Hunter X Hunter Dreams Index du Forum
FAQ     Rechercher     Membres     Groupes     Profil     Se connecter pour vérifier ses messages privés     S’enregistrer
Connexion



Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> RPG Hunter X Hunter -> Villes du RPG
Jojo
Hunter Moderation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2009
Messages: 1 146
Personnage préféré: Novu

MessagePosté le: Mar 28 Mai - 14:01 (2013)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ] Répondre en citant




Une douce journée se profilait en cette période printanière. Il se réveilla sur son modeste futon, très mauvais soutien lombaire, repoussa la couverture, et jeta un oeil par la grande fenêtre de la petite pièce vide que constituait sa chambre.
Entre quatre murs, 30m² au plus, Josip n'ayant pas vraiment écouté le propriétaire de l'endroit qu'il louait, ne se trouvaient qu'un fûton, un petit frigo sur lequel trônait un ordinateur portable datant de 10 ans aux moins, constamment allumé, et animant la quiétude de la place par le bruit de ventilation lourd qu'il émettait.
Deux portes ornaient le papier peint vierge de couleur et de bon goût, l'une menant à des sanitaires propres, la seconde menant à l'extérieur, sale, à la limite du putride.
La paie de son travail de barman lui permettait amplement d'habiter un appartement plus fournit, plus cossu, mais à quoi bon ? Lui, chasseur dans l'âme, trouvait qu'un pied à terre n'avait qu'un modeste rôle de planque à quitter en cas de soucis.
Aucun soucis pour le moment, bien que l'on parlait dans de courts articles, de disparitions de personnes dans la ville.
Mais qui se soucierait de cela ? Trois modestes inconnus dans une ville si dense en population que l'odeur de leur sueur se mêlerait presque à la pollution ambiante.


6h57.... Non... 56 !


Quittant la fenêtre du regard, il se leva péniblement jusqu'à son ordinateur, l'heure affichée y était 6h57.


57... j'avais dit 57 !


Son horloge interne était si réglée qu'il n'avait pas besoin de réveil chaque matin. 
Dans la salle de bain WC étaient perchés sur un ceintre au dessus de la douche trois costumes identiques, parfaitement repassés et propres, et, disposés chaussettes et caleçons noirs à l'intérieur de chacun d'entre eux.
Un fois lavé, il enfila l'un de ses habillements, et tout de noir vêtu, cheveux ébouriffés  comme à son réveil, se rendit sur son ordinateur.
A partir d'un compte bancaire n'étant pas à son nom, mais ouvert par ses soins, il fît quelques commandes culinaires, peu regardant sur le prix, l'important était que la qualité nutrionnelle soit au rendez vous, et que le tout lui fut livré à 12 et 18 heure chaud.


Lundi donc... Légumes... 


On était Mardi, mais pour lui peu importait le jour, il travaillait chaque soir jusque tard dans la nuit. Ce décalage en terme de jours s'était accru aux fil des ans, quatre ans qu'il avait emménagé dans cette immense mégalopole de Kakin en bord de mer, et, faute de n'avoir aucun repère, humain ou autre auquel se fier, il avait perdu la notion même d'intérêt pour la date qu'il était.
Une fois les commandes passées, il allait en repérage sur le terrain.
Seulement 7h02 affiché à 'l'écran d'ordinateur, il lui restait moins de 5 heures avant de devoir réceptionner sa première commande, et moins de 12 heures avant de commencer son service au Korohoi.
Les yeux toujours ouvert largement, il sentit après être sortit du bâtiment miteux où il résidait l'acidité dans l'air, le quartier était défavorisé, et, situé en contrebas de la ville, les vapeurs nocives pour la santé émises par la pollution automobile se profilaient aux heures de pointes.
Josip marchait sans but, au début, il ne couvrait que le déjà vaste pâté de maison pour son repérage, puis petit à petit, de mois en mois, il agrandissait son terrain de chasse, connaissant chaque coins et recoins des zones qu'il arpentait, si bien qu'une bonne moitié de cette ville de Yoru-King, vaste de près de 20 millions d'habitants, périphérie incluse, n'avait plus de secret pour lui.


Vermines,... sous déchets,..., indignes..


