Hunter X Hunter Dreams Index du Forum
FAQ     Rechercher     Membres     Groupes     Profil     Se connecter pour vérifier ses messages privés     S’enregistrer
Connexion



HXHDREAMS, c'est notre histoire
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> Hunter X Hunter -> Fanfics
Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 15 Oct - 00:35 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 2 HXHDREAMS ORIGIN : Le projet SLIVA


Suite au cuisant échec de son cinquième album. Rekhyt avait décidé de se reconvertir dans la comédie. Avec Deus Kaliya, ils formaient une belle paire de vanneur et tout deux se lançaient alors au mois de mars 2007 dans un « Two men show ». Ils scionnaient le monde entier avec leur show qui fut un véritable succès.
Les deux compères reviennent de leur tournée en ce mois de juin 2007 au siège de la communauté. Fière de leur travail, ils veulent faire un retour fracassant dans la communauté.


Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 9 juin 2007, 12h04

Tout le monde est dans la grande salle à manger, lorsque Deus Kaliya et Rekhyt font irruption…

Deus Kaliya : “HEEEE HE HE, regardez qui revient tout beaux et tout gracieux ! »
Rekhyt : Regardez qui revient d’une tournée triomphale qui nous a menée jusqu’aux cieux ! »
Rekhyt et Deus Kaliya : « Pour votre plus grand plaisir mesdames et messieurs, VOICIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII… »
Kurapika : (Elle s’énerve) « MAIS VOUS ALLEZ FERMER VOS GUEULES BORDEL ! ON EST EN TRAIN DE MANGER LA ! SOIT VOUS VENEZ ICI POUR PRENDRE VOTRE PLAT ET BOUFFER, SINON VOUS ALLEZ FAIRE LES CONS AILLEURS… C’EST BIEN CLAIR ! »
Rekhyt et Deus Kaliya : « …………………………………………………… Rooo lala » (Ils prennent un plat et s’assoie à table pour manger)
Anghells : « Eh Rekhyt ! Viens par là, faut qu’on parle. »
Rekhyt : (Il s’assoie à côté d’Anghells) « Qu’est-ce qui ce passe Ange ? »
Anghells : « Eh bien il se passe qu’on avait prévu de préparer un album ensemble pour le mois de septembre. Et là on est déjà au mois de juin. Ça va faire un peu court tu ne pense pas ? »
Rekhyt : « Haa merde c’est vrai… J’ai complètement zappé. J’étais tellement pris par cette tournée que j’en ai oublié que je devais préparer mon prochain album. »
Anghells : « Elle était si bien que ça ta tournée ? »
Rekhyt : « Un truc de fou mon petit Ange. Un truc de fou. Les salles étaient pleines à chaque scène. Les spectateurs pleuraient de rire à chacune de nos blagues. Et surtout j’ai retrouvé l’amour de mes fans qui m’ont délaissé il y a quelques temps. Ça m’a fait vraiment chaud au cœur. On peut y voir un effet positif dans tout ça, maintenant que j’ai retrouvé une bonne image, ça ne peut-être que de bonne augure pour le nouvel album. »
Anghells : « En effet ! Sinon en ce qui concerne cet album va falloir qu’on s’y mette au plus vite. Je tiens a te rappeler qu’on a pas de studio d’enregistrement pour commencer. Pour les musiciens je peux m’en charger mais… »
Rekhyt : « Mais ne stress pas comme ça mon petit Ange. Ça va le faire ! On va commencer dans deux jours si tu veux bien car je suis un peu épuisé là. Mais ne t’en fait vraiment pas pour cette histoire de studio. J’ai ma petite idée. »
Anghells : (Pense) « Ouais… Bah ça ne me dit vraiment rien qui vaille. »

De son côté, Deus Kaliya ne semble pas apprécier la nourriture dans son plat.

Deus Kaliya : (Ecœuré) « Mais elle est infecte cette bouffe ! Comment vous arrivé à mangez ce machin… Qui vous faisait la cuisine durant mon absence ? »
Kurapika : (L’air énervée) « C’est moi ! »
Deus Kaliya : « Ah………… Bah c’est heu… c’est vraiment très bon en fait… »
(Il prend une bouchée) « Hum… Un vrai délice… »
Kurapika : « … »

York Shin City, Villa de Tony le Gros, le 10 juin 2007, 16h00

Medusa vient faire son rapport à Tony le Gros sur Kurapika, la présidente de la communauté HXHDREAMS

Tony le Gros : « Haa… Revoilà ma belle et tendre Medusa. Alors ma chère, dites moi des nouvelles de cette chère Kurapika. Elle se porte bien ? »
Medusa : « A vrai dire, il n’y a pas grand-chose de nouveau. Elle boit toujours autant, elle a une tonne de travail et elle crie sur les membres de sa communauté. Bref… comme d’habitude. »
Tony le Gros : « Ha ha, fidèle à elle-même cette Kurapika ! »
Medusa : « Ah… J’oubliais… Il y a Deus Kaliya et Rekhyt qui sont revenu de leur tournée. Voilà, c’est tout. »
Tony le Gros : « Haa, ce Deus Kaliya ! Tu sais qu’en fait, c’est en partie grâce à lui que je dois ma célébrité. Sans ses fabuleux plats, je crois qu’il n’y aurait jamais eu de Tony le Gros HA HA HA HA HA HA HA ! »
Medusa : « Je ne vois pas ce qu’il y a de si drôle. Ça vous fait rire quelqu’un doué en cuisine ? »
Tony le Gros : « Heu… Non. Ce qui me fait rire, c’est que le fait que sa cuisine excellente me fasse grossir. D’où mon surnom Tony le Gros. »
Medusa : « HA HA HA ! Oui en effet, ça c’est vraiment très drôle HA HA HA. »
Tony le Gros : « Heu ouais ! »
(Pense) « Elle est vraiment bizarre cette femme. C’est une femme vraiment talentueuse… mais on dirait qu’elle a en même temps la cervelle d’un moineau. Vraiment étrange. »
« Donc on en sait toujours pas plus sur le plan de Kurapika si je comprend bien !? »
Medusa : « HAAAA HA HA HA HA HA Tony le Gros HA HA HA HA HA HA… Maintenant j’ai capté pourquoi on vous appelle comme ça HA HA HA HA HA… Trop drôle HA HA HA… »
Tony le Gros : (Il s’impatiente) « Bon bah ça suffit maintenant… ça va bien deux minutes merde ! »
Medusa : « Hum… Pardon. Oui en effet on n’a toujours pas plus d’information sur le plan de Kurapika. Quand j’y pense, j’ai vraiment pas l’impression que c’est elle qui a assassiné l’homme que j’aimais.
Tony le Gros : (Pense) « Ah ! j’avais complètement oublié ça. C’est pourtant la principale raison pour laquelle elle a décidé de venir travailler pour moi. »
Medusa : « Vous êtes vraiment sûr que c’est elle qui a tué Uvogine !? »
Tony le Gros : « J’en suis sûr et certain. »
(Pense) « Hé hé hé ! Qu’elle est naïve, elle ne se rend même pas compte que je la mène en bateau. Ce n’est pas elle qui à tué ton amour, mais c’est une personne qui porte le même nom. Son frère plus exactement. »
« Ne te fis pas aux apparences ma jolie Medusa. Sous l’alcoolisme de cette femme se cache une puissance phénoménale. Ne la sous-estime pas. »
Medusa : (Pense) « GRRR… Satanée Kurapika… attends un peu que je prenne du galon… et une fois que je serai prête, je vengerai la mort de mon cher et tendre Uvogine tout en muscle. Crois-moi… Tu vas payer ! »
Tony le Gros : « C’est pas tout ça… Mais j’ai un peu mal au dos là. Tu voudrais bien me faire un petit massage ma belle. »
Medusa : « Tu peux toujours courir gros tas. J’ai mieux à faire que de te tripoter les bourlets. Vous n’êtes qu’un gros porc dégoûtant. » (Elle s’en va)
Tony le Gros : « Haaa les gonzesses ! »

Tôkyô-3, Siège de la NERV, le 10 juin 2007, 19h34

Nous retrouvons Gendo Hikari dans son bureau en compagnie de sa secrétaire. Il discute de chose… Gastronomique

Gendo Hikari : « Hummm… Je vais faire de toi un vrai festin ma belle… Tout d’abord je ferai couler du caramel sur tes joues, caramel que lècherai lentement par la suite… Hummm tu t’en lèche les babines hein… Ensuite je te ferai une banane… Hein t’aimes ça les bananes hein… Petite cochonne ! Après napperai tes tétons avec du Nutella, histoire de donner plus de goût à tes seins… Hummm, t’en meurs d’envie hein… Après je ferai couler du champagne le long de ton dos, hummm je te fais frissonner pas vrai… Et après je prendrai un concombre je te mettrai dans… »

Soudain

Yamaha : (Il fait irruption dans le bureau) « je vous dérange peut-être !? »
Gendo Hikari : (Il sursaute ainsi que la secrétaire) « AH… Heu, non ça va… heu… Tu ne nous dérange aucunement… Nous étions en train de parler de… heu… La bouffe qu’on allait manger se soir..Hé hé… »
Yamaha : « … »
Gendo Hikari : (Il s’adresse à sa secrétaire) « Tu veux bien nous laisser. On parlera cuisine plus tard si tu veux bien. » (La secrétaire sort du bureau)
Yamaha : « Je n’ai pas beaucoup de temps devant moi Gendo. Dis-moi ce qu’il en ait du projet SLIVA ! Tu l’as retrouvé ? »
Gendo Hikari : « Non malheureusement. J’ai envoyé beaucoup d’hommes à sa recherche mais il ne trouve absolument rien. Il y a deux semaines, un groupe de mes hommes l’avait repéré, mais il se sont fait décimer en quelques secondes. Hé hé, quand on y pense, nous avons créé une très belle arme. »
Yamaha : « Raah… franchement la NERV… Vous n’êtes qu’une bande d’incompétent. Comment avez-vous pu le laissé s’échapper. Chez nous, ça ne se serai jamais arrivé. Est-ce que vous vous rendez compte de l’importance de projet, grâce à ce projet je pourrai enfin… »
Gendo Hikari : (Il s’énerve) « Alors toi écoute moi bien ! Je tiens à te rappeler que le projet SLIVA doit servir en priorité la NERV, ai-je été bien clair ? La NERV d’abord, ensuite vos petites affaires. Alors ne venez pas me casser les testicules avec simagrées. »
Yamaha : « J’ai mis ma contribution financière dans ce projet. J’ai le droit de... »
Gendo Hikari : « Oui oui oui… je le sais très que vous avez contribué, et nous vous en remercions. Mais ça ne change absolument rien. Le projet SLIVA servira d’abord les besoins de la NERV, ensuite les votre. Et je vais faire tout mon possible pour le retrouver et qu’on puisse enfin régler nos problèmes. »
Yamaha : « Eh bien il va falloir que vous envoyer mieux que vos hommes pour pouvoir le capturer. Votre méthode de recherche n’a pas l’air d’être très efficace. »
Gendo Hikari : « Ne vous en faite pas. Je viens d’avoir une idée qui pourrait bien nous être utile. Je connais une personne qui pourrait très bien faire le poids contre notre projet. »
Yamaha : « Une personne que vous connaissez… Hum… Je vois de qui vous voulez parler. En effet, il pourrait faire le poid. Mais en core faut-il qu’il accepte de vous aidez. De ce côté, c’est pas gagné. »
Gendo Hikari : « Croyez-moi, lorsqu’il découvrira l’étendu des pouvoirs du projet SLIVA, il nous viendrai en aide. Ça ne fait aucun doute ! »

Buden Akindo, studio d’enregistrement de Kurai, le 11 juin 2007, 9h31

Nous retrouvons Rekhyt et Anghells devant le studio d’enregistrement de Kurai

Anghells : « Alors c’était ça ton idée !? Utiliser le studio de Kurai.
(Pense) « J’en étais sûr que ça présageais rien de bon cette idée. »
Rekhyt : « Mais elle est géniale mon idée. Kurai n’est pas là pour quelques temps apparemment. Il est partit en vacances voir sa famille. On va donc profiter de son absence pour faire l’album dans ses studios. J’ai entendu dire qu’il avait du super matériel dans son studio. »
Anghells : « Ouais mais la porte est fermé. Comment on va entré ? Me dis pas qu’il t’as laissé les clef… »
Rekhyt : (Il matérialise un bazooka et tire sur la porte. Celle-ci vole en éclat) « Comme ça ! »
Anghells : « Je sens que ça va être un beau bordel la préparation de cet album. »

Une semine s’écoule et l’album de Rekhyt avance bien.La séance d’enregistrement d’aujourd’hui se termine

Anghells : (Il s’adresse aux musiciens) « Ok, c’est parfait pour aujourd’hui les gars, merci. Vous pouvez rentrer chez vous, on reprendra demain à l’heure habituel. Reposez-vous bien et à demain. » (Ils se saluent et s’en vont)
Rekhyt : « Waouh ! Ange, je dois avouer que tu gère un max sur cet album. Sérieux tu m’impressionne, je n’aurais jamais cru que tu m’aurais fait de telles productions. Franchement chapeau. »
Anghells : « C’est quand la première fois que je fais ça et en plus c’est pour la renaissance de la Rekhyt fever. Donc faut que je donne le meilleur de moi-même. »
Rekhyt : « Cet album va être une vrai tuerie ! ça je peux te l’assurer. Le grand Rekhyt est de retour ha ha ! »
Anghells : Ne crie victoire encore trop mon petit Rekhyt, ça peut te jouer des tours. »
(Il va se chercher un coca et sur une table, il voit une lettre pour Rekhyt) « Tiens ! Il y a une lettre pour toi Rekhyt. »
Rekhyt : « Ah, surement une de mes fans. »
Anghells : (Il donne la lettre à Rekhyt) « Hé hé, si elle te t’écris qu’elle veut se déchainer sur ton corps nu. N’hésite pas ! »
Rekhyt : « Ah ça non mon petit Ange. C’est un principe chez moi, jamais avec les fans. »
Anghells : « Pff, quel principe de merde ! »
Rekhyt : « C’est parce que t’es pas une star, tu peux pas comprendre. »
(Il ouvre la lettre et commence à la lire) « Alors alors… Ah bah j’avais raison, c’est bien un de mes fans… Rekhyt je pense à toi toute mes nuits… Je rêve de caresser ton corps et d’entendre ta magnifique voix me dire je t’aime… Hu hu hu, la coquine… Vivement que tu te remettes à la musique que je puisse me… Entendant ta si jolie voix… Eh bah dis donc, ça fait longtemps qu’on ne m’avait pas fait de lettre comme celle-là. »
Anghells « Que je puisse me quoi ??? »
Rekhyt : « Heu.. Rien d’important. C’est signé Visual… PS : Ma photo est derrière la lettre…. Eh bien voyons si t’es bombe latine ma chère Visual… »
(Il regarde la photo et là, c’est la stupéfaction) « Mais… Mais… Mais elle est moche. Oh mon dieu mais… C’est quoi cette chose. »
Anghells : « Ha ha ha, le salaud, comment il gaze. Vas-y, fais voir la photo ! »
(Il regarde la photo et là, stupéfaction) « Holà… Ah ouaiiiis… Bah putain… Dame nature n’a pas été clémente avec le visage de ta fan dis donc… Mon dieu qu’elle est moche. »
Rekhyt : « T’as vu ça ! Bon sang… Elle ressemble à… à… Heu… »
Anghells : « A rien… Elle ressemble à rien ! »
Rekhyt : « Oui c’est ça ! Elle ressemble à rien du tout. »
(Il se sert un verre de coca) « Putain mais la honte quoi. Je reçois une lettre d’une fan qui me raconte ses fantasmes sur moi et il fallait qu’elle soit moche. Chienne de vie ! »
(Il réfléchit quelques instants) « Hin hin… J’ai une idée bien méchante pour elle ha ha ! »
Anghells : « Pourquoi tu veux être méchant avec elle. Après tout elle n’a fait qu’exprimer ses désirs à l’être qu’elle vénère. Tu devrais plutôt en être satisfait. »
Rekhyt : « Mais t’as vu comme moi comment elle est laide. Purée… Mais à ce stade là c’est pas exprimer ses désirs… C’est du harcèlement sexuelle plutôt. »
Anghells : « HA HA HA HA »

Rekhyt prend un marqueur et commence à dessiner une barbe sur le visage de cette fameuse Visual. Il écrit ensuite sur la photo Comme ça, t’es déjà un peu plus belle ! Puis il écrit sur la lettre Merci j’ai bien rigolé

Rekhyt : « Voilà ! Maintenant je n’ai plus qu’à lui renvoyé à cette poubelle ha ha. »
Anghells : « Ha ha, quel enfoiré ! En plus, je sais pas si t’as remarqué mais avec cette barbe que tu lui à dessiné. Tu penses pas qu’elle ressemble à Deus Kaliya quand il n’est pas rasé !? »

Alors qu’il est en train de prendre une gorgée de coca, Rekhyt explose de rire après ce qu’a dit Anghells. Malheureusement il recracha son coca sur Anghells et celui-ci, dégoûter par ce que vient de lui faire Rekhyt, ce lève brusquement et lâcha la bouteille de coca qu’il avait en main. La bouteille étant ouverte, le coca se déverse sur le table de mixage de Kurai. Elle commence à prendre feu.

