Hunter X Hunter Dreams Index du Forum
FAQ     Rechercher     Membres     Groupes     Profil     Se connecter pour vérifier ses messages privés     S’enregistrer
Connexion



La volonté incomprise

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> Hunter X Hunter -> Fanfics
Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 14 Déc - 01:47 (2010)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant

J'ai décidé de faire une fiction, nous sommes au début de l'histoire de deux filles. Nous apprendrons à les connaître à travers les chapitres, je n'ai pas de pronostics mais ce sera une histoire que j'avancerais au rythme de mes inspirations. Il n'y a pas de fins prédéfinies. J'espère que mon histoire vous plaira malgré un rythme de départ très lent et simple, nous aurons des phases d'actions mais pas forcément de conflits avec. Bonne lecture.


Chapitre I - Rêve d'enfant (Maëlle)
     

- Hé, Maëlle. Arrête de bouder et viens !
Et voilà, ma journée va encore une fois finir dans la banalité la plus totale. Je m'ennuie, et malgré ça, ma vie se poursuivait et j'y prenais du plaisir. Sœurette, toujours aussi pleine d'énergies et le sourire collé aux lèvres. Ne pas le faire, me sembler triste à cet instant, d'un autre côté j'ai toujours été une paresseuse. Même les jours importants, je ne ratais jamais une occasion de paresser. C'était comme ça depuis qu'on est nées, ma sœur est toujours l'altruiste et moi je suis toujours celle qui la freine.
- Oui oui, je viens ! Fais attention à la cuisson, Rinette!
A tout les coups, elle m'appelle et oublie de faire attention. Je redescends cette bonne vieille échelle, je suis toujours autant surprise par sa solidité de cette dernière mais je suppose que je devrais aussi m'inquiéter de la maison entière... nous habitons dans une de ses maisons encore globalement en état. il y a encore un toit mais si on couvre pas, nous risquons de ne plus avoir de maisons. Enfin je dis ça mais il y a quasiment jamais d'orage par chez nous. Je me dirigeais vers le second évier et commençais le rituel. Inspire. Expire. Éclabousse. Prie. Embrasse.
- Allez, on mange. On a des... tenta vainement ma soeur de s'y soustraire.
- Rinette, le rituel ! imposais je.
Rinette me fixe d'un regard de provocation, sa détermination ne faillit pas mais elle avait déjà été plus faible que moi par le passé. Nous nous disputions régulièrement et malgré nos 5 printemps, son désintérêt est toujours aussi grand. Nous nous fixâmes un bien long moment, jusqu'à ce que quelquechose tombe. Notre boîte venait de tomber, et rien mais alors rien n'était plus important que la boîte. Notre dispute était désormais bien loin, nous vérifiâmes et avec soulagement. Notre argent était encore là.
- haaaaa... Rinette.
- euh... oui? répondit elle avec hésitation
- j'aimerais avoir une combinaison des deux.
- Quoi !!!?
- ils sont trop craquants... s'il te plaît, je t'embêterais plus avec le rituel pour les dix prochaines semaines. mais par pité... Aïe!
- ... Non.
- mais t'avais promis de me laisser décider!
- que si tu ne m'embêtes pas avec le rituel. Tu as toi même décidée de prendre cette condition...
- hé, c'était si tu gagne pour le défi.
- tu n'as pas gagnée non plus.
- la règle, égalité personne gagne.
- Ho, c'est que des chipotages...
- Non ! disais je avec fermeté.
- Si ! insistait elle de nouveau.
- Je ne dormirais pas dans ta chambre cette nuit...
- c'est pas juste !
- si tu fais le rituel dés maintenant, je te ferais un cadeau.
- allez...
- non pas cette fois.
Pendant un court moment, elle me fixa comme si j'étais en tort mais elle se résigna à mon ordre. Je l'avais oublié mais j'ai ce caractère depuis qu'il est mort. On est orphelines et sans son sacrifice, on ne serait pas là. Ça ne prend que quelques instants et on progresse petit à petit.
Pedro, c'était son surnom. Il était solide comme un roc, sa force était incroyable mais je suppose que c'est normal. L'armée, il nous a élevées comme à l'armée. Être ponctuel, bien élevé, pure et l'art de tuer. Oui, ça paraît bizarre comme ça mais il nous a apprit à tuer et si on avait continuée, on serait des tueuses aujourd'hui. Les gens avaient peurs de lui, mais il voulait qu'une chose, mourir. Les gens n'en croyaient pas un mot mais son histoire était connue de tous. Il avait fait des atrocités, il voulait être détruit pour tout ce qu'il avait fait car rien n'aurait selon lui pu le ramener du bon côté. Les gens nous ont aidés au début puis on s'est occupé nous même de notre vie. Je suis contente que les choses se soient mieux passées, il était vraiment triste.
Ah, pourquoi je suis toujours comme ça, avant je n'en faisais pas grand cas mais avec Rinette. Je me posais cette question, si les gens n'avaient rien fait. Est ce qu'on serait libre ? Peu importait ce qu'il nous arrive, j'ai toujours l'impression que je suis pas en vie. Je décidais de prier une nouvelle fois. Suite à ça, nous nous posions sur la table et mangions. Aujourd'hui, le repas est haricot beurre et poisson servi avec la sauce made in Rinette.
- Tu sais... j'adore ta sauce, on pourrait monter un restaurant.
- euh... mais non, je suis nulle à côté de toi. Tu cuis très bien la viande, les combinaisons sont toujours géniales.
- Géniales ?
- Oui, tu fais très bien la cuisson avec les viandes. les combinaisons de légumes sont si bien proportionnées...
Comme d'habitude, Rinette encense ma façon de cuisiner. Peu importe comment je cassais, elle n'arrête pas de le répéter. Je me trouve pas très douée personnellement mais je n'aime pas vraiment me comparer. Ces prétentieux de chefs internationaux ont tous la manie de vouloir tout perfectionner là où moi je suis contente quand les repas que je fais sont appréciés de ceux qui les mangent. Nous continuâmes à faire causette sur les différents plats et façon de cuisiner.
Après ça, nous prenions notre boîte. Nous avions réuni 1500 génis dans nos économies et nous allions faire ce que nous rêvions de créer quand on était des gosses. Nous refermions la maison et allons vers ce qu'on pouvait appeler le quartier marchand. Après une bonne marche pendant une bonne demi-heure, nous trouvions enfin le magasin qui nous passionnait le plus. Le magasin de tatouage et des piercings. mais avant c'était impossible de convaincre quiconque de nous prêter de l'argent alors on a décidé d'économiser. Nous entrons dans le magasin et nous présentâmes au gérant. Nous montrâmes les dessins. (Attention, ils sont énormes et sont la raison pourquoi je les met sous spoiler)





- Nous souhaitons sur notre dos, les tatouages de la croix pour moi et pour ma sœur, ce sera la fleur. Nous voulons toute les deux le piercing suivant au nombril. récitais je.



- Entendu, moi et elle, allons vous faire ça pour 350 génis. proposa le gérant.
- Merci beaucoup, et bien commençons. répondit avec politesse et joie, Rinette.
Nous allions avoir enfin nos premiers tatouages, à y réfléchir j'ai encore du mal à me dire si c'était un rêve ou la réalité. J'étais heureuse et Rinette aussi. J'espérais juste que ma petite surprise allait fonctionner, vu le temps qu'on a mis et le reste de la journée. Nous aurons 3 heures pour le faire, j'espérais que Rinette ne comprenne pas d'ici là. J'étais toute excitée... Le gérant me fit signe avec un bon sourire, ça me réconfortait. J'allais pour une toute nouvelle vie... un nouveau départ.
 
 
 
 
 

_________________


Dernière édition par Makono le Lun 21 Fév - 20:26 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut

Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Déc - 01:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 14 Déc - 20:10 (2010)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


   
Chapitre 2 - Ma moto chérie (Maëlle)
      
- Haaaaa, c'était quelquechose.
- Ouais.
- Ça va aller, nous avons de grandes économies.
- Mais... c'est un truc célèbre, il y a peut être d'autres personnes qui les voudraient.
- Oh mais qui vient ici, n'oublie pas qu'on est...
- ...dans le même genre d'endroit que la ville de l'étoile, je sais.
- Pourquoi tu es si mécontente ?
- Je n'aime pas ces gens, ni ce qu'ils font. Ils se fichent bien des autres
- Hum... Ah ! nous y voilà.
Le magasin des antiquités, c'est ici que finisse tous les objets dont personnes ne veut ou qui n'ont aucune autre destination. C'est contrôlé et desservi essentiellement par les contrebandiers. Entrer me fit rappeler de nombreuses choses, situations et autres histoires. Tellement de choses avaient changées, je serais même incapable de dire si on pourra revoir le calme des anciens jours.
En dépit d'avoir une boutique de tatouages et piercing, la région n'a pas énormément de magasins mais des centres de regroupements. La majeure partie des commerçants sont surtout d'anciens contrebandiers ou des indépendants. Je ne sais même pas comment ces gens et les forces de l'ordre ont pu se contenter de s'écouter. La rumeur court que la plupart de ces gars sont aussi d'excellents kidnappeurs.


Heureusement, nous avons beaucoup d'amis et de connaissances dans la zone et les forces de l'ordre ont préférées nous protéger plus efficacement que tous les autres. Il faut dire que l'on est pratiquement les seuls adolescentes de la zone. À part nous, il y a deux dans la « police », trois autres orphelins et un fils d'un contrebandier. Je ne savais pas vraiment s'il y avait d'autres enfants de notre âge trois auparavant.
Avant, il était impensable d'aller se balader dans la décharge et les autres zones même en sachant se battre. Aujourd'hui, il y a assez de respects des règles pour que les gens normaux viennent. Nous pouvions y aller, étant donné que c'est un militaire qui nous a appris à combattre. Mon arme de prédilection, la chaîne. Rinette a un chakram mais on est toute les deux capables de nous battre avec nos poings.
- Oh, voilà nos deux compères. Alors, fillettes. Avez vous prises votre décision ?
- Oui.
- Très bien. Lequel prendrez vous ?
- Les deux...
- Hein? Peux tu répéter ?
- Les deux...
- Je n'ai pas une mauvaise ouïe mais là c'est des balbutiements de souris.
- LES DEUX !
- Hé oh, arrêtes de les taquiner, le vieux.
Je suis ridicule, j'arrive pas à me sentir à l'aise avec ce gars. En même temps, c'était un escroc et un violeur mais n'ayant pas la moindre preuve de ses actes. Les forces de l'ordre ne pouvait pas l'emmener. En fait, il s'occupait de faire révéler à toutes ses victimes leurs secrets mais généralement, c'était des gens venue de mafias ou de personnes dans les groupes où ils agissaient.
Ces révélations m'ont été dites, il y a deux ans. Lors des confrontations entre les deux groupes, à cette époque nous étions très souvent avec nos armes en main. C'est à cette époque qu'on a appris le nombre exact d'enfants de notre âge. Il y a peu d'enfants dans toutes la zone, au delà de nous autres ados, il y avait pas plus jeunes que nous. On a failli à plusieurs reprises se faire violer, mais on avait trouvé les autres avant et ils nous protégeaient dans les zones inhabituelles.
Serge et Rio, deux adolescents d'un an de plus que nous deux. Ils ont actuellement quinze ans, nous avons été assez surprises par le fait qu'ils avaient que ça parce qu'ils sont bien plus grands que nous. La plupart des gens de la zone ont crus qu'ils ont 16 avec leurs tailles mais ils se sont expliqués. Ils travaillent ensemble depuis un certain temps. Serge viendrait d'un pays qu'on appellerait le royaume uni et Rio serait brésilien, j'ai jamais entendu parler de ces pays en même temps il n'y a quasiment pas d'informations d'ailleurs. C'est eux qui nous ont expliquées la vérité sur lui en dépit d'être des étrangers.
- Combien vous doit on ?
- Cette combi' pourrait être difficile à gérer. T'es sure de vouloir faire ça.
- C'est bon, j'ai vérifié tout les aspects possibles. Vas y.
- Dac... je te facture ça pour 500 génis.
- Hein mais c'était..
- Cadeau, je ne suis pas très bon de ce côté là. A plus.
Il partit faire ma commande et j'étais hyper satisfaite mais je ne comprends pas comment il peut être aussi tendu sur ça. C'est pas plus différent des ajouts ordinaires de fusions.
- Grande soeur, tu sais c'est compliqué ces trucs là.
- Non mais franchement, vous avez tous peurs mais je sais ce que je demande.
- Mais ça ne va pas créer un déséquilibre avec ces ajouts.
- Non.
- Excuse moi mais peux tu expliquer ce que tu veux faire faire?
- Je vois, t'es bien le seul à être simple.
- Commençons par les génériques, tu sais que l'on doit vérifier constamment la balance pour réajuster en cas de sur-poids ou de fragilité.
- Bien sur, c'est toujours pareil même à ce niveau mais ce dont je ne comprends pas c'est la nature des optimisations. Un rééquilibrage automatique est logique mais il prend quel ampleur ici.
- En fait, il donne pas vraiment de nouveautés mais il crée à moindre coût l'équilibrage en question. Quand j'ai passé commande la dernière fois, l'idée que j'ai en tête est d'avoir solidité à travers l'armure que t'as réussi à trouver en l'optimisant et la légèreté dans les mouvements dans le matériel de Roger.
- Ouah, mais c'est hyper compliqué comment on peut gérer des matériels aussi opposés. Ce devrait être interdit, c'est quand même... aïe.
- Rinette, tu te rends compte de ce que tu racontes. Il y a des professionnels d'optimisation et c'est possible mais sortir n'est pas vraiment une solution ils ne connaissent pas mes préférences. Toujours est il que j'épaterais tout le monde avec mon nouvel engin et en prime j'ai une nouvelle arme.
Armes? Mais elle est où l'arme ?
- Dedans, c'est ni plus ni moins qu'un poignard avec un produit capable de paralyser mais le fait que ce soit dedans est lié à Pedro. C'est un poignard très vieux et seul une combustion serait capable de lui rendre ça.
Épatés par mes connaissances et mes projets, le vieux et Rinette ne cessaient d'être impressionnés. Nous parlions de tout et n'importe quoi, ressassons aussi le passé qu'on avait eu. C'est avec impatience que j'attendais qu'il finisse le travail et quand il revint, j'étais tellement excitée que même ma soeur était incapable de m'arrêter. Il me faisait signe et quand on était enfin devant ma toute nouvelle moto, je ne pouvais plus me retenir. Je repris le poignard et constatait que j'avais redonné son éclat et ses capacités à ce bon vieux poignard. Je le rangeais et remercia Roger. Mon engin avait enfin une nouvelle vigueur et j'emmène Rinette. Nous allions enfin y retourner, ça fait tellement longtemps qu'on ne l'avait pas faite. Notre endroit secret, j'allais enfin pouvoir dire la vérité. Cette promesse sera tenue au moins elle mais j'avais l'impression que c'était que le début, j'aimerais tant que ça reste ainsi. Je l'espère de tout mon être.