Marmonnait-il très doucement tandis qu'il marchait, comme à son habitude, en constatant les visages et comportement de toutes personnes qu'il croisait en chemin, tous bons à consommer et se pavaner, dans le bruit et l'indécence, des jeunes se laissant aller au conformismes, jusqu'aux plus âgés, petits cadres de bureaux pressés et immondes.
Le bon gibier qu'il appréhendait, pouvait parfois ne pas se montrer avant des semaines, voire des mois. En quatre ans, Josip n'avait éliminé que 17 êtres humains, et 2 animaux.
Soudain, dans son errance matinale, il fut bousculé par un passant, ce genre de choses pouvait arriver souvent, il ne s'embêtait pas à s'en soucier. Mais tournant la tête, le chasseur tourna la tête vers celui qui l'avait ignoré au moins de lui rentrer dedans sans s'arrêter, un homme, sûr de lui et habillé avec classe, quoi que tape à l'oeil.
Josip mit la main sur sa propre épaule où il avait été touché.


1mètre 86... 87... peut être.. mmmh... 95 kilos, oui, ça ne peut être autrement ! 95 kilos héhé.


Il marmonnait un peu plus fort, attirant le regard évasif de quelques passants qui ne s'attardèrent pas sur son cas.


Riche, puissant... il y'avait une femme...


La foule ayant vite surplombé celui qui l'avait bousculé, Josip se souvînt qu'un femme assez fine était agripée au bras du molosse.
Tout de suite il tentait d'en tirer les conclusions qui s'imposaient.


Pas un couple... non ce n'était pas un couple standard, l'homme se serait excusé autrement par soucis de paraître... Il a de l'assurance.. Rustre, mais bien habillé... 


De ce constat, il supposait que l'homme travaillait dans la sécurité privée ou plutôt dans l'ombre, peut être un criminel issu d'une bande quelconque, ils affluaient après tout, mais n'étaient que des vermines qui ne savaient se faire respecter qu'une arme à la ceinture, et en groupe seulement.


Non... Je l'ai perdu de vu..


Son inattention et son manque de réactivité lui avait fait perdre de vue une proie de choix, c'en était frustrant, et il rentra chez lui plus tôt.
Après avoir reçu sa commande, il n'erra que deux heures l'après midi. Mais son lieu de travail était à une vingtaine de kilomètre au Nord, et, se refusant à subir la misère ambiante qui gisait dans les transports en communs, préférait marcher jusqu'au bar, empruntant les ruelles les plus propices à un déplacement rapide et sans encombre.
Etant passé à autre chose déjà, il fît comprendre à la patronne du Korohoi, une femme vêtue d'une robe chic, âgée d'une cinquantaine d'année et qui tentait de masquer sa vieillesse, qu'il prendrait son service 10 minutes en avance, comme à l'accoutumée, son parcours pédestre étant parfaitement réfléchit à 10 minutes prêt.
La soirée commençait à 19 heure et se terminait à 3 heures du matin. Entre quelques boissons qu'il servait aux clients, il était autorisé à se servir en café, ce qu'il faisait allègrement, ne dormant que 2 heures par nuits en moyenne, ses larges yeux étant peut être synonyme d'insomnie.
En général les clients ne s'attardaient pas auprès de lui, pas seulement parce que son regard les effrayait, mais parce qu'une rumeur avait circulée. 
Car si un homme aussi fin de corps, mal coiffé, de ce fait se présentant mal pour un établissement luxueux, avait réussit à obtenir le travail de barman sans compétence aucune, allant de pair avec le travail de videur, c'était car il avait attiré l'oeil de la propriétaire des lieux et de quelques habitués de l'endroit en éliminant un voyou enivré et armé qui avait exécuté l'ancien barman, pour s'emparer de la caisse.
Josip par le plus grand des hasard s'était trouvé là pour demander de la monnaie sur un billet afin de téléphoner d'une cabine, il n'aimait pas téléphones portables permettant d'être tracé par satellite.


Une proie armée m'autorise à m'armer en retour...


Ainsi s'était-il exprimé face au malheureux qui l'avait braqué de son revolver. D'un simple coup d'oeil sur le côté, il avait trompé le voleur en lui faisant croire que quelqu'un s'approchait par derrière, une ruse bien simple et efficace. Le voyou avait tourné à peine la tête que dans un angle mort, Josip sortit un stylo et lui enfonça d'un mouvement précis et sec dans l'oreille, tuant le jeune homme sur le coup.
C'était depuis ce moment qu'il avait été engagé, et que la rumeur sur son compte dont il se serait bien passé, s'était propagée.
Tandis qu'il essuyait un verre, encore et encore, avec minutie, un homme entra.