Rekhyt : « Holà merde… ça prend feu Ange… ça prend feu. »
Anghells : « Sans blague ! J’avais pas remarquer ! Abruti va ! Dépêche-toi de sortir d’ici ! » (Il s’empresse de prendre la clé USB contenant tout les titres enregistrés de Rekhyt et sort du studio)
Rekhyt : « Bon bah… J’ai comme l’impression qu’on a plus de studio maintenant. »
Anghells : « Mais merde c’est quoi ces conneries. Depuis quand, quand tu renverse du liquide sur une table de mixage, elle prend feu par là suite !? »
Rekhyt : « Bah heu… »
(Une petite explosion se fait entendre à l’intérieur du studio) « Aïe aïe aïe ! »
Anghells : « Kurai va nous tuer ! On est dans la merde Rekhyt. »
Rekhyt : « Parce que tu crois vraiment que je vais lui dire devant lui qu’on a cramer son studio. Tu rêve Ange. Je lui dirai que dalle. »
Anghells : « Ouais, je crois que t’as raison. On va laisser le passage de cet épisode sous silence. Je veux mourir vieux moi. »
Rekhyt : « Allez ! On se casse d’ici ! » (Il se mettent à courir et s’en vont)

Kimu, Le Pampa Club, le 18 juin 2007, 00h50

Nous retrouvons Nono au Pampa Club, la boîte de strip-tease dans laquelle il se rend habituellement. Tout en contemplant une jolie femme en train de se déshabiller de lui, il sirote un panaché. Soudain, un homme s’invite à sa table.

Gendo Hikari : « Encore en train de te noyer dans l’alcool hein ! »
Nono : (Il soupire) Oh non… Pas vous ! »
Gendo Hikari : « ça ne te fait pas plaisir de revoir ton ancien patron ? »
Nono : « Vous m’excuserez… Mais j’ai plus de plaisir à regarder cette femme en train d’enlever son soutien-gorge qu’à regarder votre sale tête. »
Gendo Hikari : « Hum… Je te comprends. Mais bon, je ne suis pas ici pour venir t’embêter. J’ai quelque chose qui pourrait t’intéresser. »
Nono : « Tout ce qui concerne la NERV ne m’intéresse plus. »
Gendo Hikari : « Laisse-moi au t’expliquer de quoi il s’agit. Il y a un petit bout de temps, nous avons décidés de mettre en place un projet pour détruire les Anges. Nous avons appelé ce projet : SLIVA. Malheureusement, nous avons eu quelques complications et… »
Nono : « Eh… Arrêtez votre bla bla ! J’en ai rien à cirer de votre histoire moi. Vous l’avez dis vous-même non !? Vous êtes mon ANCIEN patron. Alors je ne travaille plus pour vous et la NERV. Laissez-moi tranquille, j’ai trouver mon petit paradis dans cette boîte de strip-tease alors ne venez pas me gâcher la soirée. Votre projet à la con vous savez où vous pouvez vous le carrer. »
Gendo Hikari « …………………………………. Bon très bien, je ne t’embêterai plus avec mes histoires. Mais au cas ou… Je te laisse ce dossier avec à l’intérieur, tout ce qu’il y a savoir sur ce projet. Sur ce… Je ne vais pas te gêner plus longtemps. Je te souhaite une bonne soirée. A plus tard. » (Il s’en va)
Nono : « Ouais c’est ça ! Adieu ! Tss ! »

Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 25 juin 2007

Kurapika a convoqué tous les membres présent de la communauté dans la grande salle de séjour. Elle va présenter à la communauté les trois nouveaux membres (deux hommes et une femme) de la HXHDREAMS qui vont faire la formation « Low Hunter », la fameuse formation de hunter à long terme.

Kurapika : Si je vous ai réunis ici, c’est pour vous faire la présentation de nos trois nouveaux pensionnaire dans la villa. Ils vont passer leur licence de hunter en formation Low Hunter et j’espère que vous les accueillerez comme ils se doit. Je les laisse se présenter. »
Tchi-Tchi : (Elle chuchote à Anghells) « Dis donc, la fille là… Elle est super moche. »
Anghells : « T’as vu ça, ha ha ! Mais c’est bizarre, j’ai l’impression de l’avoir déjà vu.
Rekhyt : (Pense) « Cet fille me dis quelque chose !? »

Une première personne se présente

Yahiko : Bonjour, mon nom est Yahiko. Enchanté de faire votre connaissance.

Suivie de la fille

Visual : « Salut, moi Visual ! Contente de vous rencontrez. »
Anghells et Rekhyt : (Pense) « Mais oui… Cette fille, je m’en rap… HOO MERDE ! »

Puis enfin la dernière personne

Sliv : « Bah bonjour, moi je me m’appelle Sliv. Ravi de vous rencontrez. »
Nono : (Pense) « Sliv… Mais… C’est le type que la NERV recherche là !? »
Kurapika : « Bien ! Voilà pour les présentations. Maintenant pour vous trois, les choses sérieuses vont commencer. Je tiens à vous dire tout de suite que de vivre avec cette bande de tarée ne va pas être de tout repos. Allez, Au Boulot ! »

Fin de l’épisode 2 HXHDREAMS Origin

_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Publicité






MessagePosté le: Jeu 15 Oct - 00:35 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 23:57 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 8 HXHDREAMS : L'examen d'hunter

Port de Noka, continent de Terra, le 1 décembre 2007, 13h04

Le groupe mené par Kurapika débarque enfin sur le continent de Terra. Un homme vient à leur rencontre.

Homme : « Bonjour, je suis le gérant du port. C'est un gros bateau que vous avez là dis donc ! »
Kurapika : « Il est pas à nous, vous pouvez en faire ce que vous voulez. »
Homme : « Ah non non non! Ça marche pas comme ça ici. Il faut payer pour le laisser ici. Et en liquide.
Kurapika : « Mais j'ai dis qu'on vous le laisse. Ça devrait largement suffire non ! »
Homme : « Non non ! Il faut payer ma petite! »
Kurapika : « MA QUOI ??? »
Deus Kaliya : « Ok ok, laisse moi gérer la situation Kura-chan. »
(Il s'adresse à l'homme) « Bon mon petit père. Qu'est-ce qu'on risque si on ne veut pas payer ? »
Homme : « Eh bien j'appelle mes potes et ont vous casse la gueule. »
Deus Kaliya : « Eh bah voilà... ça c'est une bonne idée. Je suis pour le cassage de gueule moi. Bon allez, ils sont où tes potes ? »
Homme : « Dans le bar derrière moi. »
Deus Kaliya : « Eh bien allons-y, je te suis ! »
(Il s'adresse au groupe) « Bon bah pendant que je m'occupe de ces gars, vous pouvez essayer de trouver un moyen de locomotion pour aller dans la région de Lokosho. Je vous rejoins dans quelques minutes. »
Anghells : « Je peux venir avec toi Deus ? »
Deus Kaliya : « Va crever, ils sont à moi et rien qu'à moi ok ! »
Anghells : « Pff, t'es pas cool ! »
Nono : « En tout cas Deus à raison. Il faut qu'on trouve un moyen de se rendre dans la région de Lokosho au plus vite. »
Kurapika : « Bon... Faisons le tour du port, on trouvera surement quelque chose... »
(Soudain, son téléphone sonne) « Tiens... Yutomi qui m'appelle ? Qu'est-ce qu'elle me veut celle-là... Ah mais oui c'est vrai, c'est avant-hier que l'examen d'hunter à commencé. » (Elle décroche)
Yutomi : « Salut Kurapika ! Alors comment ça se passe de votre côté ? »
Kurapika : « Nous venons juste d'arriver sur le continent de Terra. On va prendre la route vers la région de Lokosho. Et toi, comment se passe l'examen d'hunter ? »
Yutomi : « Haa... L'examen... Eh bien... heu... Bah en fait... l'examen est déjà finit. »
Kurapika : « QUOI !!! »
Kasue : « Holà... ça sent encore les emmerde tout ça ! »
Kurapika : « Mais c'est pas possible ! Les épreuves étaient censées durer sur cinq jours, ça peut pas être finit. »
Yutomi : « Eh oh ! Ne commence pas à t'énerver. Parce que je crois que c'est à cause de vous que l'examen soit déjà fint. »
Kurapika : « Comment ça à cause de nous ? »
Yutomi : « Bon... Laisse-moi t'expliquer tout ça en détail. Ça à commencé le jour même de l'examen... »

Kimu, complexe souterrain HXHDREAMS, le 29 novembre 2007, 13h53

Yutomi et Tchi doivent superviser les examens de hunter cette année en l'absence de Kurapika. Le début des examens commence dans quelques minutes. Elles sont assez nerveuses.

Tchi-Tchi : (Elle fait des va et viens) « Ho la la... ça va commencer dans 5 minutes. J'espère que ça va bien se passer. »
Yutomi : « Arrête de marcher comme ça. Tu me stresses plus que je ne le suis déjà. »
Tchi-Tchi : C'est assez étonnant quand même ! Malgré tout les problème qu'a eu la communauté. J'aurais cru que le manque de sérieux qu'on montrait, allait faire fuir les futurs candidats. Et pourtant là, ils sont prêts de 500. C'est largement plus que ce qu'on attendait. »
Yutomi : « C'est vrai. Moi aussi j'aurais cru qu'il y aurait moins de monde. Je crois que ça va pas être évident de gérer tout ça.
Tchi-Tchi : « Bon, ça va être l'heure d'y aller. Prête ? »
Yutomi : « C'est partit ! »

Pendant ce temps, dans la salle où sont réunis tout les candidats. Certaines personnes ont l'air assez intimidé par l'ambiance.

Laffontement : (Pense) « Bah dis donc... Il y a pas mal de monde à cette session. Pourtant Killu-Senpaï m'avait dit qu'il n'y aurait pas grand monde. Bon... de toute façon, ça ne change rien pour moi. Il faut absolument que je réussisse ces examens. »
Medusa : (Pense) « J'aurais cru qu'il aurait plus de personnes de bon niveau. Ils savent utiliser le nen pour la plupart mais rien de très impressionnant. Ça va être plus facile que prévu finalement. Par contre il y a un truc qui m'intrigue. Pourquoi il y a certains candidats qui porte des point rouge sur leur numéro et pas d'autres. Bah... ça doit être surement une modalité pour la première épreuve.
Bon, et si je faisais un peu connaissances avec les candidats... »
(Elle remarque une jeune fille avec de petits animaux sur elle) « Intrigants ces petites bestioles, j'en ai jamais vu des comme ça. En plus la jeune fille qui les porte semble maîtriser le nen. Intéressant ! »
(Elle s'approche de la jeune fille et commence la conversation) « Salut... c'est mignon les petites bestioles que tu tiens là. C'est quoi ? »
Jeune fille : « Ce sont des Pogo ! »
Medusa : « Waa ! Jamais entendu parlé. Ils doivent être très rare non !? »
Jeune fille : « Oui en effet. »
Medusa : « Moi c'est Medusa. Enchanté. »
Jeune fille : « Et moi c'est Biscky. Enchanté aussi. »
Medusa : « Dis, je peux les toucher tes Pogo, ils ont l'air doux. »
Biscky : « Ah ça non ! Je te le déconseille vivement ! »
Medusa « Pourquoi ? »
Biscky : « Ils sont en trains de dormir. Quand mes Pogo dorment, ils sont aussi en position de défense. Et quand on les touche, leur pouvoir s'active, et crois-moi, ça risquerait de ne pas te plaire. »
Medusa : « Ok je vois ! »

Soudain, Yutomi et Tchi-Tchi font leur apparition à un endroit surélevé de la salle

Yutomi : « Chers candidats et candidates, sans plus attendre va commencer cette nouvelle session d'examen d'hunter. Je suis Yutomi et la personne à côté de moi se nomme Tchi-Tchi. En l'absence de notre Présidente, se sera nous qui superviserons ces examens.
Vous devez le savoir, mais je préfère quand même vous le précisez encore une fois. Ces examens sont d'une extrême difficulté. Vous êtes près de 500 mais nous sommes quasiment sûr qu'à peine 10 d'entre vous obtiendra la fameuse licence. Pour les autres, vous avez soit 60% de chance de rentrée chez sain et sauf ou soit 40% de chance de mourir ici. Alors certains d'entre souhaite renoncer dès maintenant. C'est votre dernière chance. Après vous ne pourrez plus faire marche arrière.
(Elle attend quelques secondes, personne ne semble vouloir renoncer, elle continue) « Très bien ! Je vois que vous êtes très courageux. Mais il va vous falloir plus que du courage pour être lauréat. Sur ce nous allons débuter avec la première épreuve. Je laisse Tchi-Tchi vous expliquez de quoi il en retourne. »
(Pense) « C'est bizarre ! Pourquoi il y a des candidats qui ont à côté de leur numéro un point rouge ? C'était pas prévu ça !? »
Tchi-Tchi : « La première épreuve est une épreuve de réflexion. »
(Un écran apparaît près d'elle et une plateforme géante sort du sol près des candidats)Vous voyez l'écran qui est à côté de moi. Dessus il y a un carré découpé en plusieurs cases, 81 cases pour être précis. Ce carré représente la plateforme qui est apparu près de vous. L'épreuve est en fait un Sudoku géant. »
Laffontement : « Alors là ! Je le sens vraiment pas cette première épreuve. Les trucs avec des chiffres c'est vraiment pas mon truc. »
Tchi-Tchi : « Regardez ! »
(Neuf chiffres apparaissent sur différentes cases de l'écran et pareil sur la plateforme) « Neuf chiffres se sont dévoilé sur l'écran ainsi que sur la plateforme. Il ne reste donc que 72 cases vides. L'épreuve se déroule donc de cette façon : 72 candidats devront se positionner sur les 72 cases vides.
_ Pour passer l'épreuve, le candidat devra trouver le chiffre exact sur lequel il est positionner et trouver le chiffre exact d'une autre case.
_Donc lorsqu'un candidat réussi l'épreuve, un autre est automatiquement éliminé (celui dont la case à été découverte).
_Lorsqu'on pense avoir trouvé les deux chiffres qui permettent de passer l'épreuve, il faut buzzer. Pour buzzer, il suffit de taper du pied sur la case sur laquelle on se trouve. Ensuite dire à haute voix les deux chiffres. En premier, le chiffre de la case où vous vous trouvez et ensuite le chiffre d'une autre case en désignant le numéro du candidat s'y trouvant.
_Lorsque vous dites un chiffre, s'il s'avère exact, le chiffre que vous avez prononcé s'affiche sous vos pied. Donc si rien ne se passe, c'est que vous avez faux.
_Si les deux chiffres que vous avez prononcez sont inexacte, vous êtes éliminé. Si vous avez trouvé un chiffre sur deux, vous restez sur la plateforme et vous devrez donc trouvez encore deux chiffres (dont le votre). Dans ce cas, si vous avez trouver le chiffre d'une autre case et non la votre, le candidat qui se trouve sur la case que vous avez découvert est quand même éliminé. Si vous avez trouvé votre chiffre mais pas celui d'un autre candidat, vous devrez alors trouvez deux chiffres de deux candidats. Et tant que vous ne faites que trouver qu'un seul chiffre, vous restez sur la plateforme.
Voilà pour les règles. J'espère que vous avez bien écouté car je ne les répèterai pas. »
Biscky : « Holà... ça risque de ne pas être de la tarte cette épreuve. Pas vrai mes petits pogo !? »
Medusa : (Pense) Hum Hum... Intéressante cette épreuve. Donc si j'ai bien compris. Une seule personne peut en éliminer 71. Si je résous complétement le Sudoku, il me suffit juste qu'à chaque fois que je buzz, je me trompe sur mon numéro mais que je trouve celui d'un autre. Vu que je reste sur le terrain, je peux réitéré la manœuvre maintes fois jusqu'à éliminer tous les candidats présent sur la plateforme. »
Yutomi : « Bien. Nous allons pouvoir commencer. »
(Les numéro de 71 candidats s'affichent) « Voici les numéros des premiers candidats qui devront monter sur la plateforme. Veuillez prendre place ! »
(Certains candidats prennent place sur la plateforme mais une majorité ne bouge pas. Étrangement, ce sont ceux qui ont un point rouge sur leur numéro qui ne bouge pas.) « Heu... je me suis peut-être mal fait comprendre. Vous devez aller sur la plateforme s'il vous plaît. »

Un des candidat portant un point rouge sur son numéro prend alors la parole

Homme : « On ne bougera pas. On ne la fera pas votre épreuve à la con. »
Tchi-Tchi : « Épreuve à la con !!? Eh, espèce de ... »
Yutomi : « Holà... Du calme Tchi-Tchi. Laisse-moi gérer ça. Écoutez moi ! Je vous avais pourtant prévenu. Si vous vouliez partir, c'était avant, maintenant c'est trop tard. Donc si vous ne voulez pas faire l'épreuve, vous êtes éliminé. »
Homme : « Hé hé hé. On élimine pas si facilement la mafia ma pauvre fillette. »
Yutomi et Tchi-Tchi : « LA MAFIA !!? »
Homme : (Il sort un fusil et tout les candidats portant un point rouge sorte alors des armes en tout genre, armes blanches, gun, explosifs.) « Allez les gars. Réduisez moi cette endroit en cendre. Il vont regretter de s'en être pris à la mafia ces cons là. Tuez tout les autres candidats qui ne porte pas de point rouge. »
Medusa : « Alors ça ! C'est pas cool. »
Biscky : Mes petits, va falloir se réveiller. Va y avoir de l'action. »
Laffontement : « Bon... C'est toujours que d'avoir à faire un Sudoku. On va voir s'ils vont me faire la peau pas facilement. Approchez bande de larves ! »

Les hommes de la mafia commence à mettre un bordel incroyable. Beaucoup de candidats se font tuer. D'autres tentent de résister tant bien que mal. Tchi-Tchi se couche au sol pour éviter d'être blessée, mais Yutomi...