--------------

Ps: Je précise que les pensées à la fin, elle n'est pas encore montée sur la moto enfin ils sont toujours dans ce garage. Et au cas où c'est pas assez évident. Le mode actuel est du point de vue de Maëlle. Ce n'est pas la seule mais pour l'instant c'est qu'elle...
     

     

_________________


Dernière édition par Makono le Lun 21 Fév - 20:25 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mer 15 Déc - 23:05 (2010)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 3 - L'apaisé et ma volonté
(Maëlle)
    
Enfiler nos combinaisons et casques, nous allons vérifier si les nouveaux matériels que j'ai demandé à installer sont opérationnels. Malgré que j'ai dit que c'est bon, j'avais quand même un peu peur car dans la pratique. Ça change quelques points à ma façon de conduire, avant c'était entre une bête de course et un moyen de circuler en ville. Désormais, j'avais en prime la possibilité d'être dans l'un et l'autre mais aussi de faire les virages que j'affectionne bien plus facilement. C'était maintenant le moment de vérifier si Robert avait le niveau des rois du montage ou non. Je fis ronronner le bolide, c'est un tigre que j'entends.
- Fais attention, Maëlle!
- Accroches toi bien, on va essayer tous les modes.
- Tous ?!!!
- Et c'est parti !
Voilà, c'est avec succès qu'on a démarré mon trésor. Le vent fouettait nos visages, nous parcourions de part en part le circuit personnel de Robert. Il était coutume de vérifier ici le bon fonctionnement des engins mais pour moi c'est le paradis.
- Nous commençons avec les boîtes de vitesses, tiens toi bien Rinette!
- D'accord...
- HI HAAAA!
Nous allions tellement vite, dans les 70, 80, 90... nous montions très rapidement au delà de la barre des 100 et même ainsi j'ai pu faire des dizaines de virage magnifiques même Rinette commençait à comprendre pourquoi j'aime les motos. Elle s'amusait elle aussi, nous continuons à faire nos tests et plus le temps passait plus l'heure venait. Je décidais de prétendre que je voulais refaire un tour mais c'était pour mieux surprendre Rinette qui commençait à fatiguer et décidait de me faire confiance. C'est ainsi que je fis le tour de la piste pour prendre une nouvelle direction, Rinette que j'avais expressément fait tout pour qu'elle est tout sur elle. Elle avait toute les protections possibles et même la ceinture. Nous prenions de plus en plus de vitesse et Rinette finit par comprendre que je l'avais dupée mais c'était trop tard. Nous fîmes le grand saut, j'appuyais sur le bouton et un parachute se déplia. Ma surprise, une vue sur toute la ville avec pour destination la grande place. Rinette était vraiment choquée mais elle laissa place à une joie sans fin.
- Merci beaucoup ! Je t'adore, Maëlle. La vue est magnifique, c'est le plus cadeau que tu m'es donné.
- Et ce n'est toujours pas fini...
- Euh?
- Prend ça et regarde qui attend sur la plate-forme.
Elle prit les jumelles que je lui tendais et regarda là bas, au départ elle cherchait encore mais au bout d'un moment. Elle le vit, pendant un long moment elle fixait la plate-forme silencieuse. Puis au bout d'un moment, je sentais que quelquechose la gênait, elle se retenait et c'était difficile de savoir ce qui pouvait arriver désormais. Je décidais de reprendre le contrôle et de nous placer le mieux possible. Après une lente descente, nous arrivâmes et Rinette restait figée debout puis tout d'un coup, elle traversa la place et claqua la face d'Hector. J'étais parfaitement d'accord avec ça, il le méritait mais pas dans le sens que les gens croyaient. Des larmes, Rinette retenait ses propres larmes et elles finirent par couler d'elles mêmes. Après un long moment, je m'avance et regardait la face de ce gosse de riche.
- Rinette, plus jamais... je ne ferais plus ceci. Je suis désolé de vous avoir causer autant de soucis.
Je l'ai claquée, frapper son visage insolent larmes aux yeux. Des larmes de joies, de haines... non c'est au delà de tout ça. Je ne m'expliquais pas ce sentiment, je savais et j'en avais plus qu'assez. Je ne disais aucun mot, personne ne bougea et même Rinette observer simplement. J'enlève enfin ma combinaison et montra mon épaule. Hector était complètement sidéré et je pense que n'importe qui le serait à sa place en comprenant d'où venait ma marque. C'était moi, sans l'aide de personne qui s'est tapée sa rage et son incompréhension. Maintenant, il faisait face à quelqu'un qui avait survécu à lui dans son précédent état. Les gens étaient sans voix mais après de longues explications, il révéla qu'il n'est pas normal et parfois une autre personnalité. C'est ainsi que Rinette put enfin être soulager, elle s'inquiétait d'Hector et il fallut de sacrées situations pour comprendre mais tout était enfin réglé.
La fête du retour du calme commençait et je pus enfin me changer les idées mais suite à la fête, je rejoignis Rinette et l'accompagnais à la maison avec ma moto. Je lui parlais de bien des choses, de volontés qu'on avait eu, de choix que nous avions fait et de secrets sur les choses que j'apprenais de Pedro. Je lui révélais aussi ma grande attirance pour ses origines mais aussi pour ma volonté d'être hunter.
_________________


Dernière édition par Makono le Lun 21 Fév - 20:25 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Ven 17 Déc - 02:54 (2010)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 4 - La Crise – Amis ou Menteurs ?
  (Maëlle)
  


Son étonnement m'horrifie, pourquoi a t-elle dit ça ? Est ce que j'ai dit un mauvais truc ? Est ce qu'elle voulait autre chose ? Quel est le problème ? Tant de questions était sur le point de sortir mais je n'arrivais pas à les formuler. Je n'arrive pas à comprendre...
- Maëlle, ça va aller... dit elle avec une voix si calme.
Je me sentais apaisée et l'entourais de mes bras. Tout c'était fait rapidement, peut être trop... pendant un long moment, nous restions comme ça sans rien faire et sans se lasser d'être ainsi. Je sentais Rinette de tout mon être, être heureuse et avec elle me suffit comme les jeux de notre enfance suffisait à me rendre joyeuse. Nous jouions beaucoup, de tout et gagner ou perdait. C'était une époque si belle, si calme et plus restions ainsi plus j'ai l'impression qu'on a pas vraiment changées. Rinette a toujours peur d'être seule, moi je suis toujours si fière d'être l'élève de Pedro. Même avec ce tatouage, nous n'avons pas changé et peu importe ce qui nous arrivera. Je resterais moi même, tout comme Rinette est restée elle pendant tout ce temps, nous avions crainte qu'en grandissant nos passions et nos rêves ne représenteraient plus rien et pourtant, nous avons surpassé tout ça et sommes encore nous mêmes. Pour rien au monde, je ne veux abandonner ce qui fait de nous ce qu'on est.
- My oh my ! Quel charmant spectacle, chères demoiselles.
Cette voix que ne m'aurais jamais pu m'être plus déplaisante mais on y pouvait rien, Rio était toujours ainsi et rien ne le changerait même Serge avec qui ils travaillent ne le pouvait pas. Puisse le temps lui apporter une nouvelle raison. Nous fixions l'adolescent de 15 ans aux cheveux courts bruns très sombres, il s'habille toujours avec cette veste blanche et un jean. Il faisait partie de ce que je ne pouvais à aucun prix apprécier, des gens qui ne savent pas où aller et qui n'obéissent qu'à un ordre creux sans réelles vérités. Leurs chefs ne sont jamais que des ignorants dont les volontés ne pourront jamais donner une justice entièrement juste.
- Je vous prie de nous excuser de vous voir en une pareille heure mais nous devons vous parler, veuillez nous suivre.
C'était le plaisant Serge, toujours distingué malgré tout ce qui se passe dans ses missions.

- Quoi !!? nous exclamèrent ensembles.
Pourquoi voulaient ils nous parler ? Ce n'est pas comme si on devait vraiment se parler vu que le seul problème qui avait été causé est désormais sous contrôle. Hector ne pouvait pas poser encore de problèmes, les autres contrebandiers étaient surveillés et lui même ne voulait laisser la paix pour rien au monde.

- Ça suffit, nous n'avons pas de temps à perdre... nous aussi avons des complications.
L'élégant Serge avoir des complications, étonnant. Peu importe comment il agissait, il y a toujours quelquechose que je n'arrive pas à comprendre ni faire en sa présence et même avoir été son allié ou son ennemi n'avait pas changer ça. Rio s'occupait de ma moto, n'y touches pas mais comme j'étais dans les bras de monsieur parfait. Rien de ma part pouvait arriver.
- J'essaierais d'être doux mais un tel examen ne peut jamais être bon, j'espère que tu pourras me haïr pour mon incapacité.