1m87...95 kilos..., bien vêtu. Il y'a même une femme à son bras


Josip sourit très largement dévoilant une mâchoire de prédateur qu'il s'empressa d'effacer au plus vite pour ne pas attirer l'attention.
L'homme prît un Whisky et sa compagne, maîtresse, et escort girl se contenta d'un verre du plus cher champagne de l'établissement.
Toujours à nettoyer les verres, le chasseur tendait l'oreille, la chasse qui s'annonçait avortée allait enfin débuter.

_________________


Revenir en haut

Publicité






MessagePosté le: Mar 28 Mai - 14:01 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Jojo
Hunter Moderation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2009
Messages: 1 146
Personnage préféré: Novu

MessagePosté le: Mer 29 Mai - 15:06 (2013)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ] Répondre en citant







Les heures passaient tandis que la proie parlait à sa maîtresse. 
Bien que la carrure et la dégaine de l'énergumène pouvait laisser penser qu'il était du genre à parler bruyamment, on constatait qu'il avait la fâcheuse tendance de parler proche du visage de ses interlocuteurs d'un voix, qui bien que grave, s'avérait surprenamment douce.
Cela eut pour effet de contrarier le barman, qui tentait tant bien que mal d'écouter la conversation pour glaner nombres d'informations sur celui qu'il comptait traquer.
Servant les clients qui affluaient toujours passé 0h00, il n'avait pu retenir que quelques détail. 
L'homme était relativement lourd, tout du moins avec celle qui l'accompagnait, les rares fois où ses paroles étaient audibles, le sujet était toujours en rapport avec le sexe. Le fait que la femme en sa compagnie riait avec peu de conviction de ses "traits d'esprits", suggérait qu'elle était très probablement issue de la rue.
Lorsque le couple commença à s'agiter, pour se rhabiller et probablement rentrer, il était 2h45, soit un quart d'heure avant que Josip n'eut finit son service, il lui fallu penser vite, n'ayant pas retenu assez d'informations à cause du bas débit de parole de sa proie.
Il avala sa salive pour s'éclaircir la gorge, respira le plus posèment possible pour avoir l'air calme, servit deux verres à Whisky presque à ras bord et le leur servit.
Plongeant son regard terrifiant dans celui des clients, il parla d'une voix douce et assurée, comme si il fut acteur chargé d'endosser un rôle qui n'était pas le sien.


Le Kurohoi a pour tradition d'offrir un dernier verre aux nouveaux clients, santé à vous.


Le badaud fit un commentaire à cela.


" C'est sûr, plus facile d'appâter le gibier quand il est imbibé haha ! Merci bien " !


Sachant que sourire aurait eu pour effet de mettre mal à l'aise les convives, c'est les lèvres légèrement relevées en coin, avec un sourire presque sympathique qu'il répondit avant de retourner à ses occupations de barman.


Vous ne croyez pas si bien dire Monsieur.


Outre l'ironie de cette esquisse de conversation, Josip ne tira un aperçu que mitigé de celui sur lequel il avait lancé son dévolu de chasseur, la réponse était d'un commun, n'importe qui ou presque, pour tirer de lui une image drôle et sympathique aurait répondu la même chose que la proie.
C'est alors qu'il douta, et si il avait mal jaugé l'homme, et si l'excitation de cette chasse n'eut que pour dénouement une mise à mort qui ne lui aurait laissé aucun plaisir.
A ce moment, il était encore trop tôt pour le deviner, c'est fou ce qu'une simple phrase pouvait le faire douter sur la qualité du gibier, toujours est-il qu'avec ce prétexte de faux verre offert, il les avait retenu jusqu'à la fin de son service. 3h00 du matin venait de sonner.
Le couple était sortit, à peine cela étant fait, sans se soucier des paroles de la vieille gestionnaire d'établissement lui étant probablement adressées, il passa ses mains sous le robinet, laqua ses cheveux en arrière pour que sa coupe frivole ne le fasse pas remarquer durant sa traque, puis, s'empara d'un des long manteaux sur un des cintres destinés aux clients, pour quitter à son tour le Korohoi d'un pas pressé.


Droite ? Gauche ? En face ? Je connais cet endroit comme ma poche....