Yutomi : (Au bord des larmes) « Mais non... Arrêter, c'est...C'est pas comme ça que ça devait se passer... Ho non... La présidente va nous tuer ! »
Tchi-Tchi : (Elle attrappe Yutomi par la main) « Mais tu vas arrêter de te lamenter bécasse ! Couche-toi ! »
Yutomi : « Tchi-Tchi, faut qu'on se sorte de ce pétrin, la présidente risque de nous mettre une raclée sévère
. Je veux pas mourir si jeune. »
Tchi-Tchi : « Oui, faut faire quelque chose. Mais au lieu de ne penser qu'à notre gueule. Faudrait plutôt penser à porter au candidats innocents qui sont en train de se faire massacrer. On ne peut pas rester là sans rien faire. »
Yutomi : « Mais qu'es-ce qu'on peut faire pour eux ? »
Tchi-Tchi : « On descends dans la foule et on élimine un maximum de ces pourritures de mafieux. On va défoncer ces salauds. »
Yutomi : « Mais t'es folle ! ils sont au moins 300 en bas. C'est eux qui vont nous défoncer. Et je signale que même si toi t'as de bonnes compétences en matière de combats. Ce n'est pas le cas pour moi. Et moi pouvoir est quasiment inutilisable dans ce genre de cas ! »
Tchi-Tchi : « Mais tu sers vraiment à rien toi. »
Yutomi : « Merci ça fait plaisir ! »
Tchi-Tchi : (Elle réfléchit quelques instants) « Bon, tu sais au moins te servir du KÔ yutomi ? »
Yutomi : « Oui sans problème ! »
Tchi-Tchi : « Très bien, se sera amplement suffisant. Tu restes derrière moi et quand j'utiliserai avec mes fouets la technique No defense, alors tu utilisera le KÔ pour frapper l'ennemi. Compris ! »
Yutomi : « Ok... Mais ça consiste à quoi ta technique No defense ? »
Tchi-Tchi : « Quand j'attrape un adversaire avec mon fouet. Avec ma Technique No defense me permet de concentrer le nen de mon adversaire sur une seule partie de son corps. Si par exemple j'attrape le poignet d'un adversaire, son nen va se concentrer sur sa main, mais il sera extrêmement vulnérable aux attaques sur les autres partie de son corps. T'as compris !? »
Yutomi : « Ouais... C'est super utile comme technique. »
Tchi-Tchi : « Bon assez bavarder. On y va ! »

Tchi-Tchi et Yutomi se lance donc dans la bataille. Tandis que de plus en plus de candidats sont décimés par la mafia. Medusa, Laffontement et Biscky tiennent bien le choc.

Medusa : (Deux hommes de la mafia se présentent devant elle) « Hum humm... Deux beau gosse rien que pour moi. Appétissant ! (Soudain, des dents pointus commencent à lui pousser)
Homme : « Bon sang ! C'est qui celle-là !? Un vampire !? »
Medusa : « Non... Bien pire que cela mon choux. » (Elle saute sur l'un des deux hommes et le mord aux cou.)
Homme : « AAAARGH AU SECOURS... AIDE-MOI... AAARGGH ! »
Medusa : « Trop tard mon mignon, tu es a moi maintenant. »
Homme : « Noon ! Sale monstre ! Qu'es-ce que tu lui as fais ? »
Medusa : « Regarde par toi même. » (L'homme mordu par Medusa se transforme en une sorte de monstre recouvert de bandage blanc)
Homme : « Mais... Qu'est-ce que... Une... Une momie !? »
Medusa : « Exact ! Une jolie momie à mon service total. Si je serai toi je me mettrai à courir dès maintenant avant qu'elle ne te dévore. »
Homme : « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! » (Il se met à courir, mais la momie de Medusa le rattrape facilement et commence à le dévorer)
Medusa : « Et voilà, un bon petit festin pour toi. Alors qui sera ma prochaine victime hé hé hé ! »

De son côté, Biscky fait des misères avec ses pogo.

Biscky : « Kiroi Pogo, foudroie-moi ce gars là !
Akai Pogo, réduis celui-là en cendre !(Un Pogo de couleur rouge crache des flammes sur un des homme)
« Ha ha ha, on fait moins les malins maintenant hein ! Mes Pogo vont vous éclater bande de minable !
(Elle piétine l'homme qui s'est fait foudroyer. Mais soudain en homme surgit derrière elle avec un couteau, mais... ) « Futoi Pogo, bouffe lui les yeux à celui-là. »
(Un pogo un peu plus gros que les autres se jette sur l'homme et lui arrache les yeux pour les manger ensuite) « Nya ha ha ha, pauvre imprudent, tu croyais vraiment que je ne t'avais pas remarquer. Mes Pogo sont aussi mes yeux ils peuvent me prévenir du danger à tout moment. (Elle se met à le piétiner)

Du côté de Lafontement, elle est cernée par 5 hommes de la mafia

Laffontement : (Elle matérialise en 5 seringues, puis grâce à son nen de la transformation, elle créer un mystérieux liquide à l'intérieur des seringues) « Alors les gars, qui veut sa dose en premier ? »
Homme : « Ha ha ha, mademoiselle veut jouer à l'infirmière ? »
Laffontement : « Qu'est-ce qu'il y a ? T'as peur des piqures ? »
Homme : « Te fous pas de ma gueule ! » (Il charge son fusil et tire sur Laffontement)
Laffontement : (Elle esquive les balle en se baissant, puis elle lance les 5 seringues sur chacun des hommes qui la cernait. Le liquide s'imprègne en eux, ce qui leurs provoque d'atroces douleurs) « Alors !? ça fait du bien pas vrai !? »
Homme : « AAAAAAAAAAAAAAARGH, bon sang..... HAAAAAAAA ça me brûle dans tous la corps.......... Argh ! »
Laffontement : « Hé hé hé, je vous ai injecté dans le corps de l'acide sulfurique. Ça réchauffe pas vrai. Votre corps va lentement se décomposer et tu mourra dans d'atroces souffrances. Voilà ce qu'on récolte lorsqu'on s'en prend à miss Laffontement. »

Yutomi et Tchi-Tchi se débrouille bien de leur côté, mais cela fait déjà dix minutes qu'elles combattent et pour elles, le nombres d'ennemis ne semble pas diminuer, elles commencent à fatiguer

Tchi-Tchi : « Merde ! Ils sont trop nombreux. On s'en sortira jamais à cet allure là. Faut qu'on trouve un plan. »
Yutomi : « Eh ben trouve-le vite ton plan car je commence vraiment à fatiguer, je vais plus pouvoir garder mon KÔ très longtemps. »
Tchi-Tchi : (Elle réfléchit quelques instants) « Ok... Yutomi, dans la bataille est-ce que t'aurais remarqué certains candidats qui seraient assez forts pour nous aider ? »
Yutomi : « Maintenant que tu parles. C'est vrai que j'ai remarqué au moins trois candidats qui avaient l'air de très bien se débrouiller. Le 456... hum le 17 et le 171 je crois. Ce sont trois filles. »
Tchi-Tchi : « Parfait ! Allons à leur rencontre. Il faut leur demander leur aide. »
Yutomi : « OK... Celle au numéro 17 est par-là. »

Celle qui porte le numéro 17 est Medusa

Tchi-Tchi : « Heu... Excuse-moi ! »
Medusa : (Elle se retourne) « He... Mais vous êtes les organisatrices de l'examen !? »
Yutomi et Tchi-Tchi : (Elle sont un peu étonné par la tete de Medusa) « … Heu... »
Medusa : « Bah quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? »
Yutomi : « Bah heu... T'as du sang plein la bouche... »
Medusa : « Ah ça... C'est à force de mordre les gens, je ne prend pas la peine de nettoyer en plein combat vous voyez. »
Yutomi : (Pense) « Je rêve ou elle a elle dit qu'elle mordait les gens
! »
Tchi-Tchi : « T'es quoi ? Un genre de vampire ? »
Medusa : « Non non, loin de là. Je transforme mes ennemis en momie rien de plus. »
Yutomi et Tchi-Tchi : « EN MOMIE ! » (Elles imaginent la chose
)
Medusa : « Mais n'ayez pas peur, elles sont pas très méchante mes momies. »
Tchi-Tchi : « Mais... On en doute pas heu... »
Medusa : « Medusa ! »
Tchi-Tchi : « Ok heu... Medusa. Es-ce que tu voudrait nous aider. J'ai un plan pour se sortir d'ici et j'ai besoin de personne forte. »
Medusa : « Bah j'espère que ton plan est plus réussi que cet examen. Vous avez vraiment pas assuré. »
Tchi-Tchi : « Ouais... Bah ça va maintenant, on a compris. Alors tu viens ? »
Medusa : « Ok, je suis des votre ! »

Elles vont voir maintenant la candidate au numéro 456. Il s'agit de Biscky

Yutomi : « Hoo regarde Tchi-Tchi. C'est elle que j'avais remarqué avec ses petits animaux tout mignon qu'elle portait sur elle ! »
Medusa : « Hey Biscky ! Comment ça se passe de ton côté ? »
Biscky : « Bah regarde mes pogo, ils s'amusent comme des petits fous. »
Tchi-Tchi : (Elle voit les pogo en train de massacrer un homme de la mafia) « Mignon tu disais hein ! Yutomi. »
Yutomi : « Bah heu... Mais en fait vous vous connaissez toute les deux. »
Medusa : « On s'est juste rencontrer avant le début des hostilités. »
Tchi-Tchi : « Tu t'appelle comment ? »
Biscky : « Biscky »
Yutomi : « Comme les Biscuit hi hi hi ! »
Biscky, Medusa et Tchi-Tchi « …....................... »
Yutomi : « Pff, vous n'avez pas d'humour ! »
Tchi-Tchi : « Biscky, tu voudrais bien nous aider. J'ai un plan pour nous sortir de là. »
Biscky : « Ben si ton plan est aussi bien que... »
Tchi-Tchi : (Elle s'énerve) « Oui... C'est bon. Mon plan sera mieux que cet examen. Vous faites chier à la fin. »
Biscky : « Bon, ok, je viens. Allez venez par ici mes petits Pogo. »
Yutomi : « Bon, il ne reste plus que celle au numéro 171 ! »

Elles s'approche alors de celle au numéro 171, il s'agit de Laffontement. Mais une fois arrivé à près d'elle, elles remarquent quelques chose de bizarre

Tchi-Tchi : (Elle s'adresse, très embarrasée, à Laffontement) « Heu... Excuse-moi... »
Laffontement : « Tiens ! Mais t'es l'une des organisatrice de la session ? »
Tchi-Tchi : « Ouais ouais... heu, et toi... »
Laffontement : « Moi c'est Laffontement ! »
Yutomi : (Pense) « C'est étrange, mais elle me fait penser à quelqu'un que je connais. »
Tchi-Tchi : « Heu ouais, Laffontement. Heu... Hum... Tu sais pourquoi il y a des hommes nu qui sont en train de danser devant toi là ! »

En effet, il y a des 3 hommes de la mafia nu qui sont en train de danser le disco devant Laffontement

Laffontement : « Ah ça ! C'est à cause de moi, je leur ai fait inhalé une poudre qui les mettent dans cet état. Moi ça me fait bien rire, l'une de mes meilleur création en matière de chimie. »
Biscky : (Elle regarde les hommes en train de danser) « Waa, ils dansent bien tout de même. »
Medusa : « Par contre ils ont de tout petits... »
Tchi-Tchi : « Hé hé, bah on ne pas tout avoir ! »
Yutomi : « Tu utilise la chimie ? »
Laffontement : « Oui, avec mon nen de la transformation, je transforme mon nen en produit chimique que je peux mélanger à ma guise pour créer de vrai merveille. »
Medusa : « Et tu n'as rien pour augmenter la taille de leur... »
Tchi-Tchi : « Ouais, bon bah on est pas là pour ça. Laffontement, j'aurai bien besoin de ton aide pour nous sortir de ce guêpier. Ça te dit de te joindre à nous ? »
Laffontement : « Vous avez un plan ? »
Tchi-Tchi : « Oui, il sera plus réussi que cet examen si tu veux savoir. »
Laffontement : « Je sais pas trop en fait. Qu'est-ce que j'ai à y gagner à vous aider. Franchement là, je trouve que je me débrouille assez bien toute seule. Et puis je trouve ça un peu gonfler de votre part. Je me démène comme une folle pour venir ici pour passer cet examen, et en fin de compte, j'aurais rien à cause de vos affaires avec la mafia. Donc sérieusement, j'ai quoi à y gagner si je viens avec vous ? »
Medusa : « J'avoue que là elle marque un point. En fin de compte on va vous aidez mais on rentrera chez nous, sain et sauf certes, mais bredouille. C'est pas très rentable. »
Biscky : « Je suis du même avis ! »
Tchi-Tchi : « Une licence de Hunter, ça vous va !? »

Laffontement, Biscky et Medusa sont étonnées par ce que vient de leur proposé Tchi-Tchi

Laffontement : « T'es sérieuse là ? Si on vous aide, vous nous donnez la licence d'hunter directement. »
Tchi-Tchi : « Cette offre a une durée limité de dix secondes, dépêchez-vous de faire votre choix. »
Yutomi : (Elle s'adresse à Tchi-Tchi) « T'es sûr que c'est une bonne idée de leur offrir sur un plateau une licence ? »
Tchi-Tchi : « Non je n'en suis pas sûr du tout. Mais la chose dont je suis sûr, c'est qu'on a besoin de leur aide. Donc si je dois leur offrir une licence pour ça... »
Yutomi : « Ok ça va! Je te suis. »
Biscky : « Je ne sais pour vous deux, mais moi j'accepte direct. Je suis avec vous. »
Medusa : « Sérieux, je vois pas comment refuser une telle offre. Je ferai tout mon possible pour vous aider. »
Yutomi : « Et toi Laffontement ? »
Laffontement : « Ha ha ha ! Et comment que je suis avec vous. Jamais je ne laisserai passer une telle offre. Dites-moi ce que j'ai à faire et je le fais sur le champs. »
Tchi-Tchi : « Très bien. Voilà en quoi consiste mon plan. Cette salle se trouve en souterrain, à 700 mètres de la villa de la communauté. Cette salle est relié à la villa par un tunnel dont vous voyez la porte là-bas. » (Elle pointe la porte de doigt)
« Notre objectif sera de rejoindre la villa par ce tunnel et aussi de piéger les membres de la mafia dans ce tunnel. Le tunnel fait 700 mètres de longueur et 40 mètres de largeur, donc d'après le nombre de mafieux que je vois encore debout, ça suffit largement pour tous les faire entrer dans le tunnel. Les deux portes du tunnel s'ouvrent et se ferment en même temps. Donc dès qu'on ouvrira la porte, les hommes de la mafia vont le voir et nous voyant fuir, ils nous suivront automatiquement. Nous, on va courir sur 500 mètres, à partir d'ici, moi, Medusa, Laffontement et Biscky on s'arrête et on attends les hommes de la mafia pour les empêcher d'aller plus loin, cette distance de 500 mètres les empêchera de faire demi tour lors de la fermeture des portes, il n'auront pas assez de temps pour revenir. On sera donc 4 contre plus d'une centaine de personnes, vous vous sentez prêtes ? »
Medusa : « T'en fait pas pour nous, continue d'expliquer. »
Tchi-Tchi : « Ok, pendant que nous nous occupons des hommes de la mafia. Toi Yutomi tu continus ta course vers la villa. Une fois arrivé à la porte, tu enclenches la fermeture. A partir de ce moment, Moi, Medusa, Laffontement et Biscky auront seulement 20 secondes pour rejoindre Yutomi, les portes s'ouvrant et se fermant en 20 secondes seulement. Si on est assez rapide, les hommes de la mafia ne pourront pas nous suivre et seront coincés dans le tunnel. »
Laffontement : « Alors on aura seulement que 20 secondes pour effectuer 300 mètres !? »
Tchi-Tchi : « ça semble difficile mais je suis sûr qu'on peux le faire. Alors ? Toujours partante ? »
Biscky : « Et comment ! Ça sera toujours mieux que ton Sudoku. »
Tchi-Tchi : « Hoo, tiens donc, tes Pogo ils sont en train de se monter dessus là... C'est dégoutant ! »
Biscky : (Elle se retourne vers ses Pogo) « Ho non, je les avais pourtant dit de ne plus faire ça... mais, tu mens ils ne se... »
Tchi-Tchi : «
Tiens ! Ça t'apprendra à te foutre de ma gueule, gamine ! »
Biscky : « AÏE... Mais heu... »
Tchi-Tchi : « Bon, assez jouer. On y va les filles. »

Elles foncent vers la grande porte qui donne sur le tunnel. Yutomi enclenche l'ouverture des portes. Comme l'avait prédit Tchi-Tchi, les hommes de la mafia remarque la tentative de fuite de son groupe. Ils se mettent donc à leur poursuite. Le groupe de Tchi-Tchi commence alors leur course folle de 500 mètres.