- Hé oh là! Tu n'as pas le droit de toucher Maëlle, jamais je ne laisserais ça arriver. proférai Rinette de tout sa gorge, énervée et sur le point de dévaster tout ce qui entravait ma liberté.
- Attendez ! Ne vous frappez pas ! Avais je lâchée plus tremblante qu'une feuille, je ne comprenais pas comment j'avais trouvée le courage de dire alors que j'étais complètement intimidée.
- Je porte Maëlle et je ne t'autorise aucun commentaire Rio à moins que tu n'es envie que je me défoule sur toi. Déclara le bel homme.
Comble du ridicule, je tiens devant un psychopathe, des tyrans, des fous et toutes sortes de malfrats mais je ne tiens pas à lui. J'arrive pas à comprendre comment c'est possible que je n'arrive pas à lui faire quoi que ce soit. Enfin je pouvais penser tout et n'importe quoi, je sais qu'il aime peu ce travail. Sans compter qu'il a une bonne apparence mais il est peut être trop aimable ou réservé, voyant que je n'arrive pas à me calmer. Je décomposerais son apparence, des cheveux très longs deux couleurs, blond et blanc à la racine. Un T-Shirt simple, un pantalon et une veste beige tout deux. L'insigne de leurs forces était toujours accroché à sa veste.
- Très originale comme combinaison. Dit il tout d'un coup sans prévenir.
- Euh...Merci. Disait toute rouge de honte.
- Dommage. J'aurais voulu que ça se passe autrement.
- Euh... de quoi tu parles ? Réussis je à formuler sans gêne.
- Vous êtes considérées comme des intruses dans cette affaire et les officiers veulent vous interroger.
- Quoi ? Mais qu'est qu'on a fait pour...
- Justement, le problème vient du fait que l'on ne considère ma version des faits comme la vérité alors qu'il y a eu toutes de formuler. Hector a bel et bien révélé le problème et accepte d'être tenu responsable de ce conflit.
- Mais il est apaisé et il n'est pas responsable de tout le problème non plus. La majeure partie des responsables sont contrebandiers et votre traître.
- Justement, le chef et tous ses conseillers veulent tous les éléments et malheureusement, je n'ai ni le rang ni les capacités de m'y opposer. Nous arrivons bientôt...
- euh... bredouillais je choquée de toute la situation.
- Nous y voilà. Prépare toi, Maëlle.
Nous entrions l'une après l'autre dans les quartiers où se sont mis les forces de l'ordre. Ils nous regardaient, certains d'une manière qui n'avait rien de respectable. D'autres avaient le visage ferme mais on ne sentait pas de bonté en eux quelque soit la manière dont on les regardaient. Nous nous mettions face au chef. Il est imposant, à en faire peur. Rinette avait peur mais moi je trouvais que cet homme ressemblait beaucoup à Pedro en dépit d'être différent de lui. Ce n'est qu'à cet instant que j'ai remarqué que les orphelins étaient arrêtés. J'eus une très grande peur mais je décidais de demeurer calme et tenter de m'en sortir.
- Ainsi, vous prétendez que ces filles sont les plus jeunes de la zone, Serge.
- Commandant, elles ont été nos alliées et vivaient ici avant même qu'on soit là. Vous ne croyez tout de même pas qu'elles ont fomentées de tels situations ou participer à elle. Il y a plus de...
- Je ne demande pas votre avis Serge, taisez vous! Ordonna le chef de ce groupe obligeant Serge a ne pas parler.
- Non. Dit la voix de la seule personne que je n'aurais jamais cru voir ici, Robert.
- Et pourquoi ?
- Parce que je te connais, tu ne cherches pas à faire la justice ici.
- Et sur quoi tu te bases pour dire que je ne fais pas justice.
- Sur quoi, l'ordre de mission que tu as reçu n'est tout simplement pas celui mais exterminer les contrebandiers.
- Ah, vous avez des ressources mais il y a pas que moi qui a reçu l'ordre de venir et la raison de l'apport de ces deux là est basé sur ça.
- Mais voyons, aurais tu oublié qui donne les ordres ? Je vais devoir te rappeler qui manifestement. Vois ceci. Conclue Robert.
Le commandant de ces troupes parut très gêné par cet avis. Il semblait très perturbé mais quand il finit, il sembla très renfermé sur lui même. Il refit face à Robert et ne semblant plus vouloir se préoccuper de cette affaire. Il fit un simple signe à Rio et Serge, apparemment la situation semblait très grave mais on fut raccompagnées par Robert, le vieux et les deux jeunes officiers avec nos affaires bien sur. Robert expliqua tout au long que le problème venait d'une information assez grave qui avait été trouvé auparavant. Les enfants étaient très importants pour la police et ne pouvaient plus rester à ce qui était dit par lui mais voyant apparemment ma rage. Serge a décidé de continuer en disant que c'est ça ce qu'il n'aime pas, les gens qui sont condamnés à quitter leurs maisons n'ont rien ni aucune aide et que c'est discriminatoire pour les gens de ne plus avoir un seul enfant dans la zone. J'étais étonnée d'une telle situation mais le vieux même si je ne supportais pas ce gars avait dit qu'il ne s'agit pas de la police qu'on trouve dans les pays démocratiques et qu'il s'agit plus de gens comme les contrebandiers.
Une fois revenu à la maison, nous avons souhaitées une bonne nuit à eux malgré tout ce qui se passe dans leurs locaux. Je ne sais pas si j'ai bien entendu mais ils ont parlés de quelquechose, Rinette n'a pas compris ce que je faisais mais je l'envoyais de nouveau dans la maison avec notre argent et tout. Je prétextais que je voulais vérifier à ma moto mais à dire vrai, je l'avais plus ou moins déjà fait avant. J'en profitais pour suivre les autres, il y a quelquechose qui me préoccupe en eux. Serge a beau être tellement beau, je trouve qu'il ne me convient pas à quelqu'un comme moi. Rio non plus d'ailleurs ne me plaît pas mais pourquoi j'ai eu l'impression que c'est un rôle. Et malheureusement, j'écoutais leurs discussions en secret dans l'ombre. Serge avait un comportement totalement différent, cynique et sans vrai modestie. Rio semblait quant à lui comme à son habitude. Ne voulant pas me faire débusquer de me déplacer un peu et faire semblait de vérifier. Ayant une ouïe assez fine, j'ai pu entendre la voix de Robert. Au départ je croyais que c'était une plaisanterie mais il parlait d'un accord, il n'était pas vraiment neutre et semblait fier. Plus j'entendais, plus j'étais malade de ce type, il s'est moqué de nous pendant toutes ces années mais il parlait de moi comme si j'étais une idiote. Le vieux était plus franc que je l'aurais cru, il a défendu ma façon d'être. Les orphelins, ils étaient en danger mais comment les sauver d'eux. Je n'avais pas eu les moyens de m'opposer à eux alors jouer au héros c'était hors de question. Malgré tout, je m'accordais une nuit pour y réfléchir. Ce n'est pas comme si je l'avais pas remarquée, je revins à la maison mais quand je fus dans la cuisine et que j'entendis la douche. Un bruit léger vint et le premier réflexe que j'eus était de me défendre avec ma chaîne.
- Rapide. Disait l'intruse d'une voix claire.
Voyant qu'elle a un poignard, je n'avais vraiment pas le choix que de prendre le mien. Je pris le mien et j'attaquais avec un calme qui me manquait à la longue. Nous attaquâmes de manière à ne pas faire trop de bruits mais connaissant mieux la maison, je savais qu'elle ferait une erreur vers une partie de la maison. Avec prudence je coinçais l'intruse dans un coin et il ne fallut pas longtemps pour qu'elle tombe à la renverse. Je l'assommais bien fort et assez pour constater qu'elle est très mignonne mais trêves de pensées futiles.
Je la ligotais et mis de quoi la rendre plus silencieuse à son réveil. Heureusement, il y a un coffre que seule moi utilise dans la maison. En avoir la clé est impossible pour quelqu'un qui ne connaît pas mes préférences en termes d'art. J'enfermais le coffre et aller voir Rinette. J'avais prévu de ne pas le lui dire, elle était déjà bien assez préoccupée. Après avoir pris une bouteille de lait et un pot de miel, j'allais vers la salle de bain. J'attendis peu de temps, elle a fini de se laver peu de temps après que j'ai rassemblée de quoi me doucher.
Elle avait toute d'une déesse à mes yeux, ses cheveux châtains clairs sont toujours bien coiffées mais les voir mouillés un régal pour les yeux. Trop mignonne, et ses courbes... bigre... elles sont trop belles et son nombril tout ça est si craquant mais tout d'un coup je me rendis compte que ma belle princesse est perverse... elle me reluquait, ne pouvant apparemment pas s'empêcher de baver d'envie. Je la ramènerais à la réalité par un petite toux et elle avait le teint rouge comme une pivoine. J'allais derrière elle avec mes affaires, et pointant son corps nu... pour refermer la porte de la douche.
Ça peut paraître pervers mais je trouve qu'elle est sublime à faire tomber à ses pieds les mecs. Je fis ma douche sous l'attente de ma Rinette chérie, elle m'avait attendu mais moi je trouvais ça tellement mignon malgré qu'elle croyait que je la pensais partie. Elle rêvait... je sais depuis un bon moment qu'elle me trouve attirante et la narguait à tout instant. Enfilant ma robe de nuit, je rappelais à l'ordre ma princesse rêveuse et lui servait notre boisson du soir, du lait avec du bon miel. Pour une bonne nuit de sommeil, j'avais prévu ça pour nous faire nous endormir. Nous allâmes donc dans mon lit comme elle avait pris l'habitude depuis toute ces années.
Au début, j'étais simple et sans pensée autre que celle de me prélasser mais j'adorais faire glisser les cheveux de Rinette, je jouais souvent avec eux mais cette fois je les trouvais magnifiques. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle s'accrochait à moi à chaque nuit mais ça devenait une habitude à force. Je commençais à aimer ça moi aussi mais cette fois, je me sentais si fatiguée et pourtant si fascinée. C'était comme un rêve...
- joli... disais je sans gêne.
- Euh... fit Rinette à ma réponse.
- trop mignonnes... divaguais je.
- Maëlle, tu vas bien ? Me demanda t-elle dans son inquiétude.
- Tu es belle... répondis je sans avoir l'air d'être comprise.
- euh toi aussi... tenta mon petit ange.
- envoûtant... j'adore ton corps...
- euh... Maëlle... euh... tu aimes mes cheveux ?
- Oui. Dis je.
- Mes courbes?
- Oui. Répétais je.
- Tu es amoureuse? Disait avec une grande peur affichée à son visage.
- J'aime tout. Lui dis je.
Après cela, elle me fixa et sembla voir à travers moi. Elle me déplaça et pour le reste de la nuit, on était collée l'une à l'autre. Envoûtées par nos corps et attributs, j'étais contente et avait gardée un bon souvenir de ce moment. Elle avait semble t-il eue la même réaction que moi, je ne me souviens plus de rien après ça. Rinette s'était levée tôt mais j'avais pas le temps de me prélasser. Je sortis du lit et allait à la cuisine, je lui murmurais ce que j'avais vue et elle aussi mais choisissant cette voie j'ai voulue dire autre chose mais je fus coupée par la seule que j'aurais crue incapable de venir sans raisons officielles.
- Désolé. Puis je parler à Rinette un moment, Maëlle ? Demanda Serge.
- Non.
- Euh... firent Serge et Rinette.
- Rinette a assez de préoccupations avec ces histoires, j'ai moi aussi des projets et je ne peux vouloir qu'elles soient tiraillées par trop de choses.
- Oh désolé... j'aurais du comprendre ça plus tôt.
- Non ce n'est pas grave, même avec hier tu aurais eu du mal à le comprendre. Peux tu nous revoir plus tard ? Je pourrais m'occuper des courses pour cette fois, je passerais vers les croisements.
- Entendu, je suis vraiment désolé de vous gêner autant. S'excusa t-il.
Je n'aurais jamais pensé mais Serge est différent de ce que j'avais l'habitude de lui trouver. Il avait un beau physique mais j'ai toujours voulu savoir comment il est vraiment. Je savais qu'il pouvait mentir même si j'ai du mal à croire qu'il s'intéresse vraiment à moi. Je ne suis pas vraiment le type de fille à vivre simplement mais je demandais à Rinette de s'arrêter un moment et se poser. Elle était étonnée mais au delà de ça, il était clair qu'elle pensait encore au boulot de Hunter que je voulais faire. Je pense que je devrais commencer par ça en premier lieu mais il faudrait ruser, j'ai cette impression que Serge ne me fait pas confiance du tout. Serait il en train de faire tout pour que certaines choses se fassent. J'ai commencé sur ma volonté, Rinette était toujours perturbée mais elle comprenait. Elle me félicita mais moi je m'inquiétais pour elle, c'est pas comme si j'allais la prendre avec moi. Mais contrairement à ce que je croyais, elle semblait fière dans son regard.
- Toi aussi tu aimes, agir. Répondit elle avec malice.
- Euh... est ce que...
Quand je la fixais, je sentais non je pensais. Elle veut être Hunter et je m'accrochais directement à elle. Le sourire aux lèvres. J'étais contente, je trouvais la situation géniale et même inespérée mais je me calmais un peu.
- Rinette tu veux être une mais comment on va faire pour le passer toutes les deux.
- Ne t'en fais pas, on trouvera bien une solution pour les affaires. J'y pensais aussi.
- Je ne pense pas vraiment à ça, comment on va le leur dire ? C'est pas comme si tout le monde le pouvait.
- En effet mais tu ne trouves pas qu'ils sont bizarres?
- Euh qui exactement ?
- Bah Serge, Rio et les autres...
- Ah ouais, euh toi aussi !
- Oui, depuis le début ils ne s'ouvrent pas et Serge m'a mise dans la confidence à chaque fois. Pas que ça me déplaise mais il est jamais honnête.
- Pareil, je trouve qu'il a des mauvaises parties et est plutôt perfectible dans ses actes.
- Alors que fait on ?
- Déjà, monsieur Rio devrait franchement se montrer pour commencer.
- Euh... comment as tu fait pour ? Disait il tout en se révélant.
- Parce que tu crois que je suis une débutante. Ça compte pour vous autres aussi. Disais je derrière moi.
- Alors tu t'es déjà rendue compte. Disait Robert en compagnie du vieux. Chapeau pour ta performance mais on est pas ici pour jouer. Admit il.
- Attendez, nous ne savons même pas si elles savent quelquechose. Insistait Rio.
- Elles ont tout du moins vu les autres orphelins et ça peut mal tourner.
- Parce que vous comptez attaquer tout le monde.
Rio semblait prêt, mais la situation se fit surprenante. Robert et le vieux fonçaient sur moi, mais Rio qui était sur le point de me rejoindre tomba à la renverse sans comprendre comment. L'assassin que j'avais combattu a réussi à ligoter Rio sans que quiconque la voit. Je repoussais Robert pendant que Rinette maîtrisait le vieux. Nous arrivions rapidement à les maîtriser mais la fille me fixait pendant un long moment. Sans savoir quoi faire, je me mis en défense. Elle applaudit et disait ensuite que j'avais peut être une chance d'y parvenir avec ma soeur. Elle fit signe qu'elle veut manger et nous préparions donc le petit déjeuner et firent le rituel avec elle.