L'homme et la femme avaient déjà couvert une distance qui ne permettait pas au chasseur de les retrouver, surtout de nuit, mais, à côté d'une poubelle de rue se trouvait un mégot encore grésillant et fumant, une cigarette sans filtre, qu'il avait vu entre les lèvres de la prostituée à plusieurs reprises dans le bar.


En face donc... quartier Ganvovh.


D'un pas pressé, il s'y dirigea, traversant la route en trotant pour recouvrir la distance qui le séparait de ses proies avant enfin de les apercevoir de loin.


Parlez .... parlez.... ça couvrira le bruit de mes pas...


Murmurait-il tout bas nerveusement. Cela fut chose faite.
Enfin, après peut être 2 kilomètres de marche, tous deux montèrent dans un hôtel, il allait de soit qu'après une telle soirée, l'issue se faisait évidente.
Le plus dur commençait, la filature en espace clos, baisser la tête, marcher sur la pointe des pieds, mains dans les poches d'un manteau qui n'était pas le sien, privilégier les zones d'ombres, et laisser suffisamment de distance pour ne pas attirer l'attention.
La poursuite se fît sans encombre, et d'un bout du couloir du 3eme étage, il les vît entrer, l'ambiance semblait frivole.
Il avança doucement jusqu'à la porte. "314" étant affiché sur une petite pancarte dorée.
Josip ne pouvant aller plus loin avait mené avec brio la première étape de sa traque. Il redescendit aussi calmement qu'il était monté jusqu'au guichet d'accueil.


Parfait...


Susurra t-il entre ses dents. Il y'avait quelqu'un à l'accueil. Là encore, Josip tenta de prendre un visage posé, avala sa salive et prit une profonde inspiration, il allait être temps de jouer les acteurs.


Bonsoir.... Veuillez m'excuser, mais le Monsieur, de la chambre... 314, c'est tout du moins là où je l'ait vu entrer, a emboutit ma voiture en se garant tantôt, je ne veux pas faire de scandale, il est tard, et il se trouve qu'il est en charmante compagnie, pourriez vous lui donner demain mon numéro de téléphone que nous réglions cela à l'amiable ? Je m'en voudrais d'appeler la police pour une histoire aussi futile.


Le jeune homme qui l'écoutait buvait ses paroles naïvement, le chasseur aurait pu se montrer plus audacieux et lui demander le numéro de téléphoner portable si il l'avait fournit, mais cela eut été imprudent.


" Monsieur je demanderais à celui qui s'occupe de mon service demain de le lui faire savoir "


Et le guichetier crédule posa un post-it sur son bureau d'accueil.


Je vous remercie, bonne soirée, et désolé pour le dérangement.


Le visage de Josip terrifiant contrastait très mal avec ses paroles qui se voulaient pleines de bons sentiments, mais qui sonnaient amère, il mentait mal passé un certain délai de conversation.
Ce numéro qu'il avait donné, c'était celui d'une des cabines téléphoniques d'un quartier lointain, elle avait été construite par un collectif d'habitants de quartiers afin de permettre d'appeler gratuitement, c'était la cabine téléphonique la plus récente au monde, plus aucune ne se construisait depuis bien plus d'une décennie, et celle-ci avait la particularité d'afficher le message des personnes qui cherchaient à joindre. 
Et Josip se posta alors à cette cabine située à une quinzaine de kilomètre de chez lui, le chasseur commençait à fatiguer, ses cheveux avaient repris leurs épis naturels, et il attendait, espérant que sa proie aurait la présence d'esprit de téléphoner. Le cas contraire, Josip se devrait de jeter un oeil frauduleusement sur le registre d'accueil de l'hôtel où il avait séjourné.
C'est à 9h00 du matin que sonna la cabine surprenant presque le traqueur somnolant à moitié.
De son stylo dans la poche intérieure de sa veste, il écrivit le numéro de téléphone portable qui s'affichait, décrocha tout de même pour entendre si la voix était celle de sa proie, ce qui fut le cas, provoquant un large sourire de l'intéressé.
Il rentra chez lui, s'empressa d'aller sur le premier moteur de recherche, en écrivit "localiser téléphone portable", et ce ne fut pas long d'ici à ce que son bonheur se présenta à lui, on pouvait à partir de certains sites accessibles à tous, localiser au mètre près un téléphone portable.