Tchi-Tchi : « Yutomi, continue ta course nous autres on s'arrête là pour retenir les hommes de la mafia. »
Yutomi : « Ok, bonne chances les filles ! » (Elle continue de courir)

Tchi-Tchi, Medusa, Biscky et Laffontement s'arrêtent et attendent de pieds ferme les hommes de le mafia

Tchi-Tchi : « Allez ! J'espère que vous êtes prêtes. Je veux en voir aucun passer derrière nous, va falloir y aller à fond. »
Medusa : « Venez les gars que je vous momifie ! »
Tchi-Tchi : (Pense) « C'est vraiment dégueu ce qu'elle fait quand même celle-là. »
Biscky : « Préparez-vous mes petits Pogo, ça va chier ! »
Laffontement : « …........... Désolé, je ne trouves pas phrase stylé comme les votre. »
Tchi-Tchi, Biscky et Medusa : «
»
Laffontement : « Bah désolé ! »

Les hommes de la mafia arrivent à porter, un rude combat commence entre nos 4 jeunes filles et la centaines d'homme de la mafia. De son côté, Yutomi arrive enfin à la porte donnant sur la villa.

Yutomi : (Essouflé) « Haa... Haa... Va falloir que je me remette sérieusement au sport... Haa... J'en peux plus... Bon allez, un dernier petit effort. »
(Elle enclenche la fermeture portes puis elle se met à crier) « ALLEZ LES FILLES ! REVENEZ ! »
Tchi-Tchi : (Elle a entendu le signale de Yutomi)« On se replie, allez, on a que 20 secondes. »
Laffontement : « Ok, fermez les yeux quelques instant puis courez. » (Elle crée une bombe aveuglante et lance vers les hommes de la mafia. Ceux sont aveuglé, ce qui va permettre à elle et aux autres filles de prendre de l'avance)

Tchi-Tchi, Laffontement, Biscky et Medusa se remettent donc à courir sur les 200 mètres qu'ils leur restent à faire. Mais durant leur course, Biscky trébuche et tombe au sol

Tchi-Tchi : « Ho non, Biscky... »
Biscky : « T'en fais pas pour moi, continue ! » (Elle se relève et se remet à courir, mais elle a pris du retard)

Tchi-Tchi, Laffontement et Medusa ont réussi à passé la porte, mais il reste encore Biscky qui a pris du retard, elle ne lui reste que 5 secondes avant que la porte ne se ferme totalement

Yutomi : « Allez, tiens bon Biscky, plus que 5 secondes. »
Tchi-Tchi : « Merde c'est fichu, elle n'y arrivera jamais ! »
Biscky : « Mince, il faut retenir la porte ou je suis fichu. »
(Elle attrape un de ses Pogo et le lance droit sur la porte) « FUTOI POGO, RETIENS LA PORTE VITE ! »

Le Pogo vient se loger sous la porte et grâce à sa force, retiens la porte. Biscky se jette et glisse au sol pour finalement réussir à passer la porte. Le Pogo se retire et la porte se ferme enfin, coinçant les hommes de la mafia dans le tunnel

Medusa : « Pfiou... c'était moins une ! Bien joué Biscky. »
Laffontement : « J'avoue, chapeau ! »
Tchi-Tchi : « J'ai vraiment cru que t'allais y rester dans ce tunnel. »
Biscky : (Elle tente de reprendre son souffle) « Haa... haa... Bon sang... J'ai eu la peur de ma vie là... Pfuu... Merci mon petit Pogo. »
Medusa : « Bon, on va pouvoir se reposer un peu maintenant. »
Yutomi : « Désolé, mais je crois que la pause ne sera pas pour maintenant. »
Tchi-Tchi : « Qu'est-ce qu'il y a Yutomi ? »
Yutomi : « Je ne l'ai remarqué juste après avoir enclenché la fermeture des portes. Mais le l'alarme silencieuse de villa est activé depuis déjà 10 minutes. »
Tchi-Tchi : « Tu veux dire que... »
Yutomi : « Des types se sont introduis dans la villa en notre absence. »
Laffontement : « Bah dis donc, c'est vraiment la merde pour vous deux. »
Medusa : « Des voleurs ? »
Tchi-Tchi : « J'en doute pas une seconde. Mais franchement, je vois pas trop ce qu'il y a à voler dans cette villa. Il y a pas de chose de très grande valeur ici. »
Yutomi : « Si ! Il y a un endroit qui plus de valeur que n'importe quels autres chose dans la villa. »
Laffontement : « Quel endroit ? »
Yutomi : « Le bureau de la présidente. »
Tchi-Tchi : « Merde, c'est vrai ! Il y a des tonnes de choses importants dans son bureau. On dit qu'elles sont d'une très grande valeur. Et surtout c'est là que son entreposé les fameuse licence d'hunter. Si on venait à les voler, ça serait très grave. »
Laffontement : »Ouais j'avoue, j'aurai pas ma licence moi. Ça serait vraiment grave, après tout ce que j'ai fais... »
Tchi-Tchi : «
Je te demande pardon !? »
Laffontement : « Heu ouais... après tout ce qu'ON a fait. »
Yutomi : « Bon, allons trouver ces types et foutons leur une bonne raclée. »

Les filles montent alors dans la villa et s'empresse d'aller dans le bureau de Kurapika. La porte de son bureau ayant été forcé, Tchi-Tchi et Yutomi ont vu juste, les mystérieuse personnes en veulent aux affaires de Kurpika.

Tchi-Tchi : (Elle entre en force dans le bureau de Kurapika) « BOUGEZ PLUS BANDE DE... heu... bande de... bah qu'est-ce que je voulais dire déjà... »
Laffontement : « Bah dis donc, pas fameux comme entrée... »
Tchi-Tchi : «
BON TOI TA GUEULE ! TU COMMENCES A ME FAIRE CHIER AVEC TES RÉFLEXIONS. CHIMISTE A LA NOIX ! »
Laffontement : « Ok ok, j'arrête... »
Biscky : (Chuchote à Yutomi) « Dis donc, elle est sur les nerfs ta collègue. »
Yutomi : « Oui, je crois que c'est le Sudoku raté qui n'est pas passé. »
Medusa : « Eh, mais vos cambrioleurs, se sont des ninja ou quoi ? »

En effet, les cambrioleurs semblent être des ninja masqués avec comme écusson, une fleur de lotus

Yutomi : « Dis Tchi-Tchi ! Cet écusson ne rappelle rien ? »
Tchi-Tchi : « Si... C'est l'écusson du clan ninja de La fleur de Lotus dont le parfum enivrant et envoûtant peut faire périr la vache broutant les terres des dieux. »
Laffontement : « Quoi !! C'est si long que ça leur nom de clan. »
Yutomi : « ouais ! »
Biscky : « Ils n'ont pas pu trouver plus court !? »
Medusa : « Oui, c'est vrai, un truc du genre Lotus papier toilettes hi hi hi ! »
Yutomi, Tchi-Tchi, Laffontement et Biscky : « …..................................................... »
Medusa : « Bah quoi !? »

Soudain, un des Ninja prend la parole

Ninja : « Tu te crois drôle toi ! »
Medusa : « Mais... T'as une voix de fille ! »
Yutomi : « Oui, une fille qu'on connais très bien. »
Tchi-Tchi : « ça faisait un bail... Naats K. Jackal. »
Naats K. Jackal : (Elle découvre son visage) « Ké ké ké, je vous avais manqué hein ! »
Yutomi : « A vrai dire... non ! »
Biscky : « C'est qui en fait celle-là plus précisément ? »
Yutomi : « Elle est la chef du clan La fleur de Lotus dont le parfum enivrant et envoûtant peut faire périr la vache broutant les terres des dieux.. Avant ça, elle a obtenu la licence d'hunter chez nous. Quand elle a appris qu'elle avais été désignée pour reprendre la tête de son clan. Elle a quitté subitement le siège de la communauté, sans un au revoir. Aujourd'hui, elle et son clan agissent comme la Brigade Fantôme. Soit elle agit par elle-même pour je ne sait quel but, soit elle agit pour le compte de personnes très puissantes dans le monde. »
Medusa : « T'as oublié qu'elle avait aussi un rire assez bizarre. »
Yutomi : « ça explique le K dans son nom. »
Medusa : « Haa... Je vois ! »
Tchi-Tchi : « Et pourrait-on savoir ce que tu viens farfouiller dans le bureau de la présidente ? »
Naats K. Jackal : « Je te ne le dirais pas. C'est secret. Par contre, ce que je peux te dire, c'est qu'en ce moment je travaille pour une puissante organisation, bien décidé à mettre un terme à la communauté HXHDREAMS. »
Yutomi : « Et on pourrait savoir qu'elle est cette organisation ? »
Naats K. Jackal : « Pour ça... Va falloir venir me tirer les mots de la bouche par la force ké ké ké. »
Tchi-Tchi : « Tss... Mais j'en ai la ferme attention ! » (Elle sort ses fouets et les fait claquer au sol)
Naats K. Jackal : « KAAAAAAA KA KA KA KA... Regardez moi ça, elle se prend pour Catwoman celle-là. »
Tchi-Tchi : « Je vais m'en charger seul. N'intervenez pas, ok ! »
Yutomi : « Holà, c'est la première fois que je la vois dans cette état, mieux vaut ne pas la gêner. »
Naats K. Jackal : « Ku ku... Tu crois vraiment que tu vas nous mettre une raclée à toi seul. Ne me fais pas rire. Allez mes fidèle et fier ninja, faites la taire. »

Deux ninja s'approche de Tchi-Tchi. Sans les attendre, Tchi-Tchi leur fonce dessus et leur met un coup de fouet chacun qui les font voltiger par les fenêtres

Biscky : « Waa.. rien qu'avec de simple coups fouets, elle peut... »
Yutomi : « C'est le Shû. Elle utilise le renforcement pour augmenter la force de ses coups de fouets. Lorsque Rekhyt l'embêtait, elle s'en servait toujours pour le calmer. »
Medusa : « Je le plains ce Rekhyt ! »

Le combat continue, deux autres ninja viennent se placer autour de Tchi-Tchi. Ils exécutent un une incantation qui fait apparaître un sceau sous les pieds de Tchi-Tchi

Tchi-Tchi : « C'est pas avec ce genre de tour magie que vous allez pouvoir me faire taire. C'est moi qui va vous faire la peau. »
Naats K. Jackal : « Faudrait-il encore que tu puisses bouger ké ké ké ! »
Tchi-Tchi : (Elle ressent quelque chose d'étrange) « Hein ! Mais qu'est-ce que... Mes jambes... Je ne peux plus les bouger. »
Naats K. Jackal : « C'est un jutsu qui te paralyse les membres inférieurs. Embarrassant non !? » (Un de ses hommes, armé de deux sabres, se jette sur Tchi-Tchi pour la trancher)
Tchi-Tchi : (Pense) « Deux sabres ! Parfait ! »
(Pouvant toujours utiliser ses bras, elle utilise ses fouets pour arracher des mains les deux sabres du ninja et elle le plante au ventre avec) « Et déjà trois de moins, maintenant, faut je me débarrasse des deux qui maintiennent le sceau qui paralyse mes jambes. » (Elle lance, à l'aide de ses fouets, un sabre sur chacun des deux ninja qui maintenaient le sceau. Étant obliger d'esquiver les sabres qui fonçaient vers eux, ils sont obligés par la même occasion d'arrêter de maintenir le sceau)
Naats K. Jackal : (Elle crie à ses hommes) « Dépêcher de refaire le sceau sinon... »
Tchi-Tchi : (Elle se trouve déjà derrière un des ninja) « Trop tard ! »
(Elle utilise sa technique No Defense sur le ninja et le frappe au ventre avec son poing renforcé par le Kô)
Medusa : (Pense) « Qu'est-ce qu'elle est forte cette Tchi-Tchi ! Voilà à quoi ressemble le niveau des membres du siège de la communauté ! C'est vraiment impressionnant, j'ai encore des progrès à faire si je veux devenir aussi forte qu'eux et vaincre Kurapika. »

L'autre ninja tente d'attaquer à son tour Tchi-Tchi. Mais celle-ci, vigilante, se retourne, attrape le ninja par le cou grâce à ses fouets et lui met un violent coup de genoux dans les bijoux de familles. Celui-ci s'écroule par terre

Tchi-Tchi : « Bon, il semblerait qu'il ne reste plus que toi et moi Naats. »
Naats K. Jackal : (Pense) « Krrr, incroyable, elle a rosser mes hommes en un rien de temps, je ne la croyait pas si forte. »
Tchi-Tchi : « Eh bien, qu'est-ce qui t'arrive. Ne me dis pas que tu as peur !? »
Naats K. Jackal : « Ka ka ka, ne dis pas n'importe quoi. Tu n'est que du menu fretin pour moi. »
Tchi-Tchi : « Ben voyons, je voudrais bien voir ça. »
Naats K. Jackal : « Désolé mais j'ai mieux à faire. Vous avez peut-être contrecarrer mes plans pour aujourd'hui, mais ce n'est que partie remise. A la prochaine ! » (Elle sort par la fenêtre)
Tchi-Tchi : « Si elle croit que je vais la laisser se tirer comme ça... »

Elle s'apprête à se lancer à sa poursuite mais Yutomi la retient

Yutomi : « Non, ça suffit comme ça Tchi-Tchi. Laisse là se barrer cette lâche. Nous on a ses hommes en otage, ça suffira. Calme toi maintenant. »
Tchi-Tchi : « ….............. Tss mouais... T'as raison. On va se contenter de ses types là. »
Yutomi : (Elle attrape un des ninja au sol et le pose sur chaise) « Donne moi ton nom et ta date de naissance... Sans discuter. »
Homme : « Hé hé, vous êtes Yutomi n'est-ce pas ? Je connais vos capacité, notre chef nous en a parlé. Donc je sais très bien que vous avez besoin de mon nom et de ma date naissance pour l'utiliser. Alors vous pouvez toujours courir pour l'avoir. »
Yutomi : « Je pourrais te torturer à mort pour l'avoir, alors ne discute pas et donne le moi. »
Homme : « Pff... Crève ! Je ne te dirai rien ! »
Tchi-Tchi : (Elle est folle de rage, elle active son Ren et attrape l'homme par le col) « Je suis de très mauvaise humeur ok, alors ne me fais pas perdre mon temps. Tu vas lui donner ton nom ainsi que ta date de naissance avant que je ne me fâche encore plus que je ne le suis OK. »
Homme : « Barry Barns, née le 13 décembre 1981. »
Tchi-Tchi : (Pense) « Hein ! »
Biscky : « Bah ça alors... T'es très persuasive toi. Il a craché le morceau en un rien de temps. »
Tchi-Tchi : (Pense) « C'est étrange, j'aurai pas cru qu'il l'aurait dit si vite. Et puis... J'avais une sensation assez bizarre quand je me suis énervé contre lui. Merde, mais qu'est-ce qui m'arrive ces temps-ci ? »
Yutomi : « Bon, maintenant que j'ai ton nom et ta date de naissance, on va pouvoir passer aux choses sérieuses. »
(Elle sort un carnet de sa poche, ensuite l'ongle de son index devient pointu et très tranchant, elle le plante dans le bras du ninja pour lui prélevé un peu de son sang qui va lui servir d'encre pour écrire son poème de la mort. Ses yeux deviennent maintenant écarlates) «
Tu disais connaître mon pouvoir n'est-ce pas. Alors du doit donc savoir qu'a partir de maintenant, j'ai tout contrôle sur toi, vie ou mort, en d'autres sommes... Je suis comme ta déesse. Alors, si tu tiens à la vie, dis-moi par qui vous avez été envoyé et pourquoi, et que font aussi des hommes de la mafia à l'examen d'hunter ? »
Homme : « Je ne trahirai jamais les miens. Tu peux me tuer si tu veux, ça ne fais rien, tant que je ne meurs pas en traître... »
Yutomi : « Pauvre imbécile, je te l'ai bien dis pourtant, je suis une déesse pour toi, je peux choisir où, quand et comment tu vas mourir. Tu as donc peur de mourir en traître hein !? Alors je vais me faire un plaisir de réaliser ta peur. Je vais écrire un joli poème ou dedans, tu mourras là où vis ton clan, et avant d'aller dans l'au delà, tu avoueras à ta chef que tu les as trahi en nous racontant les objectif de votre mission. Ce serait horrible pour toi non. » (Elle commence à écrire)
Homme : (Il a peur) « Non arrêtez... Ok, nous avons été commissionné par la Confrérie des hunters... C'est tout ce que je sais. »
Yutomi : « C'est trop tard, tu as dis que voulais mourir, j'exauce ton vœux. » (Elle continue d'écrire)
Homme : « Non non...S'il vous plaît... D'accord, d'accord, la Confrérie des hunter nous a demandé de rechercher tout ce qui était en rapport avec le vol de leur richesse. Voilà, pour ce qui est de la mafia, je ne suis au courant de rien... »
Tchi-Tchi : « Abruti, mais puisqu'elle t'a dis que tu vas mourir de toute façon. Ça sert à rien ce que tu fais. Yutomi ! Finis-le ce con, il m'agace. »
Yutomi : « J'ai plus qu'à mettre ma signature et puis il mourra en traître. »
Homme : « NOOOON... Ok... Ok... Pour la mafia, il semblerait que se soit une vengeance des plus grosse organisations mafieuses de York Shin City. Apparemment, vous les aviez attaqué il n'y a pas longtemps de cela. Donc ils ont décidé de s'allier pour vous faire payer. C'est vraiment tout ce que je sais. Je vous le jure. Ne me tuez pas de cette manière. Tout mais pas ça. »
Yutomi : « Eh ben voilà ! Je savais bien que tu en savais des choses mon bonhomme. Allez, comme t'as été très gentils. Je vais te laisser en vie et repartir dans ton clan tranquillement. »
Tchi-Tchi : « T'as de la chance qu'elle soit sympa. Si ça ne tenait qu'à moi, je t'aurais tué. Allez, fous le camps d'ici. »
Homme : « Hoo merci merci merci merci... »
Tchi-Tchi : « Dégage je te dis ! »

Le ninja s'en va en courant.