_________________


Dernière édition par Makono le Lun 21 Fév - 20:22 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Jeu 23 Déc - 19:42 (2010)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 4 - Crise – Justice (Rinette)
   


Incroyable, c'est possible et elle ne nous demande qu'un service. Je suis en train de rêver et...
Je la fixais. Qui était elle ? Je pressens que ce n'est pas depuis bien longtemps qu'elles se connaissent. Se pourrait il qu'elle se soit introduit hier ? Toujours est il qu'elle a fait un signe à Maëlle. Nous mangions donc ensemble après avoir fait ce maudit rituel. La gamine semblait si bien élevée mais sacrément affamée, elle prenait vraiment toute une assiette remplie de pâtes à elle toute seule. Nous ne nous parlions pas mais je trouve que la gamine avait un caractère amusant, franche mais ambitieuse, prudente mais amicale. C'est les seuls traits que j'ai remarqué chez elle, je trouvais ça fascinant. Face à moi, Maëlle est calme. Perturbée un peu, je ne sais pas si la gamine est réellement à l'origine de son anxiété. Nous finissions nos assiettes quelques instants plus tard, Maëlle ne veut pas s'allier en règle générale alors je m'attends à un partage d'informations sur pourquoi les autres nous ont attaqués. Je restais silencieuse et attendais, elles semblaient très concentrées. La jeune fille se leva et nous regarda l'une après l'autre.
- Aimes tu la cuisine ? Demanda Maëlle à notre plus grand étonnement.
- Euh.. oui. Répondit elle avec hésitation.
- Très bien, je pense qu'on pourra se lâcher maintenant.
- Se lâcher? Disais je simplement.
- Oui voyons, tu crois qu'on va être tendre avec eux...
- Ce ne serait pas un peu difficile pour vous... se permit l'assassin.
- En quoi ? Un homme a toujours des faiblesses.
- C'est vulgaire... permettez que je vous aide.
- Oh, vexée? Répondit soeurette.
- Camille.
- Enchantée, nous sommes orphelines ici et vivons depuis à peu près cinq ans ici. Expliqua t-elle à notre nouvelle amie Camille.
La suite fut simple, nous allions torturer nos prisonniers. Rio fut notre proie, les deux autres étaient ceux que Camille avait souhaitée s'occuper personnellement. Nous mettions notre « proie » à l'écart, connaissant son caractère joueur. Il ferait en sorte de feindre la situation qui lui arrive par tous les moyens mais soeurette m'a fait signe d'amener la boîte. Je ne sais pas mais j'étais un peu surprise, je la lui rapportais. S'il y avait bien quelquechose que j'aurais voulu savoir, c'est bien ce qu'elle en fait de ces boîtes. Il y a plusieurs dans toute la maison, je n'ai jamais eu le droit d'en utiliser la moindre d'entre elles. Maëlle avait une mine effrayante quand on essaie de le savoir. Personne dans le voisinage n'aurait eu l'idée de le savoir. Je lui redonnais la boîte et elle arborait un sourire magnifique, plissait les yeux de manière que je trouvais rigolote et amicale son visage. En plus de ces yeux vairons magnifiques presque comme ces couleurs cristallisées. Elle mit la boîte à l'envers et fit sortir une énorme plaque. Elle sortit une paire de lunettes de plongées noires après s'être assisse sur la boîte. C'était drôle mais quand je regardais ces lunettes, je trouvais qu'elles n'étaient pas faites pour la plongée mais plutôt pour visionner des images malgré que je ne sache pas comment elle s'y prend. Elle fit quelques déplacements puis elle me fit signe après toutes ces précautions.
- Éteins toute les lumières.
- Euh pourquoi...
- Tu comprendras.
- Allez...
- Tu veux vraiment savoir ?
- Euh... oui, bien sur.
- Prends ça, on s'assoit côte à côte.
- Okidoki.
Je m'installais de grande soeur, je mis les lunettes qu'elle avait passée. Maëlle s'est levée pour éteindre les lumières et revint se mettre à côté de moi. Heureusement, la boîte est assez large pour nous deux. Wouaaa. C'est très impressionnant, Maëlle me tient et à dire vrai j'aurais jamais crue que j'aurais eu besoin de ça pour rester calme. Je fis de même à mon tour, nous voyons la même chose comme des vagues immenses mais j'entends comme des sons. Des voix. Du bruit. Des images. Des scènes. Quand j'ai réalisée que c'était la pensée de Rio, j'eus mal de voir tout cela. Pourquoi est on obligé de voir quelquechose qui est si mais je comprenais et voit. Maëlle semble vraiment perturbée, c'est à peine je n'ai pas envie de recracher mon repas. Il avait tué, de nombreuses personnes, assommé un grand nombre mais tuer souvent. Nous nous reposions et enlevions ces lunettes. J'avais vu ce qu'il avait fait, ses mensonges, ses actes et malgré le calme que me procure Maëlle. Elle me fit face, le regard ferme et je le fis de même. Rallumant la pièce, je constatais la fatigue que Rio avait accumulée et fit une prière.
- Maëlle. Appelais je.
- Oui ?
- Je veux lui rendre tout ses actes...
- Rinette.
- On doit lui rendre et par amour...
- Commençons.
Étant toutes deux des combattantes, on a eu un entraînement pour les arts martiaux avec le poing ou les autres parties du corps. On a perfectionné et on sait tordre n'importe quel membre avec une extrême précision. Nous tordions Rio dans des positions très délicates, il est tenace mais on arrivait tout de même à le soumettre assez pour savoir à dire son passé. Il violait lui même et le vieux était son compagnon pendant un temps. Il avait vécue toute ses situations mais rien ne nous expliquait pourquoi ils sont ici et dans quel but. Rio ne lâche pas une seule révélation et j'enrage.

- Pathétiques gamines... lança cet énergumène.

J'étais remontée, il nous insultait et ne cessa pas de nous vanner. Crachant sur moi et ma soeur, résistant à toutes nos tortures. Maëlle prit le relais et moi je regardais, il souriait pendant des minutes et nous tira la langue. Non, c'est trop. Il avait tiré la même expression que ce bâtard, prenait plaisir alors qu'il est en infériorité, je souris. Pendant un instant, il avait continué de sourire mais quand il remarqua que je le fixais avec passion, une perversité. Il voyait et commença à s'inquiéter mais il est trop tard. Avec Maëlle, je le remis dans une position plus stable mais je le tordis bien plus fermement, bien plus précisément, avec sadisme mais justesse. Tout respirait justesse jusqu'à même mes pensées, je coinçais ses membres un à un. Le bras droit. Le bras gauche. La jambe gauche. La jambe droite. Les mains. Le cou. Je le retournais et parcourait son dos. Il pâlît en un instant. Maëlle me rejoint, touchant délicatement toutes les parties. Rio est complètement rabaissé, n'en pouvant plus et acceptant de leur dire la vérité. Nous avons enfin la vraie version de leurs arrivées ici. Serge n'est pas parfait, il est plus doux mais plus cruel et n'hésite pas à user des parties sensibles des affaires si il a un ordre. Il n'hésite jamais à tuer si c'est nécessaire mais il est pervers dans ses actes. Ma soeur ne pouvait rien faire en présence de lui et pour tout dire, j'avais franchement envie de le briser en deux mais Maëlle m'arrête.
- Ça suffit. Nous te mènerons à la police. Disait fermement ma soeur.
- Mais ils vont me tuer. S'écria Rio.
- Pas celle là. Rectifia t-elle.
- L'autre. Nous n'allons pas chez eux. Confirmais je.
- Attends vous êtes pas sérieuses...
- Si. disait ma avec un sourire ravageur à faire tomber n'importe qui.
- Trop mignon. On lui rend ces capacités.
- D'accord... il a payé une partie.
Nous lui rendons ses capacités physiques et le menions vers là où on a laissé Camille. Nous constatons qu'elle semble avoir eu elle aussi de quoi s'amuser. Robert et le vieux étendus au sol, cela démontre qu'elle y est allé franco. Je rejoignis Camille et Maëlle.
- Tu t'es amusée? Demandais je.
- On peut dire ça. Le vrai chef est ailleurs.
- Il y a des orphelins dans les quartiers de leurs compagnons. Informa Maëlle.
- Je ne suis pas ici pour les sauver.
- Mais c'est des enfants de notre âge.
- Et? demanda Camille comme si c'était pas important.
- Tu serais d'accord pour les abandonner. C'est irresponsable. Continua t-elle, énervée.
- Ce l'est encore plus de laisser ces gens vivre sur le dos de d'autres. Annonça Camille.
- En quoi ? Demandais je dans mon insatiable curiosité.
Camille fut étonnée tout comme Maëlle mais quand elle me fixe, je la sens tendue. Je lui souris et ça la rendait tellement mignonne dans sa gêne. Je la pris dans mes bras et lui caresse ses cheveux. Elle sembla aimer et Maëlle précise que j'aime faire ça de temps en temps mais la façon dont elle le dit m'énerva et je lui tira l'oreille. Ça a fait rire Camille mais elle raconte qu'elle n'est pas la seule à être en mission. Un autre est ailleurs et s'occupe de la zone où sont les forces armées et quelques autres s'occupent des contrebandiers. Elle accepte de faire équipe avec nous mais à une seule condition, qu'elle puisse faire l'élimination de toute autres personnes. La mission est d'éliminer la population de la zone.
_________________


Dernière édition par Makono le Lun 30 Mai - 19:58 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 25 Jan - 06:26 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 4 - Crise - L'impasse (assassin inconnu)   