Nous vivons à une époque vraiment terrifiante héhé....
_________________


Revenir en haut

Jojo
Hunter Moderation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2009
Messages: 1 146
Personnage préféré: Novu

MessagePosté le: Sam 1 Juin - 10:25 (2013)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ] Répondre en citant





Le conformisme nuisait à l'originalité, mais aussi à la sécurité, la banalisation des téléphones portables rendait tout le monde facile à traquer, ainsi, la police sans trop de mal, moyennant un simple numéro de téléphone pouvait mettre la main sur l'expert en fuite le plus zélé.
Le rythme de travail de Josip changea donc. Au lieu d'aller, matin et après midi traquer dans la rue, il analysait les destinations quotidienne de sa proie, et ce, juste en contemplant un bête écran d'ordinateur. Il continuait toujours de travailler le soir bien entendu.


Une semaine de traque... Pas de trajets similaires...


La proie en effet ne suivait pas une routine, chaque jour, sa destination en ville était différente, et son lieu de repos aussi. 


Il enchaîne les bars et les Hôtels bons pour la fornication, mais jamais les même.


Une envie de s'énerver commença à se profiler, mais sa tempérance prit le dessus rapidement, il n'aurait voulu d'une proie facile à éliminer, il ne savait même pas à coup sûr si sa future victime lui donnerait un peu de fil à retordre lorsque viendrait le moment de l'achever, alors il pouvait au moins se contenter de cela.
Une autre semaine s'écoula, la période de traque était terminée, ainsi que celle de la planification de mise à mort de "l'animal".
Bien évidemment, il s'octroya un congé de 3 jours. Pourquoi trois jours ? Car il travail 7 jours par semaines, et que demander un repos d'une journée à peine paraît à peine humain, il devait donner l'illusion qu'il avait une vie standard en dehors de son travail afin d'attirer l'attention, et puis, une seule journée, coïncidant avec la date de la mort de celui qu'il allait traquer, pourrait lui porter préjudice si une piste devait un jour mener à lui.
La procédure de traque fut simple. De ses 2 semaines d'observation, il savait que l'homme dormait en moyenne 9 heure par nuit, avec un écart type de seulement 16 minutes, surement devait-il s'aider d'un réveil pour poursuivre des journées au rythme régulier, ce constat étant établit, il suffisait de trouver l'hôtel où il séjournait, attendre sa sortie, le suivre jusqu'au bar habituel, et la suite s'avérait plus technique.
Là encore, à partir d'observation, Josip savait pertinemment qu'il passait en moyenne 5 heure dans le barre où il était avec un écart type de 1h12, et un minima de 2h11, il devrait alors se presser.
Comme de juste, il suivit l'homme qui sortait de son hôtel basse gamme.


9h02 avant de sortir... Tr.. trop prévisible.


Il pesta entre ses dents tant cela contrariait son plaisir, mais le contentait aussi du fait de son exactitude dans la procédure de traque. Josip était partagé entre rage et joie. Le chasseur avait prévu, une fois la proie entrée au bar pour consommer ce qui serait ses derniers plaisirs, peu importe leur nature, de se saisir de plusieurs des panneaux de travaux qui abondaient en ville et n'étaient pas surveillés, car la nuit étant tombé, afin de barrer l'accès à plusieurs routes et ruelles afin de mener sa proie au lieu où il comptait se révéler à lui pour l'éliminer, un square remplit d'arbres, peu fréquenté, où il n'avait jamais mis une quelconque victime à mort, ne tuant jamais deux fois au même endroit.


16 minutes ? 1..17 ? Ce devrait être la... la moyenne... !


Il s'impatientait, loin derrière l'homme qu'il poursuivait sans mal aucun, s'habitude le trajet jusqu'à un barre n'excédait jamais 20 minutes , mais cela faisait presque trois quart d'heure qu'ils marchaient.
Et ils marchaient encore et encore. Ce n'est que tard que Josip saisit, lorsque sa proie, qui se révélait en réalité de grande qualité s'arrêta net sur un quai déserté en face de la mer, loin de toutes habitations, seulement entouré de bâtiments industriels.
Le chasseur s'avança jusqu'à lui calmement, mains dans les poches, légèrement voûté, posture qu'il prenait chaque fois qu'il marchait.


Quand as-tu remarqué ?