Yutomi : « Tss, Tchi-Tchi, tu crois vraiment que je suis si sympa que ça ? »
Tchi-Tchi : « Hé hé, bien sûr que non. »
Yutomi : (Elle écrit finalement sa signature sur le poème et active son pouvoir Death Poem) « Et voilà, il va finalement mourir comme un traître. Que c'est triste. »
Laffontement, medusa et Biscky : (Elles sont stupéfaites) «
»
Tchi-Tchi : « Qu'es-ce que vous croyez ? On allait pas le laisser partir comme ça. »
Yutomi : « Tous ceux qui s'en prennent à la communauté doivent payer, de leur vie s'il le faut. »
Biscky : « Waa, c'est cruel ! »
Medusa : « Mais attends Yutomi... Si j'ai bien compris ton pouvoir. Il te faut le nom, la date de naissance et le sang de ton adversaire pour que tu puisse utiliser ton pouvoir. »
Yutomi : « Entre autre oui ! »
Medusa : « Suite à cela, tu mets ton adversaire à ta merci totale avec le poème que tu as écris ? »
Yutomi : « Oui. Mais où veux-tu en venir ? »
Medusa : « Eh bien pourquoi tu n'as pas simplement écris dans ton poème que tu veux qu'il te fil des les infos que tu veux. Ça aurait été plus rapide non ? »
Yutomi : « En effet, mais ça aurait été moins excitant. Moi je voulais voir la peur dans les yeux de ce mec. Le voir suer à l'idée que je puisse le briser avec un simple poème ha ha ha... Tu sais, avoir le destin en main d'une personne et de pouvoir en faire ce que je veux est particulièrement jouissif. J'adore ça ! »
Medusa : (Pense) « Mais elle est complétement tarée ! »
Laffontement : « Trop cruel ! »
Tchi-Tchi : « Alors comme ça la Confrérie des hunter nous cherchent des poux. C'est la Présidente qui risque de ne pas être contente. »
Yutomi : « Par contre je ne me rappelle qu'on ait fait quoique se soit à la mafia de York Shin City. »
Tchi-Tchi : « Hum... York Shin City... C'était pas là-bas que devait se rendre la présidente avec Nono et compagnie ? »
Yutomi : « Si, c'est ça ! A quoi tu penses ? »
Tchi-Tchi : « Tss... Ce que je penses !? Je pense qu'avec la belle troupe de timbrée qu'elle trimbale, ils ont dû faire un sacré carnage à York Shin City pour que la mafia rapplique ici pour se venger. T'es pas d'accord avec moi? »
Yutomi : « En effet, ça se tient ! »
Laffontement : « Désolé de vous coupez dans votre conversation, mais vous nous aviez promis le titre d'hunter si nous vous aidions. C'est ce qu'on a fait non !? Donc heu... »
Yutomi : « T'en fait pas. La seule personne ayant accès aux licences est la Présidente. Dès son retour, nous lui expliquerons votre situation et elle vous donnera le titre. »
Tchi-Tchi : « En parlant de la Présidente, je crois qu'il va plutôt falloir qu'on la mette au courant au plus vite. La situation est assez compliqué. On a des hommes de la mafia coincés dans un tunnel, des ninja près à débarquer n'importe quand, la Confrérie des hunter qui nous cherche des noises. Je sais pas pour toi, mais moi j'ai pas trop l'âme d'une dirigeante d'une aussi grosse organisation qu'est notre communauté. »
Yutomi : « Ouais, c'est vrai que moi non plus je ne vois pas comment gérer la situation actuelle. On a besoin des conseils de la Présidente. »

Yutomi tente plusieurs fois de contacter Kurapika par téléphone, mais en vain

Yutomi : « Pas moyen de l'avoir. Je tombe directement sur son répondeur. Elle doit surement être dans une zone où il n'y a pas de réseau. »
Tchi-Tchi : « Tant pis, on essayera plus tard. Pour l'instant, essayons de gérer la situation au mieux. »
Biscky : « Et nous on fais quoi alors ? »
Yutomi : « Considérez-vous déjà comme des membres de la communauté HXHDREAMS. Nous vous accueillons volontiers dans la villa mesdemoiselles. »
Medusa : « Haa cool ! »

Port de Noka, continent de Terra, le 1 décembre 2007, 13h20

Nous retrouvons Kurapika au téléphone avec Yutomi

Yutomi : « Voilà Kurapika, tu sais tout maintenant. »
Kurapika : (Elle crie)« RAAAAAAAAAAA MAIS QUELLE BANDE DE SALOPARDS. JE VAIS LEUR APPRENDRE MOI A M'ATTAQUER PAR DERRIÈRE. BANDE DE LÂCHE, SALE RATS, GRRRRRRRRRRRRRRRRRR. »
Yutomi : « Aie... mes oreilles ! »
Kurapika : (Pense) « Merde ! La situation devient très compliquée. Je dois absolument m'occuper du cas de Killuavatar, mais je ne peux pas non plus laisser mes fonctions de Présidente de côté, Yutomi et Tchi-Tchi ne peuvent vraiment pas gérer ce qui se passe là-bas. Et moi je... Fais chier chier CHIER, je dois absolument trouver une solution sinon... »

Fin de l'épisode 8 HXHDREAMS
_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 17:55 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Episode 4 HXHDREAMS ORIGIN : Le grand jeu

Buden Akindo, le 5 Août 2007, 14h29

Kurai revient de ses vacances chez ses parents. Il se dirige vers son studio d'enregistrement pour y travailler un peu

Kurai : (Pense) « Pff... Quelles vacances pourrie. J'en ai vraiment ras-le-bol que papa et maman me demande de redevenir un tueur. Ils me font chier avec ça... En plus, il y avait la mère de Kirua qui était là aussi pour y mettre de son grain de sel, quelle conne celle-là aussi. Je lui mettrai bien des baffes.
Hum... Kirua... Je me demande bien ce qu'il fait ces temps le cousin !? J'espère qu'il s'amuse autant que moi.
Bon... Oublie tout ça... Je vais retrouver mon beau studio et pouvoir ce que j'aime le plus... la musique. J'ai de nouvelle mélodie en tête, ça va le faire. »

Kurai arrive à son studio et à la mauvaise surprise de le retrouver... en cendres. »

Kurai : « 
................................ RAAAAAAAAAAAAAAAA PUTAIN MEEEEEEEEEEEEERDE. Mais qu'est-ce ce qui c'est passé bon sang. Oh non... Pas mon studio tout neuf, il ma coûter une vrai fortune... Comment je vais bosser maintenant. Merde merde merde et merde. J'en suis sûr qu’ils savent ce qui c'est passé à la communauté. Si c'est de leur faute... Je crois que je vais tous les tuer RAAA.

Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 5 août 2007, 15h30

Kurai arrive, énervé, au siège de la communauté. Yahiko l'aperçoit

Yahiko : « Tiens, tu ne serais pas le fameux DJ et producteur Kurai ? Moi, c'est Yahiko, je suis nouveau ici et ... »
Kurai : « Je m'en fous ! » (Il trace sa route)
Yahiko : « Ok... Moi aussi ça m'a fait plaisir de te rencontrer. »
(Gamakichi) « Ha ha ha, il t'as mis un de ces vent. J'aurais pas aimé.
(Yahiko) « Oh toi la ferme ! »
Kurai : (Il croise Deus Kaliya) « Eh Deus ! Viens voir deux secondes ! »
Deus Kaliya : « Yo Kurdent ! Alors c'était comment les vacances chez tes parents. »
Kurai : « C'est pas tes ognons ça ! »
Deus Kaliya : « Je ne t'ai pas demandé des ognons. Je t'ai demandé comment se sont passé tes vacances chez tes parents. »
Kurai : « …............... »
Deus Kaliya : « Bah quoi !? »
Kurai : « Laisse tomber... Dis-moi ! Tu sais ce qui est arrivé à mon studio ? »
Deus Kaliya : « Bah non, il te manque des ognons là-bas c'est ça ? Je peux t'en passer si tu veux ? »
Kurai : « …............... »
Deus Kaliya : « Quoi !!  T'en veux pas !? »
Kurai : (Pense) « Je sens que si je reste une seconde de plus avec lui je vais surement devenir tout aussi con. »
(Il trace sa route et trouve Yutomi en train de bavarder avec Anghells et Rekhyt) « Eh dites vous trois. Vous savez ce qui est arrivé à mon studio? »
Rekhyt et Anghells : (Pense) « Merde... Il est revenu ! »
Yutomi : « Tu pourrais dire bonjour tout de même. »
Kurai : « Vous savez ce qui est arrivé à mon studio oui ou non ? »
Yutomi : « Mais on t’a jamais appris la politesse à toi ? »
Kurai : « Ta gueule ! »
Yutomi : « Quoi !! »
Rekhyt : « Bah moi je ne sais pas ce qui est arrivé à ton studio Kurai, désolé. Bon bah moi je dois y aller, je dois heu... heu acheter des poireaux, voilà. »
Anghells : « Tu manges des poireaux toi !? »
Rekhyt : « Mais depuis toujours mon cher Ange. Bon allez, salut ! » (Il se barre en courant)
Kurai : « Vous allez me répondre maintenant ? »
Anghells : (Embarrassé) « Mais il a quoi en  fait ton studio ? »
Kurai : « J'en ai plus de studio. Voilà le problème. Il en reste plus rien, plus rien t'entends. Il a été brûlé par les flammes de l'enfer. Et au fond de moi... Au plus profond de moi, je sais… Je suis même sûr et certain, que cet incendie est criminel. Quelqu'un dans cette villa connait la vérité. Et je vais le trouver et une fois le coupable démasqué, je le réduirai en cendre tout comme mon studio. Vous m'avez compris. EN CENDRES ! »
Anghells : (Pense) « Je suis dans une sacré merde. »
Yutomi : « Hii hi hi hi hi ! »
Kurai : « Qu'est-ce qui te fait rire toi !? »
Yutomi : « Hi hi, c'est ton petit discours de colère qui me fait marrer. Arrête de te prendre la tête pour si peu. T'as pas mal d'argent non ? Tu pourras t'en repayer un encore mieux de studio. »
Kurai : « Tss... Qu'est-ce qui ne faut pas entendre ! Toi et ton pauvre cerveau de femelle, tu ne peux pas comprendre la valeur sentimentale qu'avait ce studio pour moi. » 
Yutomi : « Mon pauvre cerveau de... »
Kurai : « De femelle oui ! Qu'est-ce qu'il y a ? Ça choque ton petit cœur mes propos. Pff... De toute façon, il en faut peu pour choquer une gamine dans ton genre. Genre je dis caca-boudin et tu cris au scandale. Je ne vois même pas pourquoi je gâche ma salive pour une personne comme toi. Barre toi de ma vue fillette. »
Anghells : « Eh oh, t'y vas un peu fort là Kurai. »
Yutomi : « Mais t'es vraiment un enfoiré toi ! Il n'y a vraiment aucun moyen d'être sympa avec toi. Avec ton air supérieur de merde. Et il avait quoi de si particulier ce studio pour que tu l'aime tant. Tu te masturbais dedans c'est ça !? »
Kurai : « Je ne vois pas en quoi ça te concerne. Et puis pour la masturbation, c'est clair que t'es bien placé pour en parler toi, vu que t'as pas eu un mec depuis plusieurs années, tu dois t'occuper comme tu peux hein !? »
Yutomi : « Je t'emmerde ! Moi côté mec, crois-moi j'ai pas à m'ennuyer... »
Kurai : « C'est clair, vu le nombre de magazine sur les beaux mecs que tu trimballes, tu dois avoir vraiment un très large choix pour savoir à qui tu vas penser sous ta couette. »
Yutomi : « Vas-y ! Tu me gaves, je me casse... »
Kurai : « Ouais, bah au passage, emporte Ange avec toi, il pourra te conseiller si t'as envie de plaire à des mecs. Ça risque d'être un sacré boulot, mais je suis sûr qu'au bout de 10 ans vous pourrez arriver à un résultat. »
Anghells : « Anghells, expert en séduction, à votre service mademoiselle. »
Yutomi : (Elle s'énerve) « VA TE FAIRE FOUTRE SALE TYPE. JE SUIS BIEN CONTENTE QUE TON STUDIO A CRAME. ESPECE DE... »
Kurai : « Hin ! Alors c'était toi qui à brûler mon studio sale garce. »
Anghells : (Sourire aux lèvres) « Noon... sérieux Yutomi... mais c'est très méchant ça ! »
Yutomi : « Mais tu rêves ou quoi ? J'y ai jamais mis les pieds dans ton studio pourri. »
Kurai : « Il n'y a que toi ici qui à la haine contre moi. Ça ne peut être que toi. »
Yutomi : « Retire tes accusations pauvre con, sinon... »
Kurai : « Sinon quoi... Tu vas appeler ta mère pour lui dire que le vilain Kurai m'a embêté. »
(Il sort son téléphone portable et le tend vers Yutomi) « Bah vas-y, tiens je t'en pris ! »
Yutomi : « Là tu vas trop loin ! » (Elle sort une feuille)
Kurai : « Ah tu préfère lui envoyer une lettre, comme c'est mignon ! »
Anghells : « Heu, je te conseille d'arrêter tout de suite Kurai, là ça sent vraiment mauvais pour toi. »
Kurai : « Pff, je vois quoi tu parles, mais elle ne sait pas maîtriser son pouvoir, je n'ai rien à craindre. »
Anghells : « Si justement ! Elle sait le maîtriser maintenant. Donc heu... »
Kurai : (Il commence à flipper) « …..................... Ah bah merde alors ! »
Yutomi : « On fait moins le malin maintenant. »
Kurai : (Pense) « Merde... Merde, je ne vais quand même pas m'excuser devant elle... ça serait trop la honte. »
Yutomi : « Tss, T'as trois secondes pour disparaître de ma vue sombre abruti, sinon je te tue de la plus honteuse des façons, compris ! »
Kurai : « Oui oui ! » (Il se met à courir)
Anghells : « Il aurait pu au moins prendre la peine de s'excuser avant de se barrer. »
Yutomi : « Tu crois vraiment qu'il se serait excuser ? Moi je ne crois pas, il est trop fier pour ça cet imbécile. Mais je ne pas ce qu'il a contre moi, dès que je croise son chemin, il n'arrête pas de me vanner. C'est agaçant à la fin. »
Anghells : « Mais tu lui a fais quelque chose en particulier ? »
Yutomi : « Ben non justement ! »
Anghells : « Alors il ne t’aime pas tout simplement. »
Yutomi : (Soupire)« Oui... t'as surement raison. »
Anghells : « Pour lui, ta vue dois lui être insupportable. Ça doit être horrible pour lui de se retrouver devant toi. »
Yutomi : « Heu oui... Peut-être... »
Anghells : « Il doit avoir des envies de vomir. C'est comme si en te voyant, il se forçait à manger des vers de terre vivant ou manger ses propres excréments. »
Yutomi : « Ouais c'est bon, j'ai compris ! »
Anghells : « Sérieux, tu dois être vraiment répugnante pour lui. Je pari qu'il supporte mieux la vue de Rekhyt que la tienne. »
Yutomi : « Eh oh... »
Anghells : « Ouais… En gros, pour lui... tu représentes de la merde. Mais de la merde bien puante quoi ! Une terrible diarrhée ! »
Yutomi : « Ouvre-là encore une fois et j'écris ton nom sur cette feuille. »
Anghells : « Ok ok j'arrête ! »