Pathétique. Était ce tout ce dont ils sont capables ? Pas le temps de paresser. Je dois aussi m'occuper de ces enfants, connaissant son altruisme. Camille aura tôt fait de s'opposer à leur élimination. Pauvres gosses, être nés ici mais on ne peut pas se permettre de les laisser en vie. Commençons. Ces gars étaient nuls. Je devrais peut être me réjouir plus que ça mais je sens que je vais devoir m'occuper d'elle une nouvelle fois. Ces imbéciles des hautes instances sont trop bêtes, ils veulent faire de nous des armes humaines. Ce n'est pas avec ces concepts qu'on va arriver en tout cas et ces histoires de morales. Le monde n'est pas prêt d'évoluer.
Ce gars est un vrai imbécile, il aurait du fuir mais ses conneries de devoirs ont finalement eu raison de lui. Pourquoi faut il qu'ils croient en une si grosse plaisanterie. La police, mon œil. Ces gars étaient des tueurs, s'il pense que le paradis s'ouvre à ce genre de personnes. Ils se mettaient les doigts dans les yeux, il n'y a pas de paradis, et comme on est en enfer. Notre seule destination sera le néant et il y en a qui s'étonne encore de ça. Et voilà, ces imbéciles sont définitivement finis. Il ne reste que ces enfants, finissons en.
- Vous comptez vraiment le faire ? Dit quelqu'un d'une voix claire..
- Oui. Répondit le tueur.
Pendant un long moment, je restais là impassible. Ce gars savait mais ce qui importait le plus, c'était lui. L'apaisé. Il est désormais capable de s'opposer mais les grandes pontes ne veulent pas de résistance. On nous envoie généralement que si rien ne permet de le faire autrement. Nous sommes l'avant dernier corps de répression. Au dessus de nous, on envoie les chefs de divisions et je peux dire qu'ils dépassent facilement la totalité de nos capacités à nous autres. Camille a beau faire partie de nous, elle n'est pas dans la même situation. Déjà, elle a une vie et possède des raisons plus sérieuses d'agir comme elle le fait que moi ou les autres corps d'attaques. Notre spécialité, éliminer. Ce gars doit avoir à peu près le même niveau que l'un des chefs. Ça peut devenir très difficile de se battre contre des gens comme lui.
- Difficile n'est ce pas ? Disait il comme s'il pensait être invulnérable.
- Ne te crois pas invincible. Lui criais je.
- Peut être mais ces enfants n'ont pas besoin de mourir.
- Ton avis nous intéresse pas, prépare toi.
- Me tuer ? Ça ne réglera rien cette fois.
- Je m'en fiche.
Notre combat commençait mais comme je l'avais envisagé, il n'était pas sérieux et encore moins obligé de combattre. Il se contentait globalement de retenir mes coups, y résister et ça continua jusqu'à ce qu'il décida de m'arrêter. Son regard, il ne prend jamais plaisir. Ne se moque pas, il est toujours calme ou plutôt vide. C'est comme s'il était incapable de ressentir la moindre émotion. Je dois me lâcher où je ne finirais jamais ce duel. Sortant mes poings, j'enchaîne très rapidement mes uppercuts et autres techniques de boxes. Il est plutôt bon mais on voit qu'il n'est pas du type à s'opposer à des attaques si proches. J'ai désormais l'avantage, il faut l'éliminer rapidement avant qu'il n'arrive à reprendre l'avantage.
- Le vrai responsable n'est pas moi.
- Tu crois que ça marchera avec moi une telle déclaration. Ne rêve pas trop.
- Je dois mourir pour qu'il ne soit plus imbattable de toute façon.
- Euh...
- Serge, non... le gars qui contrôle Serge fait un double jeu.
- En quoi ta mort est elle nécessaire ?
- Plusieurs personnes nécessitent ma présence et je pense que tu es déjà au courant de ce que font les contrebandiers.
- En effet.
- En dehors de ces enfants, il y en a d'autres plus entraînés. Officiellement, c'est moi qui suis L'apaisé mais le concept et le problème font que ça a changé.
- Nous avons ordres de tuer tout le monde.
- Tuer ne réglera pas la situation, l'état actuel du processus en est au point optimal. Originellement, l'expérience était sur moi mais il s'est passé quelquechose d'imprévu. Les gens qui ont été contaminés ne sont pas tous des expériences et n'ont pour certaines pas de séquelles. Seulement...
- Il y a trop de risques pour la majeure partie des gens vivant ici. Je ne ferais pas de cadeaux quoi que tu me dises.
- Ces adolescents ci n'ont rien, ce sont les seuls à ne pas avoir été contaminés. Par contre, les attributs que tu es censé détruire ne sont pas uniquement en moi.
- Les deux gamines sont déjà censées être éliminées, un agent doit s'en occuper.
- Rinette et Maëlle ne sont pas concernées, l'autre cas est Serge lui même.
- Euh... comment se fait il ?
- Maëlle a protégé les enfants, Rinette s'est occupée de les maintenir à distance. Elles ont toutes deux, des implants devant empêcher l'intégration de leurs corps.
Me raconter autant, j'ignore pourquoi mais il semble ne pas vouloir vivre. Il est de toute manière condamner, si les altérations ne sont pas complètes. Il ne peut vivre de toute façon. Je sortis une dague, il est temps. Ce gars sait depuis le début qu'il ne peut plus vivre sans faire le mal autour de lui. Je m'élance et poignarde celui qu'on nommait L'apaisé. Suite à ça, je remarque la véracité de ses propos. Il est bien incomplet. Si éliminer les enfants ne sert à rien, je pense qu'il est temps que je les appelle. On doit revoir nos plans et je prends mon portable, je compose le numéro habituel. Après un long moment, ils parlent une bonne fois pour toutes.
- Que se passe t-il ?
- Nous avons un problème, L'apaisé n'est pas le seul à avoir les symptômes.
- Impossible... il est pourtant.
- La dague prouve que c'est incomplet. Il prétend que Serge est l'autre à avoir les symptômes. Connaissant Camille, elles doivent être encore vivantes.
- Vous pensez qu'on peut vérifier sur ces gamines.
- Inutile, George est en route donc il vérifiera lui même si elles ont quelquechose.
- Je ne suis pas convaincu. A t-il réellement les moyens de le faire ?
- Oui.
- Hum je suppose qu'il faudra en référer à lui même. Nous vous contacterons bientôt. Sécurisez le port est.
- Roger.
Incroyable, j'aurais cru que ça aurait été plus long mais c'est mieux ainsi. Nous ne pouvons pas perdre de temps.
- Hé, portes L'apaisé. Je sais bien que tu es là.
- Tsss... t'es jamais drôle.
- Alors?
- Je sais pas ce qu'elle devient mais Jane prend son temps.
- On verra bien du côté de Camille.
_________________


Dernière édition par Makono le Lun 30 Mai - 19:58 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 25 Jan - 06:32 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 4 - Crise - L'illusionnée (Sarah - Camille)
     

- Enfin, réussi. L'opération est sur le point de finir et rien ne pourra plus être fait contre nous. Disait Serge apparemment confiant.
- Ne dis pas n'importe quoi, il a pu dire quelquechose de gênant. Disais je dans l'espoir qu'il se calme.
- Aucun risque. Répondit un autre gars bizarre. Il croyait que le véritable ennemi est quelque-part dans les fondateurs.
- Ils ne mettront pas longtemps à réaliser, faut que tout se passe correctement. Redisait Serge comme il le fait depuis un certain temps. Dans l'autre cas, il pourrait avoir de sacrés indices pour le comprendre. Nous devons réussir à n'importe quel prix.
Comme à chaque fois, il est toujours ainsi. Quoi qu'il fasse, il est toujours bizarre. Serge, te rends tu compte que la situation n'est plus ce qu'elle était. Probablement pas, d'un autre côté comment aurais tu fait pour le percevoir. Tu es fermé à tes propres émotions, pour faire ce en quoi tu crois. En effet, tu es honnête mais qu'importe la façon dont tu agiras. Elle ne t'acceptera pas, d'un autre côté je t'ai mis personnellement dans cette impasse. Tu es fini et rien ne te sauvera. Le plan ira comme prévu.
- Qu'est ce qui te prends ?
- De quoi...
- Tu es rayonnante comme si les choses allaient dans le bon sens, pas le temps de sous-estimer.
- Oh tais toi, tu crois peut être qu'ils vont comprendre avec ça.
- C'est bientôt fini et je ne pardonnerais pas l'échec. Même à toi Jane.
- Oh... comme si tu pouvais me reprocher quelquechose. Je pars me reposer.
Dés que c'est fini, j'aurais plus à jouer toute cette comédie. Le plan sera simple à mettre en place. Je ne sais pas pourquoi mais il y a quand même quelquechose de tracassant dans ce plan. Officiellement, je suis une agent des grandes instances qui doit veiller à l'élimination de la population et veiller à ce que la situation n'empire pas. Officieusement, je suis le coéquipier de Serge et de sa bande. Nul doute, les grandes instances ont fouillées ma vie entière pour vérifier si je suis un infiltré ou réellement avec eux. Manque de chance pour eux, je n'étais pas au courant dès le départ du plan puisque Serge ne m'a contacté qu'après les parts importantes du problème. Pour sur, la suite va être intéressante mais alors pourquoi il a besoin d'être autant prudent. Se peut il...
- Cesse de rêvasser !
- Qu'est ce qui t'arrive ?
- Je suis déjà au courant.
- ....
- Tu auras ce que tu cherches.
Sur ces mots, il me laissa. Mais bon sang, j'aurais « ce que je cherche » mais rien qu'il puisse me donner. La promesse aurait pu, mais c'est illogique. Je n'ai pas besoin de lui et ce dont je faisais référence n'était qu'une plaisanterie. Nous aurons éliminé ces envoyés, les survivantes et pourront détruire totalement ce lieu. Il ne reste plus que ça a faire. Mais alors pourquoi il agit comme ça, et de quoi il pourrait faire référence. Il est de toute manière trop tard, nous devons nous préparer. Je retournais me préparer un minimum.


Des images volent dans l'esprit du moi éternel.
Le son du vent passe à travers les abris creux.
Vagues souvenirs d'un rythme si mélodieux.
Tu ressens l'attente, Patience est ici reine.
Elle te voit, elle sourit. Elle est la prochaine.
La peine chante, accordant les vœux.
Je voudrais être tué que par son pieu ?
La Mort ricane à la source des vents.
Silence est l'essence des actes malfaisants.
Qui règne, les essences ou l'éternel ?
    


- Alors ?
- Tout va bien.
Elle fait une mine boudeuse, quoi qu'on en dise c'est anormal comment elle est mais sa soeur n'est pas plus commune. Je ne sais pas comment c'est possible mais elle arrive toujours à faire ressentir quelquechose comme ça en moi. On parlait souvent d'hypnotiseur ou de gens utilisant le nen pour ça mais elles n'ont ni l'un ni l'autre. C'est comme si elles influaient sur ça... Pour le peu de temps que j'ai été avec elles, c'est comme si je les connaissais déjà. C'est vraiment bizarre, mais Maëlle est plus épatante. Comment dire, elle est déjà quelque-part comme moi et les autres. Elle semble vouloir s'assurer de certaines choses, je crois que ce sera dur vu la situation. Sans compter qu'il y a toujours la destruction de ce lieu à faire.
- Hé ! Répondit Maëlle. Tu penses que tu sauras t'adapter à cet endroit ?
- Bien Sûr !!! disais je gênée.
- L'ennui vient que c'est des plate-formes, si la base vient à s'écrouler...
- Je suis déjà AU COURAAAANNNNT....
Me rattrapant grâce à une autre arme, je décidais d'envoyer un coup de pied en pleine poitrine. Maëlle avait déjà une posture différente, elle affichait une détermination affirmée. Je lui envoyais quant à moi mes coups personnels et lui enfonçait un coup de pied en plein ventre. J'avais réussi à la déstabiliser mais pas autant que j'aurais voulue et lui refit sur son genou à la jambe gauche. Maëlle commença à baisser sa tête puis fonça sur moi, et nous nous assénions plusieurs coups. Et on restait là, debout mais certainement pas en forme. Bigre. Elle a des coups puissants, sans parler qu'elle a de bonnes bases. Elle a réussie à me mettre à terre mais elle devait bien souffrir de son côté. Nous nous mettions dos à dos et elle lâcha un soupir de soulagement, mais ce que je savais pas jusque là et que j'ai compris qu'après. C'est que Rinette est hyper jalouse de ce que j'ai reçue... elle était déjà bien en rogne tout à l'heure mais là elle était supra énervée... elle avait les yeux qui brillaient. On ne s'en est sorties que grâce à une histoire de jacuzzi, comment expliquer Maëlle a dit qu'elle chercherait où on peut trouver un jacuzzi et moi j'ai dit que j'en connaissais un dans une des villes que je fréquente. Enfin c'est comme ça que l'on a pu passer à la suite, maintenant je comprends pourquoi Maëlle s'inquiète sur ma capacité à m'adapter physiquement. Cet immeuble tremble littéralement à chaque pas et nous avancions pour trouver le responsable de la situation entière. Serge occupe beaucoup son esprit, mais quelquechose me dit qu'elle peut le tuer et peut être même mieux que Rinette qui a une aura bien intimidante pour ce que j'en ai vue. Je m'inquiète quand même, ils étaient bizarres comme si il y avait quelqu'un d'autre. Ils avaient la manie de me laisser me débrouiller. Je préparais mes armes, Maëlle et Rinette en firent de même. Quelqu'un est ici et nous devons l'abattre ?
- Yo! Ça faisait longtemps, Camille. Disait une voix si familière à moi.
Nous nous mettions en position d'attaque, j'étais littéralement enragée à ce moment là... mais pas incapable de voir qu'il y avait quelquechose de pas normal. Elle nous faisait face, avec ses armes habituelles pourtant je doute qu'elle croit pouvoir nous battre rapidement... d'un autre côté, il y a toujours cette façon d'appeler. Elle aurait eu l'avantage pour un court instant. Elle prévoit quelquechose de pas bon pour nous, je fonçais contre elle suivie de Rinette. Nous faisions de nombreuses combinaisons mais tout d'un coup, elle se lança vers Maëlle.... elle passa à travers l'attaque de Sarah, enchaînant les coups de chaînes en grands nombres, j'envoyais sans arrêt des aiguilles contre Sarah et je finis par dire « je ne veux pas ta mort, mais tu nous enchaînes. » Elle ria et sans savoir pourquoi, j'étais soulagée d'un poids comme si je devais le faire. Maëlle et moi étions enfin en mesure de l'attaquer directement, nous utilisâmes nos dagues respectives. Mais quant on vint à être juste à côté du point que nous visions toutes deux. Le bâtiment trembla tout entier. Tout s'effondrait, et moi je ne comprenais pas pourquoi... est ceci qu'ils prévoyaient? Le sol s'effondra et nous tombions, je voyais plus Rinette mais elle avait peut être encore une chance vu qu'il faut quitter la zone entière. Maëlle et moi tombions, je ne sais pas ce qu'il en est des autres. À vrai dire, je ne pensais à rien. Je n'étais pas malheureuse, ni contente mais je décidais de me rapprocher de Maëlle. Elle réussit à m'envoyer sa chaîne, nous étions attachées à celle ci. J'avais de la chance d'avoir encore ma ceinture et je ne sais pas ce qu'il se passera mais quoi qu'il arrive, je n'ai plus de regrets maintenant. Sans savoir, je m'évanouis mais quelquechose me réveille. Maëlle me fixa, elle forma des mots des paroles si belles que j'en venais à me demander si elle n'était pas une déesse. « veux tu le silence ou la prison des éternels ? » et pour une raison qui m'échappe je lui répondais : « et si on existait tout simplement ? »



     

_________________


Dernière édition par Makono le Lun 30 Mai - 19:58 (2011); édité 4 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 25 Jan - 06:33 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 4 - Crise - Celui qui ne sut rien (Serge)
       