L'homme ne daigna que tourner légèrement la tête en direction de son poursuivant, son visage n'était plus aussi jovial que lors de leur entrevue au Korohoi, mais sûr de lui, un léger sourire en coin, serein et calme, face au visage de Josip, aux larges yeux, et au visage  maussade et terne.


Tu ne ressembles pas à un flic, peut être un hunter de la black list alors ? Quelle importance après tout ?.....


Josip n'était en réalité qu'un chasseur amateur, les plus expérimenté se seraient documenté le plus possible sur leur proie afin d'en connaître toutes les caractéristiques, ainsi, le jeune homme aurait dû approfondir sa recherche plutôt que de se focaliser sur la traque d'un spécimen inconnu.
Si il s'était donné à cette pratique, il aurait su que celui qu'il poursuivait était recherché pour avoir fait évader 3 détenus jugés extrêmement dangereux d'un complexe relevant de l'autorité du comité hunter, et avait assassiné l'un des geôliers.


Je ne m'étais en définitive pas trompé....


Sans peur d'attirer l'attention car déjà repéré, Josip dévoilà son large sourire macabre, au loin une musique raisonnait dans un des lointains appartements de la périphérie :
http://www.youtube.com/watch?v=0knXXImMXPQ


L'homme imposa soudain une pression d'un simple regard, comme un kïaï qu'il émanait de lui, faisait trembler le chasseur devenu proie, qui commençait à suer à grosse goutte, de peur, mais aussi d'excitation, n'ayant jamais rencontré un tel gibier.


....Non je ne m'étais pas trompé, tu es vraiment, une proie de choix !
_________________


Revenir en haut

Jojo
Hunter Moderation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2009
Messages: 1 146
Personnage préféré: Novu

MessagePosté le: Dim 2 Juin - 11:17 (2013)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ] Répondre en citant

Musique lancée : http://www.youtube.com/watch?v=0knXXImMXPQ



L'homme avait l'air surpris de son poursuivant, sans doute s'attendait-il à autre chose, mais en définitive, qui pouvait s'attendre à être traqué par un sociopathe en mal de défi et d'excitation ?
Josip avait un mauvais pressentiment, l'énergie qu'il ressentait n'était pas le fait de son imagination.


Une aura ?...


Se murmura t-il, non convaincu de cette hypothèse. Mais il n'avait plus le temps de réfléchir, sa proie s'avançait vers lui le plus calmement du monde.


Dans le doute, je ferais aussi bien de t'éliminer.


Le chasseur sentit la pression augmenter et fît un pas en arrière, manquant de trébucher sur un cordage qui trainait le long du quai, accroché à une ancre rouillée au bord de l'eau.
Une fois à une distance suffisamment proche du traqueur pétrifié de peur, néanmoins toujours sourire, quelque peu crispé aux lèvres, il s'arrêta, prit de l'élan avec son poing droit, comme assuré de le tuer d'un seul coup. Coup qui fut projeté puissamment, que Josip n'eut aucun mal à éviter, mais, yeux larges ouvert avait constaté une évidence.


Si ...si il me touche... je suis...


Mort ? Il avait du mal à envisager cette hypothèse, il avait toujours su jauger ses proies comme il fallait, mais il était tombé sur quelque chose qui lui échappait. Sa condition de mortel lui revînt en tête tandis qu'il trottinait en arrière pour mettre de la distance avec l'homme, en définitive, il n'était qu'un poisson rouge dans son bocal, qui, par un malheureux hasard, s'était retrouvé dans l'océan, là où il n'était pas au sommet de la chaîne alimentaire, loin de là.


Je vois que tu sais esquiver.


Josip avait, de part ses nombreuses chasses, apprit par lui même à esquiver et surtout encaisser, fatiguer sa proie pour lui porter le coup de grace, mais il doutait que sa stratégie ne fonctionne cette fois, il doutait même de sa simple survie.
La proie fondit sur lui, bien plus rapide, et Josip surprit, n'esquissa le coup que de justesse, et se plongea à terre pour éviter le suivant. La vitesse qu'avait démontré l'homme était hors du commun, si il eut été un peu moins doué de bons reflexes, le chasseur serait mort.
Mais la situation était toujours critique, Josip était sur le sol, à la merci de son bourreau qui commençait à sourire, satisfait et sur de lui.


Bye bye.


