»
Garde : « Eh, mais elle a une voix d’homme ! »

Nono a entendu crier Anghells

Nono : « Merde, il a dû se faire repérer, il faut à tout que j’aille l’aider. » (Il ne souci plus de Kasue et la laisse tomber sur le sol. Il court à la rescousse d’Anghells)
Kasue : « Ha… arrgh… sal… salaud… Nono… Argh » (Elle s’évanouie)

Après avoir flanqué une bonne raclée aux trois gardes. Nono, Anghells et Kasue retournent ensemble aux siège de la communauté.

Gummy Town, maison abandonnée, le 29 novembre 2007, 23h06

Nous retrouvons Genzo et Horah, dans la maison abandonnée qu’ils occupent depuis un certain temps. Horah, qui surveille les environs, voit arriver deux personnes au loin. Il semble bien les connaître et il est vraiment inquiet par leur venue. Il court voir Genzo pour lui dire qui arrive.

Genzo : « Ben… qu’es-ce t’as à courir comme ça ? »
Horah : « Genzo, on a un très gros problème, un très très gros problème. »
Genzo : « Hé ho, du calme, c’est quoi le problème ? »
Horah : « C’est Killuavatar, il est là ! »
Genzo : « …………………………………… Quoi, c’est ça le problème. Pourtant tu sais bien qu’il au courant pour le… »
Horah : « Non, c’est pas Killuavatar le vrai problème, c’est plutôt la personne qui l’accompagne. »
Genzo : « Et qui est cette personne ? »
Horah : « Tu ne me croiras pas tant que tu l’aura pas vu de tes propres yeux. Viens voir ! »
Genzo : « Si tu le dis… »

Horah montre alors à Genzo les deux personnes qui se dirigent vers la maison. Il y a belle et bien Killuavatar, mais son attention se fixe surtout sur la deuxième personne.

Genzo : « Merde ! T’as raison, on a un grave problème là. »
Horah : « Qu’es-ce je disais ! On va faire quoi ? »
Genzo : « J’en sais rien… Mais bon sang, que viens faire Kuroro Lucifuru avec Killuavatar. »

En effet, la deuxième personne en question est belle et bien Le fameux Kuroro Lucifuru, le boss de la Brigade Fantôme. Genzo et Horah se postent alors devant la porte de la maison. Ils n’ont pas l’air rassuré.

Killuavatar : « Tiens donc, Horah et Genzo. On pensait que vous ne seriez pas ici ? »
Genzo : « Et nous on aurait jamais cru que tu serais revenu ici en si bonne compagnie. »
Killuavatar : « Je suppose que vous connaissez Kuroro. »
Horah : « Ouais, on a déjà entendu parler de lui. »
Kuroro : « Je suis enchanté de pouvoir rencontrer les fameux voleurs qui ont dépouillé la Confrérie des hunters. Même moi je n’ai jamais pensé à toucher la Confrérie. Je vous félicite. C’est un gros risque que vous avez pris. »
Genzo : « Merci du compliment. Mais il me semble que je t’avais demandé, Killuavatar, de n’en parler à personne non !? »
Killuavatar : « Je n’ai aucun ordre à recevoir de toi. »
Horah : « Et on pourrait connaître la raison de votre venu. »
Killuavatar : « Pour tout vous dire, j’ai pas mal de projet à réaliser. Pour y arriver, j’ai besoin d’argent, de beaucoup d’argent. Je suis donc venu faire un prêt ici, vu que vous êtes pas mal blindés de tune. »
Genzo : « Un prêt de combien ? »
Killuavatar : « Tout ! »
Horah : « ça fait beaucoup ! »
Kuroro : « C’est aussi ce que je me suis dis lorsqu’il m’en a parlé. »
Genzo : « Désolé, mais je pense que ça va pas être possible. »
Killuavatar : « En fait, j’en ai rien à faire de ton avis. J’ai à tout prix besoin de cet argent, alors si je dois utiliser la force pour avoir ce que je veux, je le ferai. »
Horah : « Alors c’est au cas où tu aurais à utiliser la force que tu as amené avec toi Kuroro ? »
Killuavatar : « Oui et non… »
Genzo : « Peu importe, t’auras rien Killuavatar, j’ai tout autant besoin que toi de leur richesses. »
Killuavatar : « Vous voulez donc utilisez la force ? »
Horah : « Je sais pas ce qui t’arrive Killuavatar, c’est pas dans tes habitudes d’agir comme ça. Mais si tu veux la bagarre, tu l’auras. »
Kuroro : « Cool, de la baston, ça va devenir intéressant ! »
Genzo : « Et pourrai-je savoir pourquoi le chef de la Brigade Fantôme viendrait-il aider notre cher Killuavatar. »
Kuroro : « Disons qu’il m’a fait une offre intéressante en demande de mon aide. »
Killuavatar : « Alors… Vous voulez toujours combattre. »
Genzo et Horah : « Il nous fait pas peur ton pote ! »
Kuroro : « Tant mieux. »