Épatants, ces assassins étaient capables même du pire mais si ces imbéciles n'avaient pas limités leurs capacités ils auraient peut être été capable de vivre plus longtemps. Je suppose que c'est ça la vie, on croit qu'on peut survivre à tout mais quand on se retrouve face à la mort. On est forcément perdant, enfin je dis ça mais je subirais probablement le même destin.
- Charmant spectacle, Maëlle mais je devrais aussi félicité Camille. Vous défendez bien en tout cas ?
- Euh... De quoi tu parles ? Disait ma dulcinée à moitié endormie.
- En un langage plus courant, qu'attendez vous pour vous vêtir ? Répondis je.
Il fallut quand même un certain temps à nos deux vierges de se rendre compte de leurs situations. Un énorme « QUOOOOOIIIIIIIIIIII !!! » furent leurs réactions mais j'étais déjà relativement éloigné pour ne pas subir leurs courroux. C'était relativement logique vu d'où elles viennent que quelquechose ne serait pas correct à l'arrivée. Je ne comprends toutefois pas comment elles s'y sont prises pour se faire. D'après mes calculs, Maëlle aurait été la seule à survivre mais cette gamine a été capable de faire autant. Quelque-chose en commun. Sans savoir pourquoi, je me retrouvais projeter vers un mur, connaissant les manières de Maëlle il était clair que c'était pas elle qui m'a frappé en premier lieu. Toutefois, j'étais surpris de ce que je vis ensuite. Non seulement, elles étaient présentes mais prêtes à me tuer à mains nues. Il était aisé pour elles de me tuer immédiatement, Maëlle pour une raison encore futile elle retenait encore ses coups. Et je la fixa.
Toujours ces yeux, profonds et perçants. Ses cheveux d'une élégance que même eux ne pourraient copier. La particularité de Maëlle non, même Rinette a cela en elle mais le plus épatant était ce regard. Ce n'était pas de la colère, encore moins de la haine et pourtant, ce sentiment que j'ai au fond de la gorge ne pouvait que la représentait. L'authenticité... Deux jumelles dont l'attribut génétique étaient capables d'engendrer d'unique mais quoi était la question que n'importe qui d'autre ce serait posé, non ici il n'y a pas lieu d'aller chercher d'abracadabrantes explications. Ses yeux de sables cerclés par deux cercles, ses cheveux couleurs aurores. J'avais passé tant d'années à chercher cette combinaison mais je n'ai jamais trouvé de telles couleurs dans ma vie et même si on peut trouver ces couleurs par manipulation cela ne remplacera jamais qui est né avec. Elle me tenait et le plan importait peu, même eux ne pourraient la vaincre sans leurs aides.


- Dégoûtant... tout ce que tu as fait ne te rends pas mieux, tu cherches seulement ta supériorité face aux autres. Si tu souhaitais tant vivre indéfiniment ce mensonge, tu peux tout simplement reprendre ta place dedans et ne plus jamais interagir avec ce monde. Pourquoi ? Pourquoi tu as ordonné tout ceci ? Tes ennemis, tes alliés, tout ce que tu as fait dans ta vie. C'est toi même qui a rendu ce lieu inhabitable.


Demander, arguer, parler, des centaines de non sens, tu es et resteras ce que tu es et rien d'autre. Qu'est ce que tu crois que ça me fait ? J'ai choisi ce chemin, tu ne peux que l'accepter le tien. ..... Pourquoi. M'embrasser, tu m'aimes à ce point où même un être chaotique tel que moi ne te dégoûtes point. Pourquoi tu t-acharnes tu autant ? Tu as dit « Je ne peux plus l'endormir malgré ma peine. » et moi j'ai répondu qu'il n'y avait pas lieu de toujours apaiser. Nous avons traversés des épreuves chacun de notre côté, je ne me rappelle même plus de mes origines et pourtant tout y est retranscrit que ce soit mes choix ou mes décisions. Je suis allé au bout et j'en suis heureux. Pourquoi décides tu de vouloir me faire culpabiliser, ça n'a pas d'importances à ce niveau. J'ai tué, brisé, condamné des centaines des milliers de vies à l'immobilité et seule notre vérité peut la faire évoluer.
- Alors, « je te donnerais ma vérité, même si je deviens mortelle. »
Pourquoi ces mots ? Pourquoi faut il qu'ils surgissent maintenant qu'ils n'ont plus de sens ? Pourquoi........................................................................Qui es tu ?


« Je ne veux pas ta mort, mais tu nous enchaîne. » disait l'assassin à sa proie.
« Je ne peux plus l'endormir malgré ma peine. » disait la mère sacrifiée.
« Cette danse est la fin, je souhaite te libérer. » disait le fou des enfers.
« Je ne pourrais l'empêcher que par ce doux baiser. » rêvais tu jeune ignorant.
« Tu veux le silence ou la prison des éternels? » dit l'ange libéré.
« Je te donnerais ma vérité, même si je deviens mortelle. » répéta celle qui a oublié.
    



_________________


Dernière édition par Makono le Lun 30 Mai - 19:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Jeu 24 Fév - 00:51 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 5 - Les Oubliés

  

Je suis seule, elle est plus là. L'autre est tombée aussi, je voyais son corps sans vie. Camille connaissait cette dame, des résolutions étaient en elles. J'aurais voulue avoir cette détermination mais plus que tout c'était la réaction de Maëlle qui m'a surprise. Elle n'avait même pas l'air plus déconcertée que ça, c'est comme si elle ne faisait qu'attendre le moment où l'ouverture se ferait. Travailler ainsi était comme si elles étaient unes, comme si Maëlle est tout autant elle qu'elle fut moi. Pourquoi? Comment peux tu faire confiance ? As tu oubliée ce qu'on a vécue ? Aimes tu cette enfant autant que tu m'as aimée ? Je dois lui parler, elle doit savoir la vérité, comprendre son erreur et ses fautes. Je cours, je dois descendre, revoir Maëlle avant que l'heure soit venue. Avant que la mort ne vienne me l'arracher, pour que ces jours ne tombent dans l'oubli. Brisant toujours les mêmes fous qui ne savent rien, tout au long je les tue. Ceux qui ont perdus, nul se souviendra d'eux et c'est pas grave puisqu'il ne faut se souvenir que des forts. Traversant telle la furie, je passais les allées qu'on a parcourue en ces crises. Me rappeler de leurs morts, à ceux qui ne pourraient jamais connaître victoire et n'éprouvait que dégoût envers eux. C'est idiot de chercher à dépasser sa propre condition car seul ceux qui faisaient partie des élus peuvent y parvenir. Seul moi et elle pouvons l'être, rien ne changera peu importe qui s'opposera à nous.
- Une enfant. Tu crois en tes idéaux, en tes forces. Montres donc ce que tu es, idiote.
Qui. Pour quel idéal futile se permet on de me juger, montre toi fou. Et il se montra recouvert d'une cape ample, grise et surtout un sourire à la peau noire. Encore un imbécile qui croit mettre justice alors qu'il n'est pas fort et encore moins capable. Montre donc ce que tu sais faire, prétentieux.
- Fais attention aux lois de l'esprit. L'humilité est reine ici.
L'inconnu me combattit poings nus, moi avec mon chakram mais ses coups furent si faciles à éviter, mais les miens ne semblaient pas lui poser problèmes pour autant. Je décidais de m'y mettre sérieusement, je lui fis une entaille dans ses vêtements mais je me suis faite déséquilibrée. Il m'asséna plusieurs coups que j'eus bien du mal à parer pour quelques uns d'entre eux. Il réussit à me repousser mais je me repris et lui fis une entaille au torse mais ça ne déchira ses vêtements. J'étais furieuse, il semblait ne pas avoir de problèmes à se battre ici. En fait, il semblait bien habitué. Je me précipitais vers lui mais il évita et se mit à distance.
- Belle démonstration, toutefois je n'ai pas envie d'aller rejoindre les morts. Ce sera pour une autre fois, gamine.
L'inconnu disparaissait, semblant craindre que les lieux tombent plus bas mais peu importe. Je préfère aller chercher Maëlle que de l'abandonner. Je continua ma course, et après avoir traversée les places, les ruelles et autres surfaces de la cité je finis par arriver au sous-sol de la cité qui contrairement aux autres lieux étaient construits sur une base solide mais le risque était que la cité tombe ne laissant plus de surfaces pour partir. Je continuais, plusieurs corps commencèrent à joncher le sol. Je finis par trouver un pont souterrain, là je vis quelqu'un. Au début, je ne sus qui c'était mais progressivement je reconnus sans être sûre. Et même maintenant, je ne sais pas si je peux le croire mais la personne qui se tenait devant n'était ni plus ni moins que l'homme par qui tout avait commencé à ne plus aller. Pedro avait un ami que j'appréciais au début mais je le trouvais assez bizarre enfin il était pas mauvais mais il ne se préoccupait pas de la vie des autres. Maëlle n'a jamais vraiment été intéressé par lui mais elle le trouvait difficile à vivre.
L'imaginer le voir maintenant, c'était la dernière personne à qui j'aurais pensée honnêtement. Toutefois lui ne semblait pas spécialement heureux ni très préoccuper par ma présence, il regardait la zone semblant chercher quelquechose. Il finit par se tourner vers moi le visage profondément marqué par les cernes. Il a du passer des journées, des mois à ne pas dormir correctement.
- Va voir au-delà, il y a bien une sortie mais elle n'amènera pas dans la ville.
- Je cherche Maëlle.
- Elle n'est pas passée par ici.
- Merci.
- Fais attention, les plaques peuvent tomber là.
Je me retournais mais je me fis plaquer par derrière, c'était tellement rapide que je ne crois pas que cet homme est eu le temps d'agir tellement il semblait vieux. Je ne mis pas longtemps à me rendre compte qu'on était pas seuls et que cet homme n'avait pas l'air plus libre. Seulement comment ai je pu ne pas les remarquer. Ça aurait du faire du bruit normalement pour me prendre aussi rapidement. Quelqu'un d'assez fort pour me retenir ainsi était rare mais il est possible que ça soit un des assassins.
- Si vous ne voulez pas dormir pour toujours, tenez vous tranquilles. Dit une voix féminine.
- Vous? Mais... avant de recevoir un coup à la nuque. Pourquoi ont ils survécus ?
_________________


Dernière édition par Makono le Lun 30 Mai - 19:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 22:43 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant



Chapitre 6 – Ange de Feu (Rinette) 

Maudits soient ils. Je ne sais pas où je suis mais je leur ferais regretter de m'avoir kidnappée. Un inconnu semble venir dans ma direction mais je ne reconnais pas mes agresseurs dans ce mouvement. Une petite ouverture s'ouvre et je vois plus clairement que je suis dans une espèce de cage ou de structure métallique. Celui qui manifestement est en charge des lieux entre. Il est imposant et ressemble un peu à Pedro niveau musculature. Enfin peu importe, j'ai jamais aimé ce gars. Ce gars s'arrête en me fixant pendant un long moment. Je lui fais face au regard.
  • pffff. Pourquoi une gamine, enfin j'imagine qu'on n'a pas le choix.
  • Qui êtes vous ?!!! Répondez !
  • Hé, la gosse tu te...
  • suffit, elle a tout fait raison de nous en vouloir. Sérieusement, c'est possible que vous y allez doucement pour des gens qu'on veut en vie.
  • Mais pourtant.
  • Je vois, elle ne veut pas m'écouter comme d'habitude. Alors je me débrouillerais. Rinette, c'est bien ça ton nom ?
  • Euh... oui.
  • Alors, j'espère que mes excuses en le nom de notre groupe te satisferont tout du moins pour l'instant. Ce sont tous des rebelles, ils sont sympas mais pas forcément vivable. Pedro n'était pas très différent à sa manière même si lui est plus sérieux qu'eux.
  • Vous connaissiez Pedro ?!!!
  • Ouais enfin, pas qu'on soit amis moi et lui. Mais on avait été coéquipier à une époque, enfin collègue serait plus vrai.
  • Je ne l'ai jamais aimée.
  • On s'entendra au moins sur ça. Sais tu où es l'autre ?
  • Euh... Maëlle ? Ma soeur est tombée plus bas avec une assassin.
  • Diantre, pourquoi faut il qu'on est toujours des complications.
  • Ce n'est pas elle qu'on avait besoin mais de Rinette. L'autre, elle est complètement folle.
  • Maëlle n'est pas une folle.
  • Pour toi oui mais pas pour des gens comme nous. Elle a une forte tendance au dédoublement de personnalité et parfois, son esprit crée une personnalité qui est une résultante de la cohabitation des deux autres. Actuellement, il n'y a que pendant ses prises d'envie d'utiliser son matériel que ces trucs apparaissent. Ça ne dure jamais longtemps. 5 minutes suffissent à voir tout ça disparaître dans sa mémoire.
  • Mais c'est pas possible, je n'ai jamais vue une telle personnalité et elle m'a déjà laissée utiliser son matériel à quelques moments.
  • Vérifié.
  • Hé, pas la peine d'être aussi formelle.
  • Tu ne l'es jamais, et je veux pas être comme toi. Sinon, les symptômes sont clairs. Cette gamine a déjà ce qu'on cherchait depuis des années. L'autre développe une prise d'existence complètement différente là.
  • Alors faut l'éliminer, elle ne sert plus à rien.
  • Non.
  • Hé, c'est pas toi qui fait les ordres.
  • Ce que toi tu ne pourras jamais comprendre. Pars, attends avec les autres.