Bureau de Kurapika, le 7 août 2007, 9h00
 
Kurapika a convoqué dans son bureau, Deus Kaliya, Yahiko, Rekhyt, Anghells et Kurai. Elle a une annonce à leur faire

Kurapika : « Bien les gars. Comme vous le savez, aujourd'hui est un jour particulier. »
Deus Kaliya : « Ouaip ! »
Anghells : « On va bien se marrer aujourd'hui je crois ! »
Rekhyt : « C'est l'un des moments que j'attends le plus dans l'année. »
Kurai : « Pff ! »
Yahiko : « Heu... Moi je ne vois pas de quoi vous parlez. »
Kurapika : « Aujourd'hui se déroule le festival Fatal Joke dans la ville de Panter. »
Yahiko : « Eh oh, j'y comprends rien à votre histoire là. C'est quoi ce festival ? »
Rekhyt : « Quoi ! Tu connais le fameux festival Fatal Joke !? »
Anghells : « Mais dans quel monde tu vis malheureux. »
Deus Kaliya : « C'est un crime de ne pas connaître l'existence de ce festival. »
Kurai : « Inculte va ! »
Yahiko : « Mais… heu… »
(Gamakichi) « Ha ha... Comment ils t'enchaînent, tu prends cher mon pauvre. »
Rekhyt : « Le festival Fatal Joke est un événement planétaire, tout les plus grand humoriste du monde y viennent. Un festival dédié à l'humour et aux farces et attrapes. »
Anghells : « La devise là-bas, c'est pour le meilleur et pour le rire. »
Deus Kaliya : « On est jamais à l'abri d'une blague foireuse ou d'une farce. Donc faut surveiller ses arrières. »
Kurai : « Mouais, j'avoue que c'est marrant ce festival. »
Kurapika : (Elle crie) «
MAIS VOUS ALLEZ LA FERMER OUI ! C'EST MOI QUI PARLE BORDEL ! »

Silence

Kurapika : « Bien ! Comme chaque année lors de e festival, j’organise pour la communauté un grand jeu. »
Yahiko : « Un jeu ? »
Deus Kaliya : « Ouais, c’est la tradition ici. »
Kurapika : « Bien sûr, le gagnant de ce jeu sera récompensé, une somme de 3 milliards de Génis lui sera versé. Pas mal hein !? »
Yahiko : (Etonné) « 3 Milliards ! »
Anghells : « Dis donc Kura-chan, c’est beaucoup plus que l’an dernier. T’es devenue une femme généreuse, c’est cool. »
Kurapika : « Non ! »
Anghells : « Comment ça non !? L’année dernière tu offrais au gagnant une somme d’un milliard… »
Kurapika : « Oui, et c’est toujours pareil. Dans ces 3 milliards de gain, il y a 1 milliards offert de ma part, les deux milliards qui reste, j’ai pioché de l’argent dans vos comptes bancaire personnel. »
Rekhyt : « QUOI !! »
Kurai : « C’est quoi ce bordel, depuis quand t’as accès à nos comptes ? »
Kurapika : « Depuis que vous êtes entrés dans la communauté. Ça vous pose un problème ? »
Rekhyt : « Bien sûr que ça nous pose un problème bécasse ! Tu trouves ça normal d’avoir accès à notre argent librement et… »
Kurapika : (L’air énervée) « Je répète ma question car je crois m’être fait mal comprendre : ça vous pose un problème ? »
Rekhyt : (Effrayé) « Heu non… Aucun problème… Pas de souci… c’est tout à fait normal chère présidente. »
Kurai : (Pense) « Mauviette ! »
Yahiko : « Moi de toute façon j’ai quasiment pas un rond sur mon compte, vous n’avez pas dû prendre grand-chose. »
(Gamakichi) « Je dois avouer que ces temps-ci t’es fauché. »
Kurapika : « En effet, Il n’y a pas grand-chose, alors je me suis permis de pioché dans l’assurance vie de tes parents. J’espère que ça ne te pose pas de problème hein !? »
Yahiko : (Dépité) « RRR… Non, pas de souci ! »
(Gamakichi) « Ha ha ha, la femme cruelle par excellence, elle t’as bien eu sur ce coup là hein ! »
(Yahiko) « Va te faire foutre OK ! »
Kurapika : (Elle pointe du doigt une boîte) « Bon, vous voyez cette boîte !? A l’intérieur se trouve 5 caméras. Donc une pour chacun de vous. Elles seront, en quelques sortes, vos armes. Avec ses caméras, vous allez vous rendre au festival et vous allez devoir réaliser une vidéo. Sur cette vidéo, vous devrez y filmer des membres de la communauté dans des situations marrantes, dans ce festival, vous aurez de quoi faire. Vous pouvez bien sûr provoquez ses situations et vous pouvez aussi filmer vos concurrents dans ces situations cocasses. Vos vidéo seront soumises aux votes des membres de la communauté et celui qui aura réalisé la vidéo la plus drôle sera déclaré vainqueur et remportera les 3 milliards de Génis. Ai-je été bien clair ? »
Kurai : (Pense) « Hum.. en y pensant, cette somme pourrait me servir à me procurer et nouveau studio d’enregistrement. C’est décidé, il faut absolument que je gagne ce jeu. »
Deus Kaliya : « Et bien à vos caméras les gars et que le jeu commence ! »

 Panter, festival Fatal Joke, le 7 août 2007, 10h11

Kurapika, Deus Kaliya, Yahiko, Kurai, Rekhyt et Anghells arrivent aux festival, le jeu va pouvoir commencer

Kurapika : « Bon, moi je vais me promener. A plus tard ! » (Elle s’en va)
Yahiko : « Elle pourrait au moins nous souhaiter bonne chance. »
Rekhyt : « Puis quoi encore. Elle nous a pris de l’argent sans notre accord pour réunir le gain. Alors pour nous souhaiter bonne chance, tu peux toujours courir. »
Kurai : « Bon moi j’y vais aussi. » (Il sen va)
Yahiko : « Lui aussi à l’air pas très sociable. Je dois dire qu’il me fait même un peu peur. »
Anghells : « Bah il est comme ça notre Kurai. C’est un type assez froid. C’est à croire qu’il n’aime personne à part lui. La seule personne à qui il donne un peu de respect, c’est la présidente. Je ne sais pas pourquoi ! Mais bon, il est comme ça. »
Deus Kaliya : « Au lieu de parler de ce type inutile, vous devriez plutôt vous mettre à la tâche. Je vous signale qu’il s’agit de récupérer notre argent ainsi que l’argent offert par la présidente. C’est pas rien ! »
Anghells : « Il a raison. Bon bah j’y vais. Bon courage  vous ! »
Yahiko : « Non mais sérieux, c’est quoi cette communauté à la con. Moi je suis venu ici pour faire des missions et obtenir mon titre d’hunter. Pas pour participé à des jeux débile. »
Rekhyt : « Bon, mon petit Deus. Ça te dit de faire équipe avec moi. Comme lors de notre tournée. A nous deux on est imbattable et on pourrait se partager les gains !? »
Deus Kaliya : « Que dalle sale mioche ! C’est chacun pour soi. Hors de question que je partage 3 milliards avec un looser dans ton genre. »
Rekhyt : « Ok… merci la solidarité. »

Deus Kaliya et Rekhyt partent chacun de leur côté. Quant à Yahiko…

Yahiko : « Dis Gama, tu crois que si je reste encore longtemps dans cette communauté, je risque de devenir aussi con qu’eux ? »
(Gamakichi) « Aussi con !? Bah en fait tu l’es déjà assez. Donc tu fais déjà partie de leur famille. Si ça peut te rassurer. »
(Yahiko) « Tss, vas-y ! Je ne vois même pas pourquoi je te consulte, tu sers à rien. »
(Gamakichi) « Peut-être parce que t’es con !? »
(Yahiko) « La ferme ! »

Nous retrouvons Nono qui se balade dans les allées du festival.

Nono : « Pff… Il n’y a rien d’intéressant par ici. Allons ailleurs ! »
(Au détour d‘une allée, il semble reconnaître une personne au loin) « Tiens, mais ça ne serait pas ? Mais si… c’est bien Rei ! »

En effet, c‘est bien Rei Ayanami qu‘il voit. Il s‘approche d‘elle.

Nono : « Hey, salut Rei ! »
Rei : « Tiens, mais c’est le petit Nono. Comment tu vas ? »
Nono : (Pense) « Cool ! Elle a l’air content de me voir. »
« Heu… ça va ? Tu viens faire quoi ici ? »
Rei : « Quelle question ! Je suis là pour m’amuser, comme tout le monde ici. »
Nono : « Ah… oui… évidemment. »
(Pense) « S’amuser ? Ça ne lui ressemble pas ! Mais bon.. Tant mieux. »
Rei : « Dis donc, on m’a dit que tu avais quitté la NERV. C’est courageux de ta part. »
Nono : « Ah bon, tu trouves ? »
Rei : « Oui ! Echappé aux griffes du tyrannique Gendo Hikari, ce n’est pas à la portée de tout le monde, t’es un vrai Bad Boy toi. »
Nono : (Pense) « Mais je rêve ou elle me fait du charme là. »
« Bah j’suis pas un mec qui se laisse faire moi. Faut pas me chercher. »
Rei : « Ho ho ! Et rebelle en plus de cela. »
Nono : « Tu savais que j’ai aussi vaincu Deus Kaliya, un des meilleur combattant du monde. Pas mal hein !? »
Rei : « Waw, t’es donc très fort. Ça tombe bien, j’adore les hommes forts. Dis-moi, ça te dirai qu’on aille dans un coin plus calme… Histoire… Que tu me montres ta force. »
Nono : (Pense) « Oh mon dieu ! C’est comme dans mes rêves les plus fous. Rei Ayanami qui me fait du charme. Hoo crois moi ma belle je vais te croquer comme une pêche. »
« Mais tu sais Rei, je sais être aussi très doux. »

Nono et Rei se retirent dans un coin tranquille. Ils commencent à se peloter  et s‘embrasser. Mais soudain…

Anghells : (Il surgit de nulle part, caméra en main) « C’est dans la poche. Merci Roger, tu peux arrêter maintenant. »
Nono : (Il sursaute) « Hein ! Quoi! Ange… mais tu fous quoi ici ? Et c’est qui Roger ? »
Rei : (Sa voix devient grave) « C’est moi Roger ! »
Nono : « Hein ! »
Anghells : « Nono ! Je te présente mon pote Roger le travesti. Je l’ai rencontré lorsque j’étais encore un mac. C’est un mec sympa tu sais. Je l’ai appelé pour qu’il m’aide à te piéger. Je crois que j’ai bien réussi mon coup. »
Rei : « En tout cas t’embrasse très bien mon chou. »
Nono : « Non… Je viens d’embrasser un homme là tu veux dire ! »
Anghells : « Oh, fait pas cette tête mon petit Nono. Avoue que t’as aimé. »
Nono : « Je vais te tuer salopard ! »
Rei : (Il attrape Nono) « Allez viens mon petit loup. Viens tâter les seins de la petite Rei. »
Nono : « Raah… Argh… Lâche-moi sale gay… »
Anghells : « Oh la la ! Quel joli couple vous faites. Bon bah je vous laisse ! »

Nous laissons Nono se noyer dans les seins de Roger pour retrouver Tchi-Tchi, devant  un stand. Rekhyt l’aperçoit et s’avance vers elle

Rekhyt : (Il lui tape dans le dos) « Hey, salut Tchi-Tchi, comment ça se passe ? Tu t’amuse bien ? »
Tchi-Tchi : « Touche-moi encore une fois de la sorte et je t’en colle une bonne compris ! »
Rekhyt : « Rooo… ce que tu peux être désagréable. T’es vraiment pas cool. »
Tchi-Tchi : « Petite rectification, je ne suis désagréable qu’avec toi sale mioche. Alors hors de ma vue. »
Rekhyt : « Ok… ça va… Je m’en vais. »

Quelques minutes plus tard, en marchant dans les allées du festival, Tchi-Tchi se fait toucher les fesses par un vieille homme

Tchi-Tchi : « Mais vous êtes malade, ça va pas ! »
Vieille homme : « Hé hé hé, t’aimes ça hein, petite cochonne. »
Tchi-Tchi : « Et toi t’aimes ça vieux débris. »
(Elle sort un fouet et le fait voltiger en l’air) « Non mais ! »

Quelques minutes plus tard, un autre vieux viens lui malaxer les fesses.

Tchi-Tchi : « Mais j’hallucine, mais qu’est-ce qui vous prends. »
Vieille homme : « Allez… fais pas ta difficile ma jolie. Laisse-moi toucher encore un peu. »
Tchi-Tchi : « Dégage Papy Brossard ! »
(Elle l’envoie  valdinguer d’un violent coup de fouet) « C’est pas vrai ça. Je me fais peloter par la bande à Nono quoi, la honte ! »

Deux minutes plus tard, un autre vieux lui met la main aux fesses. »

Tchi-Tchi : « Alors là c’en est trop. Tu vas mourir plus tôt que prévu papy. »
Vieille homme : « Mais… mais… c’est écrit que vous aimez ça ! »
Tchi-Tchi : « Comment ça c’est écrit ? »
Vieille homme : « Bah sur votre dos. »
Tchi-Tchi : « Mon dos ! »
(Elle mains sur son dos et y trouve une feuille accrochée) « 60 ans et plus, venez me peloter les fesses, I love that ! Mais quel est l’enfoiré qui… »
(Elle repense au moment où Rekhyt lui poser la main sur le dos) « Rekhyt… GRRRR si je t’attrape… t’es mort sale mioche. »

Soudain, Rekhyt apparaît sur une scène

Rekhyt : (Il cri à la foule ) « Bonjour à tous. J’ai une annonce à faire à toutes les personnes de plus de 60 ans. Vous voyez cette jolie fille ? »
(Il pointe du doigt Tchi-Tchi) « Elle s’appelle Tchi-Tchi et elle a un beau cadeau à vous faire. »
Tchi-Tchi : « Oh non, il ne va quand même pas… »
Rekhyt : « Tchi-Tchi vous laissera toucher son arrière train. Regardez ce joli popotin moelleux, ça donne envie hein !? Et bien messieurs les seniors n’hésitez pas. Ces fesses là s’offre à vous. Allez-y foncez ! »

C’est alors qu’une horde de papy déboule vers Tchi-Tchi, avide de toucher aux fameuses fesses de Tchi-Tchi

Tchi-Tchi : (Elle se met à courir) « Kyaaa… Rekhyt tu me le paiera… NOOON laissez-moi… Kyaaaa.
Rekhyt : (Il filme la scène) « Voilaa… Avec ça, il y a de forte chance que je gagne le jeu. »

Nous retrouvons Yahiko en compagnie de Kasue

Yahiko : (Caméra en main) « Heu… bon bah voilà, je suis en compagnie de Kasue, la fameuse voleuse. Kasue Bonjour. »
Kasue : « Salut ! »
Yahiko : « Bien… bah comme nous sommes au festival Fatal Joke, pour faire rire notre amie Kasue, je vais lui raconter des blagues. »
(Gamakichi) « Dis donc, quel entrain, t’es encore plus mou qu’un carambar. Tu ne ferais pas un bon reporter toi »
Kasue : « Ouais, cool, j’aime bien les blague. »
Yahiko : « On va commencer par une de mes préférée…
(Gamakichi) « mais arrête, elles sont pourries tes blagues ! »
(Yahiko) « Alors c’est un homme et une femme qui trouvent par hasard une lampe. Ils la frottent et un génie en sort. Pour les remercier de l’avoir libéré, le génie leur accorde un vœux à chacun. L’homme veut alors que toute les personnes sur terre soit des femmes, comme ça il pourra coucher avec toutes les femmes du monde. Le génie exauce son vœu. C’est au tour de la femme, et elle demande alors que l’homme soit gay. »
Kasue : « …………………………………… Oui et ensuite ? »
Yahiko : « Bah c’est tout, elle est fini ma blague ! »
(Gamakichi) « Ha ha ha ha ha ha, la honte, comment tu t’es affiché. Elle a rien compris à ta blague. »
Kasue : « Ah bon… heu… ha ha ha, oui, c’est une bonne blague… »
Yahiko : « Bon, c’est pas grave. Je t’en fais une autre. C’est un gars qui va dans une pharmacie et qui demande des préservatifs au goût de fruit. Le pharmacien lui demande alors quel goût… »
Kasue : « Haaa ha ha ha ha… ah oui, elle est drôle celle-là ha ha ! »
Yahiko : « Heu, j’avais pas fini en fait ! »
(Gamakichi) « Haaaaa ha ha ha ha ha ha. Mortel, elle n’y comprend rien à tes blagues bidon. »
Kasue : « Ah.. heu pardon »
Yahiko : « C’est pas grave… Bon, alors là, le gars il dit alors : aux pommes, c’est pour fourré une dinde. »
Kasue : « ………………………………… Et alors, ensuite ? »
Yahiko : « Bah elle est fini ma blague là ! »
(Gamakichi) « Haaaaa ha ha ha ha ha ha ha, arrêtez… j’en peux plus ha ha ha ha ha ha ha. »
Kasue : « Ah… Bah c’était drôle merci. Bon bah, j’y vais, bon courage pour ton petit film Yahiko. Salut ! »
Yahiko : « Pff… c’est vraiment nul ce jeu… »
(Gamakichi) « Faux ! C’est toi qui es nul. Haa ha ha ha ha ! J’ai cru mourir sur la deuxième blague, trop fort la scène. »
(Yahiko) « Tss, ça m’aurait bien arrangé que tu meurs tiens ! »

Soudain, un mystérieux homme, masqué par sa capuche, viens parlé à Yahiko

Homme masqué : « Alors comme ça, on cherche à réaliser une vidéo drôle c’est ça. »
Yahiko : « D’où tu sais ça toi ? »
Homme masqué : « Oh… je suis un homme qui connais beaucoup de chose. Viens par ici, j’ai peut-être quelque chose qui pourrait t’intéresser.»
Yahiko : « Ah bon !? Puis de toute façon je n’ai pas grand-chose à faire. Vas-y je te suis. »
(Gamakichi) « Ça sent pas bon tout ça moi je te dis. »
(Yahiko) « Je me passerai de tes conseils. Fiche-moi la paix ! »
(Gamakichi) « Je t’aurais prévenu. »

L’homme masqué l’emmène dans une salle un peu sombre et soudain, il attaque Yahiko par surprise. Yahiko se démène comme il peut mais l’homme masqué semble plus fort que lui. Il finit par attaché solidement Yahiko sur chaise.