Les quatre se regardent silencieusement. Attentif aux moindre mouvement de chacun.

Genzo : (Il murmure a Horah) « Ecoute Horah, je ne me fais de doute pour l’issu de ce combat. Kuroro nous surpasse de loin. Mais je ne laisserai pas notre butin si facilement. Tu dois surement être au courant des capacités de Kuroro, alors dès que l’on se retrouve en situation critique. On fuit sur le champ. Compris ! Il est préférable que l’on perdre le butin plutôt que nos techniques spéciales. »
Horah : « Bien reçu ! »

Horah lance les hostilités. Il se jette sur Kuroro et tente de le tacler. Kuroro esquive facilement en sautant haut dans les airs.

Genzo : (Pense) « Bien joué Horah ! »
(Il utilise sa technique de la manipulation « télékinésie » qui lui permet de déplacer n’importe quoi à distance, il prend une des vitres de la maison et la lance sur Kuroro) « Esquive ça maintenant ! »
Kuroro : « De la télékinésie, intéressant. »
(Il ne cherche même pas à esquiver la vitre lancé par Genzo, il s’en débarrasse en frappant simplement dessus, la vitre se brise alors en plusieurs morceaux autour de lui. Il retombe au sol et il demande à Genzo.) « C’est une très bonne spécialité que tu as là. Pouvoir manipuler n’importe quel objet à distance, c’est pas donner à tout le monde. Mais dis-moi, t’es capable de manipuler une personne de cette façon ? »
(Genzo ne répond pas à sa question, il pense alors.) « Humm, s’il ne répond, c’est qu’il est peut-être au courant pour mes capacités. Intelligent ce Genzo !! »

Soudain, les morceaux de vitre briser autour de Kuroro s’élève. C’est bien Genzo, bras tendu et main ouverte vers Kuroro, qui manipule ces bouts de verre. Les morceaux de verres forment une sorte de cage autour de Kuroro, cage que Genzo est prêt à fermé sur Kuroro.

Kuroro : « Holà, je ne suis pas en très bonne posture ! » (Bizarrement, il utilise son manteau et se couvre tout le corps avec)
Genzo : « Je ne crois pas que tu pourras arrêter ces bouts de verres rien qu’avec ton… »
(Pense) « Mais attends… Merde son livre ! » (Il ferme sa main et les morceaux de verre fonce vers le manteau de Kuroro)

Mais les morceaux de verres se brisent sur le manteau de Kuroro. Celui-ci en a en fait profité pour ouvrir son livre pour utiliser une technique qui permet à ses vêtements de devenir solide.

Kuroro : « Franchement, bien joué. J’aurai pu subir de très gros dégâts, t’aurais dû réagir plus vite. »
(Il regarde autour de lui, il remarque qu’Horah n’est plus là) « Dis donc, ton ami il s’est barré ? »
Genzo : « Moi à ta place, je me méfierai de l’arbre derrière toi. »
Kuroro : « De quel arbre tu… »
(Il se retourne et il voit un arbre derrière lui) « Mais il n’y avait pas d’arbre derrière moi pourtant. »

L’arbre en question explose soudainement en un nuage de fumé qui aveugle Kuroro. C’est l’œuvre d’Horah, qui aussitôt en profite pour frapper d’un puissant coup de poing Kuroro au visage. Celui-ci est projeté à quelques mètres

Horah : « Genzo t’avais pourtant prévenu Kuroro. Tu devrais l’écouter, il est de bon conseil. »
Kuroro : « Ouais… Prochainement j’y penserai. Quoi qu’il en soit, tu fais maintenant parti des rares personne à avoir réussi à me toucher Horah. Pour cela, tu mérite un cadeau. (Il ouvre son livre)
Genzo : (Il cri) « HORAH, FAIS GAFFE, SON LIVRE… »
Horah : « Mince » (Il se met à reculer)
Kuroro : (Pense) « Inutile ».