L'homme frappa au sol, fissurant le béton, il n'y avait plus aucun doute, un coup était synonyme de mort. Josip avait roulé sur le côté s'était relevé maladroitement pour courir.
Sa proie se redressa le regardant courir presque amusé, mais Josip ne s'enfuyait pas.


B...Bye comme tu dis...


Scanda t-il avant de ricaner, l'homme pencha la tête sur le côté se demandant si son adversaire était fou ou juste idiot, mais il comprit qu'il était en réalité assuré de l'éliminer lorsqu'il se sentit attiré par une force qui lui échappait et le tirait par la jambe.
Il avait beau être fort, l'homme avait pêché par excès de confiance en lui, lorsqu'il s'était tenu debout face à Josip au sol, il n'avait pas remarqué que ce dernier avait placé le cordage qui envahissait l'endroit, habilement autour de sa jambe, comme de par inadvertance.
Si le chasseur avait ensuite couru, c'était pour pousser l'ancre dans la mer avant que sa proie ne se rende compte de son piège.
Lorsqu'il le réalisa, il fut trop tard, l'ancre le draînait vers le fond de la mer, très profond, même au bord des quais.


En...enfoiréééé !


Avait-il hurlé en s'accrochait au bord du quai du bout des doigts tandis que l'ancre l'entraînait au fond.
Cette fois Josip souffla, il était en position de force, s'avança jusqu'à l'homme et lui écrasa les doigts, insistant de coups de pieds, dents serrées. Le spectacle en était presque grotesque, jusqu'à ce que l'homme, presque dans un sanglot lâcha un dernier :


Arrêt....


Et ne sombra dans l'océan.
Surpris de ce succès, Josip tomba sur les fesses regardant le reste du cordage plonger dans l'eau jusqu'à disparaître du quai. 


Qu'est-ce que c'était que ça ?


Bien que d'un naturel craintif, il n'avait jamais eu aussi peur, il hasarda son regard perdu, toujours haletant de peur, et remarqua une légère carte au loin, qui avait dû échapper de la poche de sa proie avant qu'elle ne sombre.


Inscription à....


Il pencha sa tête pour lire ce qui était inscrit, trop faible encore pour se relever.


l'examen.. Hunter ?
_________________


Revenir en haut

Jojo
Hunter Moderation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2009
Messages: 1 146
Personnage préféré: Novu

MessagePosté le: Mar 4 Juin - 12:52 (2013)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ] Répondre en citant


Ne s'étant jamais vraiment intéressé à l'organisation Hunter, qu'il n'avait que vaguement appréhendé par des reportages passé comme une organisation de mercenariat mondiale aux compétences multiples, il se permit quelques recherches néanmoins, troublé par sa dernière victime.


Hunter... chasseur donc ? Qu'est ce qu'ils chassent ces gens là ?


On pouvait trouver tout sur le réseau informatique, des témoignages de Hunters généralement affectés au comité, sur l'examen, et les tâches affectées, diverses et variées.
Au fur et à mesure qu'il explorait ces informations, il se découvrait une passion insoupçonnée pour cette institution qu'il avait fait l'erreur de mal juger.
Tout l'intéressait, le milieu, l'immunité face aux morts occasionnées, l'organisation selon les rangs de Single à triple hunter, la pluralité des affectations, la liberté d'agir, et même, en dépit du fait qu'il n'était pas philanthrope pour un sou, l'utilité de nombre de ces manoeuvres.
Un monde un part, qu'il pensait être sien.
Ainsi, son bulletin d'inscription, remplit, il l'envoya par courrier et ne tarda pas à recevoir la réponse qui affirmait la confirmation de son inscription.
La décision semblait très soudaine pour lui qui avait toujours prit l'habitude d'être réfléchit, mais ainsi semblait s'être profilée sa voie, sa proie l'y avait aiguillé tout naturellement, un milieu où le gibier de qualité abondait, et où l'excitation d'être une éventuelle proie pouvait se présenter.
Sa démission présentée froidement, il se dirigea là où devait débuter l'examen dans une semaine : les terres gelées de Bissrie.
Mieux valait pour lui, chasseur dans l'âme, d'aller préparer le terrain. Rêveur, il ne savait pas ce qui l'attendait.



_________________


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:54 (2016)    Sujet du message: Routine et prévisible quotidien [ Ouvert à tous ]

Revenir en haut

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hunter X Hunter Dreams Index du Forum -> RPG Hunter X Hunter -> Villes du RPG Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_photo par Leparachute