Yahiko : « Argh… Merde, tes qui bordel ? »
Homme masqué : « Tu vas bientôt le savoir. »

C’est alors qu’un rideau se lève. Yahiko et l’homme masqué se trouve en fait sur une scène, devant beaucoup de spectateur impatient. L’homme dévoile alors son visage, il s’agit de…

Yahiko : (Dépité) « Oh non… C’est pas vrai. Kurai ! »
Kurai : (Il s’adresse à la foule) « Bonjour mesdames et messieurs. Désolé de vous avoir fait attendre, mais mon acolyte était en retard… »
(Il pointe du doigt Yahiko) « Voici mon acolyte Yahiko. Pour vous, mesdames et messieurs, Yahiko va se laisser faire torturer par vous… »
Yahiko : « Hein !? C’est quoi ce bordel !? »
(Gamakichi) « Je t’avais pourtant prévenu. Mais t’as encore une fois pas voulu m’écouter.
(Yahiko) « Oh toi ça va ok ! »
(Gamakichi) « Tu ne m’écoutes jamais, et c’est pour ça que tu te retrouves toujours dans des situation pas possible. »
(Yahiko) « Ferme-la sinon je te tue ! »
(Gamakichi) « Ah bon… Je voudrais bien voir ça. »
Kurai : « Mais pas n’importe quel genre de torture. Aujourd’hui, mesdames et messieurs, vous aurez la chance de pouvoir péter à la gueule de ce cher Yahiko. »
Yahiko : « Oh non… Pas ça ! »
(Gamakichi) « J’espère pour toi que t’as le nez bouché. »
Kurai : (Il pointe du doigt un bocal avec des bonbons dedans) « Vous voyez ces petits bonbons, se sont des bonbons spéciale. Ils vous font péter en 3 secondes. Et en plus, il y différents parfums. Allez, montez sur scène, faites choix et venez péter à la tronche de Yahiko. »
Enfant : (elle monte sur scène) « Moi moi moi ! Je veux péter sur le monsieur. »
Kurai : « Hoo quelle délicate intention ! »
Yahiko : « Je me vengerai Kurai. »
Enfant : (Elle choisi un bonbon jaune) « C’est quel parfum monsieur ? »
Kurai : « Le jaune. C’est le parfum diarrhée. Très bon choix ma petite. »

La petite fille se place devant Yahiko, mange le bonbon et trois secondes après, elle pète à la tête de Yahiko

Yahiko : « RAAAAA… Mon dieu… c’est horrible… argh… »
(Gamakichi) « Bah qu’est-ce que tu crois !? Ça n’allait pas sentir la lavande. »
Kurai : « Alors !? Qui sera le prochain ? »
Homme imposant : « Moi ! »

C’est un homme de près de 2 mètres et 120 kilos qui monte sur scène

Kurai : (Impressionné) « Heu… Et ce sera quel parfum pour vous ? »
Homme imposant : (Il prend une grosse poignet de bonbon) « Tous ! »
Kurai : « Houlà ! »
Yahiko : « Non, Kurai, tu ne peux pas me laisser subir. S’il te plaît. »
Kurai : « Je sais, mais moi non plus je ne risque de ne pas supporter l’horrible odeur que ce monstre va dégager de son trou de balle. Donc je vais filmer la scène au loin si tu veux bien. Et arrête de faire ta lopette, ce n’est qu’un  pet après tout. »
Yahiko : « Un pet ! Ce mec va me lâcher une bombe atomique à la gueule plutôt ! »
(Gamakichi) « Et encore, t’es gentils là ! » (Mais Kurai n’a que faire des paroles désespérée de Yahiko et s’en va pour filmer la scène au loin.)
Homme imposant : « Tu vas déguster petit ha ha ha ! » (Il mange d’une bouchée tout les bonbons)
Yahiko : « PITIEEEEEEEEEEEEEEE QU’ON ME VIENNE EN AIDE ! »
Homme imposant : «Houlà la… je sens que ça vient… hummm… »

Pour éviter de choqué les membres de la communauté en cet période de fête, j’ai préféré censurer cette scène. Mais rien ne vous empêche de vous l’imaginez

Nous retrouvons Kurapika dans un petit chapiteau nommé « l’église du rire », le but est de se confier au curé dans l’isoloir, et le curé vous trouve un moyen de rire de vos confessions

Kurapika : (Elle entre dans l’isoloir et se confesse au curé) « Mon père, je viens me confesser. »
Le curé : « Parle mon enfant, je t’écoute. »
Kurapika : « Bien… c’est pas facile à dire mais… Je me sens… hum… Ou plutôt… Je me trouve… Moche ! »
Le curé : « Quoi ! »
Kurapika : « Oui, je sais, ça peut sembler un peu bizarre, mais c’est vraiment la sensation que j’ai ces derniers temps. »
Le curé : (Pense) « Non… j’y crois ha ha ! »
« Hum.. Oui, continue. »
Kurapika : « Vous savez !? Je suis dirigeante d’une énorme organisation. Et mon poste m’oblige d’imposer le respect, donc il m’arrive un peu d’être sévère… »
Le curé : (Il tousse)
Kurapika : « Bon, presque tout le temps on va dire. Mais je croyais que… pour plaire aux hommes, mon physique compenserait sur ma sévérité. Mais depuis que je suis à la tête de cette communauté, pas un homme ne m’a dragué. Je n’ai même pas dîné une seule fois en tête à tête avec un homme. Un aucun homme ne me dit des mots gentils. »
Le curé : « Vous désespérez alors ? »
Kurapika : « En quelques sortes oui. Et maintenant, quand je me trouve face à un miroir. Je me sens moche quoi ! ça peut sembler bête comme ça mais… Je n’arrête pas d’y penser. Alors, je suis venu me confesser ici… histoire qu’on rire de ça. Ça me remonterait vraiment le moral. »
Le curé : « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA NIKE SA MERE. UN DE CES DOSSIER QUE JE TIENS LA MAINTENANT. »
Kurapika : « Quoi ! »
(Pense) « Attends… cette voix… et ce rire… HOO MERDE. »
(Elle sort de l’isoloir en vitesse et en colère) « DEUS KALIYA ! SORT DE LA IMMEDIATEMENT ! »

En effet, le curé était Deus Kaliya. Il s’était déguisé en curé pour piéger des membres de la communauté qui passeraient dans l’église du rire

Deus Kaliya : « Alors là, je m’attendait à tout sauf à ça. C’est le dossier du siècle. T’es à ma merci maintenant Kura-chan. »
Kurapika : « Donne-moi cette caméra immédiatement compris. »
Deus Kaliya : « Non ! »
Kurapika : « Ne m’oblige pas à utiliser la force Deus. »
Deus Kaliya : « Ha ha ha, la bonne blague. Tu ne vaux rien face à moi. Tu ne peux rien me faire. Donc laisse tomber, ce dossier est entre mes mains et il le restera. » (Il se met à courir)
Kurapika : « ça c’est ce qu’on va voir ! » (Elle se lance à sa poursuite. Elle lui lance des éventails mais Deus Kaliya les esquive avec facilité. Elle accélère alors sa vitesse de course pour arriver à hauteur de Deus Kaliya)
Deus Kaliya : « Attention, tu devrais regarder où tu cours. »
Kurapika : « Hein !? »
(Elle trébuche sur une peau de banane qu’avait matérialisé Deus Kaliya) « Argh… Merde, je n’ai même vu quand il l’a matérialisé. »
Deus Kaliya : (Il s’arrête) « Eh oui, tonton Deus est toujours de bon conseil. »
Kurapika : « Deus, je ne rigole pas. Donne-moi tout de suite cette caméra. »
Deus Kaliya : « Non mais tu peux toujours courir. Je te la filerai jamais. »
Kurapika : «
Très bien, alors on utilisera la force. »
Deus Kaliya : « Mais t’as pas le niveau je te dis, ça sert à rien. »
Kurapika : « La ferme ! »

Kurapika sort des éventails et les lance sur Deus Kaliya. Celui-ci les pare avec sa spatule de cuisinier. Elle matérialise son éventail géant se déplace rapidement derrière Deus Kaliya et s’apprête à le frapper. Mais, soudainement, un fumée blanche éclate et Kurapika perd de vue Deus Kaliya 

Kurapika : « Mais… c’est de la farine, tu ose utiliser de la farine pour te battre… »
Deus Kaliya : « Je suis derrière toi ! »
Kurapika : (Elle se retourne tout en lui mettant un coup de poing) « 
Mange ça connard ! »
(Mais son poing vient se cogner sur la poêle de Deus Kaliya ) « Aïe… merde… Raa… »
Deus Kaliya : « Par contre va falloir que tu te calme avec les insultes. C’est déjà une bonne étape si tu veux plaire aux hommes. »
Kurapika : « Ta gueule, j’ai pas de conseil à recevoir de toi. »

Kurapika tente de frapper Deus Kaliya avec son éventail mais il esquive facilement

Deus Kaliya : « Franchement tu m’ennuis là. Autant pour ce qui de diriger la communauté, là je m’incline, je ne pourrai pas faire mieux que toi. Mais en ce qui concerne la baston, tu ne vaux rien du tout par rapport à moi. Tu ferais mieux d’en rester là. »
Kurapika : « je ne lâcherai pas le morceau tant que tu ne m’auras pas donner cette caméra. »
Deus Kaliya : « Bien, alors je vais devoir mettre fin à ce combat moi-même. »
(Il sort un paquet de nouilles cru. Il retire une nouille et la jette par terre ) « Maintenant, cuisson ! »
(La nouille cuit alors très rapidement et son volume grossit de plus en plus, a en avoir la taille d’un anaconda.) « Allez ma gentille nouille, attrape moi Kurapika. » (Il utilise la manipulation pour contrôler la nouille et la dirige vers Kurapika)
Kurapika : « Mais sérieux, t’as vraiment des techniques bizarre toi ! »
(Elle esquive tant bien que mal la nouille contrôlé par Deus Kaliya, mais elle trébuche encore une fois sur une peau de banane qu’il a matérialisé) « Mais c’est pas possible, il peut matérialisé des peaux de banane partout où ça lui chante, fais chier. »
Deus Kaliya : « Il faut toujours regarder où tu mets les pieds. »
(La nouille attrape Kurapika par les cheveux et la balance contre un arbre, il place rapidement devant Kurapika) « Bon, ça ira maintenant, t’as eu ta dose. »
Kurapika : (Elle tente encore d’enlever la caméra des mains de Deus) « Donne moi… merde ! »
Deus Kaliya : « Non non non ! C’est de ta faute après tout, c’est toi qu’a organisé ce jeu stupide. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. »
Kurapika : (Elle est encore plus énervé) « Donne moi ça sinon  je te… »
Deus Kaliya : (Pense) « Hum… Ce regard ! »
« Dis donc, c’est un regard très déterminé et menaçant que tu me fais là. Tu veux cette caméra… bah allez tiens, je te la donne. » (Il lui tend la caméra)
Kurapika : (Elle arrache la caméra des mains de Deus Kaliya) « Raaa… enfin, c’est pas trop tôt ! »
Deus Kaliya : « Et même pas un petit merci !? »
Kurapika : « Ta gueule ! »
Deus Kaliya : « C’est bien ce que je pensais ! »

Kurapika commence à s’en aller

Deus Kaliya : « Par contre je suis très déçu. Je croyais être ton ami. »
Kurapika : (Elle s’arrête) « Que veux-tu dire par là ? »
Deus Kaliya : « Le regard que tu m’as fais tout à l’heure. C’était le regard de quelqu’un qui était prêt à tuer pour avoir ce qu’il voulait. Et on ne fait pas ce genre de regard à ces amis, quelle qu’en soit la raison. Et surtout pour une raison aussi futile que celle-ci. J’en conclut donc que je ne suis pas un ami pour toi.»
Kurapika : « Oui, t’as bien raison, je ne suis pas ton ami. Et je n’ai pas d’amis du tout si tu veux savoir. »
Deus Kaliya : « Vraiment ! Pourtant tu considère Kasue comme ta meilleure amie non !? »
Kurapika : « ……………………… »
Deus Kaliya : « Aurai-je toucher à un point sensible ? »
Kurapika : « Garde tes paroles pour toi ! » (Elle reprend sa route)
Deus Kaliya : « Franchement tu me fais rire. Mademoiselle fait la gueule froide devant nous mais quand elle se retrouve seule elle devient Blanche-Neige. En plus de cela, t’as peur de ne pas trouver d’homme dans ta vie, moi qui te croyais au-dessus de ça… »
Kurapika : « ………………… »
Deus Kaliya : « Mais bon… si ça peut te rassurer. Je trouve que tu n’as pas à avoir de souci en ce concerne ta beauté. Tu es une femme belle et charmante Kura-chan. T’as juste un sale caractère, mais tu sais, il y a des hommes qui adore des femmes comme toi. Alors ne stresse pas pour si peu. »
Kurapika : (Elle fait un sourire au coin de la lèvre) « ………………… Pff ! »
Deus Kaliya : « Ah… et encore une dernière chose ! »

Kurapika s’arrête brusquement. Elle semble terrifié et paralysé par Deus Kaliya

Deus Kaliya : « Malgré le fait que je sois un peu déçu de ne pas être un ami pour toi. J’ai tout de même particulièrement apprécié le regard que tu m’as fais tout à l’heure. J’ai senti en toi une envie de tuer qui m’ont rappelé les plus puissants adversaires que j’ai eu à combattre lors de combat à mort. Pour l’instant tu ne vaux rien face à moi, mais je sais que tu as du potentiel. Si tu t’entraîne durement, peut-être que j’aurai à me battre contre toi, tu ferais un très bon adversaire, j’en suis sûr. Sûr ce,  je me retire Présidente. On se revoie à la villa. » (Il s’en va)
Kurapika : (Pense) « ça alors… ce mec est vraiment terrifiant, j’étais totalement tétanisé, je ne pouvais rien faire. En tout cas il a raison, je ne suis pas à la hauteur face à lui, va falloir que je m’entraine. Franchement il y a des jours où je me demande vraiment comment Nono à pu vaincre ce gars. »

Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 7 août 2007, 21h07

Nous retrouvons tout les membres de la communauté dans la salle de réunion. Kurapika va désigné le vainqueur du jeu

Kurapika : « Alors, pour commencer, je dois vous dire qu’on a eu droit à des vidéo très drôle de la part de nos concurrents. A l’exception de celle de Yahiko, il faut avouer que ta vidéo est à chier. Je suis franchement déçu. »
Yahiko : « Pff… »
(Gamakichi) « Je compatie mon frère, t’as vraiment passé une sale journée. »
Kurapika : « Et sans plus attendre je vais vous donner le nom du vainqueur de ce jeu. Alors… avec plus de 50% des voix à son actif, le vainqueur est… Kurai. »
Kurai : ( Il sert le poing) « Yes ! »
Anghells : « Bah dis donc, plus de 50% des voix pour lui, c’est une victoire écrasante. »
Rekhyt : « Bah faut avouer que sa vidéo était terrible. Le mec balèze qui lâche un missile toxique à la gueule de Yahiko. C’est tout de même mémorable. »
Deus Kaliya : « Ha ha ha ha ha… comment t’as pris cher Yahiko quand même. »
Yahiko : « Je vous emmerde ! »
Anghells : « Au fait Deus, on a pas vu ta vidéo !? »
Deus Kaliya : « J’ai casser la caméra sans faire exprès. »
Rekhyt : « Ha ha ha, après tu dis que je suis un looser. »
Deus Kaliya : « Oui t’es un looser. Et t’auras beau faire ce que tu veux, tu resteras un looser. Pâté pour chat Whiskas va ! »
Rekhyt : « Quoi ! »