Alors qu’Horah tente de s’éloigner de Kuroro. Horah est mystérieusement téléporter juste en face de Kuroro, surement une de ses technique volées. Kuroro met un violent coup de genou dans la tête d’Horah, puis un coup dans la nuque pour l’évanouir. Horah maintenant hors jeu, Kuroro le jette au loin. Il ne reste plus que Genzo. Celui-ci, très énervé, fend le sol en deux sous les pieds de Kuroro grâce à son pouvoir de télékinésie.

Kuroro : (Pense) « Incroyable ! Il est capable de fendre le sol. Il est vraiment fort ce Genzo. »

Kuroro se dégage pour éviter de tomber et il fonce sur Genzo pour l’attaquer. Genzo fait alors sortir du sol un énorme bloc de roche qui vient s’interposer entre lui et Kuroro. Mais cela n’arrête pas Kuroro qui se téléporte alors juste derrière Genzo.

Genzo : (Pense) « Mince, il peut aussi lui-même se téléporter. J’ai pas le choix, il faut absolument que je stoppe ses mouvements. » (Genzo se retourne et tend sa main vers Kuroro pour le stopper avec son pouvoir de télékinésie)
Kuroro : (Pense) « C’est bien ce que je pensais. En essayant de me stopper avec son pouvoir, il répond à ma question de savoir s’il lui est possible d’agir sur un humain. Son pouvoir est à moi ! » (Il sort son livre et le tend vers la main tendu de Genzo afin qu’il le touche et qu’il puisse alors voler son pouvoir)
Genzo : (Pense) « L’enfoiré »
(D’un incroyable réflexe, il utilise sa technique sur le livre de Kuroro et le dégage sa main, le livre n’étant plus dans la main de Kuroro, il disparaît) « Ouuf, j’ai chaud sur ce coup là ! »

Kuroro profite du moment de déconcentration de Genzo pour lui asséner un violent coup de poing au ventre. Le coup est si puissant que Genzo traverse le bloc de roche qu’il avait utilisé. Genzo tombe au sol et se tord de douleur, Kuroro arrive sur lui, il lui met deux coups poings au visage et le bloque en lui mettant son pied sur la poitrine.

Kuroro : « Tu m’épate de plus en plus Genzo. J’étais sur de t’avoir et pourtant t’as réussi à t’en tirer grâce à un très bon réflexe. Bravo ! »
Genzo : « Hé hé… Ouais… Et t’as pas encore tout vu mec… »

Soudain, une ombre plane au-dessus des deux hommes, ce sont les débris du bloc de roche que Genzo a traversé qui se trouvent au dessus de leurs têtes. C’est bien sur Genzo qui les manipule, il les laisse tomber sur eux. Kuroro esquive en s’éloignant de Genzo, mais lui Genzo n’a pas bougé et les bloc tombe sur lui.

Kuroro : « Holà, il n’a même pas cherché à esquiver ? Il est mort ? »

Soudain les blocs de roche se relève et se dirige en direction de Kuroro. Celui-ci les esquive. Un des bloc est resté à l’endroit où se trouve Genzo, ce dernier se tient debout sur le bloc. En effet, Genzo peut utiliser les objet qu’il manipule comme moyen de transport. Il utilise ensuite son pouvoir sur Horah pour l’amener jusqu’à ses épaules.