Le grognon partit et moi on me remettait au sol. Pendant ce temps, le gars se présenta comme Boyarg et la femme comme Cathy. À eux deux, ils expliquèrent que Maëlle est très importante elle aussi. Elle pourrait très certainement développée un niveau supérieur à un regroupements de techniques uniques utilisés par tout le monde ici. Ils racontent que ça peut parfois dépasser un truc bizarre appeler nen. Ridicule, quoi que ça puisse être. Je n'en ai pas besoin ni de l'un ni de l'autre, juste être moi. Après quelques temps, nous arrivâmes dans une espèce d'usine ou de laboratoire. Je ne sais pas mais il y a plein de tubes et un liquide gris les remplit. Jusque là tout se passe sans problèmes mais je doute que je vais pouvoir rester à me balader bien longtemps comme ça. Nous arrivons dans ce qui semble être le centre de commandement de la partie. Premier point à noter, les supérieurs à ces deux là. Des scientifiques et des tas de personnes dont l'imbécile de tout à l'heure. C'est sur ce tableau que le chef de tout le monde sembla se décider à venir vers moi. Il me tendit quelquechose, une espèce de croix fléchées surmontées d'une perle grise. Quand j'ai touchée ça, un truc bizarre s'est passé et je vis Maëlle mais c'était pas possible. Elle était trop jeune et ressemblait à ce qu'elle était quand Pedro a commencé à être dit bizarre pour alors qu'il a toujours été pour moi. Les autres sont sur le qui vive mais il semble que Maëlle ne s'en préoccupe pas du tout. Elle vient vers moi.
  • Ettenir.
  • Et tenir ? Maëlle, pourquoi tu... qui es tu ?
  • Je. tiens. Et ?
  • Serait elle incapable de parler normalement ? C'est très limité pour un tel niveau.
  • Elle ne connaisse pas tout Boyarg, c'est déjà quelquechose d'avoir ça.
  • Certes mais j'ai la nette impression que c'est une précaution.
  • Précaution, au diable vos nécessités. Elle doit mourir si elle ne fait pas ce qui est convenu. Je rappelle qu'on fait plus que convenu de notre côté, il faudrait pas que vous oubliez le marché.
  • Oui oui. Je ne l'ai pas oublié mais cette enfant n'a jamais été mise au courant de tout. Vous espérez qu'elle fasse ça sans qu'on l'y amène. Il y aura d'autres complications mais tant qu'elles ne sont cadrées que sur cette personne. Rien ne pourra aller contre nos plans ou les vôtres. Soyez patients.
  • Le maître n'aurait jamais accepté, n'oublie pas qu'il est profondément contre eux et par extension tout ce qui en est dérivé. Le Trian n'existe peut être plus mais il reste ce qui en est issu et je doute que quiconque puisse nier les implications de l'époque.
  • Arrête avec ces plaisanteries, que fait elle là ?
  • Je crains que l'on voit ici le coeur du cercle qui bloque tout, le cercle de la folie et tant que l'on ne le débloque pas. La suite n'arrivera pas quelque soit nos actes.
  • Quoi mais on...
  • Le problème n'est pas nous ni elle à ce niveau, c'est les peuples déjà morts qui posent un trop grand blocage. Les clans sauvages ou légendaires ont souvent été mêlés et complémentaires même sans se connaître. Comment dire simplement, en fait leurs morts handicapent notre recherche et peu de solutions ont subsisté jusqu'à aujourd'hui. Toutefois, si ça se passe bien à ce niveau. Nous pourrons continuer votre partie immédiatement après puisqu'elles sont toutes connectées et qu'on a déjà les moyens d'annuler la suite des implications personnelles. Son coma sera définitivement fini.
  • La fille a absorbée ce truc ?!!! mais alors là, on ne pouvait pas rêver mieux. Maintenant les solutions sont déjà en train de se débloquer d'elles mêmes. On vous laisse à vos travaux.
  • Vous êtes sûrs que l'on ne devrait pas faire quelquechose patron.
  • Non, leurs résultats pourront servir dans n'importe quels cas. La suite, c'est avec Rinette qu'on doit régler ça.

J'ai entendue tant et pourtant, je ne comprenais à peine la moitié et tout d'un coup, je me retrouvais à essayer d'étrangler tout le monde. Quand j'ai vue, non j'ai du rêvée. Il était complètement différent des autres. Habiller avec une tenue incroyable, arborant un parapluie comme une épée, j'ai combattu cet être. Pourquoi j'ai du mal à voir si c'est réel ou pas. Les autres, ils protègent et cet imbécile a les yeux comme ceux des gamins. Pathétique, qu'est ce que tu as toi ? Tu veux ton jouet ? C'est après ça que je finis par détruire et tomber dans un endroit désertique, des rochers. Je ne me suis jamais sentie plus heureuse... cet homme est un ange. Un ange de feu... au parapluie ensanglanté.
_________________


Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 22:44 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant


Chapitre 7 – L'araignée se fait vieille, passons le flambeau. (Feitan)

 


Pathétique, mais comment vais je leur apprendre à vivre à ceux là. Si rien que pour leurs amis, ils sont impossibles si en plus je dois m'occuper de leur montrer ce qu'est la vraie façon de vivre. Enfin, heureusement que Cigale est avec lui mais cette fille. On dirait une vraie membre de la cité de l'étoile. J'aurais presque envie de penser que les gens ici ne sont guère à différencier de nous malgré l'évidente jeunesse par rapport à nous. Ça me rappellerait presque le bon vieux temps. Ah si seulement, ils me manquent tellement. Tout ça à cause de cet enfoiré, le gamin non. Gon n'était pas si mauvais en comparaison, Hisoka devait mourir mais pourquoi faut il qu'il y ait tant autour des pouvoirs de la chaîne et pas les autres. Gon était à des lieux et lui savait contrairement aux autres. Le chef a forcément du le sentir. Enfin cessons, il était trop gentil mais ça sera toujours comme ça. Je prends cette gamine et on part, cette base est finie mais ils en ont probablement d'autres. Les données, j'imagine qu'ils ont perdus. Cigale semble avoir gardé tout et bloquer le système de toute part. Quand même, cette habilité est à un point si efficace que si ça continue. On va finir par avoir des gosses pour l'utiliser là où il y a plutôt des ados là.
Goruto, depuis cette crise, rien ne va ici. C'est à peine si cette Komugi est capable de gérer son monde mais elle est au moins réfléchie contrairement aux autres. A Rack est enfin là, il semble avoir repéré notre jeune rebelle de. Pourquoi doit on toujours avoir des sentiments ? Enfin, j'imagine que je dois quand même accepter que le temps est passé et qu'il n'est plus possible d'y retourner. Pakunoda, Korutopi, Frankenstein, Hisoka et cet enfoiré de Kurapika mais qui aurait cru que ce gamin pouvait jouer avec les âmes. Comme il a fini par mourir de son propre choix, les chaînes n'ont en fin de compte que laisser une trace de ses volontés mais le chef est désormais loin d'être menacé et nous non plus. Chercher à nous tuer, c'est une invitation à la mort pour eux. Les chaînes donnent une vie ridicule à ceux qui les portent, la seule qui soit un tant soit peu bien foutue n'est que celle du pouce mais pourquoi est ce elle qui est la moins mauvaise comparée aux autres. J'imagine qu'elles sont encore reliées entre elles par un truc. Machi, je crois qu'elle aurait une utilité à la conserver mais c'est fou ce qu'elle a changée elle aussi.
  • Feitan, j'ai envoyé le rapport à elle.
  • Bien, qu'en est il des autres plans. Ils se poursuivent ?
  • Tout est fini, il n'y a que ceux là qui ont posés des ennuis. Les autres sont plus raisonnables. Tous morts ?
  • Ouais, il n'y a apparemment pas l'ombre d'une chance qu'ils aient pus le prévoir. S'il y a des survivants, ce seront que les soldats eux mêmes et cette gamine.
  • Elle a un truc à voir avec nous ?
  • Non mais elle s'est bien battue, c'est pratiquement elle qui a fait la moitié des dégâts ici enfin ceux chez les scientifiques. Quand à Sarah, elle est saine et sauve. Plus rien ne devrait se compliquer. Toutefois, elle ne regarde pas pour quelqu'un de la région.
  • Cigale a parlée qu'elle semble venir de cette décharge près de la côte.
  • La côte. Alors, la cité doit déjà être tombée. Il doit plus y avoir qui que ce soit de vivable là bas. Retournons chez nous, il faudra aussi que tu appelles Phinks. Il y a des chances que cette gamine soit difficile quand elle se réveillera.
  • Entendu. Ça ira, j'ai déjà fait ce qu'il pour cet imbécile.
  • Tant mieux.
On se rassembla et finalement il ne fallut que trois heures pour revenir. Les gamins, enfin je suis content quand même qu'ils sont enfin finis avec ça. C'est des cris de joies qui accueillaient. Ah, c'est toujours mieux de revenir chez soi. Mais la gamine semble se réveiller, Phinks est assez observateur pour voir que c'est une dure. Je lançais la gamine mais son chakram ne tarda pas à se remettre dans sa main mais on avait tous déployer nos nen et forces. Elle reconnut rapidement être dépassée enfin, son regard sembla bien étonné à nous observer.
  • J'abandonne.
  • Hé, tu crois...
  • Gamin, ne m'ennuie pas où je te tue immédiatement.
  • Tu te...
  • Tu te tais, Rael. On en aussi assez que tu fasses n'importe quoi. J'espère que ça te servira de leçons. On pourrait très bien te laisser mourir par elle. Déclara Phinks à notre impertinent et étrangement ni Cigale ou Sarah sont contres.
Elles veulent être fortes, dommages que l'on doive faire croire que les garçons sont mieux. La plupart sont plus simples à gérer que les garçons. Ah, je rirais si j'avais su que je serais celui qui dirait qu'une fille est meilleure qu'un garçon. J'imagine que ça doit être mon cadeau pour avoir survécu et rester parmi les vivants. Sinon, cette gamine a apparemment décidée de ranger son arme. On prit finalement l'initiative de revoir tous nos plans et on arrive enfin à la partie sur elle. Rinette, qu'elle s'est présentée. Elle a une soeur nommée Maëlle avec qui elle vivait pour cinq ans après une suite de problème avec leur tuteur Pedro qui aurait à un moment été avec un certain Boyarg et une Cathy. Pourquoi ces noms ont ils une si grande signification pour elle ? Les deux là, ils n'ont été là que pour un instant dans sa vie. Rien qui puisse changer significativement sa vie vu qu'ils sont dans les faits juste d'autres kidnappeurs. Elle n'a rien dit sur ça et je chercherais pas à savoir c'est inutile pour moi. Ce que je veux, c'est rendre la cité de l'étoile prospère et enviable à des lieux de toutes les autres villes. À commencer par ce qu'ils sont incapables de gérer les sentiments, les valeurs. Les gamins et gamines aiment se mettre en valeur être particulier. Pour ça que je suis assez rigide. Le chef était plus qu'un symbole pour les jeunes mais il n'aurait jamais tenu le rôle. Il représente le passage à l'âge adulte et je pense que ça ne le génera pas trop d'être considéré comme ça à l'avenir. J'ai fait noté tous nos actes ici, garder des parties pour éduquer. On a un tas de prodiges sur des tas de choses et finalement, on a réussi à avoir une vraie vie. Certes, j'ai du mal avec les tendances folles des jeunes mais c'est sympa qu'on a pu amélioré notre organisation et avoir un minimum de possibilités. Tout le monde connaît nos histoires, tout le monde peut utiliser des produits quand il veut dans les lieux où ils sont mis à disposition uniquement. Des classes existent, on apprend de tout même des trucs comme le sexe est appris là mais faut croire qu'il y a que les filles pour être vraiment franches jusqu'au bout. C'est perturbant qu'on est si peu de gamins capables mais peut être que c'est une marque de hauteurs d'avoir des facilités et des difficultés pour d'autres. La gamine n'a quasiment rien de plus que ce qu'on lui a demandé à ces interrogatoires. Je finis par décider de lui demander moi même.
  • Rinette.
  • Oui me
  • Pas de monsieur avec moi. Soyons directs, tu comptes faire quoi désormais.
  • J'ai déjà du mal à imaginer ce que vous m'avez dit. J'ai réellement fait tout ça ?
  • Oui et Rael n'a pas été le seul à nous dire tes exploits. Cigale a tout détaillée. Bon, je suppose que t'es déboussolée mais on ne te gardera pas si tu ne veux pas rester. Juste, il faudrait que tu dises rapidement si tu souhaites nous intégrer où si tu veux partir. Dans un tel cas, nous t'enverrons vers Komugi. Il s'agit d'une aveugle qui dirige sagement et en coopération avec nous sur certains points. Mais nous n'avons pas les mêmes idéaux, on doit être francs. Les départs et les voyages, ce n'est pas courant et quand on en fait, c'est souvent avec une organisation très lourde visant à ce qu'on nous respecte. Alors ?
  • Je crois que je vais rester, je ne sais même pas quoi faire de ma vie mais je sais que partir tout de suite serait idiot. Maëlle n'est pas du genre à s'inquiéter et on peut dire qu'elle m'ennuie beaucoup de fois.
  • Gamine, ça sert à rien de...
  • Suffit, si elle a pas envie de dire... je n'ai pas besoin de savoir plus, il y a des sujets qui ne m'intéressent pas. Alors bienvenue parmi nous, Cigale occupe toi d'expliquer nos coutumes et aussi comment on peut décider de sa vie. J'espère que tu pourras t'accommoder de tout cela malgré le nombre d'informations à dire.
  • Ce sera un honneur, sire.
  • Tsss... bon allez y. disais je pour conclure.
Les deux s'en allèrent. Les autres semblaient aussi ennuyés que moi. Pourquoi faut il que les enfants soient tous comme ça ? les gens qui constituent le conseil ont rapidement finis par quitter la salle n'ayant que rapportés les missions finis mais rien de très important. C'est qu'après qu'ils ont tous quittés, Phinks est là. À mes côtés comme à cette époque. Sharnalk, arrogant. Tu t'es perdu tout seul.
  • Le rêve des fous.
  • J'ai plus tellement l'impression de vivre. Je ne suis pas heureux comme en ce temps, je me demande comment s'en sortent Machi, Nobunaga, Ubo, Shizuku et Bonorenof. Où même ces enfants.
  • Je ne comprends toujours pas. Je suppose qu'il a du faire comme d'habitude à sa façon.
  • Tu sais, je crois qu'en fait c'est ça ce qui est nul. Il a toutes les qualités pour être des nôtres mais n'a tout simplement pas l'envie. Ça l'a mené si loin, on revoyait un renouveau mais de courtes durées. Le boss a bien sûr prévu tellement de trucs, c'est le gamin qui a fini par nous détruire au mauvais moment. Ça a été un choc, Gon n'a pas dû apprécier. C'est incroyable qu'ils ne se soient pas plus battus. Au fond, ils sentaient peut être déjà. Finalement, l'autre a bien aidé en s'opposant et en restant mature comme il dit. Les Zoaldyeck se sont réunis par la suite, ils étaient tous dépassés. L'autre manipulateur de papier, celui avec les aiguilles, celui qui a l'eau, le grand-père, le père, la mère et le bouffon. Ridicule. Des assassins mais aussi des idiots pour une grande partie. On dit qu'il ne reste plus grand monde si ce n'est Irumi. Pfff et je me demande bien ce que Gon fait désormais.
  • Qui sait, ils n'ont rien dit à personne. Le père a aussi disparue, la mère je ne sais pas elle est ridicule. Ça me rappelle Inochi. Elle devient quoi elle ?
  • Sûrement en train de voyager ou peut être en concurrence envers Leorio. Leurs techniques doivent faire facilement un pan entier de la médecine.
Décidément, l'araignée ne pouvait en aucun cas être plus nostalgique qu'ainsi. Je hais cette époque, où est le temps où on faisait ce qu'on voulait et tentait d'améliorer la vie de la cité. N'était ce qu'un rêve éveillé ? Ou n'est ce parce qu'ils n'étaient plus des gamins ? Enfin peut être que... Phinks semble avoir la même idée. Il est temps de passer le flambeau au lieu de se lamenter.
_________________