Glufila, boîte de Strip-tease, le 7 août 2007, 23h20

Nous retrouvons Kurapika qui est venu rejoindre Nono dans une de ses boîtes de strip-tease préférée

Strip-teaseuse : (Elle danse devant Nono) « Alors… J’te fais kiffer mon vieux ? »
Kurapika : « Bouge de là si tu veux pas kiffer les semelles de mes bottes ! » (La strip-teaseuse fuit)
« Serveur, je voudrais un rhum s’il vous plaît. » (Un serveur va lui chercher son rhum)
Nono : « Mais merde ! Vous allez me lâcher à la fin bon sang ! »
Kurapika : « Hey, calme-toi ! Je ne suis pas venu ici pour te faire chier. J’ai à te parler. »
Nono : « Bah justement, le fait que tu viennes me parler me fais chier. Qu’est-ce que tu me veux ? »
Kurapika : « C’est au sujet de Deus. »
Nono : « En plus ! »
Kurapika : « Nono… Tu crois encore que t’es capable de le battre. »
Nono : (Il est surpris par la question) « Hum ! Toi t’as dû passer un sale moment avec lui ! »
Kurapika : « En quelque sorte oui. »
Nono : « Je vois ! Pour répondre franchement à ta question. Je crois que si  je devais me battre avec Deus maintenant, je me ferai rosser comme jamais. »
Kurapika : « Alors il est si fort que ça hein !? »
Nono : « Ouais ! Je n’ai vraiment pas le niveau. Quand il est partit pendant deux ans suite à sa défaite contre moi, il a fait des progrès exceptionnels. Moi je n’ai fait que me reposer sur mes lauriers, et je me suis fait complément dépassé. Je suis tout rouiller. »
Kurapika : « A ce point !? »
Nono : « ça maîtrise nen est incroyable et son  panel technique est tellement varié qu’on a l’impression qu’on ne sait même pas de quel nen il est. Il est clair qu’il sera difficile de trouver plus con que lui, certes. Mais question combat, il n’a rien à envier à Kuroro Lucifuru ou à Hisoka. »
Kurapika : « A t’entendre, on dirait que tu l’idole. »
Nono : « Tu vas rire mais… En réalité ça m’enrage de parler de lui de cette manière. Le fait que cet imbécile me surpasse… j’ai du mal à l’accepter. »
Kurapika : « Et tu penses que qui d’autre serait à son niveau dans la communauté ? »
Nono : « Personnellement j’en voit aucun. Hum… Peut-être que Kurai, s’il n’est pas en mode flémard, a des chances contre lui. Anghells aussi. »
Kurapika : « Ange, t’es sûr ? »
Nono : « On dirait pas comme ça, mais Anghells cache bien son jeu. Quand il s’y met, il peut devenir redoutable. »
(Il remarque que les mains de Kurapika tremble) « Ecoute Kurapika ! Je ne sais pas ce qui s’est passé entre toi et Deus, mais quoiqu’il en soit… Fait tout, mais absolument tout, pour qu’il reste de ton côté. Car s’il venait à devenir ton ennemi… Tu risques d’y laisser des plumes, beaucoup de plumes même. »
Kurapika : « J’y veillerai Nono… J’y veillerai… »

Fin de l’épisode 4 HXHDREAMS ORIGIN
_________________


"L'artillerie lourde n'est pas que dans notre caleçon."
Deus Kaliya vous souhaite une bonne année 2011


Dernière édition par Deus Kaliya le Ven 1 Jan - 14:31 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut

Deus Kaliya
*cuistot-crabonisé*

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2009
Messages: 1 302
Localisation: Bah là ! abruti !
Masculin Verseau (20jan-19fev) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 18:11 (2009)    Sujet du message: HXHDREAMS, c'est notre histoire Répondre en citant

Un Noël dans la communauté HXHDREAMS

Kimu, siège de la communauté HXHDREAMS, le 24 décembre 200X, 23h40

Nous retrouvons tout les membres de la communauté réunion dans la salle de réunion. En cet période de fête, toutes la villa a été décorée sus le couleur de noël. Kurapika prend la parole

Kurapika : « Voilà tout le monde. Il est déjà 23h30 passé et nous allons donc passé à surement l’un des meilleurs moments ici, lorsqu’on fête noël. Un d’entre vous, chers membre de la communauté, va nous raconté un conte de noël. »
Kasue : « Ha ha ha, je sens qu’on va bien rire. L’année dernière c’était Tchi-Tchi qui devait s’en charger, c’était un bordel pas possible. Un grand moment. »
Genzo : « J’ai comme l’impression que se sera la même cet année. »
Kurapika : « Alors, aujourd’hui, celui qui nous racontera un conte de noël, c’est le père Nonoël. Applaudissez-le bien fort ! »
Deus Kaliya : « Bouuuuu Bouuuu… T’es nul Nono, Bouuu, dégage sale vioc, on ne t’aime pas. »
Rekhyt : « Ouais va mourir papy Brossard. »
Nono : (Pense) « Putain, mais pourquoi c’est moi qui m’y colle !? »
Anghells : (Il secoue son short en l’air) « Bah moi je te soutiens Nono, pour ce soir je serai ta groupie. Woohouuu Nono Nono Nono… On t’aime Nono Wooooooooow… »
Kurai : Je ne savais pas que t’était gay toi ! »
Anghells : J’ai dit que je fais la groupie, va pas t’imaginer des trucs. »
Kurapika : « Bon, un peu de calme s’il vous plaît ! Laissons Nono commencer sont histoire. »
Nono : « Ok, Le père Nonoël veut bien vous racontez une jolie histoire, mais en contrepartie, je veux que les filles me montrent leur petite culotte. »
Kurapika : (Sur Nono) « »
Nono : « Aïe… ok, j’arrête ! »
Horah : « Ha ha… il ne perd pas le nord ce Nono ! »
Tchi-Tchi : « Bon, ça vient cette histoire… »
Nono : « Oui oui… ça va ! Bon alors, c’est l’histoire d’une petite fille… »
Rekhyt : Houlà… ça sent le viole tout ça. »
Yutomi : « Roo… mais tu vas la fermer bon sang. »
Kasue : Ouais, tu vas pas l’ouvrir toute les 5 minutes !? »
Rekhyt : « Bah si ! »
Deus Kaliya : « Ha ha ha ! »
Nono : « Bon… Je continue… Cette fille avait été très vilaine durant l’année… »
Rekhyt : « Vous voyez, j’étais pas loin. Le père Nonoël il nous parle de fille vilaine. »
Anghells : « Et pendant toute une année en plus. »
Tchi-Tchi : « T’as vraiment pas l’esprit de Noël, comment oses-tu nous raconté des histoires cochonne le jour de Noël. »
Nono : « C’est vous qu’avez l’esprit mal placé bande de co… »
Kurapika : (Sur Nono) « Eh oh ! Pas d’insulte de la part du petit papa Nonoël. »
Nono : (Pense) «
Mais putain, il vont me faire péter un câble. »
« Bon, alors comme elle a été vi… pas été sage durant l’année, ses parents lui ont dit qu’elle n’aurait rien à noël et… »
Yahiko : « Et au fait, elle s’appelle comment ta vilaine fille. »
Kurapika : « Vous êtes saoulant à le couper tout le temps franchement. »
Kurai : « On n’est pas saoulant, TU es saoule. »
Deus Kaliya : « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA HA HA HA HA HA HA HA ! le bâtard ! »
Kurapika : « Va cramer, dico de merde ! »
Kasue : « En tout cas Yahiko a raison, on veut le nom de la vilaine. »
Nono : « Bah je ne sais pas moi… Rei ! »
Genzo : « Ben voyons ! »
Zantetuken : « Pour ne pas changer. »
Nono : « Quoi !? Vous préférez que je lui donne un nom de merde, du genre Georgette ! »
Medusa : « Ouais, c’est classe ça Georgette ! »
Killuavatar : « Ouais, Georgette la vilaine... ça le fait. »
Rekhyt : « Eh mais… Nono il a dit merde. Faut le frapper Présidente. »
Kurapika : « Ah oui, c’est vrai t’as raison… »
(Sur Nono) « Tiens..., Thank you Rekhyt ! »
Rekhyt : « Ha ha ha ha ! Mais de rien ! »
Nono : Aïe… bon, comme Georgette savait qu’elle n’aurait pas le cadeau qu’elle aurait tant aimé avoir à noël… »
Deus Kaliya : « Elle voulait un nouveau balai c’est ça ? »
Nono : « Non ! »
Anghells : « Une machine à laver alors. »
Nono : « Non ! »
Kurai : « Un Moulinex ! »
Nono : « Non ! »
Kasue : « Mais pourquoi elle aurait forcément un accessoire de cuisine ou de ménage ? »
Rekhyt : « Parce que c’est une gonzesse ! »
Kurapika : (Sur Rekhyt) « Mais tu vas la fermer et laisser Papa Nonoël parler oui ! »
Nono : « Et donc Georgette, Pour être sûr d’avoir son cadeau à noël, elle décida de prier chaque jour le père noël pour qu’il soit clément et qu’il lui donne finalement son cadeau. »
Yutomi : « Mais elle est pourrie ton histoire. T’as pas mieux ? »
Laffontement : « J’avoue, on s’emmerde à mort. »
Nono : « Vous pourriez au moins attendre que je finisse mon histoire avant de critiquer. »
Deus Kaliya : « Elles ont raisons, t’as pas des histoires cochonnes planqué dans ta hotte Papa Nonoël. »
Nono : « Bah si, mais je sais pas si Kura-chan va me laisser... »
Kurapika : « Bah vas-y, de toute façon tu ne fais que ça de drôle, sale pervers ! »
Nono : « Ok, alors lorsque Georgette priait, au loin, caché par ses rideaux, le doyen du village, le vieux Raymond, matait à l'aide de ses jumelles la petite Georgette. »
Yahiko : Haa, tout de suite, quand il y a un voyeur dans l'histoire, c'est plus intéressant. »
Laffontement : « Eh, le vieux Raymond c'est ton grand-père papa Nonoël. »
Kasue : « Ha ha ha, ça taille sévère. »
Rekhyt : « Mais non ! C'est plutôt le grand-père de Kurapika haaa ha ha ha ha ha ! »

Silence dans la salle

Rekhyt : « Bah quoi ?? Qu'est-ce qu'il y a ? »
Kurai : « D'une : c'était pas drôle.
De deux :... »
Kurapika : (Elle apparaît derrière Rekhyt) « ça s'adressait à moi. »
«
On touche au grand-père, compris sale mioche ! »
Saw24 : « Waouh, la violence du coup, ça change des d'éventails, pas vrai Rekhyt !? »
Rekhyt : (Il git au sol) « Aîe...Argh... Bobo...aïe... »
Saw24 : « Bravo Kura-chan, tu lui as démonté ma mâchoire, maintenant il ne parlera plus. Cool ! »
Anghells : « Hoo, je ne dirai pas ça, il faut toujours se méfier d'un Rekhyt blessé. »
Nono : « Non mais est-ce que je pourrai continuer mon histoire sans avoir à être interrompu par vos conn... »
Kurapika : (Sur Nono) « »
Nono : « Aïe.. heu.. Vos bavardage. A ce rythmes là, j'aurai jamais fini mon... »
Tchi-Tchi : « Roo... mais ferme-là un peu toi ! Tu vois pas qu'on discute. »
Nono : « Quoi ! »
Kurapika : « Non Tchi-Tchi, c'est toi et les autres qui allez la fermer. Je ne vais pas vous laissez gâcher cette tradition à cause de vos conneries. Alors si vous ne la fermez pas, je vais vous enfoncer à tous dans votre cul un de mes éventails. Je vais vous l'enfoncer si profond que vous allez en recracher votre repas de noël par la bouche et vous allez tellement souffrir que le seul cadeau que vous allez réclamer au père noël, c'est de vous retirez ce foutu éventail de votre arrière train. DONC VOUS ALLEZ VOUS TAIRE PUTAIN DE BORDEL DE MERDE ! »

Silence

Kurapika : « Bien, continue Papa Nonoël. »
Nono : » heu... Oui... Heu... Alors le Raymond, qui était quelqu'un de malin, avait entreposé un petit micro dans la chambre de la petite Georgette, pour entendre tout ce qu'elle dit. Il savait donc les souci de la petite Georgette, il pris alors sont courage et sa perversité à deux main pour aidé la Petite Georgette et... »
Killuavatar : « Heu, j'ai une petite question. Il a utilisé quoi comme micro ? »
Nono : « Et en quoi ça peut t'intéresser ? »
Killuavatar : « Bah simple curiosité, c'est tout. »
Nono : « Bah heu... Il a utilisé des micro 2CKLP600 de la marque Link-D. »
Killuavatar : « Holà, je m'y connais un peu en micro mais ça je connais pas ! »
Nono : « Alors ça mon petit Killlu, c'est un appareil génial. C'est un micro petit et très discret, la qualité de retransmission du son est exceptionnelle et on peut écouté les sons enregistré à plus d'un kilomètre de l'appareil. C'est vraiment fantastique. J'en ai acheté et placé dans les chambres de toute les filles de la communauté et ça marche d'enfer, je sais tout de ce qu'elle... »
(Il vient de se rendre compte de son erreur et se tourne lentement vers Kurapika) « Hoo mince... »
Kurapika : « Nono, une fois ton histoire terminée, moi et les autres filles auront à te parler. »
Deus Kaliya : « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA ! »
Kasue : (lle se frotte les mains) « Oh mais moi je n'ai rien à lui dire... Mais à lui faire par contre... »
Tchi-Tchi : « Cool, ça tombe bien cette nouvelle. J'avais de nouvelles technique avec mes fouets, j'ai enfin un cobaye pour les tester. Hein ! Papa Nonoël !? »
Saw24 « Dis Papa Nonoël, on t'as déjà écrasé les bijoux de famille avec des talons haut.
Yahiko : « Il va passer un bon Noël notre ami Nono. »
(Gamakichi) « Tu m'en diras tant ! »
Anghells : « Bon... la suite Papa Noël. »
Nono : « Heu oui, la suite... Alors... Le vieux Raymond se décida à réaliser le souhait de la petite Georgette. Le 24 décembre au soir, il se déguisera en père Noël et viendra rendre visite à la petite Georgette. Mais en contrepartie du cadeau qu'elle souhaite, la petite Georgette devra lui faire un strip-tease. »
Kurai : « Pff... C'est toujours la même chose avec Nono, ça finit tout le temps par un strip-tease. »
Nono : « Alors le 24 décembre au soir, le vieux Raymond, déguiser en père noël, débarque dans la maison de la petite Georgette en passant par la cheminée. Mais quand il arrive dans le salon, il découvre, à côté du sapins de Noël, le père Noël en personne portant dans ses bras la petite Georgette. En effet le père Noël, le vrai, a entendu les prière de la petite Georgette et a décidé de la récompenser en lui offrant le cadeau dont elle rêvait. Mais le père Noël connaissait aussi très bien le vieux Raymond et ses penchant pour le voyeurisme. Et donc le père Noël décrivit à la petite Georgette la méchante personne qu'était le vieux Raymond. Outré, la petite Georgette demanda alors au père Noël si elle pouvait utilisé son cadeau sur le vieux Raymond, Le père Noël lui répondu que oui et donc la petite Georgette ouvrit son paquet et prit son cadeau qui était... Un Godemiché... »
Tchi-Tchi : « Pathétique ! »
Genzo : « J'en attendais pas moins du Papa Nonoël ! »
Nono : « Ensuite, la petite Georgette pris le godemiché et l'enfonça dans les fesses du vieux Raymond. Ce dernier hurla de douleur et quitta la maison en courant, le godemiché entre les fesses. Voilà c'est finit. Alors c'était bien hein !? »

Silence

Kurapika : « Non mais attends là, me dis pas qu'on a gâché 15 minutes de notre temps pour écouté une histoire aussi naze ? »
Nono : « Bah moi je la trouve bien cette histoire... »
Anghells : « Je suis déçu, je ne suis plus ta groupie pour la peine Nono. Va te faire foutre ! »
Nono : « Eh oh ! »
Kasue : « Moi j'exige qu'on lynche le Papa Nonoël pour son histoire pourrie. Sérieux c'est un scandale. »
Deus Kaliya : « Ouais, ça c'est une bonne idée. »
(Il sort un sac rempli de cailloux) « Allez, venez vous servir tout le monde, on va lapider père Nonoël HA HA HA ! »
Nono : « Oh non... Kurapika, tu ne peux pas les laisser faire ça. »
Kurapika : « Bien sûr que si ! Je vais même participer à ton lynchage tiens ! »
Deus Kaliya : (Il lance un caillou en plein sur le visage de Nono) « Tiens Papa Nonoël, passe de mauvaises fêtes, j'espère que tu crèveras de mes mains et que ta famille t'abandonne ha ha ha ! »