Genzo : « J’ai assez joué pour aujourd’hui. Killuavatar, je te laisse le butin, je dois dire que là, je peux vraiment rien faire face à Kuroro. Mais crois-moi, c’est pas encore fini entre nous deux Killuavatar. Tu n’auras pas toujours le chef de la brigade pour te protéger. » (Il s’en va donc et disparaît au loin)
Kuroro : « Aaah, dommage qu’il abandonne si vite. Il se débrouillait bien pourtant. »
Killuavatar : « Je t’ai pas amené ici pour te bastonner Kuroro. Il y a plus important. »
Kuroro : « En effet. Allez montre-moi au se trouve les sous de la Confrérie. »

Killuvatar et Kuroro entre dans la maison abandonné. Il descendent au sous-sol, Kuroro est impressionné par l’aménagement du sous-sol, bourré de nouvelle technologie, alors que le reste de la maison n’est même pas entretenu.

Killuavatar : « C’est Genzo et Horah qui ont construit se sous-sol, spécialement pour accueillir les richesses de la Confrérie. Du beau boulot n’est-ce pas ? »
Kuroro : « Je dois avouer que c’est pas mal. »

Ils arrivent devant une grande porte blindée. C’est là que se trouve les richesse de la Confrérie.

Kuroro : « C’est derrière cette porte pas vrai ? »
Killuavatar : « En effet, va falloir que tu trouves un moyen de l’ouvrir car je connais pas le code moi. »
Kuroro : « Si seulement Uvogine était encore de ce monde, en un bon Big Bang Impact ça aurait été réglé. »
(Il sort son livre et utilise une technique de trouver automatiquement les codes de n’importe quel système sécurisé. La porte s’ouvre) « Et voilà, c’est fait ! »
Killuavatar : « Eh ben… T’as même une technique qui permet ça. C’est fou. Dis part hasard, t’aurais pas une technique qui te permet de séduire n’importe quelle femme en un claquement de doigt. »
Kuroro : « ça doit se trouver. Dès que je l’aurais je te ferai signe, pervers va ! »
Killuavatar : « Ha ha ! Pas de problème ! Bon finissons-en avec ça »

Ils pénètrent dans la salle du et ils découvrent les fameuses richesses de la Confrérie des hunters. Il y a d’un côté des tonnes de lingots d’or et d’un autre coté, divers trésors du monde.

Kuroro : « Incroyable, où on-t-il eu tous ces trésors ? »
Killuavatar : « C’est depuis que la Confrérie à adopter le système HML de notre communauté. La Confrérie s’est vite spécialisée dans la recherche de trésors cachés dans le monde. Les hunters sont chargé de leur ramené des trésors rare contre de grosse somme d’argent. Un business qui marche très d’après ce que je vois. Maintenant va falloir que je me déplace avec. T’as vraiment une technique qui me permet de déplacer facilement avec tout ça. »
Kuroro : « Mais oui, t’en fais pas. »
(Il ouvre son livre) « Regarde, c’est une capacité que j’ai volé à York Shin City, ça s’appelle Fun Fun Clothe, ça me permet de rapetisser n’importe quel objet. Observe !
(Un drap géant se matérialise et il recouvre tous les lingots d’or ainsi que les trésors de la Confrérie. Et soudainement, le drap se rétréci ainsi que les trésors et lingots qu’il recouvre pour enfin finir dans la paume de la main de Kuroro en un petit sachet) « Et voilà, le tour est joué. Pratique non !? » (Il lui donne le petit sachet )

Killuavatar : « Tu m’étonneras toujours toi. »
Kuroro : « Bon, j’ai rempli ma part du contrat. C’est à ton tour maintenant de me donner ce que je veux. »
Killuavatar : (Il lui donne un dossier) « Tiens, voici un dossier complet sur lui, j’espère qu’il te plaira. »
Kuroro : je l’espère aussi. Mais je dois dire que depuis que je me suis battu avec Genzo, j’hésite à le recruter lui plutôt que la personne que tu me recommande. »
Killuavatar : « Eh bien si la personne que je te recommande ne te plaît pas, tu pourras toujours essayer de recruter Genzo. »
Kuroro : « Tu as raison. Bon je ne vais pas traîner ici plus longtemps. Je te laisse. Fais gaffe à ne perdre ce petit sachet. »
(Il commence à partir, puis il se retourne vers Killuavatar) « Ce Horah te l’avait dit, mais moi aussi je trouve que tu as beaucoup changé Killuavatar… »
Killuavatar : « On change tous un jour Kuroro, tu le sais mieux que moi. »

Kuroro le regarde silencieusement quelques secondes, puis il disparaît.