Revenir en haut

Makono
Passe la 1ere épreuve
Passe la 1ere épreuve

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 82
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon
Personnage préféré: Machi

MessagePosté le: Lun 30 Mai - 20:01 (2011)    Sujet du message: La volonté incomprise Répondre en citant



Chapitre 8 - Est Il Nostalgique ?(Rinette) 

Nul. Cette fille est littéralement en train de réciter ces règles. Il fallut que je m'y prenne à plusieurs fois pour qu'elle se calme. Après disons deux minutes, j'ai rassemblée des feuilles et lui demanda de me dessiner ce que je dois respecter, ce que je ne dois pas faire et créer la liste des différents courants de pensées. Elle m'a fait ça en un quart d'heure et je pus faire la schématisation de tout ce qui être retenu. Cigale semblait particulièrement fière de montrer les progrès de la cité mais j'en ai guère rien à foutre. Ça ne sert à rien de chercher l'harmonie, moi et ma sœur n'avons pas réussies alors qui en est capable. Les gens devraient abandonner ce genre d'illusions et imposer une bonne fois pour toutes leurs idéologies. On dirait qu'ils attendent tous qu'on leur trace le chemin, mais pardi qu'est ce que les gens ont dans le crâne. Sont ils tous comme Maëlle ?
  • Hé. Tu vas bien ?
  • Rien. Ça ne peut être pire.
  • Tu caches.
  • De quoi tu te mêles ? Tu as autre chose à dire autre que tout ça, je veux réfléchir dans le calme.
  • Toi, tu détestes être embêtée. Feitan va s'amuser.
  • Feitan ? C'est qui lui ?
  • Notre chef et celui qui t'a mise k.o.
  • Lui!!! lâchais je d'un seul coup.
  • Mais n'imagines pas que je te laisserais gagner. Tu devras être rapide pour me contrer.
  • Et toi, ne te surestimes pas, gamine.
  • T'es aussi gamine et tout le monde voudrait être capable de satisfaire le chef. Mais je dois quand même avouer que peu arrivent à éveiller votre truc.
  • Euh de quoi vous parlez, c'est sans intérêt d'avoir des astuces.
  • Tout dépend, tu es vraiment sûre de ne pas vouloir. Pour compléter ce pouvoir, il faut aussi bien se connaître que savoir ses implications.
  • Ce n'est que pour les faibles.
  • T'es bizarre.
  • De quoi, et vous alors.
  • Moi je suis l'une des seules à savoir rendre mes coups normaux aussi puissants que ceux que tu pourrais faire dans cet état. Seulement, j'aurais souvent des problèmes d'adaptations. L'énergie déséquilibre beaucoup de points, le nen a parfois des avantages et des inconvénients en même temps dans de tels moments. Savoir s'en passer, c'est être capable de faire ce que font ces énergies autant bien ou mieux qu'elles. À ce que ton état démontre, tu es loin d'être capable de le faire sans même à faible niveau. Ne surestimes pas tes capacités de base, n'importe qui a des limites et tu n'es en aucun cas une exception.
  • Bon là ça suffit, si tu veux tant te battre. T'as qu'à le dire !
  • Intéressant, je crois que je vais vous laisser continuer.
  • Chef !!!! disions nous, elle et moi en choeur.
  • Venez.

Nous suivîmes Feitan, j'ai du mal à croire qu'on est droit à la considération de quelqu'un d'aussi imposant. Nous allâmes dans une drôle de tour, l'autre semblait épatée. Moi, je ne trouve pas l'endroit spécial. On est arrivé quelque-part, je ne saurais dire l'importance de l'endroit mais on pourrait estimer qu'il s'est passé bien des choses. Feitan a fait signe. Il semble avoir clarifié sa décision.
  • Sais tu quoi que ce soit des gens qui t'ont enlevés ?
  • Non.
  • Alors je vais te dire certaines informations qui pourraient t'éclairer certains points. Ces gens ont récupérés un objet qui contient du nen ou ont participé à l'obtenir et tu es liée à ça d'une façon ou d'une autre.
  • Nen ?
  • Un pouvoir puissant que certaines personnes possèdent, toutefois je dirais que dans ton cas c'est pas lié à tes affinités. Le nen est capable d'apporter bien des choses à condition de donner les conditions adéquates et que l'objectif n'est pas en dehors des lois de la physique et autres. Ton pouvoir semble en tout cas être lié à ce que cette maudite chaîne. La personne qui a crée la chaîne est mort mais il existe un phénomène qu'on appelle la persistance qui permet de laisser son nen même mort. C'est très rare.
  • En quoi je suis liée à cette histoire.
  • Je dirais que ça tient du hasard, le nen est possible d'être appris par n'importe qui mais il y a des plus doués et des incapables. Je possède ce pouvoir mais même moi a du mal à combattre quelqu'un comme toi qui a appris ce type de capacités. Je connais une méthode qui pourrait te permettre de gérer cette habilité sans que ça te contrôle car ça t'a bien contrôlée quand je me suis battu contre toi.
  • Ça a l'air sympathique, je veux bien vous écouter et apprendre à le supprimer si ça me permet de retrouver ma sœur.
  • Seulement, dans ton état actuel, tu ne réussiras ni à retrouver ta sœur et encore moins à contrôler véritablement ton pouvoir.
  • Mais ça doit être possible. Je dois juste trouver quelquechose qui est en relation avec ça.
  • Pas aussi simple, sache que le gars qui a fait l'objet qui amorce toutes ces recherches a été mon ennemi et à ceux avec qui j'étais affilié, cette personne a provoquée la chute de notre groupe, l'araignée. Notre chef est mort et depuis on s'est séparé pour diverses raisons, l'endroit où nous sommes a été le terrain d'entraînement de l'un de ses amis enfin je pense qu'il faut mettre une différence sur lui et son amitié. Il pouvait être l'un des nôtres, il n'en a pas eu le choix par contre.
  • Dommage et tu voudrais que je fasse quoi, ton groupe ne m'intéresse pas et j'entends vivre de la façon dont j'ai envie pas celle d'un autre.
  • Justement, ton désir risque d'être un peu compliqué à réaliser si tu ne sais pas comment a fini notre groupe mais je te passerais les détails. Tu n'en as pas besoin de tout savoir mais n'oublie jamais que si tu veux que ça ne s'arrête jamais, il faudra aussi prévoir la possibilité de ne faire confiance qu'à toi et bien réfléchir les règles.
  • Pas vraiment intéressée. En plus, je ne sais pas quoi faire mais je sais que je veux déjà retrouvée ma soeur.
  • Soit, on peut ne pas vouloir. Rappelle toi juste que si tu veux faire à ta façon, tu auras à oublier la sympathie de certains. On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Bonne chance avec le désert et les éventuelles fourmis-chimères.
  • Fourmis ?
  • Je vois que votre vie vous épargne bien des connaissances. Les fourmis-chimères sont des créatures ayant retenues à un moment ou à un autre la personnalité d'un être humain. En dehors de ça, ce sont des créatures capables d'utiliser le nen et le maîtriser à un niveau bien au dessus de la plupart des hommes. Ces créatures sont apparues il y a à peu près 8 ans et à l'époque, elles causaient pas mal de problèmes. Aujourd'hui, il n'y en a qu'un nombre très réduits mais une seule d'entre elles suffirait à détruire bien des armées avec un peu d'entraînement au préalable. Elles s'énervent assez rapidement si on n'y fait pas attention mais la plupart évitent de faire n'importe quoi. Komugi, celle que j'ai mentionné tout à l'heure est une chef respectée d'eux. Elle est humaine mais elle a assez de poids psychologiques dans leurs histoires. Sans elle, ils seraient probablement tous tués. Leur roi était à des lieux du pouvoir de n'importe quelle personne même les maîtres du nen mais il est mort au suite de son combat contre Netero, le plus puissant hunter qui est existé il y a des années et s'est sacrifié.
  • Je m'en fiche de tout ça, je sais me battre et si j'ai à me défendre, je me défendrais par moi même. Merci encore de m'informer mais je ne vois pas qui pourrait sérieusement me vaincre en dehors de ma sœur. Je crois que ma force a tout de même besoin d'être fixée, je sais utiliser ce que j'ai comme pouvoir et même si c'est incomplet, je suis pas incapable de contenir des coups puissants. Même les vôtres, je pouvais encore les encaisser.
  • Arrête de te croire intouchable, même des hunters ont regrettés avoir sous-estimer ces créatures. Prétendre que tu n'as pas besoin d'aide, ne fais pas rire. Ça se voit que tu n'as rien appris du monde, tu es restée dans ta petite vie sans te poser de questions. Il est normal de ne pas savoir quand on se retrouve dans un milieu qu'on a jamais envisagé ou connu.
  • J'apprécie ta façon de voir les choses mais j'aimerais vérifier la couleur de ta détermination. Tu sembles n'avoir pas réalisée mais je ne suis pas aller à fond quand je t'ai combattue. Je n'ai même pas utilisé mes techniques les plus meurtrières en plus. dit il avant de se mettre en position. nous allions combattre.


_________________


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:15 (2016)    Sujet du message: La volonté incomprise

Revenir en haut

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> Hunter X Hunter -> Fanfics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_photo par Leparachute