Killuavatar : « Oui… On change tous un jour, et ce monde aussi va changer, grâce à moi… »

Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 30 novembre 2007, 10h15


Nous retrouvons Kurapika dans son bureau. Elle est en train de lire son courrier lorsqu’elle aperçoit une lettre de Killuavatar. Elle l’a lit et elle est très surprise par son contenu.

Kurapika : « Ha ha, ça c’est amusant… Attend voir, je vais juste la lire aux autres pour voir leur réaction tiens ! »

Elle passe une annonce sonore demandant à tous les hunters présents de se rendre dans la salle de réunion, de toute urgence. Nono, Deus Kaliya, Kurai, Kasue, Yutomi, Anghells, Tchi-Tchi, Genzo et Horah sont présent.

Kurapika : « Alors si je vous ai réuni ici, c’est… »
Deus Kaliya : « Pour nous faire chier !! »
Kurapika : (Sur Deus Kaliya)
« Bon, si je vous ai réuni ici, c’est parce que notre chère et tendre Killuavatar nous a envoyé une jolie lettre, lettre que je ne peux résister de vous la lire :
Kurapika,
J’ai décidé aujourd’hui de quitter la communauté HXHDREAMS. Je remercie ta communauté de m’avoir accueilli à bras ouvert. Mais aujourd’hui je besoin de découvrir d’autres horizons. J’en ai assez de faire l’avocat de tout le monde. Maintenant je vise plus loin et plus haut. Je compte changer la face de ce monde. Oui, ce monde à besoin de changer. A travers mon travail, j’ai pu découvrir quelle est le vrai visage du monde, et cela ne doit pas rester ainsi.
C’est pourquoi j’ai décidé de prendre les choses en mains et que j’ai volé les richesses de la Confrérie des hunters. J’ai besoin de beaucoup d’argent pour atteindre mes objectifs et je dois dire que la Confrérie était une bonne banque.
N’essaye pas de me retenir, ma décision est prise et je ne reviendrai pas dessus. Je ne suis pas fou, je suis même très sérieux. Lorsque j’aurai atteins mes objectifs, tu verras, le monde entier m’acclamera et toi aussi.
A bientôt.
Killuavatar.
Ps : Je remercie aussi Kasue pour tout ce qu’elle a fait pour moi.
»

10 seconde de silence. Puis toutes les personnes dans la salle (à part Genzo et Horah) commencent à rire. Voir pleurer de rire pour certain.

Kurapika : « Ha ha ha, j’étais sur que vous alliez vous marrez. Je dois avouer que c’est assez marrant quand même. »
Kasue : Waa… Excellent, c’est la première fois qu’il nous fait un truc si drôle. Du genre il est capable de voler les richesses de la Confrérie, il serait même pas capable de volé du chewing-gum dans une superette. »
Kurai : hé hé hé hé ! Lui changer la face du monde, du grand n’importe quoi… »
Deus Kaliya : « Ha ha, tu lui mets une bonne torgnole dans la tronche et hop… terminé pour lui, ses rêves s’envole.
Anghells : (Se tord de rire par terre)
Yutomi : « Eh… faut se calmer Anghells ! »
Tchi-Tchi : « je me demande bien ce qui lui est passé par la tête quand même. »
Nono : « En plus, je vois pas comment il peut arriver à ses fins. A part avec un bouquin de droit, il ne sait pas se défendre. »
Kurapika : « Le pauvre, je lui souhaite du courage. »
Horah : (Il chuchote à Genzo) « Au moins, on sait ce qu’il veut maintenant, c’est mieux que rien. »
Genzo : « Oui, t’as raison… »
(Pense) « Alors c’est ça que tu veux, changer la face du monde. Intéressant Killuavatar. Voyons un peu de quoi tu seras capable dans les prochains jours. »

Au loin, Killuavatar observait la scène. Il est assez énervé de voir qu’on se fout de sa gueule et que personne ne le croit capable de venir à bout de ses ambitions

Killuavatar : (Il sert les poings) « Merde… Bande d’enfoiré, je vais vous montrez de quoi je suis capable… Raaa, fais chier ! Bon calme toi Killuavatar. Il faut dire que d’un côté ils ont raison. Je ne sais pas me battre et s’ils venaient se mettre en travers de mon chemin je serai fichu. Qu’est-ce que je peux faire ? »
(Il réfléchit quelques instants) « Bon c’est tout trouvé, il me faut des gardes du corps. Des personnes très forte qui pourraient m’aider, mais qui… Kuroro ne voudra surement pas, c’est pas son genre de boulot… Humm, il y a bien Pontelavicious que je pourrais facilement recruter en lui proposant de l’argent. Mais ça ne suffit, il me faut quelqu’un d’autre… Peut-être bien quelqu’un de la communauté, d’après moi, le plus fort c’est Nono, il est le seule à avoir vaincu Deus Kaliya. Oui c’est ça. Si j’arrive à enrôler Nono avec moi avec Pontelavicious, c’est sur, je n’aurais pas à m’inquiéter pour ma sécurité.
Allez Killuavatar, tu as du pain sur la planche. Nono, rigole tant que tu le peux, car bientôt tu ne fera pas le malin quand tu seras à mes ordres. HA HA HA HA HA HA HA »

Fin de l’épisode 12 HXHDREAMS Origin
_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 5 Juin - 09:52 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 4 HXHDREAMS : Pirates


Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 11 décembre 2007, 14h00

Nous retrouvons Yutomi et Tchi-Tchi dans le bureau de la présidente. Elle se remémore les bons moments passé dans la communauté avant le mois d’août, autour d’un bon joint.

Tchi-Tchi : (Elle passe le joint à Yutomi) « Fuu… Haaa… Les petits moments comme ça entre fille, ça m’avait manqué pas toi. »
Yutomi : « Faut croire que oui… Fuuu… Je me rappelle que la dernière fois qu’on s’est retrouvé comme ça entre fille, ça remonte au mois de juillet… Fuu, tu t’en rappelle ? (Elle passe le joint à Tchi-Tchi)
Tchi-Tchi : « Ah oui… Fuu… c’était dans la cuisine à Deus, et cette fois-ci, c’était avec de l’alcool qu’on c’était mis bien. »
Yutomi : « Ha ha… Le pauvre Deus. Comment on avait mis sa cuisine en bordel. Il a failli nous tuer. Un grand moment de fou rire. »
Tchi-Tchi : « Fuu… Ouais, et on était avec Kasue et la présidente, de vrai chipie celles-là, surtout la présidente quand elle s’y met. »
Yutomi : Ouais, elle boit comme un trou notre présidente, quatre bouteilles à elle seule. »
Tchi-Tchi : « La gueule qu’elle avait après, mémorable !! »
Yutomi : « hi hi hi, mémorable ouais… C’est exactement ça ! Sinon tu te rappelle du barbecue raté de Deus ? »
Tchi-Tchi : « Ha ha ha ha, alors ça oui je m’en rappelle. Encore un grand moment ! »
Yutomi : « Trop fort ce Deus, il voulait tant nous faire plaisir avec ce barbecue, et à cause d’un ballon de foot, toute sa bouffe est gâchée. »
Tchi-Tchi : « Ha ha, le pire c’est qu’il s’en ait pris à Rekhyt alors qu’il y était pour rien. J’étais morte de rire. »
Yutomi : « Haaa, les bagarres entre Deus et Rekhyt, ça aussi ça me manque. »
Tchi-Tchi : « Fuuu… Toujours à se chahuter ses deux là, mais qu’est-ce que c’était drôle. » (Elle passe le joint à Yutomi)
Yutomi : « Au fait le chien d’Anghells, il est mort durant ce barbecue non !? »
Tchi-Tchi : « Ah ouais c’est vrai, le pauvre chien, il s’est subitement écroulé au sol et à rendu l’âme, c’est bizarre tout de même ! »
Yutomi : « Fuu… Bien fait pour sa gueule à ce satané chien. Il n’arrêtait pas de me mordre les fesses le salaud. Si tu voyais les marques qu’il m’avait fais. »
Tchi-Tchi :
Yutomi : « Ouais, c’est ça rigole… »
Tchi-Tchi : « Haaa… C’était le bon vieux temps. Mais depuis ce qu’a fait Genzo à la mi-août, tout à changer ici, les problèmes ont commencé, Killuavatar qui se prend pour le sauveur du monde, la Confrérie qui perd toute ses richesses, Kurapika qui a atteint un taux de chiantisme incroyable… Pff, l’atmosphère est devenu pesante ici. »
Yutomi : « Ouais… En tout cas, j’espère que tout s’arrangera d’ici peu. On en a tous vraiment besoin. »

Bateau du Capitaine Sponce, Océan de l’Arma, le 11 décembre 2007, 15h27

Nous retrouvons le groupe de Kurapika dans le bateau du capitaine Sponce, bateau qui doit les amener sur le continent Terra dans une semaine. Le groupe prend du bon temps, en s’en prenant aux autres passagers du bateau. Anghells a remarqué une belle femme seul, qui profite du paysage.

Anghells : « C’est un beau paysage que nous offre la mer n’est-ce pas ? »
Femme : « En effet. Vous aimez aussi contempler l’océan ? »
Anghells : « Humm… Pour être franc avec vous, je trouve que vous êtes un paysage tout aussi joli que l’océan. »
Femme : « Hoo, merci… Je dois dire que vous très charmant aussi ! »
Anghells : « Et une belle femme comme vous, doit avoir un jolie nom aussi pas vrai ? »
Femme : « Je m’appelle Tynisha… Et vous ? »
Anghells : « Anghells, mais mes amis m’appelle Ange. »
Femme : « Eh bien… Vos amis ne se sont pas trop foulé pour vous trouver se surnom ! »
Anghells : « Je vous le fais pas dire ! »
Femme : « M. Anghells, au risque de plomber l’ambiance, je préfère être clair avec vous… Je… Je préfère les femmes, si vous voyez ce que je veux dire. »
Anghells : « Humm… ça tombe bien, moi aussi. »
Femme : « Je vois que vous êtes quelqu’un de tenace. Intéressant, ça vous dirai qu’on aille dans ma chambre pour discuter plus tranquillement. »
Anghells : « Mais avec plaisir ! »

Les deux se dirigent alors vers la chambre et soudain un objet vient frapper violemment l’arrière de la tête d’Anghells. Celui-ci s’écroule au sol.

Femme : « Hoo… Monsieur Anghells, vous allez bien ? Il y a un abruti qui vous a lancé un éventail sur la tête ! Vous n’avez pas trop mal j’espère ? »

Une ombre vient alors planer au-dessus de la femme et d’Anghells. Le femme se retourne.

Femme : « C’est vous qui avez jeté cet éventail sur ce jeune homme ? »
Kurapika : « C’est toi qui a dis que j’étais une abrutie ? »

Kurapika regarde la femme avec un air si meurtrier que celle-ci prend la fuite. Anghells reprend connaissance.

Anghells : « Ouille ma tête… Qu’est-ce qui c’est passé ? Mais tu fous quoi là Kurapika, il me semblait que j’étais pas avec toi il y a quelques instant !? »
Kurapika : « T’as bimbo je l’ai envoyé voir ailleurs ! »
Anghells : « Raaa putain Kura-chan, t’es casse-couille sérieux, j’étais sur un bon coup là, pourquoi t’as fais ça ? »
Kurapika : « Ce n’est pas parce que j’ai donné quartier libre, qu’il faut pour autant gêner les autres passagers. »
Anghells : « Mais je ne la gênais pas, on allait discuter dans sa chambre. »
Kurapika : (Pense) « C’est bizarre tout de même. A chaque fois que je vois Anghells avec une autre femme, ça m’énerve. Pourtant je sais très bien qu’il ne veut plus créer un nouveau réseau de maison close. Mais dès qu’il approche une femme, ça a le don de m’énerver. C’est vrai quoi ! Elles ont quoi de plus que moi les autres femmes… »
Anghells : « Dis… tu ne serais pas jalouse par hasard toi hé hé hé ! »